Discussion:Décrochage (aérodynamique)

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Lien externe mort[modifier le code]

Bonjour,

Pendant plusieurs vérifications automatiques, un lien était indisponible. Merci de vérifier si il est bien indisponible et de le remplacer par une version archivée par Internet Archive si c'est le cas. Vous pouvez avoir plus d'informations sur la manière de faire ceci ici. Les erreurs rapportées sont :

Eskimbot 31 janvier 2006 à 01:53 (CET)

Vitesse de décrochage et facteur de charge[modifier le code]

J'ai une grosse inquiétude sur la relation entre la vitesse de décrochage et le facteur de charge dans cet article. La théorie me semble dire exactement le contraire. Je n'ai trouvé aucune référence à ce phénomène dans l'article en:. Peut on savoir qui a ajouté cette partie de l'article ? et quelles sont ses sources ? Peut-on avoir l'avis de la communauté avant de virer cette partie ?--AnTeaX 29 septembre 2007 à 20:38 (CEST)

Non, tout me paraît OK. Il est normal que la vitesse de décrochage augmente avec le facteur de charge (il faut aller plus vite pour augmenter la portance afin de compenser le poids apparent qui augmente). Cf. ta page de discussion pour plus de détails. --STR (d) 14 juillet 2008 à 09:36 (CEST)

décrochage haut[modifier le code]

Bonjour

Il est question dans l'actualité de "décrochage haut" et il serait question d'une "apparition d'ondes de choc supersoniques sur une aile adaptée à un vol subsonique" [1]. Est-ce que des spécialistes pourraient enrichir l'article à ce sujet ? JGh (d) 5 octobre 2009 à 10:46 (CEST)

Smileys?[modifier le code]

Bonjour,

Que viennent faire ces smileys dans la catégorie : "Types de décrochage" ?

  • Fait J'ai supprimé. En fait il s'agissait du modèle {{Confus}} qui n'est effectivement pas très explicite. --Yelkrokoyade (discuter) 24 mai 2015 à 16:30 (CEST)
Bonjour Yelkrokoyade BonjourJe n'y peux rien si certains lecteurs ne sont pas capables d'identifier les symbles utilisés par Wikipedia - il suffit de mettre la souris dessus - il n'en reste pas moins que les passages signalés sont très confus (voire carrément faux) et ce n'est pas en enlevant {{Confus}} que ça va s'améliorer… je pense que le mieux est de supprimer la section en cause, reproduite ci-dessous, qui relève plus de la discussion de bistrot que d'un contenu encyclopédique :
== Types de décrochage ==
  • Le décrochage à plat : la faible vitesse de l'avion tend à le faire descendre, mais si le nez de l'appareil reste toujours au-dessus de la ligne d'horizon, l'avion décroche, il suffit de pousser le manche pour rétablir une vitesse et annuler le décrochage, remettre un peu de gaz. A 1,3 de Vs, on effectue une ressource souple, et retour en configuration de départ.
ça n'apporte rien à ce qui est dans la section précédente ; le terme "décrochage à plat" ne veut rien dire. Wilipedia n'est pas un manuel de pilotage
  • Le décrochage dynamique : c'est un effet aérodynamique mal assuré non linéaire qui se produit quand les surfaces portantes changent rapidement l'angle d'd'incidence. Le changement rapide peut faire un fort tourbillon répandu du bord principal de l'aile et du à reculons au-dessus de l'aile. Le tourbillon, en contenant de hauts écoulements d'air accélérés, augmente brièvement l'ascension produit par l'aile. Aussitôt qu'il passe derrière le bord traînant, l'ascension se réduit radicalement et l'aile est dans le décrochage normal.
totalement fantaisiste. Le décrochage dynamique est un décrochage sous facteur de charge, n'a rien à voir avec les éventuels effets de l'aérodynamique instationnaire
  • Le décrochage de dos est comme le décrochage a plat.
ben non puisqu'il est de dos
--df (m'écrire) 25 mai 2015 à 13:48 (CEST)

Décrochage dynamique[modifier le code]

Bonjour à tous. J'ai effectué quelques modifs de français dans la légende du profil en décrochage où j'ai fait mention du décrochage dynamique. Mais comme celui-ci est nommé dans l'article, il faudrait l'y expliciter aussi (en virage, en ressource, etc...) même si ces configurations donnent le même résultat. L'important est de déconnecter, dans l'esprit des lecteurs, le décrochage et la vitesse... Amicalement, Bernard de Go Mars (discuter) 5 juillet 2019 à 10:31 (CEST)

Accidents aériens attribués à des décrochages (?)[modifier le code]

Quelle est la pertinence de la section "Accidents aériens attribués à des décrochages" dans cet article ? Les accidents ne sont quasiment jamais la conséquence d'une seule cause, et le décrochage est rarement la cause initiale mais plutôt une des étapes dans un enchaînement fatal. Maintenir une telle liste est donc totalement fallacieux. Tout au plus peut-on donner un petit nombre d'exemples instructifs en explicitant pourquoi le décrochage est intervenu et pourquoi il n'a pas pu être récupéré. En l'état, la section est à supprimer— Df (discuter) 20 janvier 2020 à 22:49 (CET)

Ton propos est fort intéressant, cher Df, mais les conclusions drastiques que tu en tires sont extrêmes (supprimer la section). Pour moi, cette section présente une collecte de faits bien circonstanciés. Pourquoi ne rédigerais-tu pas une mise en garde sur la (générale) pluralité des causes d'accidents ? Amicalement, Bernard de Go Mars (discuter) 21 janvier 2020 à 10:21 (CET)
Le plantage de AF 447 est un cas d'école de deep stall. Je pense que cette section a toute son importance. J'ai une question qui me turlupine: avec un angle d'attaque de 45°, était-il possible se sortir du décrochage à disons 15000 pieds. Il aurait fallu pousser le manche vers l'avant mais je ne sais pas si l'angle d'attaque pouvait être ramené à 10° sans briser l'aéronef. En tout cas, les deep stalls sont assez effrayants dans le principe. Malosse [Un problème de météo ou de planeur?] 23 janvier 2020 à 06:17 (CET)
Je pense aussi que cette section a beaucoup d'importance. Sur le fond de l'accident du Rio-Paris, je me souviens que dans les conclusion d'une enquête il était recommandé aux compagnies aérienne de faire prendre des cours de vol à voile aux pilotes. C'est un aveux terrible. Je ne sais si cette recommandation figure dans l'article consacré à l'accident. Personnellement, je pense que les longerons d'ailes auraient tenu le coup d'un raccrochage (à l'aise). Sur la forme, cher Malosse, c'est notre devoir de trouver des vocables français pour traduire les termes techniques (fussent-ils de globish internationnalisé) : pourquoi pas "décrochage engagé" ou "profond" ou "caractérisé" pour "deep stal" ? Amicalement, Bernard de Go Mars (discuter) 23 janvier 2020 à 11:13 (CET)
Notification Malosse :Sauf ton respect et jusqu'à preuve du contraire, l'AF 447 n'a rien d'un deep stall (en), ce n'est qu'un décrochage non identifié et qui s'est entretenu parce qu'aucune action pour en sortir n'a été entreprise. Dans tous les cas, ça concerne l'article AF 447 et non celui-ci. Notification Bernard de Go Mars : j'ai dit "en l'état, à supprimer". Elle peut être améliorée par tous les contributeurs, et je laisse volontiers la priorité à ceux qui estiment qu'elle est indispensable ici ;-) Pour ce qui est du deep stall, comme indiqué en légende en français c'est "Décrochage profond (ou super-décrochage)". Et oui, maintenant les futurs pilotes d'Air France apprennent à piloter et c'est pas plus mal...— Df (discuter) 23 janvier 2020 à 13:24 (CET)
Je me suis laissé dire que l'angle d'attaque était de l'ordre dee 40°. Je ne me rappelle plus de la source précise mais je l'ai vue de mes yeux. En outre, une descente vers la mer à 100 nœuds (10000 ft/min) avec une vitesse air de ~150 nœuds fait que l'angle d'attaque n'était pas de l'ordre de quelques degrés... Cela est un deep stall sans discussion même si l'assiette (the pitch) était proche de l'horizontale. En outre, j'apprends à mes élèves que . Cela s'appelle le théorème de conservation de l'énergie. Bah, quand le pilote PF a tiré sur le manche et a gagné 5000 pieds, il aurait pu se douter que quelque chose ne collait pas. S'il avait piloté un stupide Cessna ou un simple planeur, il aurait dû savoir. Sur les vieilleries genre Bijave et Co, on appelle cela un stick thermal lorsque le variomètre devient temporairement positif après avoir tiré sur le manche. Les élèves comprennent cela assez vite après s'être fait duper. En tout cas, il serait de bon goût de relire la section 3.2 de l'article Vol AF447 où le PF s'est fait tailler un joli costume 3 pièces par les anglo-saxons. Un pilote computer geek qui ne maîtrise pas les concepts de physique enseignés en classe de 4-ième en France, cela laisse un peu rêveur. En tout cas, dans une discussion, je préfère utiliser les termes anglo-saxons car beaucoup plus précis que certains termes francophones que je ne maîtrise guère. C'est quoi un « virage engagé »? Est-ce a graveyard spiral qui dit bien ce que cela veut dire? Par exemple, je ne sais pas vraiment traduire a cross control stall (qui engendre un départ en vrille tout propre) et la liste est longue. En météorologie, personne n'a été foutu de me traduire correctement elevated convection. Apparemment, ce concept n'existe pas en France (ou très peu). Désolé, mais je suis fortement influencé par la FAA en étant instructeur sol. Pour conclure, on a donc bien un cas d'école où un deep stall maintenu jusqu'au bout a envoyé l'avion à la mer. Malosse [Un problème de météo ou de planeur?] 24 janvier 2020 à 00:01 (CET)
Erreur. Un deep stall, c'est uniquement sur certains avions où l'empennage en T est masqué par l'aile ce qui rend la sortie impossible. Ce n'est pas le cas sur l'Airbus de l'AF 447 (c'est écrit noir sur blanc dans l'article deep stall). Pour ce qui est des commentaires sur la réaction des pilotes, c'est un peu facile de dire ça le cul dans un fauteuil sur le plancher des vaches. Incidemment, Angle d'attaque ça n'existe pas en aérodynamique. Tu dois vouloir parler de l'angle d'incidence ;-) — Le message qui précède, non signé, a été déposé par Df (discuter), le 23 janvier à 17:49 CST.
Non, internationalement, l'angle d'incidence est l'angle entre la corde de l'aile et le sol, l'avion posé. L'angle d'attaque est l'angle entre le vent moyen et le plan de l'aile. C'est la définition internationale et que la France fasse bande à part ne me concerne pas. Pour cela, il suffit d'aller dans le wikipedia anglo-saxon et regarder les pages liées à l'article Angle of attack. La notion d'angle d'attaque est quand même assez intuitive ! Je rappelle quand même à tout hasard, que je suis pilote commercial de planeur et instructeur sol avec pas mal d'heures à mon actif. Ce que vous appelez décrochage profond est un appelé chez les anglo-saxons shadowing effect. Un angle d'attaque de 40 degrés est quand même assez impressionnant. Quant au commentaire « le cul dans un fauteuil sur le plancher des vaches » n'était pas vraiment nécessaire au vu de mes ... 2500 heures de vol et des commentaires acerbes et justifiés de la part des anglo-saxons. Malosse [Un problème de météo ou de planeur?] 24 janvier 2020 à 02:24 (CET)
Si "internationalement" pour vous ça veut dire "anglais" autant fermer Wikipédia et le remplacer par une traduction Google du WP:en. "angle of incidence" c'est l'angle de calage de l'aile en français. Pour le deep stall, relisez plus haut. Et étant donné vos nombreuses heures de vol vous devriez savoir qu'on ne raisonne pas de la même manière en vol et au sol, c'était le seul sens de ma remarque. Sur ce, j'abandonne cette discussion... Au plaisir—Df (discuter) 24 janvier 2020 à 23:39 (CET)
Je suis vraiment désolé, après avoir gagné 5000 pieds, un élève pilote de planeur se demandera s'il a inventé le moteur à eau ou si plus prosaïquement, il a fait une monumentale erreur. Qu'un pilote de ligne (avec peu d'heures de vol) n'ait pas le même réflexe me semble inconcevable. En tout cas, je peux dire une chose. Les Messieurs avec leur bel uniforme dans leur airliner ne me voient pas quand je suis en planeur lors de leur approche vers l'aéroport (qui heureusement suivent une trajectoire millimétrée). Je l'ai constaté de mes yeux 2 fois et ils n'ont rien fait pour m'éviter. Je ne suis pas le seul à avoir fait ce genre de mauvaise rencontre. Je rappelle quand même qu'en Classe E, les planeurs sont « censés » avoir la priorité. Le problème est que ces Messieurs ont le nez dans leur cockpit et ne regardent pas dehors. Je dis et redis aux pilotes de planeur « ouvrez les yeux, les airliners venant deun aéroport quelque part se promènent toujours au-dessus de lieu non communiqué à un certain nombre de pieds QNH et il faut ouvrir les yeux. » Mon expérience personnelle. Malosse [Un problème de météo ou de planeur?] 25 janvier 2020 à 21:05 (CET)

Ce non respect de la priorité est un véritable scandale : l'équipage d'un appareil, pesant quelques dizaines (ou centaines) de tonnes, volant à 200 nœuds, doit pouvoir couper le directeur de vol, sortir de sa trajectoire contrôlée, pour effectuer une manœuvre d'évitement. D'autant plus que le planeur (quasi invisible) n'a aucune manœuvrabilité et que le vélivole ne doit surtout pas rater le prochaine pompe Sourire diabolique ~ Antoniex (discuter) 25 janvier 2020 à 22:18 (CET)

Les règles sont claires. En conditions VMC, un pilote d'aéronef volant sous un plan de vol IFR est tenu de regarder dehors selon la règle see and avoid. Si un pilote n'est pas capable de maîtriser son aéronef en pilotage manuel (sans directeur de vol), je pense qu'il y a comme un p'tit problème. Pour enfoncer le clou, je viens aussi de tomber sur la brochure de la DGAC (destinée aux pilotes de ligne) expliquant comment sortir d'un décrochage. C'est effrayant car, ma pomme modeste pilote, pensait que cela était connu de tous les élèves pilotes de planeur ou de Cessna ayant quelques heures de vol. Malosse [Un problème de météo ou de planeur?] 10 février 2020 à 15:23 (CET)