Discussion:Intelligence collective

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Bienvenue à tous ceux qui sont intéressés par l'intelligence collective et aux sujets connexes. N'hésitez pas à laisser votre nom ci-dessous et à entamer la discussion. Je compte ajouter bientôt une partie Les enjeux de l'intelligence collective, en cours de rédaction. Viybel 9 jan 2005 à 21:25 (CET)

Je me réjouis de lire ca ! Bon travail ;-) --Tintamarre   5 août 2005 à 21:51 (CEST)

Suppression[modifier le code]

Je me susi permis de supprimer le contenu suivant en attendant une discussion, car il est selon moi à la limite de l'erreur: zircO
=== Une communauté d'intérêts ===
Une libre appartenance :
  • Une adhésion fondée sur des buts communs.
  • Une confiance mutuelle entre les membres.
Une structure horizontale :
  • Des règles (tacites ou explicites) identiques pour tous les membres.
  • Une organisation dynamique : la répartition des rôles est fondée sur le volontariat et la complémentarité des compétences.
Une gestion collective :
=== Un espace collaboratif ===
Des outils de coopération :
Un système d'information
  • Un accès total et en temps réel à l'information pour l'ensemble de la communauté.
  • Une vue synthétique et contextuelle de la situation pour chaque membre.
Un processus d'apprentissage


L'intelligence collective exclut précisément l'accès à une information globale et donc à un système d'information global. Un wiki est peut-être un exemple discutable d'intelligence collective, mais il ne doit pas être mis au premier plan, au risque d'embrouiller le lecteur. Je les citerais personnellement dans une autre rubrique. Je vais tenter de raffiner tout ceci. A mon avis les insectes sociaux méritent la plus grande attention, car ils sont l'exemple le plus clair d'intelligence collective. Dans une équipe de football, il y a un entraîneur, qui gère la stratégie à haut niveau, cela n'est déjà plus complètement de l'intelligence collective. Pour ce qui concerne le logiciel libre, il est clair que le travail est collaboratif, mais pas nécessairement plus que dans un projet propriétaire de grande envergure. En outre, il y a des chefs de projet qui ont la connaissance globale du projet.
Lorsque les termites construisent leur nid, chaque termite agit d'instinct sans même comprendre qu'elle va construire un nid: elle appose chaque pièce selon un gradient de phéromone, instinctivement, et cela amène à des structures efficaces. L'information est strictement locale et le processus, chaotique.

insectes sociaux[modifier le code]

Bonjour, Je viens de survoler les articles sur les phenomenes cognitifs, et je me demande si un article "insectes sociaux" n'aurais pas sa place dans tout dans ca... Qu'en pensez vous ?

--Garulfo 27 août 2005 à 23:21 (CEST)

Hors sujets are not to be.[modifier le code]

Il me semble qu'on est un peu hors sujet au niveau des exemples... Les sports collectifs ne me paraissent pas être un exemple d'intelligence collective, car les individus ont une conscience globale de la stratégie de jeu. Je suis d'accord que c'est limite, mais cela risque de mettre le flou dans l'idée du lecteur, car la synergie n'est pas un concept nécessairement facile à appréhender. zircO 5 septembre 2005 à 18:12 (CEST)

C'est pas que de l'informatique![modifier le code]

La définition actuel tand de plus en plus vers la programation et les phénomènes de logique, c'est domage.

Par exemple, la phrases "Ces derniers ne possèdent qu'une connaissance locale de l'environnement et n'ont pas conscience du but global du groupe." me choque. Pourquoi la consciense du but globale empecherais l'intelligence collective? Non, l'intelligence collective n'est pas forcement inconsciente.

L'exemple du jazz était très bon. il montrais comment l'inspiration collective peut dépasser la somme des inspirations individuelles, et la définition actuel n'est plus en mesure de l'englober. Idem pour le concept de noosphère.

En tout cas bon courage à ceux qui se débattent avec cette notion pour laquel il n'y a pas réference préformaté. ;-) 19 octobre 2005 à 19:43 (CEST)

Classer la musique comme résultat d'une intelligence collective est à la fois dangereux (ça présume énormément de ce que peut bien être la musique en elle-même), et assez restrictif (l'émergence est beaucoup plus large que la notion d'intelligence collective).
--Sebbb 22 janvier 2007 à 10:57 (CET)

D'où vient ce pré-requis du non accès à l'état global?![modifier le code]

1er item de la définition le 26 janvier 2006 : "Chaque individu du groupe n'a accès qu'à une information locale limitée et n'a aucune connaissance globale de la structure ou du but du groupe."

Beaucoup d'efforts sont fait dans les systèmes informatiques pour précisément donner un information (un peu plus) globale aux utilisateurs. S'il fallait conserver le pré-requis du non accès à l'état global, faudrait-il conclure que les systèmes en question priveraient d'accéder à une forme quelconque d'intelligence collective? Au contraire, tout se joue non seulement dans le caractère des liens qui sont tissés entre individus, mais surtout dans la forme que prend la rétroaction du global vers le local (du collectif vers l'individu). Le chercheur qui historiquement a le mieux approché ses questions est je crois Heinz von Foerster qui définit ainsi l'aliénation d'un point de vue [cybernétique]: “Il y a aliénation, dès lors que la partie ne peut retrouver sa trace dans le tout’’ (1974) et énonce ainsi sa conjecture, cité ici en Français par [Jean-Pierre Dupuy]:

"La conjecture de Von Foerster, cybernéticien, dit que, plus les relations interindividuelles sont rigides, plus le comportement de la totalité apparaîtra aux éléments individuels qui la composent comme doté d’une dynamique propre qui échappe à leur maîtrise. Au contraire, d’un point de vue extérieur, plus rigidement les individus sont couplés, plus il sera facile de maîtriser, conceptuellement, le fonctionnement. En cas de couplage rigide entre individus, par exemple par imitation, le point de vue extérieur et le point de vue intérieur deviennent complètement différents. Pour chaque individu, l’évolution du tout se transforme en destin."

Les fourmis ne peuvent avoir accès à ce point de vue extérieur, les hommes eux le peuvent dans une certaine mesure. Cela les prive-t'il d'intelligence collective? Cf. quelques expériences en ce sens sur ma page

C'est pourquoi, après discussion au sein du groupe "Intelligence collective" de la FING, je me suis permis de proposer une définition moins restrictive :

"Chaque individu ne possède qu'une connaissance partielle de l'environnement et n'a pas conscience de la totalité des éléments qui influencent le groupe." - OlivierAuber 27 janvier 2006 à 22:26 (CET)

Bystander effect[modifier le code]

En me balladant dans le Wikipedia anglophone, j'ai trouvé un article qui, je crois, vaut une traduction et un lien dans la partie limite de l'intelligence collective.

Si j'ai bien compris, l'effet Genovese est un "effet de groupe"

L'intelligence collective est ainsi limitée par des effets de groupe (conformisme, crainte, fermeture, absence de procédure, :homogénéité idéologique), au point que l'individu seul peut parfaitement être plus intelligent que tout un groupe car conservant :mieux sa pensée critique que sous l'influence de celui-ci.

Je pense qu'il l'illustre parfaitement. Comme je n'y connais rien en la matière, et que je ne suis pas billingue, quelqu'un pourrait peut-être y jeter un coup d'oeil. Sunray 23 mai 2006 à 22:38 (CEST)

Oui, ça dit qu'une personne en péril a plus de chance d'être aidée s'il elle a affaire à une personne isolée plutôt qu'à plusieurs personnes qui se trouvent assister au problème. Semblerait que cette passivité de groupe corresponde plus à une question d'attitude et de comportement que d'intelligence. Sans doute que chaque personne, quand il y en a plusieurs, préférerait que ce soit l'une des autres qui s'occupe du problème, pour lui éviter de s'impliquer elle-même. Si par contre elle est la seule présente elle n'a guère d'autre choix que de s'en charger. --Pgreenfinch 23 mai 2006 à 23:07 (CEST)
Il y a déjà quelques articles (plus ou moins bien faits) dans la catégorie psychologie sociale : conformisme, pensée de groupe, dynamique de groupe et influence sociale. Le rapport avec la notion d'intelligence collective ne me parait pas direct. Pour info, l'effet mentionné s'appelle en français dilution de la responsabilité. Ce qu'il y a de particulièrement intéressant c'est que l'on peut montrer expérimentalement que le même effet existe quand les témoins eux-mêmes sont en danger (exemple : il y a de la fumée qui s'épaissit de plus en plus). GL 23 mai 2006 à 23:11 (CEST)

Désaccord avec le paragraphe concernant les limitations[modifier le code]

Limites de l'intelligence collective et critiques de la notion
De nombreux cas de défaillances de l'intelligence dite collective sont connus. Par exemple,
* les décisions de groupe, où les membres n'osent pas dire ce qu'ils pensent,
* l'acceptation passive d'un état de fait dont l'individu se doute qu'il mène à une catastrophe (ex : fusée Challenger),
* les discussions sur les choix et les conséquences des décisions souvent confuses et ne mènant à rien ;
* l'avis des experts sans conséquence face à l'opinion d'un groupe dont les individus se trompent,
* les votes démocratiques qui portent un dictateur à la tête de l'État ;
* les représentations collectives qui norment les comportements aux détriments d'une classe ou d'une autre (conduisant par exemple à un taux de suicide très élevé chez les femmes en Chine) (voir dossier Sciences Humaines, mars 2006)

Je suis absolument contre cette liste de limitations, ces exemples sont tous tirés de comparaisons avec l'homme et omettent tous les dimension sociale, affective, comportementale, etc. que les humains ont. Ce n'est pour moi qu'un coup de gueule de quelqu'un vis-à-vis des comportement sociaux des Hommes, et absolument pas une liste objective des réelles limitations de l'intelligence collective. Cette liste aurait tout à fait sa place dans une page sur les travers des comportement sociaux et des comportements de groupe -- de l'Homme --. --Sebbb 22 janvier 2007 à 10:50 (CET)

Il s'agit bel et bien de limitations, alors à moins de faire un article bêtise collective... --Pgreenfinch 22 janvier 2007 à 11:13 (CET)

Je suis plutôt d'accord avec le désaccord. Ce ne sont pas vraiment des limitations de l'intelligence collective mais plutôt des processus étudiés traditionnellement en psychologie sociale (dynamique des groupes restreints, etc.) sans rapport direct avec cette notion d'« intelligence collective ». GL 22 janvier 2007 à 12:00 (CET)
Heu, si les processus conduisent à un manque d'intelligence dans les résultats, c'est bien un limitation de l'intelligence, qu'elle soit individuelle, collective, artificielle, voire attribuée aux processus physiques (désolé, entre parenthèses, pour "l'intelligent design" que veulent nous aire avaler les créationnistes). --Pgreenfinch 22 janvier 2007 à 12:26 (CET)
Il ne s'agit pas de faire des jeux de mots autour du mot « intelligence » mais d'écrire un article cohérent autour d'une notion telle qu'elle se présente dans la recherche contemporaine. GL 22 janvier 2007 à 12:30 (CET)
Justement, un article cohérent ne doit pas être réducteur sur les concepts, et dans une encyclopédie les mots ont une importance cruciale, aucune raison de découper leur sens en rondelles, une intelligence qui se plante souvent est une intelligence limitée, voire une absence d'intelligence, que cela soit au niveau du processus du traitement entre inputs et outputs qu'au niveau des outputs. --Pgreenfinch 22 janvier 2007 à 12:36 (CET)
Le mot intelligence collective ne fait pas principalement référence à la dynamique des groupes restreints et aux phénomènes d'influence sociale mais plutôt aux phénomènes d'émergence, notamment ceux qui résultent de l'interaction d'un grand nombre d'organismes au comportement individuel très simple (fourmis, araignées sociales). GL 22 janvier 2007 à 12:48 (CET)
Là vous me faites plaisir, j'ai pas mal contribué aux articles émergence, percolation, auto-organisation, etc. Mais aussi aux articles concernant les comportements de groupe et de foule, les biais cognitifs et émotionnels individuels et collectifs. Tout cela occupe aussi une très grosse place sur mon site (behavioral finance), certes en me centrant sur des sociétés humaines, mais je suis bien d'accord que les organismes plus simples sont tout autant concernés et cela de façon plus "mécanique". Il y a plein de passerelles entre tout cela, alors évitons de trop compartimenter et au contraire enrichissons les articles avec ces passerelles. --Pgreenfinch 22 janvier 2007 à 14:20 (CET)
Il y a certainement des passerelles mais il vaut mieux essayer de respecter la terminologie et ne pas répéter la même chose un peu partout. Les liens en fin d'article par exemple me semblent très utiles. En même temps je comprends tout à fait la réaction du premier contributeur et je préférerais moi aussi qu'on retire ce paragraphe de cet article-ci. GL 22 janvier 2007 à 14:38 (CET)
Pas moi, question terminologie entre diverses définitions c'est à mon avis celle qui couvre le champ le plus général qui doit l'emporter. WP est une encyclopédie pas un labo de recherche centré sur des aspects pointus et ignorant les autres. De toute façon l'article peut expliciter une approche spécifique, mais sans s'y limiter. De toute façon, on peut attendre d'autres avis sur la question. En attendant je vais indiquer que les limitations listées concernent les sociétés humaines --Pgreenfinch 22 janvier 2007 à 15:06 (CET)
Il ne s'agit pas d'ignorer, il s'agit de ne pas tout mélanger. Il y a plein d'articles sur ces questions. Vaut-il mieux que chaque article développe de façon cohérente et approfondie un concept ou que tous les articles répétent les mêmes constatations un peu superficielles ? GL 22 janvier 2007 à 16:04 (CET)
100% d'accord avec GL (et Sebbb). La notion d'intelligence collective est très bien définie dans un contexte précis pour lequel le paragraphe incriminé est tout à fait hors sujet et c'est même un total contre-sens. L'intérêt du concept d'intelligence collective, c'est de montrer que des entités faiblement « intelligentes » peuvent exhiber un comportement global « intelligent », alors que les exemples cités montrent que des individus doués de raison peuvent avoir un comportement idiot. Il y a donc un lien entre les problématiques, mais au lieu de le souligner, le titre du paragraphe crée au contraire une confusion. -- Fabrice Rossi 22 janvier 2007 à 15:14 (CET)
Si l'on regarde "intelligence collective" sur google, on voit que c'est l'utilisation de l'expression pour les sociétés humaines qui est la plus largement acceptée. Ce qui crée l'asymmétrie de l'article, c'est que toute la partie sur cet aspect a été sabrée en septembre 2005, si bien que ne reste que la section sur les limitations. Cette partie devrait être réintroduite sous une forme ou une autre, et on aurait un article qui distinguerait l'intelligence collective "naturelle" de celle fabriquée, avec plus ou moins de bonheur, par les comportements humains. --Pgreenfinch 22 janvier 2007 à 15:33 (CET)
Société humaine ou pas, l'important c'est le fait qu'un comportement individuel simple explique des phénomènes collectifs complexes. Les observations sur les phénomènes d'influence sociale sont complétement différentes (cognition individuelle classique dans le cadre d'un petit groupe). Personne n'a dit qu'on ne pouvait pas parler d'intelligence collective pour les humains mais le faire à propos de toute interaction en petit groupe c'est vider l'expression de tout son sens. GL 22 janvier 2007 à 16:04 (CET)
Encore d'accord avec GL. Et en tant que chercheur sur des domaines connexes, je me permets de ne pas considérer le google score comme d'une grande pertinence. Si je cherche sur science direct « collective intelligence » ou « swarn intelligence », je trouve essentiellement des articles parlants de ce que j'évoque (l'émergence de l'intelligence par la chorégraphie implicite de comportements simples). Fabrice Rossi 22 janvier 2007 à 16:20 (CET)
Seulement voilà, WP ne se limite pas aux aspects qui sont privilégiés au niveau académique, mais est une encyclopédie présentant les sujets dans leur généralité, c'est là son ...intelligence collective Sourire. Bien entendu le terme collectif doit être réservé aux entités sociales d'une certaine importance, pas aux trois clampins qui préparent un trekking. --Pgreenfinch 22 janvier 2007 à 16:29 (CET)
Certes, certes. Mais il faut alors (et on revient à votre remarque sur le sabrage d'une partie) que le traitement soit complet, quitte à séparer la chose en plusieurs articles. Pour l'instant, l'article traite presque exclusivement de l'intelligence collective au sens que j'évoque, alors que la partie critique ne porte que sur un aspect totalement différent et sans grand rapport. C'est ennuyeux, n'est-ce pas ? Fabrice Rossi 22 janvier 2007 à 16:36 (CET)
Très ennuyeux, certes. Donc faire deux sous-parties. Et si on préfère deux sous-articles, les renommer en intelligence collective (naturelle) et intelligence collective (social) --Pgreenfinch 22 janvier 2007 à 17:39 (CET)
Comment ça « privilégié au niveau académique » ? La notion d'« intelligence collective » est apparue récemment et a été définie et étudiée dans de nombreux livres et articles. C'est cela qu'il faut présenter dans une encyclopédie et pas ce que suggère les mots « intelligence » et « collective » au premier contributeur venu. Encore une fois, il n'est pas question de ne pas parler de ces « limites » mais à quoi cela sert-il de diluer l'article avec ces considérations générales un peu hors sujet alors qu'on trouve un traitement plus complet et plus cohérent un clic plus loin dans des articles comme pensée de groupe ou influence sociale ? GL 22 janvier 2007 à 16:57 (CET)
Comment voulez vous que les lecteurs comprennent si l'article n'aborde que la partie qui vous intéresse et élimine ce qui intéresse les gens, ou du moins ce qu'ils en connaissent, comme hors sujet ?
Ils ne sont pas près de comprendre quoi que ce soit si on ne fait que répéter les mêmes banalités dans tous les articles vaguement liés à la psychologie sociale, sans aucune attention à ce qui fait la spécificité d'un concept comme l'intelligence collective. On peut aussi parler des tests de QI, je suis sûr que ça « intéresse les gens ». Mais cela n'a à peu près rien à voir… GL 22 janvier 2007 à 17:48 (CET)
Ben voyons, si pour vous seule une approche est bonne et le reste du pipi de chat, arrêtons-là la discussion... --Pgreenfinch 22 janvier 2007 à 18:18 (CET)
Le problème vient également de la définition du mot intelligence, le fait de qualifié de comportement intelligent un comportement exempt d'erreur n'est pas correct non plu. (Cela placerai l'ordinateur plus intelligent que nous à de nombreux égards...). Je pense que les points abordés dans cet article, avant d'être vrais ou faux, doivent être en accord avec le titre, le fait que --les homme-- fassent des erreurs (j'ai vraiment du mal avec ce mot) lors d'interactions de groupe a-t-il quelque chose à voir avec la notion d'intelligence collective ? Je ne penses pas, ces erreur me semble relever de la sociologie des groupes (ou autre discipline approchante). --Sebbb 22 janvier 2007 à 16:46 (CET)
Je n'avais pas non plu noté ce passage :
Toutefois, les critiques ci-dessus s'appliquent plus au travail collaboratif de type humain qu'à l'intelligence collective de type fourmi. Chaque humain a son opinion. Les fourmis n'ont pas d'opinion, ni même d'intérêt personnel différent de l'intérêt du groupe.
Qui me semble lui aussi s'avancer énormément sur la notion d'opinion, d'intérêt personnel ou autre. Pourquoi placer l'Homme en si haute estime et pourquoi présumer de l'indifférence des fourmis quand à l'opinion collective dont elles pourraient faire preuve ?... --Sebbb 22 janvier 2007 à 16:51 (CET)

- Bonjour ! Et bien à lire tous ces échanges, mon intuition est renforcée: ce concept "d'intelligence collective" est foireux tant il évacue la question de la "bêtise collective", qui tiens au moins autant la route, non ? Objectivement, une recherche Google montre que ce concept est utilisé principalement dans le contexte du "management", tiens tiens....Ne s'agirait il pas d'enrober l'idéologie de "l'efficience des marchés" d'un zeste de faux humanisme et de pseudo sciences sociales ? En tout cas c'est ma conclusion intime, et s'il y avait quelque chose d'intelligent collectivement a faire avec cet article ca serait de le considérer pour ce qu'il est: une bonne dose d'idéologie présentée comme du "savoir encyclopédique". Bonne journée a tous !--81.56.59.10 (discuter) 26 mars 2016 à 14:19 (CET)

Excellent article[modifier le code]

Pierre Johnson

oiseaux[modifier le code]

1 les oiseaux ne profitent pas de l'aspiration comme les cyclistes, probablement plutôt du tourbillon vertical, sinon ils se mettraient à la queu-leu-leu... 2 d'où vient l'affirmation qu'un oiseau seul volerait plus vite ? stephane.jourdan gmail

Proposition d'anecdote pour la page d'accueil[modifier le code]

Une proposition d'anecdote pour la section « Le Saviez-vous ? » de la page d'accueil, et basée sur cet article, a été proposée sur la page dédiée.
N'hésitez pas à apporter votre contribution sur la rédaction de l'anecdote, l'ajout de source dans l'article ou votre avis sur la proposition. La discussion est accessible ici.
Une fois l'anecdote acceptée ou refusée pour publication, la discussion est ensuite archivée .
(ceci est un message automatique du bot GhosterBot le 28 novembre 2018 à 00:16, sans bot flag)