Discussion:Phénomène social total/version de travail

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

C'est quoi ça ?! Fait social total existe.

Ici c'est une page de discussion.


Le concept de "fait social total" est développé par Marcel Mauss dans l'Essai sur le don. Mauss construit cet outil de description à partir de données ethnologiques nombreuses et complètes qu'il a recueillies et analysées systématiquement, considérant chaque société dans son unité logique autonome. L'expression de "fait social total" ne peut être détachée des faits qu'étudie Mauss : ceux qu'il regroupe sous le don comme mode d'échange, dont le mouvement engage d'un seul tenant "toutes sortes de principes de droit que nous avons, nous, modernes, soigneusement isolés les uns des autres" (Essai sur le don, p41). Constituée en trois moments, donner-recevoir-rendre, la régulation des échanges de don marque toutes les institutions : religieuses, économiques et juridique, réunissant les niveaux de l'objet social.

Selon Bruno Karsenti, dans L'Homme total (1997), le fait social total s'affirme comme le signe de l'émergence d'un nouveau paradigme philosophique pour les sciences humaines. Vis à vis de l'école Durkheimienne et des controverses où s'inscrivent ses problématiques, l’œuvre de Mauss constitue une inflexion épistémologique majeure : elle répond à une demande philosophique en trouvant, dans la dynamique du "fait total", une expression de la synthèse réelle du matériel et du psychique. Ce faisant, elle restitue la sociologie à l'entièreté du projet anthropologique. Mauss met en forme en effet un nouvel espace de positivité où le savoir pourra s'exercer : il fait converger ses influences intellectuelles dans une déconstruction de l'opposition de l'individuel au collectif. Le mouvement caractéristique du don, qui articule les structures linguistiques à la conceptualité du social à travers les notions de symbole et d'inconscient, permet de signifier la complétude concrète de l'un et du multiple. L'analyse maussienne redessine l'objet des sciences humaines, c'est-à-dire la forme de sa présentation à l'esprit : elle décrit une réalité sociale symbolique, archaïque et dynamique, à chaque instant réactualisée par l'histoire.

Ce concept augure de tout l'effort qui parcourt le 20e siècle pour restituer la figure de l'homme au présent historique d'où elle est constituée, pour faire apparaître les flux relationnels où elle s'inscrit comme vécu toujours singulièrement concret. Et peut-être enfin produire un savoir sur l'homme signifiant pour lui.


Quelques ouvrages sur le don[modifier le code]

  • Jean-Luc Boilleau, 1995, Conflit et lien social. La rivalité contre la domination, La Découverte/MAUSS, Paris.
  • Alain Caillé, 1994, Don, intérêt et désintéressement, Bourdieu, Mauss, Platon et quelques autres, La Découverte/MAUSS, Paris.
  • Marcel Fournier, 1995, Marcel Mauss, Grasset.
  • Jacques T. Godbout (en collaboration avec Alain Caillé), 1992, L’Esprit du don, La Découverte, Paris.
  • Maurice Godelier, 1996, L’Énigme du don, Grasset, Paris.
  • Bruno Karsenti, 1997, L'homme total. Sociologie, anthropologie et philosophie chez Marcel Mauss, PUF, Paris.
 Marcel Mauss, le fait social total, 1994, PUF, collection Philo- sophie, Paris.
 Marcel Mauss, étude publiée dans l'Année sociologique, 1923-1924, rééd. Marcel Mauss, « Essai sur le don », in Sociologie et    anthropologie, 2001, PUF, Paris.
  • Guy Nicolas, Du don rituel au sacrifice suprême, 1996, La Découverte/ MAUSS, Paris.
  • La Revue du MAUSS, n° 4, 1994, « À qui se fier ? Confiance, interaction et théorie des jeux », La Découverte/MAUSS, Paris.
  • La Revue du MAUSS, n° 5, 1995, « À quoi bon se sacrifier ? Don, sacrifice et intérêt », La Découverte/MAUSS, Paris.
  • Jean-Claude Passeron, 1995, « Weber et Pareto ; la rencontre de la rationalité dans les sciences sociales », in Louis Gérard-Varet et Jean-Claude Passeron (sous la direction de), Le Modèle et l’enquête, Les usages du principe de rationalité dans les sciences sociales, Éditions de l’EHESS, Paris.
  • Philippe Rospabé, 1995, La Dette de vie, Aux origines de la monnaie sauvage, La Découverte/MAUSS, Paris.

Ouvrages anglophones[modifier le code]

Ouvrages germanophones[modifier le code]


Voir aussi[modifier le code]

Articles internes[modifier le code]

Distinctions[modifier le code]

Liens externes[modifier le code]