Discussion:Déforestation

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]

productivité et déforestation[modifier le code]

L'arrivée des machines agricoles, le productivisme et le remembrement ont bouleversé cela durant ces cinquantes dernieres annees en Europe, et en particulier en France, sous la pression de l'extention des autoroutes. Cette affirmation est fausse car le taux de boisement de la France est plus élevé aujourd'hui qu'il y a 50 ans et l'augmentation de la productivité y a certainement contribué car pour produire la même quantité de céréales il faut 2 fois moins d'hectares avec un rendement moyen de 70 q au lieu de 35. Le remembrement n'a en rien diminué les surfaces boisées. Spedona 11 décembre 2005 à 20:18 (CET)

J'abonde dans le meme sens, meme si je ne suis pas d'accord avec le productivisme effrontée il est faux d'accuser celui-ci comme une cause de déforestation. Les progrès techniques ont permis de limiter l'agriculture au terre les plus fertiles au grand bien de la forêt qui a enfin cesser de regresser dans les pays développés. L'abandon de pratiques ancestrales comme l'estive sans limites, le pacage,le panage et l'écobuage ont profiter surtout aux forêts. IL ne faut pas tout mélanger, ici il est question de déforestation et non de modernisme.

Remarques :
1) Si l'on comptabilise en France métropolitaine le bocage et les arbres épars qui ont disparu depuis les années 1950, en les traduisant par exemple en "équivalent-hectares boisés". Le remembrement a clairement diminué les surfaces boisées de certaines régions et plus encore si l'on s'intéresse aux sous-régions (en Bretagne, en Normandie, dans le Nord Pas de Calais, ou dans certaines régions du centre. C'est la moyenne montagne qui a surtout fait l'objet de reboisements, ou qui a bénéficié de boisements spontanés sur friches agricoles parfois. Ailleurs ce sont souvent des peupleraies plantations de résineux qui expliquent cette "croissance" de la forêt (Voir par ex. le Colloque "L'arbre en réseau" organisé par l'INRA et l'Université de Rennes à Rennes il y a qqs années).
Reste à savoir s'il faut aussi classer les monocultures de résineux encouragées par le FFN dans les années 60, et les peupleraies comme des forêts ou comme des cultures d'arbres. Le document « Natura 2000 et les forêts: défis et opportunités » ; (Guide d’interprétation, Commission Européenne) ne précisait il pas enfin que la superficie de forêts de l’UE croît, mais « la qualité environnementale des écosystèmes forestiers est souvent en déclin ». Depuis peu on voit néanmoins quelques conversions de populicultures ou boisements homogène en boisements gérés de manière à les rendre plus proche de la forêt naturelle, au moins par certains aspects.
2) dans vos remarques ci-dessus, il manque le début de la phrase. S'agissait-il de la France ? (le texte cite l'Europe). S'il s'agit du monde, et des impacts indirects de l'alimentation des hommes et du bétail (cf par ex. soja cultivé à la place de la forêt tropicale sud-américaine) on peut penser que les progrès du machinisme, agricole, et forestier ont pu contribuer à la déforestation - là où elle est effective - et hélas en terme de bilan, depuis Rio, en terme de bilan et pertes nettes, la forêt continue à régresser si l'on en croit le rapport FAO 2005) --Lamiot 27 mai 2007 à 19:05 (CEST)
Une foret est une foret, une haie est une haie--Ybourgogne (d) 31 octobre 2008 à 12:53 (CET)

Paragraphe à revoir[modifier le code]

Je copie ici le paragraphe suivant :

===Facteurs économiques===
  • Aujourd'hui, une partie de la forêt équatoriale est exploitée afin d'en extraire les essences rares, quitte à tout démolir.
  • L'extension de l'agriculture est bien un choix économique, alors qu'il existe des alternatives, et qu'il n'est pas évident que faire des cultures pour nourrir le bétail soit écologiquement justifié!
  • N'est-il pas remarquable que beaucoup des terres gagnées sur la forêt amazonienne servent à laisser paître des bœufs qui serviront à faire des hamburgers aux USA ? Alors même que les américains sont largement frappés d'obésité, et qu'il reste une grande insecurité alimentaire au Brésil et en Amérique du Sud ?

Le style n'est vraiment pas de nature encyclopédique et on y apprend pas grand chose sur les facteurs économiques. Il faudrait reprendre entièrement ces trois points de façon à les améliorer. C'est d'autant plus dommage que le sujet est intéressant.--Valérie 13 décembre 2005 à 12:23 (CET)

Redondance[modifier le code]

Deux chapitres sont redondants dans cet article ; sur les aspects "anthropiques" et humains. La structure de l'article mérite d'être revue, sans perdre de contenu.
--Lamiot 27 mai 2007 à 19:08 (CEST)

Rangement et nettoyage[modifier le code]

Voilà je suis en train de « défricher » l'article car il ne semble plus évoluer car il est pollué par plein de redondance, d'info° mal placées...donc:

  • je retire ce qui est redondant.
  • je rassemble ce qui doit l'être.
  • j'actualise les données et les sources.
  • je rend plus neutre certains passage.

--Tooony (d) 21 novembre 2007 à 13:22 (CET)

Merci. L'article, avec ces améliorations satisfait-il les contributeurs et lecteurs, suffisamment pour que l'on puisse en retirer les bandeaux qui ne me semblent plus utiles. --Lamiot (d) 9 avril 2008 à 00:22 (CEST)

terrain de football[modifier le code]

D'après Wikipedia "Tous les matches de football professionnel de haut niveau et les matches internationaux et nationaux majeurs doivent être disputés sur un terrain de jeu de 105 m x 68 m." Ceci représente une surface de 7140 m², soit 0,714 ha. Or, compte tenu du nombre de secondes en une année (3155760) et du nombre d'hectares subissant la déforestation (13000000), on obtient une déforestation de 0,41195 ha/s. Autrement dit, c'est en moins de 2s et non en 15 s que disparaît l'équivalent d'un terrain de foot... — Le message qui précède, non signé, a été déposé par l'IP 134.206.193.22 (discuter).

C'est une très belle démonstration, j'aime beaucoup !
La partie concernée par ce chiffre dans l’article possède une référence à confirmer. Malheureusement, en l’état, je ne vois pas du cout comment comment intégrer cela. Trizek bla 4 avril 2011 à 18:42 (CEST)

...en fait le résultat en termes de "terrains de foot/seconde" n'est que la conséquence du chiffre des 13000000 ha, lequel est validé par la référence FAO. Autrement dit, il ne devrait pas y avoir besoin de référence spécifique. Cependant, il est possible que les sources sur cette question soient contradictoires...

Je n'ai pas participé à cette page, mais, étant tombé par hasard sur ce débat, ma calculette sous la main, je me permets de vous faire part d'une démonstration un peu plus détaillée :
  • en un jour : 60 x 60 x 24 = 86400 s/jour
  • en un an : 86400 x (31+28+31+30+31+30+31+31+30+31+30+31) = 31 536 000 s/an (ou 31 622 400 s/an pour une année bissextile)
Le résultat suivant (0,41195 ha/an) étant juste, je suppose qu'il s'agit simplement d'une faute de frappe, mais tant qu'à faire, autant rectifier le tir, au cas où quelqu'un utiliserait ces résultats ultérieurement. Clin d'œil Across.land.and.time (d) 21 avril 2011 à 16:49 (CEST)

...effectivement il manquait un zero dans le total de secondes annuelles : 31557600 et non 3155760 (en considérant 365,25 jours par an...). Ah ces coquilles ! Par exemple, vous avez noté 0,41195 ha/an... mais c'est bien 0,41195 ha/seconde... Si la déforestation se limitait à 0,4 ha/an, on pourrait se réjouir et cela ne mériterait pas un article dans Wikipedia ! — Le message qui précède, non signé, a été déposé par 86.198.254.240 (discuter).

En effet, tel est pris qui croyait prendre Rire Across.land.and.time [discussion] 16 mai 2011 à 00:51 (CEST)

Chiffres notables[modifier le code]

Le paragraphe commence par "Selon la FAO 7, environ 13 millions d’hectares de forêts disparaissent annuellement sur Terre.", et se termine par "5,2 millions d'hectares de surfaces boisées ont disparu entre 2000 et 2010 contre 8,3 millions entre 1990 et 2000.", ce qui est contradictoire. Les 13 millions d'hectares sont en fait une surface de déforestation brute, et les autres sont des pertes nettes qui prennent en compte la reforestation, comme indiqué dans la référence cité. De surcroît, il manque, pour le moins, de la ponctuation dans la dernière phrase de ce paragraphe