Discussion:Couleur

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives
Pour l'utilisation de couleurs sur Wikipédia, voir Aide:Couleurs.

info sur le modèle
License CC-BY-SA Tout ou une partie de cet article est issu…

Archivage[modifier le code]

Des sections archivées correspondant à des points de détail dans des états antérieurs de l'article se trouvent ici. PolBr (discuter) 7 septembre 2014 à 11:35 (CEST)

Aspects physiques de la couleur[modifier le code]

Longueur d'onde et fréquence[modifier le code]

Dans l'ensemble de l'article, tout comme dans l'usage courant, nous associons aux couleurs pures leur longueur d'onde dans l'air. Par exemple :

  • On parle de 650 nm pour un rouge, d'un vert à 520 nm, d'un bleu à 460 nm, etc.
  • « L'œil est sensible aux radiations électromagnétiques dont la longueur d'onde dans le vide (et dans l'air) est comprise entre 350 et 700 nm ».

Scientifiquement parlant, vous noterez que la notion de longueur d'onde (comme explicité dans l'article correspondant de Wikipédia) fait référence à la variation d'un signal périodique dans l'espace (dépendante du milieu de propagation), et non dans le temps — ce qui serait plutôt mesuré par la période (ou la fréquence), directement corrélée à l'énergie transmise par chaque photon correspondant. Cette longueur d'onde est en fait une conséquence spatiale de la propagation d'un signal (« temporellement ») périodique dans un milieu et une direction donnés : c'est une mesure de la distance entre deux points d'une ligne de propagation, entre lesquels l'oscillation est déphasée d'une période.

Chaque capteur de l'œil (cône), localisé, n'évalue donc pas la longueur d'onde mais bien la fréquence (c'est-à-dire le niveau d'énergie) des photons qui lui arrivent ; la quantité de photons reçus par intervalle de temps définit alors la luminosité du signal. Ainsi, rigoureusement, on devrait désigner une couleur pure par sa fréquence (en Hertz), sa période (en secondes), ou son énergie (en Joules) : ces paramètres sont invariables quel que soit le milieu de propagation (que ce soit dans le vide, dans l'air, dans l'eau, dans le cristallin...), et correspondent à des grandeurs physiques pouvant être perçues localement (par un capteur, par exemple un cône de l'œil), notamment par excitation des atomes récepteurs.

Cette notion d'énergie transportée par l'onde explique notamment un concept important de notre perception du monde, à savoir pourquoi les objets sont d'une couleur ou d'une autre. Les atomes captent les photons incidents correspondant à un niveau d'énergie qui les caractérise, cette énergie étant par la suite soit diffusée par un nouveau photon (d'une fréquence précise), soit transformée (échauffement par exemple). La combinaison des différents atomes et leur organisation donne alors toute une variété de matière visible opaque (majorité des solides), invisible (la plupart des gaz), transparente ou translucide (eau, verre), lumineuse (fer rouge)...

La longueur d'onde n'étant pas très différente dans le vide ou dans l'air, il a été commun de caractériser ces ondes lumineuses par leur longueur d'onde (tout comme il fut commun de parler de longueurs de « grandes ondes » radiophoniques). Cependant, pour les raisons exposées ci-dessus, je trouverais plus rigoureux d'exposer ces aspects fondamentaux de la lumière au moins dans une section en début d'article, quitte à introduire ensuite les usages courants.

Qu'en pensez-vous ? Teuxe (d) 16 septembre 2011 à 12:02 (CEST)

Je ne suis pas sûr de comprendre le problème. L'article commence par Perception des couleurs avant de traiter, pour l'essentiel, les problèmes liés à cette perception. Il donne néanmoins au passage les longueurs d'onde dans le vide, les fréquences et les énergies de photons des couleurs de l'arc-en-ciel. Les gens qui travaillent sur ces sujets concrets (disons les techniciens par opposition aux scientifiques) utilisent systématiquement les références par longueurs d'onde. Une présentation plus rigoureuse n'améliorerait donc pas la compréhension de l'article.--Jct (d) 16 septembre 2011 à 16:19 (CEST)


Quelles sont les différences de longueurs d'onde dans le vide,dans l'air,dans le verre du prisme,ou dans l'eau? Quel est l'intérêt de ces différences sur les perceptions des couleurs des lumières?quant on sait que cette perception est très variable,suivant l'oeil,l'age,le sexe,la taille de la tache de lumière,l'environnement....etc....etc...

~bercier (d) 5 décembre 2012 à 13:39 (CET) L'oeil et les appareils de mesure ne connaissent,il me semble que la lumière dans l'air et non dans le vide,à moins que l'appareil soit dans le cosmos...ou pour un satellite...etc... Comment la longueur d'onde change t'elle quand on passe du vide à l'air ou inversement? Dans l'univers le passage du vide intersidéral à la terre donc à l'air se fait insensiblement.... Qand elle passe de l'air dans le prisme la longueur d'onde change instantanément!!!? Aussi,il me semble ,inutile de parler du vide quand on parle de la vision humaine.

~bercierbercier 8 mars 2013 à 10:58 (CET)

Tableau de teintes[modifier le code]

Je n'ai trouvé nulle part la correspondance exacte entre teinte et fréquence de l'onde lumineuse. Les couleurs de ce tableau de teintes sont-elles correctes ou simplement mises à main levée pour illustration ? Le bleu et l'indigo ont notamment la même teinte (de 240°). Merci d'avance à qui pourra m'éclairer...

J'ai trouvé une réponse partielle ici

Hue specifies the dominant wavelength of the color, except in the range between red and indigo (somewhere between 240 and 360 degrees) where the Hue denotes a position along the line of pure purples

Mais je ne sais toujours pas quelle formule est utilisée pour la conversion. --82.122.251.147 20 octobre 2005 à 16:18 (CEST)

J'ai ajouté les extrêmes infrarouge et ultraviolet puisqu'ils sont visibles comme des régions noirs au délà du rouge et du violet sur l'image. Pour répondre à l'utilisateur précédent il faudrait savoir de quelles formules il ou elle a besoin... Normalement pour les couleurs on utilise la formule universelle des ondes vitesse = fréquence x longueur d'onde et la formule de Plank énergie = constante Plank x fréquence. --70.51.240.72 14 janvier 2007 à 04:02 (CET)

  • Les couleurs et leur correspondance aux longueurs d'onde indiquée par une source sont désormais plus rigoureusement définies. PolBr (discuter) 7 septembre 2014 à 11:35 (CEST)


COULEURS PIGMENTS,TEINTURES,COLORANTS,ETC...[modifier le code]

Couleurs de la synthèse soustractive.

    • Couleurs Primaires:
    • M = Magenta
    • J = Jaune
    • C = Cyan
    • Couleurs secondaires:
    • R = Rouge (orangé)
    • G = Vert (G pour green)
    • B = Bleu
    • Couleurs tertiaires
    • R+J = orange
    • R+M = saumon
    • M+B = violet
    • C+B = klein
    • G+C = turquoise
    • G+J = emeraude


TOUS CES NOMS DE COULEURS PIGMENTS PERMETTENT UNE MEMORISATION SIMPLE

Si on parcourt le cercle chromatique dans le sens des aiguilles d'une montre en plaçant l'emeraude à 1 heure du matin on trouve le jaune à 2h ,l'orange à 3h,le rouge à 4h,le saumon à 5h,le magenta à 6h,le violet à 7h,le bleu à 8h,le klein(king=roi!!) à 9h,le cyan à 10h,le turquoise à 11h et le vert G à midi .

Donc en repartant du bleu compté pour l'origine des angles de 0° à 360° et en n'utilisant que les initiales des lumières on trouve:

B(0°)k(30°)C(60°)t(90°)G(120°)e(150°)J(180°)o(210°)R(240°)s(270°)M(300°)v(330°)B(360°)

Les noms saumon et klein(bleu breveté par l'artiste peintre KLEIN-voir sur wiki:bleu KLEIN-code RVB 00 47 167 donc environ 1/4 de vert et 3/4 de bleu ce qui est bien la place de cette couleur tertiaire de lumière- ont été choisis pour avoir des initiales toutes différentes ,et sont bien adaptés pour représenter ces couleurs.

Voir le wiki liste de couleurs

Saumon RVB=248 142 85=on enlève 85 de blanc soit 85 de R,V,B soit 163 57 et 0,donc couleur désaturée de 85/475!!=18%!!!!et 57/163=0.35 proche de 0.33 et 57/220=0.26 proche de 0.25.


Couleurs lumières

L'origine des angles prise au bleu a pour raison principale la représentation du gamut en coordonnées polaires avec pour centre le blanc,et par exemple les étalons(pseudos primaires) de Maxwell ou Wright,harmonisés de façon à avoir des surfaces égales entre le triangle de Maxwell et la courbe colorimétrique(spectrum locus du gamut).En coordonnées polaires les valeurs du rayon polaire sont toujours positives et l'angle de rotation peut varier de 0° à 360° et on peut continuer de 360° à 720° ce qui donne une courbe ro(théta)en dents de scie régulières qui montre qu'il n'y a pas de grande différence d'influence entre les 3 étalons.

On détermine ainsi les étalons 470nm 518nm et 647nm avec des luminances de 1 comme considéré par Maxwell et Wright(étalons de Wright:460nm et 530nm donnant le cyan à 494nm et 530nm et 650nm donnant le jaune de 582.5nm).

On voit que 470/2+518/2=494nm cyan et 518/2+647/2=582.5nm jaune

--ZA | Papoter 8 décembre 2005 à 14:51 (CET)

Lire Wikipédia:Travaux inédits. --Irønie (d) 4 décembre 2012 à 13:41 (CET)

~bercier (d) 5 décembre 2012 à 13:19 (CET)

LUMIERES COLOREES ET MARCHANDS DE COULEURS[modifier le code]

Couleur et thérapie : info pour sorcier ?[modifier le code]

Je m'interroge sur une question de pertinence d'information. Lisant cette page sur les couleurs, très bien faite jusqu'à un certain point : un petit lien insidieux qui se balade pour promouvoir la thérapie par les couleurs, que je nommerais psycolorologie. En effet, je découvre en liens externes un site d'un thérapeute qui a été placé par SoCreate, en aout 2006, voir [1] et [2]. Quelle valeur accorder à ce genre d'information reliant de manière fantaisiste la couleur à la thérapie par les liens wikipédiens ? Bientôt je vais faire la science des odeurs : dites moi celle que vous préférez et je vous direz qui vous êtes. Ca va être floklo ! :-) Jean-Louis Lascoux 3 décembre 2006 à 05:45 (CET)

Oui, en plus, soyons sérieux, si l'article est destiné à la lecture des jeunes, il convient quand même de ne pas laisser trainer des informations sans aucune pertinence scientifique. Enfin, c'est ce que j'en dis. Jean-Louis Lascoux 3 décembre 2006 à 05:47 (CET)
  • Le lien a disparu depuis, mais l'effet psychologique de la couleur est affirmé par des sources de qualité (Déribéré), et si c'est une croyance, elle est appliquée en décoration intérieure et organisation des espaces de travail, donc existante. Si on veut la remettre en cause il faut apporter les sources qui le font. C'est un sujet encyclopédique qui mériterait d'avoir un article propre (Couleur est déjà tellement long...) PolBr (discuter) 7 septembre 2014 à 11:35 (CEST)

Importance de l'article[modifier le code]

Je propose que l'importance de l'article soit portée à "maximum" car il me semble qu'il correspond à un "sujet est très important au niveau universel ; il est traité par toutes les encyclopédies imprimées." pour des raisons pratiques, je le passe immédiatement en "maximum", si vous n'êtes pas d'accord vous pouvez (et devez) le replacer dans sa catégorie initiale en argumentant un minimum ci-dessous. Cordialement, Raziel {boudoir} 7 juin 2007 à 22:58 (CEST)

Faisons de la place à la théorie des couleurs de Goethe[modifier le code]

Bonjour,

Nouvellement arrivé dans le projet Wikipedia, je m'étonne de ne voir aucune référence aux traveaux de Goethe sur la théorie des couleurs. Je suis actuellement en train de lire son "Traité des couleurs" et, bien que n'ayant pas encore suffisamment d'éléments pour juger de sa pertinence, il me semble que son approche et sa démarche scientifique ont toute leur place dans un article aussi général que celui des couleurs. Sans me faire l'avocat de cet auteur ni de sa démarche, ses recherche et sa contribution me semblent digne de figurer dans cet article.

Cependant, n'ayant jamais participé, je vous sollicite pour avoir quelques conseils sur la démarche à adopter.

Martist le 29 janvier 2008

  • Désormais cité, et a un article propre. PolBr (discuter) 7 septembre 2014 à 11:35 (CEST)

Indigo[modifier le code]

Question: pourquoi avoir introduit l'indigo dans la liste des couleurs ?

Merci de me répondre à :

ycharnay@club-internet.fr

Les deux images sur la synthèse additive et la synthèse soustractive apportent des informations visuelles, ce qui est intéressant en matière de couleur ! Il me semble néanmoins qu'elles en apporteraient plus si elles étaient déplacées vers les paragraphes correspondants.Jct 27 jun 2005 à 11:52 (CEST)

Parce que l'indigo est resté une couleur très fréquente de l'antiquité jusqu'à la fin du XIXème siècle (le bleu de travail en est une survivance) : il s'agissait du moins cher de tous les colorants textiles, d'où sa popularité. 81.64.199.18 10 janvier 2006 à 22:16 (CET)

Valeurs[modifier le code]

Il n'y a que deux valeurs. Le blanc et le noir. Les gris, qui sont des teintes du blanc et du noir, sont cependant des couleurs, et non des valeurs. (...) Les « gris » sont des valeurs particulières sur l'axe noir-blanc.''

N'y a-t-il pas là une contradiction entre ces deux énoncés?

Lakur 15 avril 2009, 11:53 (Heure d'Europe centrale + 1 (été)

Le langage des couleurs[modifier le code]

Cette partie ne devrait-elle pas faire l'objet d'un article à part ? Il faudrait être plus exhaustif dans la régionalisation. Les chinois se marient en rouge. Les japonais s'enterrent en blanc. Je suggère également un autre article concernant le language des couleurs pour ne pas mélanger les époques, les cultures et les symboliques relatives. J'ajouterai, par exemple, que le bleu (qui fut, du fait de son importance sur les populations occidentales, l'objet de nombreuses recherches et publications) est aussi un symbole de noblesse très fort que l'on retrouve souvent dans l'héraldique européenne.zakary, 20 décembre 2010 à 12:43 --92.140.78.40 (d) 20 décembre 2010 à 12:43 (CET)

http://www.informationisbeautiful.net/visualizations/colours-in-cultures/

Le nouveau long texte n'a fait que se rajouter à la fin de l'existant sans s'intégrer. Il y a maintenant une redondance sur le mariage européen en rouge puis blanc.

Croisé à rien, ce bloc devient juste une promotion pour le livre dont il est exclusivement inspiré. Je me retiens de retourner à la version précédent son apparition. D'autres avis ?

Lacrymocéphale 30 mai 2010 à 21:06 (CEST)

assez d'accord que le résumé du livre de Pastoureau, même s'il est intéressant, déséquilibre complètement cette partie et fait un peu trop pub. Nguyenld (d) 30 mai 2010 à 21:29 (CEST)
pas d'accord avec un revert. Réaction trop économe en énergie face à celle déployée par l'auteur du développement de la sous-partie. Il faudrait peut-être le-la contacter pour le-la convaincre d'aller vers un article autonome…--Alexis Chazard (d) 31 mai 2010 à 01:48 (CEST)
Oui, je vais commencer par l'inviter à continuer de travailler son texte et à mieux l'intégrer. Lacrymocéphale 31 mai 2010 à 13:00 (CEST)

But de l'article ?[modifier le code]

Esprit Fugace vient de faire une correction assortie d'une remarque sur l'ensemble relativement confus, ce qui m'a conduit à me plonger dans l'article qui contient effectivement une multitude d'affirmations étonnantes.

Le 15 avril 2009 (voir ci-dessus) Lakur remarquait dans la section Valeur de l'article une contradiction absolue... qui subsiste trois ans plus tard. La même section aborde le problème des blancs d'une manière aussi confuse, parlant de gris de valeur maximale et de différents blancs caractérisés par des températures de couleurs distinctes. On observe ici comme dans l'essentiel de l'article un mélange étonnant de notions sensibles et de notions plus techniques (le 3200 K d'une lampe photoflood !).

Ce n'est qu'un exemple des nombreuses incohérences de l'article. Celles-ci sont dues au fait que son domaine n'a jamais été délimité. Ce serait un article Physique d'importance maximum, situé dans les catégories Couleur et Colorimétrie. Il mélange donc allègrement des notions de physique, de physiologie, de diverses techniques, de psychologie, de symbolique et des notions courantes. Pour gérer un tel mélange il faudrait un maître d’œuvre compétent et à poigne. On peut noter d'ailleurs que la bibliographie ne contient aucune référence scientifique ou technique. L'article devrait donc se limiter à des notions immédiates s'appuyant sur quelques caractéristiques physiques et physiologiques, les notions plus précises étant renvoyées vers des articles spécialisés.--Jct (d) 14 avril 2012 à 10:36 (CEST)

Maître d’œuvre compétent et à poigne : Jct, Esprit Fugace aux critiques perinentes. Salsero35 14 avril 2012 à 13:45 (CEST)

Spectre lumineux... avec d'étranges couleurs ![modifier le code]

Bonsoir,
Quelqu'un peut m'expliquer ce que c'est que ce tableau qu'on a maintenant dans cette section ??? Que viennent faire les couleurs "jaune-vert", "vert-bleu" et encore quelques autres (quoi qu'encore on puisse considérer celles-ci comme des couleurs intermédiaires) mais surtout les deux roses, qui ne sont pas dans le spectre !!!!! (au mieux c'est la combinaison indiquée dans le tableau, mais dans ce cas ça n'a absolument rien à faire dans le tableau (au mieux si vous voulez vraiment que ça apparaisse ça pourrait être indiqué je ne sais où, mais pas ici)). J'attends d'autres avis ! Merci !
SenseiAC (d) 13 janvier 2013 à 22:17 (CET) Les couleurs perçues par l'œil humain peuvent être représentées par un continuum de couleurs à trois dimensions, ce qui rend difficile sa représentation sur une surface bidimensionnelle comme une feuille ou un écran.

c'est quoi un continuum?

Pourquoi pas un modéle continu de couleurs!!!

Quelles sont les 3 dimensions?

Quelle est la représentation bidimensionnelle sur une feuille?

Si c'est le spectrum locus du gamut,sa représentation n'a rien de difficile!!

Quelle est la modification de rene1596?

~bercier 14 février 2013 à 19:17 (CET)

  • Tableau des couleurs refait à partir d'une source en septembre 2014. PolBr (discuter) 7 septembre 2014 à 11:35 (CEST)

Saturation / Pureté[modifier le code]

On nomme « saturation » la vivacité d'une couleur. C'est une dimension principalement basée sur le visuel. Une couleur moins saturée parait plus grise et terne. De fait on appelle désaturation son mélange plus ou moins important avec un gris de même valeur. Une teinte totalement désaturée devient un niveau de gris.

Une couleur désaturée est la couleur monochromatique à laquelle du blanc(ou la couleur complémentaire) a été rajouté(e).Les luminances de ces 2 couleurs s'ajoutent,donc la luminosité du mélange augmente;c'est le principe de l'additivité des lumières,donc je ne comprends pas le fait que le mélange serait plus gris et terne.Par contre toute couleur est plus colorée que le blanc donc plus vive que le blanc.

~bercier 14 février 2013 à 19:40 (CET)

La lumière du soleil parait blanche mais est en fait composée de 30 % de rouge à 680 nm, 59 % de vert à 545 nm et 11 % de bleu 440 nm. C'est sans doute une approximation ou une façon de parler car le spectre solaire est essentiellement continu avec cependant des raies: peut être montrer une image de spectre solaire. Peut être est-ce à peu près: La lumière du soleil parait blanche mais est en fait composée de 30 % de rouge autour de 680 nm, 59 % de vert autour de 545 nm et 11 % de bleu autour de 440 nm. Ou peut être est-ce à peu près: La lumière du soleil parait blanche mais est en fait composée de 30 % de rouge entre 750-680-610 nm, 59 % de vert entre 610-545-500 nm et 11 % de bleu entre 500-440-380 nm.

~bercier 15 février 2013 à 19:45 (CET)

"La lumière du soleil parait blanche mais est en fait composée de 30 % de rouge à 680 nm, 59 % de vert à 545 nm et 11 % de bleu 440 nm." toute affirmation de ce type est une aberration. La lumière du soleil n'est pas composée de RVB, par contre on peut dire que l'on peut contre-typer son apparence visuelle avec un tel mélange. Aussi, ne pas oublier que la lumière du soleil varie en fonction de l'heure, la saison et la position géographique!

~adrien lucca 29 octobre 2018 à 09:09 (CET)

Image[modifier le code]

Pourquoi avoir retiré l'image que je viens d'ajouter ? Et pourquoi insister pour que la difficulté à représenter convenablement l'ensemble des couleurs sur un plan en 2D soit dans le RI ? Iluvalar (d) 7 mars 2013 à 23:16 (CET)

Les couleurs perçues par l'œil humain peuvent être représentées par un continuum de couleurs à trois dimensions, ce qui rend difficile sa représentation sur une surface bidimensionnelle comme une feuille ou un écran.
c'est quoi:un continuum de couleurs à trois dimensions?
Pourriez-vous parler en français compréhensible?
Un ensemble de couleurs où l'on passe de l'une à l'autre de façon continue?
Les couleurs perçues par l'œil humain peuvent être représentées par un modèle continu de couleurs à trois dimensions, ce qui rend difficile sa représentation sur une surface bidimensionnelle comme une feuille ou un écran.
— Le message qui précède, non signé, a été déposé par Bercier (discuter).
Si vous ne savez pas ce qu'est un « continuum de couleurs » pourquoi insister pour l'introduire dans le Résumé Introductif (qui a insisté?)?
  • Lancer des mots inconnus comme "photopique" n'aide personne à comprendre. Je veillerai à ce qu'il soit expliqué plus loin.
  • amplitude et "rayonnements électro-magnétiques" ne sont pas du tout synonymes. On doit vraiment parler d'amplitude...
  • Le nom commun "modèle continu" semble innaproprié dans ce contexte. On y reviendra, mais encore une fois répondez à mes questions s'il vous plait.
Pourriez-vous compléter le champ "résumé" dans vos modifications. Ça m'aiderait à comprendre. Et signer vos interventions avec quatre tildes (~~~~). Iluvalar (d) 8 mars 2013 à 17:51 (CET)

La couleur est la perception faite par la vision de l'amplitude de certaines longueurs d'ondes appelées lumières.

Je n'ai jamais rien lu sur l'amplitude de certaines longueurs d'ondes. Qu'est-ce que cette amplitude? Et pourtant je lis des centaines de textes sur la lumière.

Les couleurs perçues par l'œil humain peuvent être représentées par un continuum de couleurs à trois dimensions, ce qui rend difficile sa représentation sur une surface bidimensionnelle comme une feuille ou un écran. là aussi je n'ai jamais lu ce terme continuum sur la lumière ou sur quoi que ce soit. Wiki donne une définition de continuum qui n'a rien à voir avec la représentation des couleurs des lumières. Quelle est votre définition de continuum?

Quelles sont les 3 dimensions de cette représentation? Il n'y a rien de difficile de représenter 3 dimensions sur un plan. Toute photo le fait.

La vision photopique est la vision de jour,en opposition avec la vision scotopique qui est la vision de nuit sous faible éclairage comme avec la lumière de la lune,et où il n'y a plus de couleur.

Ce que j'en dis ,c'est pour rendre votre texte lisible et compréhensible.

Quand à la signature,c'est une question de forme qui ne vous empêche pas de faire ce que vous voulez de votre texte même si la signature manque,et qui ne vous empêche pas de répondre au discuteur....alors où est ce grand problème de forme...du manque de la signature?.


Voila j'avais encore oublié de signer,oubli normal...et véniel.

~bercier 8 mars 2013 à 19:58 (CET)

voila:


La sensation de couleur origine de la stimulation de cellules nerveuses spécialisées nommées cônes situés au fond de l'oeil.

Il manque un verbe dans cette phrase. Que veut dire cette phrase?

La lumière photopique stimule les cônes,cellules qui ne sont pas nerveuses mais reliées à des neurones...qui transmettent des informations au cerveau. Ces cônes sont situés dans la fovéa qui est une petite dépression de 1mm2 dans la macula de 2mm de diamètre,dans l'axe de l'oeil.

~bercier 8 mars 2013 à 20:36 (CET)


un maximum à 498 nmLes bâtonnets sont sensibles dans une gamme allant de 415 à 555 nm (gamme de violet à vert) avec qui est un vert légèrement bleuté. En condition nocturne la sensibilité maximum est d’approximativement 507 nm correspondant à une couleur vert bleuâtre.

Il faut décider si c'est 498nm ou 507nm? Alors disons 507nm.

  • les cônes L, sensibles aux ondes longues, de 470 à 630 nm (gamme de bleu ciel à rouge)[note 1], avec un maximum à 564-580 nm qui est un jaune verdâtre.

C'est quoi 1/e? Toutes ces questions c'est pour vous aider à améliorer votre contribution.Ne pas vous offusquez,svp:merci.

~bercier 8 mars 2013 à 21:12 (CET)

  1. Je viens de remplacer amplitude par Intensité lumineuse. L'amplitude d'une onde correspond si vous voulez, à la quantité de particule.
  2. Vous savez comme moi qu'on peut représenter les couleurs de plusieurs façon (RGB,HSV,CMYK,...), mais ça prend au moins 3 dimensions. Nécessairement certaines couleur ne seront pas présenté sur le plan de devant.
  3. J'ai bien compris que la vision photopique est celle générée par les cônes. C'est ce que l'introduction explique. Il n'y a pas de besoin d'introduire ce mot en introduction. C'est mettre le chariot avant les boeufs non ?
  4. Selon notre article Photorécepteur (biologie), il s'agit bien de neurones récepteurs.
  5. J'ai pas l'intention de mener un bataille pour trancher entre 498nm ou 507nm.
  6. Je ne suis pas responsable de la présence du mot continuum et je n'y tient pas.
Iluvalar (d) 8 mars 2013 à 21:36 (CET)

La sensation de couleur origine de la stimulation de cellules nerveuses spécialisées nommées cônes situés au fond de l'oeil.


Il manque un verbe dans cette phrase et ainsi elle ne veut rien dire. Les cônes sont des Photorécepteurs situés au fond de l'œil, transformant le signal électromagnétique de la lumière en signal nerveux permettant la vision diurne. La vision nocturne est assurée par les bâtonnets. Essayer de traduire cette phrase correctement svp. les cônes ne sont pas des cellules nerveuses,mais transforment l'énergie des photons en signal qui sera transmis au cerveau par des neurones.


~bercier 9 mars 2013 à 12:40 (CET)

Vous n'écoutez pas ce que je dis

t en plus de ne pas répondre à mes questions. Ma patience a malheureusement des limites. Iluvalar (d) 9 mars 2013 à 16:17 (CET)

  1. L'intervalle fourni ici correspondant à l'intervalle pour lequel l'absorbance normalisée est supérieure à 1/e par rapport au maximum.

~bercier 18 mai 2013 à 16:31 (CEST)

Les pourpres[modifier le code]

Les pourpres pourraient être indiqués comme résultant de mélanges de bleus(360-480nm) et rouges(650-860nm)! Les lumières magenta et fuchsia n'ont pas de longueur d'onde mais résultent d'un mélange de violet et de rouge extrêmes.

— Le message qui précède, non signé, a été déposé par bercier (discuter). 2.0.104.192 (d) 1 juin 2013 à 11:20 (CEST)

J'ai édité ce passage qui n'avait pas de sens : on parle des couleurs du spectre électromag, du coup magenta ou fuschia etc n'ont pas de sens : au-delà du bleu et du violet, le spectre est ultraviolet et on ne voit plus de couleurs (on voit déjà pas très facilement le bleu et le violet sans y aller avec une intensité de malade). Le tableau était incohérent avec sa section. Je m'interroge d'ailleurs sur cette histoire de TSV : si on veut parler des espaces colorimétriques, ce n'est pas dans la section spectre électromagnétique qu'il faut en discuter. ¤ Euterpia ¤ Just ask ¤ 30 avril 2013 à 11:58 (CEST)
On peut noter magenta et fuchsia par la longueur d'onde de la lumière complémentairev avec le signe -:alors magenta=-510nm environ et fuchsia=-500nm environ valeurs à affiner sans doute.
Le violet vers 360-430nm peut se noter -540nm environ et le rouge extrême peut-être -490nm.
Si cela vous intéresse je peux chiader la question.
C'est quoi TSV?
~bercier 30 avril 2013 à 12:32 (CEST)
La longueur d'onde de la couleur complémentaire ? Mais aucun rapport avec le spectre électromagnétique ! Donc rien à faire dans ce tableau surtout si c'est pour inventer des notations (WP:TI non merci).
Je vous laisse cliquer sur le lien que vous avez vous même copié plus haut de l'espace principal pour découvrir ce qu'est l'espace TSV. ¤
Euterpia ¤ Just ask ¤ 30 avril 2013 à 12:37 (CEST)
~bercier 18 mai 2013 à 16:43 (CEST)
Fuchsia (couleur) - Wikipédiafr.wikipedia.org/wiki/Fuchsia_(couleur)‎En cache
Pages similaires... l'orthographe « fushia » pour la couleur , mais uniquement « fuchsia » pour la plante. Quant à l'orthographe « fuschia », elle est considérée comme erronée.
Cette contribution n'est pas sur les ondes électromagnétiques,et un de ses spectres ,mais sur la couleur,donc le magenta a bien sa place ici et magenta plutôt que fushia qui serait d'aprés wiki un magenta fluo alors que le nom magenta figure sur toutes les cartouches d'imprimantes.
Et puis le magenta est bien un mélange d'ondes et ce n'est pas pcq' il n'est pas dans l'arc en ciel ,qu'il faut le blackbouler{{sourire]]?
TSV teinte saturation valeur TSL!!!!WP:TI vous ne parlez que par initiales RA....Mme E.....
2.0.104.192 (d) 1 juin 2013 à 11:20 (CEST)
le fushia serait plutôt une couleur saumon entre le rouge et le magenta....sous toute réserve......
2.0.104.192 (d) 1 juin 2013 à 11:20 (CEST)
je comprends enfin pourquoi il est si difficile de signer.
il faut retourner à connexion,entrez son nom ,son mot de passe,quoi beaucoup de temps......
~bercier 1 juin 2013 à 12:09 (CEST)
pourquoi vert-jaune et vert-bleu qui serait d'ailleurs plutôt vert-cyan?
pourquoi pas émeraude et turquoise?
~bercier 1 juin 2013 à 12:09 (CEST)

Vous n'écoutez pas ce que je dis et en plus de ne pas répondre à mes questions. Ma patience a malheureusement des limites. Iluvalar (d) 9 mars 2013 à 16:17 (CET)

Sorry,:quelles sont-elles(vos questions).?je me ferai un grand plaisir d'y répondre,vraiment.
Si ,je vous écoute avez les yeux grand ouverts et la plus grande attention.Votre contribution est pas mal et même très bien:je ne cherche qu'à vous aidez à la rendre encore plus belle,donc ne vous irritez pas,soyez patient,calme et compréhensif tout en restant poli.
~bercier 1 juin 2013 à 12:09 (CEST)
  • Restitution des couleurs
Le seul procédé connu de restitution intégrale des couleurs, c'est-à-dire fixant le panachage réel des longueurs d'onde de départ et non sa simple projection sur un nombre limité d'axes de teinte, est la photographie interférentielle de Lippmann (1891), onéreuse et de mise en œuvre aussi contraignante que l'holographie, car fonctionnant elle aussi sur le principe des interférences. Les procédés polychromes (trichromes, quadrichromes, hexachromes…) lui sont donc préférés
La correction demande réflexion:
la phrase commence par le procédé donc l'accord donnerait.... onéreux..... et .....lui....
Il semble qu'il faudrait reconstruire la phrase et la scinder en 2.
Restitution des couleurs
Le seul procédé connu de restitution intégrale des couleurs, c'est-à-dire fixant le panachage réel des longueurs d'onde de départ et non sa simple projection sur un nombre limité d'axes de teinte, est la photographie interférentielle de Lippmann (1891);celle-ci, onéreuse et de mise en œuvre aussi contraignante que l'holographie, car fonctionnant elle aussi sur le principe des interférences. Les procédés polychromes (trichromes, quadrichromes, hexachromes…) lui sont donc préférés
Cependant la correction de Lippmann est une bonne correction....car + logique que onéreuse et lui
~bercier 2 juin 2013 à 11:30 (CEST)
  • Notification Euterpia : La question des couleurs pourpre et violet agite beaucoup, au delà de Bercier. J'ai essayé de donner une réponse encyclopédique (basée sur des sources) dans Violet, et un peu dans Pourpre. PolBr (discuter) 7 septembre 2014 à 11:35 (CEST)
bonjour PolBr. Cette synthèse est très bonne et correcte ET basée sur des sources. On est loin du charabia incompréhensible et délirant de bercier. Pour moi l'explication dans violet et pourpre sont bonnes, bien que la notation avec des longueurs d'onde négatives dans violet pourrait perturber certains lecteurs je suppose ? Je ne sais pas, et je ne suis pas non plus partisane du nivellement par le bas des articles. Si cette notation est indispensable pour expliquer autant la garder Clin d'œil Personnellement je comprends l'ensemble, mais avoir eu des cours de colorimétrie simplifie quand même grandement les choses Tire la langue Merci pour ton travail sur ces articles ! ¤ Euterpia ¤ Just ask ¤ 8 septembre 2014 à 11:07 (CEST)¤ Euterpia ¤ Just ask ¤ 8 septembre 2014 à 11:12 (CEST)

Œil humain[modifier le code]

L'œil humain comporte trois types de cônes situés principalement sur la fovéa d'un millimètre de diamètre, dépression de la macula (tache jaune) près du centre de la rétine, à quelques degrés de l'axe optique.

Ma correction sur la position de la fovéa qui se situe prés du centre de la rétine à quelques degrés de l'axe optique correspond au texte et schéma de Mr Robert SEVE pages 11 et 13 :SCIENCE DE LA COULEUR.

~bercier 3 juin 2013 à 12:48 (CEST)

remarques[modifier le code]

« La couleur est la perception faite par la vision de l'intensité de certaines longueurs d'ondes de la lumière visible. »

— RI

Pourquoi certaines longueurs d'onde de la lumière visible?

Et pourquoi lumière visible?

« La couleur est la perception faite par l'œil de l'intensité d'une ou plusieurs longueurs d'ondes de la lumière . »

— Proposition RI bercier

Plusieurs longueurs d'ondes pour intégrer les lumières métamères (désaturées) et aussi les pourpres (plutôt les magentas) qui ne sont pas spectraux.

A ma connaissance, je ne connais pas de lumière invisible!!! Il y a bien de la lumière aveuglante(soleil), traumatisante (éclipses)... Et puis vision et visible...

L'intensité lumineuse est aussi appelée luminance...

Mais pour les profanes intensité lumineuse est mieux, encore que lumineuse.....

Et pourquoi ne pas dire intensité tout court,car les couleurs sont plutôt la perception de l'intensité énergétique d'une ou plusieurs longueurs d'ondes.....

C'est l’œil qui transforme cette énergie ou puissance en Watts(radiance), en énergie lumineuse en lumens (luminance).

A vous de voir.

Ce que j'en dis c'est pour vous rendre service aussi ne soyez pas si susceptible.

~bercier 24 juin 2013 à 15:39 (CEST)

chrominance[modifier le code]

En généralisant on peut dire que la chrominance est définie par la longueur d'onde en nm ou par l'opposée de la longueur d'onde de la lumière de couleur complémentaire ou par xy de CIE1931 xyY 2°.

~bercier 24 juin 2013 à 15:39 (CEST)

Texte de madame Euterpe:

La remarque pour une ou plusieurs longueurs d'onde est une bonne remarque. Pour le reste vous vous leurrez : la lumière visible recouvre le spectre de 470 à 780nm environ. Au-delà on a de la lumière infrarouge, en-deçà, de la lumière ultraviolette. Ces spectres ne sont pas visibles à l’œil nu, d'où la qualification de lumière visible (qui n'a rien à voir avec l'invisibilité).
Et non l'intensité n'est pas la luminance ! C'est une erreur fondamentale que de dire ça, les unités ne sont pas du tout les mêmes. L'intensité se mesure en W, La luminance en W.m-2.sr-1. ¤ Euterpia ¤ Just ask ¤ 25 juin 2013 à 11:30 (CEST)

REPONSE:[modifier le code]

Sur wiki:infrarouge donne: Le rayonnement infrarouge (IR) est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde supérieure à celle de la lumière visible mais plus courte que celle des micro-ondes.

en complément c'est de 700nm à 1000nm.


sur wiki:ultra violet donne: Le rayonnement ultraviolet (UV) également appelé lumière noire parce qu’il n’est pas visible à l’œil nu, est un rayonnement électromagnétique d'une longueur d'onde plus courte que celle de la lumière visible, mais plus longue que celle des rayons X. Il ne peut-être observé qu’indirectement, soit par fluorescence, soit à l’aide de détecteurs spécialisés.


Les ultraviolets peuvent être subdivisés, selon leur longueur d'onde en: UV proches (380-200 nm) et ultraviolets extrêmes (200-100 nm).

donc les ulraviolets vont de 380nm à 100nm.

Alors madame Euterpe vous oubliez les lumières visibles entre 380nm et 470nm!grande lacune. Et de 700nm à 780nm....?

J'ai écrit: C'est l’œil qui transforme cette énergie ou puissance en Watts(radiance), en énergie lumineuse en lumens (luminance).


L'intensité lumineuse est aussi appelée luminance...

Effectivement c'est trop général,car il y a :

1/la luminance absolue Ya

2/la luminance relative Y=0.17697r+0.81240g+0.01063b pour CIE 1931 xyY 2°

3/et la luminance relative barycentrique L=Y/y=X/x=Z/z=X+Y+Z qui permet de calculer le mélange de lumières du diagramme de chromaticité CIE1931 xy 2°.

Il me fallait écrire :scientifiquement on peut remplacer le terme intensité lumineuse par luminance.(Mais j'ai écrit que intensité était mieux pour le profane).Toute la colorimétrie s'est établie justement pour ne pas avoir à utiliser d'unités:Toutes les fonctions sont relatives,sauf la luminance Ya qui était pratiquement impossible à mesurer en 1931.Voir Robert Sève Page 68.et Page 174:aspect relatif de la colorimétrie CIE:C'est un aspect surprenant de la colorimétrie de constater, qu'elle détermine en général, seulement des quantités relatives, fait à peine explicité dans les documents officiels CIE.

Et moi aussi,je ne m'occupe pas trop d'unités,qui sont pratiquement inutiles pour la compréhension de la colorimétrie,jusqu'à un certain niveau de connaissaces.

Voila,j'ai assez travaillé pour madame Euterpe,je vais travaillé ailleurs.Merci.

Et en ce qui concerne,flux lumineux,puissance lumineuse,intensité lumineuse, et.. comme dit Monsieur Robert Sève,peut importe de considérer l'une quelconque de ces entités,l'important est de n'en pas changer....Page 174:Lorsqu'on évalue de manière comparative des sources primaires la grandeur radiométrique doit être spécifiée(flux,intensité ou luminance) et le coefficient de proportionalité ,déterminé en conséquence ,doit conserver la même valeur d'un cas à l'autre, faute de quoi les mesures ne peuvent être comparées.

Je suis d'ailleurs étonné que Sève parle de luminance radiométrique alors que le bon terme est radiance.....


Je suis heureux de voir que quelques personnes s'intéressent à la colorimétrie,autrement que pour des détails ......Bravo,madame Euterpe.

Mais là,il s'agit d'un article sur la couleur.

~bercier 26 juin 2013 à 10:35 (CEST)


Revoir cette contribution[modifier le code]

En relisant rapidement et partiellement cette contribution ,je m'aperçois d'une grosse erreur sur la question des lumières métamères 'et je voudrai que les grands spécialistes comme EUTERPIA,ALASJOURN,Jct etc....la corrigent,s'ils le veulent bien:

Une lumière monochromatique ne peut pas étre métamérisée par d'autres lumières (autre qu'elle-même).

Seule une lumière non monochromatique peut-être métamérisée par 2 lumières monochromatiques ou non monochromatiques ,ce qui peut être expliqué avec le diagramme de chromaticité CIE1931 xy 2°.

VOILA LE TEXTE ACTUEL DE LA CONTRIBUTION COULEUR:

Pour expliquer la sensation de couleur équivalente d'une lumière monochromatique et d'une superposition de plusieurs ondes, il faut faire appel à la physiologie de l'œil. Les cellules sensibles de la rétine, les cônes, transforment tout rayonnement de lumière visible en trois impulsions nerveuses de valeurs variables qui sont acheminées vers le cerveau. Toute lumière, même monochromatique, excite chacun des 3 types de cônes et est donc pour ainsi dire codée par 3 valeurs. Cette décomposition ne permet donc pas de différencier une lumière monochromatique et une autre polychromatique qui excitent toutes deux les cônes de la même façon, envoient ainsi les mêmes impulsions nerveuses au cerveau et produisent donc la même sensation de couleur.
http://eveil-toulouse.com/doc_rayons/couleurs.html La nature de la couleur.
Autrement dit, physiquement les deux lumières sont différentes par leur composition (spectrale) mais l'effet physiologique pour la vision et par suite la sensation subjective de couleur sont les mêmes.

AU TRAVAIL,pour la correction.MERCI.

Il est à noter que le site ci-dessus et ci-dessous semble ne rien donner.!!!!!

http://eveil-toulouse.com/doc_rayons/couleurs.html La nature de la couleur.
~bercier 26 juin 2013 à 11:29 (CEST)

TExte de l'article: Il importe de ne jamais confondre la couleur qui est une notion perceptive et la longueur d'onde qui est une notion physique.

ma réponse :La colorimétrie a pour but de définir une lumière quelconque par sa chrominance dominante ,sa saturation,(et sa luminance Y).La chrominance xy 2°,donne une longueur d'onde dominante.

~bercier 26 juin 2013 à 13:42 (CEST)

ça me fait bizarre de lire dans cet article:

La sensation de couleur prend son origine dans la stimulation de cellules nerveuses spécialisées nommées cônes situés au fond de l'œil.

les cônes sont des cellules nerveuses!!!!:bizarre,ça ne se lit pas souvent......


Je recopie ci-dessous ce qui me semble moins bizarre,et tiré de wiki cône:

Les cônes sont des photorécepteurs situés au fond de l'œil, transformant le signal électromagnétique de la lumière en signal nerveux permettant la vision diurne.

~bercier 26 juin 2013 à 20:50 (CEST)

C'est vraiment affligeant de voir une telle exigence de précision au milieu d'un tel fatras d'erreurs présentées avec la même force que quelques vérités saupoudrées ; le tout se ponctuant par une injonction à peine croyable. Quand toute cette pollution cessera-t-elle ? Une nouvelle RA est-elle nécessaire ?

Alasjourn (Discussion) 26 juin 2013 à 22:51 (CEST)

Les cônes sont des cellules nerveuses, on l'apprend en SVT.
Vous vous trompez pour la luminance, la colorimétrie est de la physique et en physique les mots ont un sens, et la luminance correspond à une certaines unité physique. On parle d'intensité car la luminance est en W/m²/sr. Et en colorimétrie ce n'est pas vraiment cela qui est important qu'on parle d'intensité ou de luminance mais la question de la couleur. Ce n'est cependant pas parce que ce n'est pas important que les unités deviennent équivalentes et qu'on doit de permettre de ne pas garder une certaine continuité dans l'utilisation des unités. Bref. S'il vous plaît soyez plus clair.
On est par ailleurs sur l'article sur la couleur pas sur la colorimétrie. Merci.

¤ Euterpia ¤ Just ask ¤ 26 juin 2013 à 23:08 (CEST)


Cone cell structure

Cone cells, or cones, are one of the two types of photoreceptor cells that are in the retina of the eye which are responsible for color vision as well as eye color sensitivity; they function best in relatively bright light, as opposed to rod cells that work better in dim light. Cone cells are densely packed in the fovea centralis a 0.3 mm diameter rod-free area with very thin, densely packed cones, but quickly reduce in number towards the periphery of the retina. There are about six to seven million cones in a human eye and are most concentrated towards the macula.


Je préfère photorécepteur relié à un neurone plutôt que cellule nerveuse.

~bercier 27 juin 2013 à 12:11 (CEST)

J'ai déjà pris compte de cet opinion par le passé. Ce n'est pas en la répétant qu'elle deviendra populaire. L'ennui c'est que ceci est un article sur la couleur, pas sur une branche avancé de la neurobiologie. Le lecteur est susceptible d'être un enfant. Le mot "photorécepteurs" ne veux absolument rien dire pour la personne qui ne sait pas c'est quoi. Alors que "cellule spécialisé" même un jeune enfant peut capter. En fait, la phrase que tu propose serait juste une lapalissade élaborée qui n'apporterait plus aucun contenu. Iluvalar (d) 27 juin 2013 à 16:37 (CEST)

perception[modifier le code]

Dans le paragraphe "perception et âges", vous écrivez "Les bébés ont une vision précoce et latéralisée de la couleur, contrôlée par l'œil gauche dans la prime enfance, puis chez l'enfant plus grand et chez l'adulte, par l'œil droit6, c'est-à-dire dans l'hémisphère gauche du cerveau, où est également située l'aire du langage." En réalité (voir "chiasma optique"), c'est la partie gauche de chaque rétine, et non l'œil droit, qui est reliée à la partie gauche du cerveau. Que faut-il corriger ? --AMAT AMOROS (discuter) 1 janvier 2014 à 13:25 (CET)

Apposer le modèle {{refnec}} sur la partie qui semble douteuse. Sinon corriger et sourcer. Cordialement — Alasjourn (Discussion) 14 janvier 2014 à 22:51 (CET)
  • Notification AMAT AMOROS : La phrase simplifie tellement le processus de la vision qu'elle ne veut probablement rien dire. Je n'ai rien fait parce que je ne sais pas quoi faire au niveau de brièveté nécessaire pour l'article, et que je n'ai pour moi que ma curiosité. La source (ref>Anna Franklin, Université du Surrey (Royaume-Uni), citée par Science et Avenir (avril 2008), p. 29</ref) étant inaccessible et pas absolument fameuse, je la retire et je mets {{référence nécessaire}}. Par ailleurs, cette remarque ne serait-elle pas mieux placée dans Connaissance des couleurs, qui demande d'ailleurs des améliorations, puisqu'il doit traiter de la couleur du point de vue cognitif et des neurosciences ? PolBr (discuter) 7 septembre 2014 à 11:35 (CEST)
  • On trouve facilement une source en anglais correspondant au thème : (en) Anna Franklin, G. V. Drivonikou, L. Bevis, I. R. L. Davies, Paul Kay et T. Regier, « Categorical perception of color is lateralized to the right hemisphere in infants, but to the left hemisphere in adults », Proceedings of the Academy of Sciences of the United States of America, vol. 105, no 9,‎ , p. 3221-3225. Cette communication est plutôt en rapport avec les sciences cognitives et avec les discussions anthropologiques évoquées dans Champ chromatique. Ce n'est certainement pas une information nécessaire dans un article de présentation générale ; elle ne correspond pas à la section altération de la vision où elle se trouve ; la phrase rend très mal compte de la source, mais c'est un résultat des éditions successives, voir l'état ici, elle serait mieux placée, je crois, dans Champ chromatique (créé en 2007, mais qui ne discutait pas les questions anthropologiques au départ), ou Noms et adjectifs de couleur (créé en 2011) où la question est discutée. Je la déplace vers Champ chromatique, en espérant que Notification Lamiot :, son contributeur de 2008, pourra mettre à jour si nécessaire. PolBr (discuter) 8 septembre 2014 à 09:46 (CEST)

Histoire des couleurs[modifier le code]

Bonjour,

De passage sur l'article je me rends compte qu'il n'y a pas de section historique présentant l'évolution de la perception de la notion de couleur au cours du temps. Est-ce qu'une telle section n'aurait pas sa place ici ? Gormé (discuter) 27 mai 2014 à 21:28 (CEST)

L'article étant à mon avis déjà trop long, je crois qu'il serait préférable d'en créer un particulier. Il ne manquera ni de sources, puisque deux ou trois historiens (dont Michel Pastoureau, en art. connexe) s'en sont fait une spécialité. Comme l'histoire s'intéresse aux sociétés éloignées dans le temps, l'ethnologie s'intéresse aux sociétés éloignées dans l'espace. Là aussi, vaste documentation. Je n'ai pas examiné de près l'article Symbolisme des couleurs, mais d'après le résumé introductif, la diversité de la perception des couleurs fait partie de son programme. PolBr (discuter) 27 mai 2014 à 22:21 (CEST)

Diffraction par un CD[modifier le code]

À regret, parce que j'apprécie les expériences de physique amusante, je retire le bout de phrase sur la décomposition de la lumière par un CD:

Exemple — écran d'ordinateur :

Les écrans sont constitués d'éléments lumineux trop proches les uns des autres pour qu'on les distingue individuellement, capables d'émettre une couleur primaire avec l'intensité déterminée par les instructions de la machine.

Si les deux composantes verte et rouge d'un écran électronique sont allumées, les couleurs des éléments associés (juxtaposés) se superposent, et on obtient une couleur jaune, qui se résout à nouveau en vert et rouge si on regarde cette zone de l'écran à travers un compte-fils ou par réflexion sur un CD.

Si on regarde un CD, on y voit bien des irisations ; mais pour arriver à séparer les primaires d'un écran, c'est tout un travail:

  1. avec un logiciel quelconque, créer un fond noir sur tout l'écran, traversé par une ligne jaune horizontale
  2. afficher en plein écran, dans une pièce obscure
  3. sous certains angles, la ligne reflétée dans le CD se sépare, aux extrémités, en composantes.

Si quelqu'un essaye direct avec une tache jaune sur l'écran, ça ne va pas le faire. Il faut donc ou mettre la recette, ou supprimer.

Si quelqu'un a une meilleure procédure, qu'il me la signale, je le remercie d'avance. PolBr (discuter) 2 juin 2014 à 20:04 (CEST)

cônes et perception de la couleur[modifier le code]

Notification Sylveno : Je retire l'alinéa suivant, introduit le 6 décembre 2012 à 23:11 par Sylveno (la page est trop longue pour être lisible, il faut élaguer les détails)

« Chaque individu et chez un même individu chaque œil, n'a pas la même quantité de cônes et bâtonnets. Ainsi la perception des couleurs est différente pour chacun et pour une même personne l'œil droit et l'œil gauche ont une vision légèrement différente[réf. nécessaire]. »

Elle me paraît d'ailleurs fort douteuse. La répartition des cônes et des bâtonnets est différente selon les parties de la rétine, et on fait avec. Je ne vois pas comment on pourrait percevoir les couleurs différemment de chaque œil. Il faudrait que les pigments des cônes soient différents. La mobilité occulaire joue aussi un rôle, en faisant balayer les cônes.

Mais ce n'est pas toute la question. J'aimerais remettre cette considération (à sourcer) dans un article plus détaillé, mais je ne lui trouve de place ni dans Œil humain, ni dans Vision, ni dans Cône (biologie).

PolBr (discuter) 2 juin 2014 à 20:41 (CEST)

Couleurs additives et soustractives[modifier le code]

Notification PolBr : : Bonjour PolBr,

Le 3 Juin 2015, lorsque j'avais effectué ce même ajout concernant les couleurs, vous l'aviez laissé et m'aviez même soutenu pour ces contributions.

Aujourd'hui, je ne comprends pas pourquoi pour ces mêmes ajouts, vous me marquez que c'est complètement faux...

Quelle est la différence entre Juin dernier et aujourd'hui ?

Merci de me fournir une explication sur ce que j'ai tenté de recompléter.

Cordialement. --Philippe Rgt (discuter) 6 janvier 2016 à 10:34 (CET)

Il n'est pas exact que j'aie soutenu cette contribution (en tous cas, pas le 3 juin 2015). Réponse sur ce qui est faux dans Discussion utilisateur:Philippe Rgt#Couleur. Tous vos apports du 3 juin sont d'ailleurs aussi confus, pleins d'erreurs, et sans source de qualité. Je comprends bien votre intention pédagogique, mais un article encyclopédique ne peut pas, comme dans une leçon orale, énoncer des explications fausses qu'on corrigera plus tard. L'explication ne profite d'ailleurs pas ici de ces erreurs. Si vous croyez nécessaire de s'étendre sur le sujet, il faut en tous cas le faire dans l'article détaillé, dont l'article général Couleur, déjà si long, ne doit donner qu'un bref résumé. Cordialement. PolBr (discuter) 6 janvier 2016 à 11:00 (CET)
OK, je comprends et je sais que vous avez des connaissances notamment sur le sujet des couleurs. J'ai lu aussi bien sûr votre réponse sur ma page de discussion. Mais d'une manière générale, rouge, vert et bleu en soustractif pour la télévision, les ordinateurs et cyan, magenta et jaune en additif pour les imprimantes en quadrichromie (en rajoutant une cartouche noire pour obtenir un noir parfait pour l'impression), ce sont pourtant bien les couleurs primaires utilisées majoritairement, mais je peux me tromper ?? Et je pensais justement que ces explications étaient claires et simples... --Philippe Rgt (discuter) 6 janvier 2016 à 12:10 (CET)
Attention, je vous prie. Les écrans de télévision et d'ordinateur font une synthèse additive des couleurs, en mélangeant des lumières rouge, verte et bleue. Les couleurs de l'imprimerie quadrichromie sont en synthèse soustractive, avec des encres cyan, magenta et jaune. L'encre noire n'est pas nécessaire à la théorie. Elle ne sert pas à obtenir un noir parfait (que signifie pour vous « un noir parfait » ?), mais principalement à diminuer la charge d'encre, en plus de permettre facilement une échelle de gris sans tendance colorée, ce qui est très souvent utile.
Quant à la simplicité de vos explications, que je trouve pour ma part difficiles à suivre, parce que, comme ci-dessus avec le « noir parfait », vous employez des termes mal définis, la question n'est pas seulement de savoir si elles sont simples et claires, mais aussi si et comment elles s'insèrent dans le résumé de la synthèse additive des couleurs à placer dans l'article général Couleur.
Enfin, veuillez considérer que je n'ai sans doute pas une connaissance suffisamment approfondie des couleurs, mais que je suis malheureusement fort enclin à douter des connaissances des autres. Je suis ravi qu'on me montre mes erreurs, quand on s'appuie, soit sur des raisons suffisantes, soit sur des autorités qui les donnent à votre place. 6 janvier 2016 à 13:56 (CET)
C'est exact, je ne m'étais pas bien relu et m'en excuse, j'ai inversé par erreur additif et soustractif dans le commentaire ci-dessus et reconnais mes étourderies ! Mais mon commentaire n'était pas critique, au contraire ! Cependant je crois que par ailleurs il est plus sage de ma part que je freine, voire arrête comme je l'ai fait près de 2 mois, mes contributions ! --Philippe Rgt (discuter) 6 janvier 2016 à 16:23 (CET)
… juste pour préciser une situation maintenant bien connue, Rgt est reparti, malgré ses engagement en RA à sourcer tous ses écrits, dans de nouveaux boniments et affabulations sur de nombreux articles (cf. sa liste de contribution). Non seulement il bafoue sa parole, mais se permet comme sur Mariachi, de mettre celle des autres en doute. Une fois de plus lamentable. — Hautbois [canqueter] 14 janvier 2016 à 00:01 (CET)
Et la tolérance, c'est aussi une très bonne chose entre contributeurs, et facilite grandement les choses. Cordialement.--Philippe Rgt (discuter) 14 janvier 2016 à 00:31 (CET)
… la tolérance doit être mutuelle, faite de respect. Vous, vous ne respectez rien, ni moi, ni Wp, sinon, depuis longtemps, vous auriez lu et appliqué les règles que je vous ai des dizaines de fois demandé de lire et d'appliquer. — Hautbois [canqueter] 14 janvier 2016 à 00:50 (CET)
On a l'impression du professeur qui parle à son élève. Je connaissais les discussions entre politiciens, mais là, ce n'est pourtant que sur les goûts et les couleurs... et la musique, comme l'avait souligné en Mars, Eric-92.--Philippe Rgt (discuter) 14 janvier 2016 à 01:12 (CET)

Les plus consultés ?[modifier le code]

Le 17 janvier 2017, le seul article sur les couleurs dans la liste des 1000 plus consultés est Liste de couleurs, qui redirige sur Liste de noms de couleurs, à la 390.e place sur la période 2011-2015. Pour 2015, aucun titre d'article contenant couleur n'apparaît dans les 1000 plus consultés. Quelque soit l'état du projet:Wikipédia 1.0/Les plus consultés, l'article Couleur n'a pas de raison de s'y trouver. PolBr (discuter) 17 janvier 2017 à 10:57 (CET)

Couleurs monochromatiques[modifier le code]

Dans cet article on montre un tableau en disant que les couleurs sont celles de l'Arc-en-ciel. Donc SIX couleurs monochromatiques en tout.

Dans Onde monochromatique on nous présente un tableau avec SEIZE couleurs monochromatiques !

Combien y en a-t-il finalement des monochromatiques ?

--AXRL (discuter) 21 janvier 2018 à 20:10 (CET)

Un humain avec une vision normale distingue environ 150 couleurs monochromatiques. Il n'a pas de nom pour toutes. Elles sont toutes dans l'arc-en-ciel mêlées d'un peu de blanc qui vient du fond nuageux. On classe ces couleurs en six classes sans limites parfaitement définies qui sont en fait des champs chromatiques, des noms connus de tous qui regroupent une quantité de teintes. PolBr (discuter) 21 janvier 2018 à 20:20 (CET)
Toutes ces informations sont interprétées à partir de la norme AFNOR X08-010 qui fournit 7 noms pour 7 champ chromatiques concernant les couleurs saturées ː les 6 de l'article plus le POURPRE qui est nécessairement un mélange donc jamais monochromatique. Chaque champ est subdivisé en 3 sous-groupes, soit 21 champs chromatiques en tout. Seul 16 apparaissent dans le second article car en sont exclus VOILET-POURPRE, POURPRE-VIOLET, POURPRE, POURPRE ROUGE, ROUGE-POURPRE car jamais monochromatiques. Les deux présentations ne sont donc pas en contradiction. La seconde est simplement plus précise que la première. — Ellande (Disc.) 21 janvier 2018 à 22:24 (CET)