Discussion:Phaseolus

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Étymologie[modifier le code]

Je ne suis pas convaincu de la filiation ayacotl -> haricot, même si certains auteurs l'affirment, sans le démontrer sinon en faisant un rapprochement assez fortuit. D'une part la transformation phonétique faisant passer de « aya » à « ari » n'est pas évidente, sans compter le h aspiré qui indique une origine germanique du terme. D'autre part le terme « haricot » existait en français bien avant l'arrivée de la graine et la transposition du terme est fort possible car lorsque arrive une nouveauté on recoure souvent au vocabulaire existant pour la désigner, cf la pomme de terre ou le maïs qui a pris le nom de milhas dans certaines régions de France et de milho en portugais car il remplaçait le millet comme céréale à bouillie. D'ailleurs cette transposition s'est faite dans les autres langues latines qui ont retenu le nom des « haricots » antiques, les fasiols, cités dans le capitulaire De Villis, auxquels les nouveaux haricots se sont substitués dans l'alimentation. Enfin, cette filiation directe entre l'aztèque et le français paraît surprenante car la plante a été introduite en Europe par Christophe Colomb et nous est venue en France par l'Italie à l'époque de Catherine de Médicis. Or curieusement ni l'espagnol (langue directement au contact des Aztèques, au contraire du français), ni l'italien, ni d'ailleurs aucune autre langue européenne, n'a retenu cette filiation (comparer avec le cas du maïs et de la tomate, pour lesquels, à quelques exceptions près, les termes amérindiens se sont imposés). Enfin, le terme italien araco, qui n'est plus usité, est à rapprocher du aracos cité par Pline, et du arachos cité par Théophraste, qui désignait probablement une autre légumineuse européenne, vesce ou gesse, et donc bien antérieure à l'arrivée de notre haricot en Europe. Quant à l'influence éventuelle de l'aztèque sur le vocabulaire régional français, cela me paraît une hypothèse hardie. Spedona Papoter 2 mars 2008 à 20:27 (CET)

J'en étais restée à ce qui s'écrit partout "Haricot serait une adaptation phonétique du nom en aztèque ayacotl devenu araco en Italie" mais en effet de même que la dolique mongette a donné son nom de mongette au haricot dans tout le sud-ouest, j'ai trouvé (mais il faudra vérifier):l'aracotus anciennement cultivé en Italie d'après J-P de Tournefort éléments de botanique ou méthode pour connaitre les plantes, 1694, imprimerie royale, repris par 1922-1924 Gelin, je cite ce qui est dans "le haricot, la mongette et le fayot" : « A la fin du 17°siècle le botaniste Tournefort l'associe à une graine ronde anciennement cultivée en Italie nommée arocatus ». --Rosier (d) 2 mars 2008 à 22:38 (CET)

A propos de la mongette, ici une indication sur l'étymologie et sur l'histoire de ce terme qui ne figure pas dans les dictionnaires courants. Spedona Papoter 2 mars 2008 à 22:52 (CET)

La dernière version du chapitre éthymologie me parait dans sa forme une version erronnée car privilégiant le "héricot de mouton" qui a été aux navets jusqu'au 19° siècle, alors que le haricot portait déjà son nom. Je propose une inversion des hypothèses, après "... controversé".

Selon une hypothèse évoquée par Alphonse de Candolle, dans son Origine des plantes cultivées, le terme dériverait de l'italien araco, cité par les botanistes Durante et Mattioli, dérivé du grec araxos, qui désignait une autre légumineuse, probablement une gesse (Lathyrus ochrus DC)[1]. D'ailleurs, à la fin du XVIIe siècle le botaniste Joseph Pitton de Tournefort l'associe à une graine ronde anciennement cultivée en Italie nommée arocatus [2].Le terme n'a aucune descendance en italien moderne.

Certains feraient dériver son nom de la recette du hericot de mouton, attesté dans la langue française depuis 1393[3] Il désignait une sorte de ragoût de mouton qui existait bien avant l'arrivée du haricot en Europe mais il faut attendre le XIXe siècle pour que les légumes de garniture n'en soient plus les navets. Or les premières attestations de « haricot » désignant le graine datent de 1628 (feves d'aricot) et 1642 (febves de haricot)[3]. L'hypothèse retenue par Littré, eu égard à l'ancienneté du mot dans la langue française est que le nom du plat aurait été transféré à la graine par une sorte de métonymie que semble indiquer l'expression « fèves de haricot ». Selon Bloch et Wartburg (Dictionnaire étymologique de la langue française), le terme « haricot » dériverait du verbe « harigoter » du francique *hariôn, ce qui justifierait le h aspiré initial.

Dans son Théatre de l'agriculture, en 1600, Olivier de Serres le nomme faziols. Le nom de haricot apparait au XVIIe siècle d'abord nommé fève de haricot par Figuier en 1628 puis haricot en 1640 par César Oudin dans son livre curiosités françaises nom qui va lui rester. En 1689 de Blégny le nomme aricot, Antoine Furetière dans le dictionnaire de 1690 haricot, mais il fut cependant longtemps appelé fève de haricot ou féverole[4].

"Pour certains auteurs....." Que pensez-vous de cette version ? Avant de travailler le haricot commun il faudrait prendre une décision : fusion avec redirection de haricot vert ou pas ? article détaillé haricot vert, je n'arrive pas à me décider. --Rosier (d) 7 mars 2008 à 15:01 (CET)

Je ne suis pas contre l'inversion. A mon avis il ne faut privilégier aucune version car le cas n'est pas clair. Personnellement je ne suis pas convaincu par ayacotl et plus je fais des recherches, moins je le suis, mais le fait est que les autre explications sont aussi problématiques. araco est la moins vraisemblable, car selon les dires de De Candolle il s'agirait d'une gesse, donc aux graines rondes et petites, la confusion avec un haricot ne paraît pas recevable. D'autre part chez les Amérindiens, il y avait d'autres noms (langues nombreuses) et mon impression est qu'on privilégie ayacotl justement pour sa ressemblance avec haricot, ce qui n'est pas une preuve, mais bon...
PS, en qui concerne Olivier de Serres, rien ne permet d'affirmer qu'il s'agit bien des haricots et non pas des doliques (voit le texte ici).

Les noms du haricot[modifier le code]

Bonjour, Dans le premier paragraphe, "phaseolus", ça fait plus latin que grec. De plus, dans le chapitre "Étymologie", il est fait référence aux auteurs latins pour parler de "phaseolus".

Si quelqu'un peut confirmer...

Rodjf

Découpage[modifier le code]

En ce qui concerne le découpage entre les articles, je suis aussi partagé. Gardons haricot vert, s'il y a des choses à dire sur l'économie autant le garder. Je me demande aussi quel doit être l'article principal entre haricot et haricot commun. Une possibilité serait de traiter haricot commun en article principal (c'est de loin le plus important économiquement) et de le renommer haricot, et de faire de haricot actuel un « haricot (genre) » (ou bien de l'appeler Phaseolus) car il s'agit en réalité de traiter du genre qui est finalement une notion abstraite.

D'accord pour que Haricot devienne Haricot (genre) et/ ou Phaseolus l'un redirigeant sur l'autre, et haricot commun devienne haricot, je te laisse t'en charger. Je commence la littérature ( j'ai fait qq recherches) dans haricot commun futur haricot. Et j'ai tout les doc pour les variétés, à mettre en tableau, je prépare sur mon espace. --Rosier (d) 8 mars 2008 à 23:02 (CET)


des éclairages complémentaires concernant la page http://fr.wikipedia.org/wiki/Phytoh%C3%A9magglutinine --Bc789 (d) 22 mars 2008 à 15:25 (CET)

Image interressante[modifier le code]

la cuisine des haricots en amérique du sud

Mise en page[modifier le code]

En 1280x800 (et sans doute dans d'autres résolutions), entre les haricots guatémaltèques à gauche, l'infobox à droite, et le sommaire au milieu, la mise en page est vraiment pourrie pas terrible. --Esch. coli 8 avril 2008 à 21:52 (CEST)

Le vrai problème, c'est que c'est une très mauvaise idée de mettre à la fois une image et une infobox en tête de l'article. Je ne prétends pas avoir la réponse, mais jetez un œil à Veneux-les-Sablons (ancienne version), où j'ai eu la même difficulté. --Esch. coli 8 avril 2008 à 23:32 (CEST)
  1. Origine des plantes cultivées, A. De Candolle, Librairie Germer Baillère et Cie, Paris, 1889
  2. J-P de Tournefort éléments de botanique ou méthode pour connaitre les plantes, 1694, imprimerie royale
  3. a et b Dictionnaire étymologique de la langue française, Oscar Bloch et Walther von Wartburg, Presses universitaires de France, 1932
  4. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées le haricot