Discussion:Art académique

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives


Sujet incomplet[modifier le code]

L'article ne parle pas de la peinture académique, mais du conflit entre les académiques et les impressionistes. Il faudrait recentre le propos et rester dans le sujet de l'article proprement dit . Kirtap 2 octobre 2006 à 12:57 (CEST)

Diderot critique l'académisme dans ses Essais sur la peinture pour faire suite au Salon de 1765:

«  Et ces sept ans employés à l'Académie à dessiner d'après le modèle, les croyez-vous bien employés, et voulez-vous savoir ce que j'en pense ? C'est que c'est là et pendant ces sept pénibles et cruelles années qu'on prend le maniéré dans le dessin. Toutes ces positions académiques, contraintes, apprêtées, arrangées, toutes ces actions froidement et gauchement exprimées par un pauvre diable et toujours par le même pauvre diable gagé pour venir trois fois la semaine se déshabiller et se faire mannequiner par un professeur, qu'ont-elles de commun avec les positions et les actions de la nature? (...) Toutes les fois que l'artiste prendra ses crayons ou son pinceau, ces maussades fantômes se réveilleront, se présenteront à lui; il ne pourra s'en distraire et ce sera un prodige s'il réussit à les exorciser pour les chasser de sa tête. J'ai connu un jeune homme plein de goût qui avant de jeter le moindre trait sur sa toile, se mettait à genoux et disait, Mon Dieu, délivrez-moi du modèle. S'il est si rare aujourd'hui de voir un tableau composé d'un certain nombre de figures sans y retrouver par-ci par-là quelques-unes de ces figures, positions, actions, attitudes académiques qui déplaisent à la mort à un homme de goût, et qui ne peuvent en imposer qu'à ceux à qui la vérité est étrangère, accusez-en l'éternelle étude du modèle de l'école. »

On peut vraiment dire que l'article est partial et incomplet. La réaction à l'académisme du temps de Diderot donne une quantité de peintres, jusqu'au coup de force révolutionnaire de David (les Horace en 1787). Ici commence la liaison avec la politique et très vite, avec les guerres républicaines et impériales qui atteignent la clientèle indépendante, la dépendance des organismes officiels. Quand la politique change d'orientation avec l'Empire et la Restauration, les artistes suivent les changements de thème, sans changer d'orientation. Dès que le marché privé de l'art reprend la contestation de l'académisme reprend avec au moins Géricault et Delacroix.

PolBr (d) 11 août 2012 à 20:08 (CEST)

Pompier ou académisme[modifier le code]

qualifier le peintre Jean-Jacques Henner de peintre pompier ne me semble vraiment pas exact. Si le peintre c'est tenu à l'écart des avants-gardes ou plsu largement,des tendances artistique dominantes, il n'en est pas moins vrai que sa peinture est tout à fait intéressante et personnel...bref, ce n'est absolument pas du pompiérisme bouguereausien impersonnel....Il me semblerait judicieux d'éviter de propager une perception aussi binaire/simpliste d'une époque picturale complexe.

Qualifier la peinture de William Bouguereau de pompiérisme impersonnel ne me semble vraiment pas exact. Si le peintre s'est tenu à l'écart des avant-gardes ou de certaines tendances artistiques, il n'en est pas moins vrai que sa peinture est souvent tout à fait intéressante et personnelle... Bref, ce n'est absolument pas du pompiérisme impersonnel... Il me semblerait judicieux d'éviter de propager une perception aussi binaire/simpliste d'une époque picturale riche et complexe. Argo 21 août 2007 à 01:00 (CEST)
Henner est aussi pompier que Degas est impressioniste, dans les deux cas on a un mot péjoratif créé pour dénigrer une école de peinture. Pourquoi en ce qui concerne les pompiers ce serait insultant alors que pour les impressioniste c'est devenu un titre de gloire !! Henner a le parcours classique du peintre académique, il fut élève de Drolling (lui-même élève de David) prix de Rome, et membre de l'académie des beaux arts. Donc il est rattaché à cette école de peinture que l'on appelle "art pompier" terme finalement moins péjoratif que "peintre bourgeois" ou "peintre kitsh". Kirtap mémé sage 21 août 2007 à 01:35 (CEST)

XD, je ne suis absolument pas d'accord et je ne vois vraiment aucun rapport entre bouguereau et henner, je suis vraiment désolé. La encore, tu simplifie/binarise quelque chose qui ne l'est pas autant que tu semble le penser. Henner est à l'écart des tendance dominante en vérité. C'est surement dur a encaisser pour ceux qui pense qu'il n'y a que 2 voies possible fin 19éme (impressionisme et pompier). Désolé, c'est loin d'être si simple... ;)

Le terme pompier qualifie plus un statut , celui des artistes officiels membres de l'Académie qu' une esthétique, d'autres artistes comme Gustave Moreau, Gervex, ou Puvis de Chavanne ont été aussi qualifié de pompier alors que leurs styles est loin de l'académisme pur et dur d'un Gérome. Ce n'est pas moi qui binarise mais les historiens d'art, Henner est dans l'ouvrage de Cécile Ritzenthaler "L'école des Beaux arts du XIXe siècle Les pompiers" c'est un pompier à part comme Degas est un impressioniste à part.Cordialement Kirtap mémé sage 21 août 2007 à 02:36 (CEST)
Le terme "pompier" est aujourd'hui péjoratif car il est utilisé majoritairement (bien que non exclusivement) par les auteurs dénigrant cette école, contrairement au terme "impressionniste" qui est aujourd'hui employé par tout le monde. La majorité des auteurs non farouchement hostiles aux peintres du Salon et nombre de leurs détracteurs, emploient de préférence le terme de "peinture académique" qui est donc plus neutre.
De plus, en dehors de sa connotation, le terme "pompier" pose problème, quant à son origine et par conséquent, à son sens (néo-grec?, peinture militaire?...); quel que soit le sens qu'on lui prête, il peine à rendre compte de la diversité des oeuvres des peintres du Salon. C'est sans doute l'une des raisons pour laquelle il est de plus en plus abandonné par les universitaires. L'usage actuel veut que le terme "peinture académique" englobe les peintres du XIXè dont l'oeuvre est exposée régulièrement dans les Salons officiels du XIXè et dont les thèmes sont assez classiques (nu, scène de genre, peinture d' Histoire, portrait...). Henner entre dans ce cadre. Un Julien Dupré, par exemple, est souvent qualifié de peintre naturaliste, plutôt que de peintre académique bien qu'il expose au Salon du fait des thèmes qu'il aborde.
Les catégories crées par les historiens d'art sont parfois pratiques mais la plupart ont des contours flous, surtout quand le domaine est méprisé donc peu étudié (et que, par conséquent, la catégorie est large et ne désigne donc pas clairement un courant artistique), comme c'est le cas içi, la littérature sur la peinture académique étant plus que lacunaire du fait de la sacralisation quasi-exclusive du modernisme jusqu'aux années 1970. Argo 21 août 2007 à 17:04 (CEST)
Le probleme du terme académique ou académisme, est qu'il est plus restrictif , et regroupe les artiste membres de l'Académie des beaux arts en France, on ne peut parler de peintre académique anglais ou russe ou américain alors qu'il existe un style pompier dans ces pays. En plus si l'on prend le terme dans son acception originelle, il concerne les artiste depuis le XVIIeme siecle tel que Lebrun, Boucher, Subleyras, David Ingres et j'en passe. Il ne se limite pas au seul groupe d'artiste de la fin du XIXe siècle. Et je rappellerai à propos de l'usage universitaire que beaucoup de livres publiés en France sur le sujet contiennent "Pompier" dans le titre (L'art pompier de Louis-Marie Lécharny PUF que sais-je, Peut-on parler d'une peinture "pompier" ? de J. Thullier, Les Peintres pompiers de J. Harding, L'école des Beaux arts du XIXe siècle Les pompiers de Cécile Ritzenthaler. Kirtap mémé sage 21 août 2007 à 17:52 (CEST)
Contrairement à ce que tu suggères, c'est le terme "peinture pompier" (difficilement traduisible, vu qu'on ne sait pas exactement à quoi il fait allusion), qui est essentiellement franco-français et non le terme "académisme", comme le rappelle par exemple la version anglophone de l'article (qui est par ailleurs bien moins médiocre)
http://en.wikipedia.org/wiki/Academic_art.
Voir aussi, pour la Russie
http://www.sgu.ru/ogis/MusSite/eng/19_2.htm
http://www.russia-ic.com/culture_art/visual_arts/170/
pour l'Angleterre
http://www.cairn.info/resume.php?ID_REVUE=ETAN&ID_NUMPUBLIE=ETAN_564&ID_ARTICLE=ETAN_564_0412
Le terme "pompier" sert encore quelquefois "d'accroche" en France, comme le montre bien ce titre du Musée des Beaux-Arts de Rennes : Faut-il brûler les "pompiers" ? sous-titre: Réflexion sur la peinture académique du XIX° siècle (http://www.ac-rennes.fr/culturel/domaines/musees/mus_rennes.htm). Le terme reste le plus souvent associé à des commentaires méprisants, une utilisation décomplexée (à l'instar des impressionniste, fauvistes...etc. qui firent leurs des expressions au départ péjoratives) telle celle de Louis-Marie Lécharny, restant, pour l'instant, marginale.
Et l'art académique, s'il renvoie stricto sensu à l'art des académiciens, correspond bien, en histoire de l'art, à la peinture du XIXè du Salon. Il n'est pas trop restrictif pour cette période, bien au contraire, il est trop général puisque la majorité des peintres non avant-gardistes étaient liés au système de l'Académie des Beaux-Arts. D'où l'apparititon de sous-catégories: néo-grec, réalisme académique, naturalisme académique, une partie du symbolisme...etc. Toutes choses dont devrait parler l'article! Argo 21 août 2007 à 19:51 (CEST)
Je suis d'accord avec Kirtap, aujourd'hui avec l'ouverture du Musée d'Orsay, le caractère péjoratif, même s'il existe encore pour certains, ne l'est pas pour l'ensemble des personnes. Le terme « pompier » est compris par tous et ne pas l'employer alors que quatre ouvrages sus-nommés sont spécialement écrits sur le sujet, serait une négation de la réalité et de l'usage.--Missourinez (d) 26 avril 2009 à 16:03 (CEST)
Entièrement d'accord avec Argo. "Pompier" est un qualificatif qui fausse l'approche critique de ces peintres. D'ailleurs le terme est encore aujourd'hui perçu comme fortement péjoratif. --9jules9 (d) 27 avril 2009 à 09:30 (CEST)

Peinture académique non-française[modifier le code]

Je viens de lire l'article et je constate qu'il n'aborde que la peinture française. Je suis totalement incapable, faute à la fois de doc et de connaissances sur la question, de développer le sujet, mais il me semble qu'un panorama de la peinture académique dans les autres pays devraient être présenté. Barbe-Noire (d) 15 juin 2008 à 20:33 (CEST)

Références ?[modifier le code]

Ce très mauvais article qui mélange tout manque de références. Il y en a. Je m'en occupe.Philippe Nusbaumer (d) 16 décembre 2012 à 08:23 (CET)