Discussion:Chavigny (Aisne)

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

BA car pas grand chose d'autre à dire mais il manque des photos--Dude 6 juillet 2007 à 07:51 (CEST)

BD, l'article reste largement incomplet, même pour sa taille, et n'a pas reçu le label bon article. Amicalement. Clicsouris 6 juillet 2007 à 17:26 (CEST)
OK, je note qu'il faut un vote pour BA.--Dude 6 juillet 2007 à 18:44 (CEST)

désebauche[modifier le code]

Les Châtillon dans la guerre privée de 1164 à 1168 à propos du fief de Crécy-Montjay. Le fief de Clacy, appelé successivement de Montjay et Crécy, avait sa maison seigneuriale à Noisy-le-sec (Seine-Saint-Denis) En 1119, il appartenait à Guillaume Marbreau, seigneur de Chavigny près Soissons ( Aisne) dont le vassal Dreux de Clacy entra en conflit d'intérêt à propos de droit de voirie avec le prieuré de Saint Martin des-Champs de Gournay. Menacé d'excommunication, Dreux de Clacy serait intervenu avec succès auprès de l'archidiacre et chancelier Etienne de Garlande (Doyen de l’église Saint-Aignan d’Orléans puis évêque élu de Beauvais mais non consacré et archidiacre de Paris. Dans le même temps, il était chancelier – c’est à dire ministre de la Justice et garde des Sceaux, poste qu’il occupa de 1106 à 1125). Le différend refit surface en 1134 lorsque le champenois Henri 1er de Châtillon devint seigneur de Crécy-en-Brie et de Montjay et des fiefs en relevant. Il intervint auprès du pape Innocent II qui rédigea le 20 juillet 1136 une bulle précisant que les cens et dîmes du fief de Clacy-Crécy appartenaient effectivement à Saint-Martin-des-Champs. Pierre de Clacy refusa de céder malgré les injonctions et le différend se transforma en conflit armé en 1164, avec d'un côté le seigneur de la Queue-en-Brie, vassal de Guy II de Châtillon-sur-Marne (Fils de Henri 1er de Châtillon et d’Ermengarde de Montjay, il comptait dans sa famille le pape Urbain II) et de l'autre Pierre de Clacy. Nous ignorons les péripéties de ce conflit qui fut dénoncée par le pape comme «guerre cruelle ». Un accord intervint en 1168, cautionné du côté de Pierre de Clacy par son beau-frère Guillaume de CORNILLON et leur beau-père Geoffroy II de Massy dit Soudan de Massy


Cet article a été déclasé car il ne remplit pas les critaires de désebauche du Projet:Communes de France --Obscurs (d) 21 décembre 2009 à 11:43 (CET)