Discussion:Johann Nikolaus von Hontheim

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Autres discussions [liste]
  • Suppression -
  • Neutralité -
  • Droit d'auteur -
  • Article de qualité -
  • Bon article -
  • Lumière sur -
  • À faire -
  • Archives

Semper sibi praesens, amicus[modifier le code]

Bonjour, c'est avec beaucoup d'intérêt que je lis vos contributions sur l'abbaye de Juvigny et sur Febronius, très intéressant. Je vois que nous ne sommes pas en concordance en ce qui concerne la traduction de l'épitaphe que j'ai à nouveau modifiée. En effet, dans votre traduction pour faire un parallèle avec la ligne suivante ou "pater" est en exergue vous changez l'ordre des mots latins en mettant ami constant, toujours vigilant, sage et pieux. (ce qui aurait donné : AMICUS CONSTANS. SEMPER SIBI PRAESENS. ETC...". Il faut faire remarquer d'abord que des neveux ne parlent pas à l'époque de leur illustre oncle comme à un ami, ils le désignent comme "pater suorum", l'appellent au vocatif "patrue". Cette ligne est liée a la ligne précédente IN.PROSPERIS.ET.ADVERSIS et non à la suivante.

Ce n'est pas le mot "AMICUS" qui est mis en exergue dans le texte latin, la première qualité (janséniste et thomiste[1]) mise en exergue est : SEMPER.SIBI.PRAESENS (homme écoutant toujours sa conscience, se connaissant soi-même, présent d'esprit, lucide, attentif, maître de soi). Nous avons ici selon la stylistique latine une suite d'adjectifs de qualité. Traduire d'ailleurs ce "sibi praesens" par le simple mot "vigilant" est un peu réducteur.

SEMPER.SIBI.PRAESENS.AMICUS.CONSTANS.PRUDENS.ET.PIUS. toujours présent d'esprit, amical, constant, sage et pieux.

Bien sûr je reste ouvert à vos arguments contradictoires.

Autre question Hontheim aurait pris comme pseudonyme les prénoms de sa nièce, je n'ai pas examiné la chronologie, mais n'est-ce pas le contraire. Qui est le parrain ou marraine Justinus ou Justina sur l'acte de baptême ?

Bien cordialement.--Viator (discuter) 29 mars 2014 à 21:36 (CET)

  1. Thomas Aquinas, de Ver. 10, 2, ad 5 : "Ipsa autem [mens] est sibi praesens et similiter Deus".