Discussion:Louis Niedermeyer

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives


Propositions de corrections[modifier le code]

Fichier:DOC 01 op. cit. p. 57
En 1836 L. Niedermeyer se fixe définitivement à Paris
Fichier:DOC 02 registre des naissances.JPG
Registe des naissances Nyon 1832
Fichier:DOC 03 A op. cit. p. 28
Départ de Nyon 1834 récit d'Alfred le fils du compositeur
Fichier:DOC 03 B op. cit. p. 29
Départ de Nyon (suite)
Fichier:DOC 04 A op. cit. p. 18
"Après quelques mois passés à Nyon dans sa famille il vint à Paris en 1825"
Fichier:DOC 04 B op. cit. p. 19
Pacini: "Niedermeyer vint à Paris avec son père et son Lac dans sa poche."

Bonjour, Permettez-moi de solliciter votre aide pour mettre dans les formes requises les quelques rectifications qui s'imposent sur la page Louis Niedermeyer. 1. Ce n'est pas en 1823 que Louis Niedermeyer s'est installé à Paris mais en 1836. Justification:

À la date de 1823 que donnent de nombreux dictionnaires pour son installation à Paris et que Wikipédia reproduit, d’autre sources plus pertinentes y opposent la date de 1836. Parmi elles, les archives conservées par les descendants de Louis Niedermeyer[1]. Elles nous révèlent qu’il résida jusqu’en 1834 en Suisse, dans le canton de Vaud, plus précisément à Nyon et à Genolier, y composant des morceaux de choix ayant trait à son environnement, dont le fameux Lac, la Fantaisie sur le Ranz des Vaches, ou le Nocturne de la Redoute de Nyon, mais aussi nombre de pièces d’intérêt universel, jouées et appréciées à l’étranger, à Paris notamment. Il n’est d’ailleurs pas exclu qu’en la circonstance il n’ait une fois ou l’autre fait le déplacement de Paris. Mais de là à dire qu’il s’installe à Paris en 1823, il y a erreur. Son fils Alfred, dans la biographie[2] qu’il dédie à son père est formel sur ce point : ce n’est qu’en 1836 qu’il se fixe définitivement à Paris[3] . En 1831 il épouse à Nyon Charlotte des Vignes de Givrins qui lui donne une fille, Eulalie, baptisée au Temple de Prangins en 1832[4] . Et s’il quitte la Suisse en 1834 c’est pour aller s’installer d’abord à Bruxelles, puis à Paris, en 1836. Son fils nous a d’ailleurs laissé un récit détaillé de son départ de Suisse dans sa biographie[5] .

Le malentendu vient d’un passage de cet ouvrage dans lequel on lit qu’ il vint à Paris en 1825 avec son père et son Lac dans sa poche pour y rechercher un éditeur. Certains dictionnaires, et pas des moindres, retiennent cette expression en lui donnant le sens de il vint s’établir à Paris, sens que les faits et le contexte même de la phrase récusent[6] .


Voir aussi

Notes et références[modifier le code]

  1. Niedermeyer, Notamment le Fonds de Pontcharra déposé au Centre de Documentation Niedermeyer, Nyon
  2. biographie, ANONYME, (Niedermeyer Alfred), 1893, Vie d’un Compositeur Moderne : (1802-1861) avec une introd. de C. Saint-Saëns, Paris, Fischbacher.
  3. Op. cit. p. 57 l. 17-18 in DOC 01.
  4. Extrait du registre des naissances au nom d’ Eulalie. DOC 02.
  5. Op. cit. pp. 28-29.DOC 03 A et DOC 03 B.
  6. Voir op. cit. p. 18, l. 12 et p. 19, l. 4. DOC 04 A et DOC 04 B.

--Noyn (d) 6 février 2013 à 21:13 (CET)

Louis Niedermeyer et Louis Abraham Niedermeyer[modifier le code]

Louis Niedermeyer (h · j · ) : 66 révisions sur 10 ans
Louis Abraham Niedermeyer (h · j · ) : 3 révisions sur 3 jours
La fusion des 2 historiques entraînera 3 changements d'articles (4%) sur 69 révisions.
Méthode suggérée pour respecter la licence (en cas de transfert de contenu) : demander une fusion d'historiques.

Il s'agit de la même personne. Les deux articles me semblent complémentaires. Manoillon (discuter) 14 février 2016 à 17:48 (CET)

  1. Pour, c'est effectivement un doublon--Vauvout (discuter) 14 février 2016 à 18:01 (CET).
  2. Pour évidemment. --Karldupart (discuter) 15 février 2016 à 10:58 (CET)
  3. Pour, doublon évident.--William Jexpire (discuter) 15 février 2016 à 20:17 (CET)
Fusion Fait ce jour. Oursmili (discuter) 19 février 2016 à 13:22 (CET)

Texte original de l’OTRS[modifier le code]

Biographie Louis Niedermeyer fait ses classes à Nyon puis son père l’envoie à Vienne pour étudier le piano avec Ignaz Moscheles et la composition chez Emanuel Aloys Förster. En 1819 on le trouve à Rome étudiant l’art choral auprès de Valentino Fioravanti, puis à Naples la direction d’orchestre avec Niccolò Antonio Zingarelli. Dans cette même ville, il rencontre Rossini et donne son premier opéra Il Reo par amore. En 1823 il revient au pays où la Société helvétique de musique, lors de ses assises de Lausanne, le fête comme pianiste et compositeur. Il écrit des pièces pour piano seul et des lieder à la manière de Schubert dont sa fameuse mélodie Le Lac sur le poème de Lamartine.

En 1831 il épouse Charlotte des Vignes de Givrins qui lui donnera deux filles, Eulalie, née à Nyon, et Mathilde ainsi qu’un fils Alfred, qui sera le premier biographe de son père. En 1834 il quitte la Suisse pour aller enseigner le piano à l’Institut Gaggia à Bruxelles. Mais l’affaire tourne court et il décide de s’installer à Paris. Il fait représenter son opéra Stradella à l’Académie Royale de Musique en 1837. Suivront Marie Stuart en 1844 et La Fronde en 1853. Peu après, il se tourne vers la musique sacrée et rouvre l’Institut de musique religieuse d’Alexandre-Étienne Choron fermé en 1830 et qui sera dès lors plus connu sous le nom d’École Niedermeyer. Durant les événements de 1870 elle trouvera momentanément refuge à Lausanne. De grands noms de la musique, compositeurs et organistes y marqueront leur passage: Saint-Saëns, Fauré, Messager, Gigout, Roussel. Compositeur mais aussi musicologue avant la lettre, il fonde en 1857 avec Joseph d’Ortigue La Maîtrise, un mensuel consacré à la musique religieuse et comprenant à chaque parution six pièces inédites du xvie au xixe siècle. Les deux hommes collaborent également pour un Traité théorique et pratique du plain chant, paru à Paris en 1876.

En plus des œuvres citées ci-dessus mentionnons que le catalogue des œuvres de Louis Niedermeyer compte cinq opéras, trois messes, une symphonie, des motets et des chœurs, a capella ou accompagnés , des ballades et autres mélodies ainsi qu’une cinquantaine d’œuvres pour orgue ou piano, dont certaines très virtuoses. La dernière œuvre de sa vie est le volumineux Graduel et Antiphonaire avec accompagnement pour orgue publié en 1861.

Louis Niedermeyer décède le 14 mars 1861 à Paris. En 1991, la Municipalité de Nyon dédie la Villa Beau-Réveil, devenue bien public, à Niedermeyer. En 2007, la Fondadion Niedermeyer est créée par Edouard Garo pour réhabiliter les œuvres et la mémoire du musicien et en 2012, un centre de documentation consacré au compositeur a été inauguré à la Villa Niedermeyer à Nyon.