Discussion:Charlot fait une cure

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Commentaires[modifier le code]

C'est probablement le plus mésestimé des films de Chaplin, période Mutual (1917 ! Charlot, grand amateur d'alcools forts, doit faire une cure de désintoxication, dans une station... hydrothermale! Ici Charlot n'est plus un vagabond. C'est un homme "aisé" que sa "maladie" - son "vice" - isole. On retrouve évidemment les personnages archétypiques qui interviennent dans d'autres films de Chaplin: le gros bourgeois libidineux (Eric Campbell), les vieilles rombières, les serviteurs obséquieux et vicieux et la jolie femme (Edna Purviance) généreuse, mais très naïve dont Charlot tombe évidemment immédiatement amoureux. Mais ici le seul personnage mobile ("vivant") c'est Charlot. Aux rôles secondaires sont attachés des lieux particuliers qu'ils ne quittent (presque) pas: le gros bourgeois dans le hall d'entrée, le garçon d'hôtel dans la chambre de Charlot (près de sa malle-cave!), les pimbêches autour de la fontaine (l'eau abhorrée par Charlot!)... Cette mise en scène est simplement géniale ! Charlot virevolte d'un lieu à l'autre, tournoie avec le portillon, coince le pied du gros bourgeois goûteux, minaude derrière un rideau, esquisse un ballet dans la salle de massage, ruse avec son chapeau et une peluche pour éviter de boire de l'eau... Les objets deviennent des acteurs à part entière: le portillon d'entrée, la malle, le rideau, le radiateur, etc. Tout au long de ce film extraordinaire, la pantomime est transcendée en un ballet burlesque, délirant, culminant dans un gigantesque final éthylique qui fera vaciller la foule des riches curistes guindés. Avec « Charlot pompier » c’est ici un sommet de l’art chorégraphique de Chaplin. Et en plus c’est réellement marrant ! Ah les trois rombières complètement saoules! Un grand, très grand film de Charlie Chaplin hélas bien trop méconnu! Faites voir ce film à vos enfants ! "BURIDAN" 16 août 2007