Discussion:CIE RGB

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Untitled[modifier le code]

Pourquoi censurer le fait, immédiatement compréhensible, selon lequel, dans le diagramme de chrominance, le gamut triangulaire autorise toutes les directions (teintes) mais pas toutes les distances au point blanc (saturations) ? Jct (d) 26 novembre 2010 à 09:44 (CET)

Titre de l'article[modifier le code]

Le titre de cet article ne devrait-il pas être Espace CIE RVB ? Ça aurait au moins le mérite d'avoir une signification. --— Azurfrog [नीले मेंढक के साथ बात करना] 26 novembre 2010 à 10:20 (CET)

Quelle serait la signification pour ceux qui ne savent pas que RVB représente des systèmes colorimétriques et non un espace vectoriel, un espace analogue à l'espace Schengen, un Espace (cosmologie), un Espace (sciences sociales), une Espace (typographie),... ? Jct (d) 26 novembre 2010 à 11:09 (CET)
Justement, l'article sur l'Espace Schengen est bien titré de cette façon, et pas simplement Schengen. Ici, c'est pareil : « CIE RVB » qualifie l'espace couleur dont on parle, c'est tout. Quant à ceux qui ne savent pas du tout ce dont on parle, c'est précisément à leur intention qu'il faut une introduction à chaque article, qui en résume la teneur.
Azurfrog [नीले मेंढक के साथ बात करना] 26 novembre 2010 à 11:43 (CET)
J'ai nommé cet article de la sorte pour rester homogène avec les articles déjà écrits CIE XYZ, CIE xyY ... que ce soit en langue française ou anglaise d'ailleurs.--Alasjourn (d) 26 novembre 2010 à 16:35 (CET)
Justement, ça me semble être une erreur. En anglais, on a par exemple comme article CIE 1931 color space, et non pas de CIE 1931, qui n'en est qu'une redirection. Ce qui pousse donc plutôt à renommer Espace couleur CIE RVB, avec CIE RVB comme redirection. — Azurfrog [नीले मेंढक के साथ बात करना] 26 novembre 2010 à 17:17 (CET)
Cette remarque me semble tout à fait justifiée, mais je débute dans la rédaction, et j'ignore tout de la méthode à utiliser pour renommer des articles... Je ne vois aucune objection, au contraire à ce que les espaces colorimétriques soient nommés ainsi, mais pourquoi ne pas les appeler systèmes colorimétriques, puisque l'espace colorimétrique en est un représentation en 2 ou 3 dimensions. J'avoue que mes connaissances ne me permettent pas de trancher. Je suis preneur de tous conseils --Alasjourn (d) 26 novembre 2010 à 19:50 (CET)
Deux choses utiles :
  • Conventions sur les titres : de façon générale, on prend le plus court sans ambiguïté, et le plus courant (principe de moindre surprise) ;
  • Renommage d'un article : on clique sur l'onglet « Renommer », et on met le nouveau titre dans la seconde fenêtre (qui rappelle par défaut le titre actuel, comme la première). On rajoute un motif et on envoie. C'est tout simple, et une redirection vers le nouveau titre est automatiquement créé à partir de l'ancien : comme ça, personne ne risque de se perdre.
    Malgré tout, il faut penser que le titre et la première phrase sont utilisés par les moteurs de recherche, qui trouveront donc mieux « espace couleur CIE RVB » que juste « CIE RVB ».
Enfin, pour décider d'un bon titre général (car il faut effectivement que tous les articles aient un titre structuré de la même façon), il faut sans doute - comme souvent - demander l'avis d'autres contributeurs sur le portail:Couleurs. Par défaut, se référer aux articles anglais me paraît aussi une bonne approche.
Cordialement. — Azurfrog [नीले मेंढक के साथ बात करना] 26 novembre 2010 à 20:41 (CET)
Pour être tout à fait exact, je nommerais cet article système CIE 1931 RVB (2°) pour le différencier de celui obtenu plus tard, la date m'échappe, sur un champ visuel de 10°. L'ampleur de la tache m'effraie, je pense que je vais plutôt m’atteler à modifier des contenus qui sont souvent définis de façon un peu rapide. Ça tombe bien car je ne trouve pas l'onglet renommer, je ne dois pas être bien doué ...
Cependant, j'adhère totalement à l'idée d'amener plus de clarté par des titres plus complets. Je ferai preuve de moins de précipitation si je rédige un nouvel article.
Merci pour ces conseils en tout cas.--Alasjourn (d) 26 novembre 2010 à 22:51 (CET)
Je peux toujours renommer la ou les pages si besoin était (ça prend moins de 30 secondes par page Sourire). L'onglet est juste en haut de chaque page, là où se trouvent les onglets « article », « discussion », « modifier » (eh oui !), « historique », et « renommer »... — Azurfrog [नीले मेंढक के साथ बात करना] 26 novembre 2010 à 23:16 (CET)

Comme on titre CIE1931xyY 2° on devrait titrer ici CIE1931rgb 2° même si r+g+b=1 Voir WRIGHT,GUILD et BROADBENT. ~bercier 23 mars 2013 à 19:57 (CET)

Améliorations de l'article[modifier le code]

Suite à quelques erreurs, je prépare une version corrigée et plus logique de cet article. Mon brouillon est ici : Utilisateur:Alasjourn/Brouillon3. Donnez votre avis sur la page de discussion du brouillon.--Alasjourn (d) 20 décembre 2010 à 12:35 (CET)

Commentaires[modifier le code]

A priori selon mes nombreuses lectures ces primaires ne sont pas expérimentales mais sont des primaires de référence :700nm et 435.8nm ont l'avantage de se situer aux extrêmités du gamut(du spectrum locus du gamut!!!!!mais je préfère GAMUT à ce terme barbare de spectrum locus). 435.8nm et 546.1nm sont deux raies du mercure donc sont parfaitement définies et 700nm n'est pas utlisable expérimentalement. Wright a utlisé les primaires 460nm 530nm et 650nm qui se rapprochent assez du triangle de Maxwell qui donne la majorité des lumières avec peu de faibles valeurs négatives de r1,g1,b1. Wright a étalonné le vert de façon qu'avec le rouge il donne un jaune de 582.5nm,et ensuite il a étalonné le bleu de façon qu'avec le vert il donne un cyan de 494nm,le jaune et le cyan comportant un peu de lumière complémentaire bleue et rouge-orange. Quant à Guild il a fait ses expériences avec des filtres dont vous avez donné des valeurs calculées de lambda:soit 627.7nm 542nm et 461.6nm que je viens de recalculer:pour cela il suffit de tracer le diagramme près des valeurs nulles(et 1) de r4,g4,b4 .


copier-coller le texte d'alasjourn ici: L'égalisation visuelle du neutre ayant un spectre d'égale énergie est observée pour les primaires rouge, verte et bleue, ayant des flux énergétiques (en watts) proportionnels aux nombres 357 / 6,83 / 4.95[1]. Les valeurs sont plus homogènes si on utilise des flux photométriques (en lumens), les mesures fixent alors les quantités de primaires rouge, verte et bleue, proportionnelles aux nombres 1,0000 / 4,5907 / 0,0601[1].

Ces valeurs donneraient pour le blanc de référence les coordonnées r = 0,1770, v = 0,8124 et b = 0,0135. Ces valeurs, encore trop inégales, conduisent à se fixer les coordonnées du blanc E à r = 1/3, g = 1/3 et b = 1/3. Ceci peut s'expliquer par la grande importance du bleu sur la sensation colorée, par rapport à sa faible importance sur la luminance finale.



Comment reliez-vous les valeurs de 357/6.83/4.95 aux valeurs 1 4.5907 et 0.0601  ? Les valeurs de d=0.17697 e=0.81240 et f=0.01063 ne sont pas des valeurs de r,g,b mais sont obtenues en égalisant (à un coefficient 5.6508 près:5.6508=1+4.5907+0.0601)les surfaces sous les courbes rbar,gbar,bbar en calculant (rbar,gbar,bbar)=(r,g,b)*V1924/(dr+eg+fb) Ensuite on calcule par approximations successives les autres coefs de la matrice Mt de façon à ce que les axes soient tangents au gamut et on trouve a=.49 b=0.31 c=0.20 et g=0 h=0.01 et i=0.99 ce qui donne bien un blanc équi-énergétique de coordonnées x=y=z=1/3,qui est également le barycentre des primaires 700nm 546.1nm et 435.8nm affectées des poids 0.49+0.17697+0/0.31+0.8124+0.01/0.20+.01063+0.99(ces 9 nombres sont les coefficients de la matrice Mt telle que (x,y,z)=(r,g,b)*Mt),poids qui sont les luminances relatives X+Y+Z des primaires,soit en arrondissant 0.67/1.13/1.2.

30 janvier 2013 à 11:27 (CET)~

Les valeurs de 357/6.83/4.95 sont énergétiques, les valeurs 1 4.5907 et 0.0601 proportionnelles aux grandeurs photométriques. Elles sont liées par la fonction d'efficacité lumineuse spectrale V(lambda).
Je n'ai que peu de temps à consacrer à wikipédia actuellement.— Alasjourn (Discuter) 30 janvier 2013 à 23:43 (CET)


QUELLE EST LA RELATION MATHEMATIQUE ENTRE CES GRANDEURS ENERGETIQUES ET LES GRANDEURS PHOTOMETRIQUES ET V1924  ?????


31 janvier 2013 à 10:48 (CET)~

C'est un peu la base de la photométrie. Voir ici : [1]. — Alasjourn (Discuter) 31 janvier 2013 à 20:49 (CET)


les mesures fixent alors les quantités de primaires rouge, verte et bleue, proportionnelles aux nombres 1,0000 / 4,5907 / 0,0601[1]. Ces valeurs ne résultent aucunement de mesures mais résultent du calcul pour égaliser les aires sous les courbes rbar,gbar,bbar. ~bercier 23 mars 2013 à 19:53 (CET)


HOFFMANN donne les intégrales comme indéfinies ce qui est plus normal,et permet immédiatement d'obtenir xbar,ybar,zbar pour un spectre de raie,delta comme dit Hoffmann,ou fonction de dirac comme dit sellig zed alias gilles dez de myriapole. Je connais son texte depuis longtemps:les diagrammes colorés dans l'espace compliquent beaucoup la compréhension alors que la présentation de WRIGHT est la plus claire:Si WRIGHT préférait les primaires 460nm,530nm et 650nm,c'est pcq le gamut r1,g1,b1 se rapproche du triangle de MAXWELL. ~bercier 23 mars 2013 à 20:52 (CET) Vous écrivez: Pour impliquer toutes les couleurs distinguées par la vision humaine et ainsi échapper au caractère arbitraire d'un système RGB particulier, la CIE a également défini en 1931 le système colorimétrique CIE XYZ et ainsi fondé la colorimétrie scientifique.

J'écrirais plutôt:Pour représenter toutes les couleurs distinguées par la vision humaine et ainsi échapper au caractère particulier d'un système rgb particulier, la CIE a également défini en 1931 le système colorimétrique CIE xyY 2° arbitraire et ainsi fondé la colorimétrie scientifique.

~bercier 23 mars 2013 à 20:58 (CET) Soit un blanc équiénergétique E, de luminance énergétique L'E (en W.sr-1.m-2), la luminance énergétique spectrale (en W..sr-1.m-2.m-1) est définie par :

Les limites du visible en colorimétrie et en photométrie sont fixées par λ1 = 380 nm pour le violet extrême et λ2 = 780 nm pour le rouge extrême.

Le spectre de E est découpé en tranches juxtaposées de largeur ∆λ, correspondant à une couleur quasi-monochromatique, centrées sur la longueur d'onde λ. La luminance énergétique sur chacune de ces bandes vaut : .

L'égalisation de la sensation colorée d'une tranche ∆λ , est assurée par les composantes trichromatiques : .

Les fonctions colorimétriques sont alors définies, en fonction de la longueur d'onde centrale λ :

Les valeurs négatives s'expliquent par le fait qu'il faut ajouter du rouge aux couleurs cyans pures (par exemple) pour pouvoir égaliser la sensation colorée par addition de vert et de bleu.


  • Cette formulation qui est la même que celle de Robert Sève n'est pas très lisible.


D'une part les fonctions rbar,gbar,bbar ne sont définies qu'à partir de ybar,et calculées de façon à donner des sommes égales:

Soit D0=ar+bg+cg

(rbar,gbar,bbar)=(r,g,b)*V1924/D0
On détermine ainsi a=0.17697 b=0.81240 c=0.01063
Donc rbar,gbar,bbar ne peuvent être définies qu'après V1924=ybar.

interprétée comme l’aire du domaine délimité par la courbe représentative de la fonction f, l'axe des abscisses et les droites d'abscisses a et b

Soit:

Gamut du système CIE xyY

Ces 3 intégrales permettent la formulation suivante:

  • Si λ2-λ1=dλ ==>0

alors:

Alors si :
et si :




représentent les coordonnées d'un point situé sur le spectrum locus du GAMUT (le lieu du spectre) et correspondant à :λ=λ1=λ2.

The luminance of the monochromatic light L(λ) is given by L(λ) = Km E(λ) V(λ) (21) where Km is a conversion constant equal to 683 lumen/W, E(λ) is the spectral distribution of radiant power of the light seen by the observer, and V(λ) the photopic efficacy function. Both E(λ) and V(λ) vary with wavelength

POUR VOIR LES DOCUMENTS DE BROADBENT:http://www.cis.rit.edu/mcsl/research/1931.php .
VOIR BROADBENT page 10:
Ya, intensité lumineuse subjective indépendante de la couleur est la luminance qui peut être appelée la luminance absolue,d'où l'indice a.

Vous écrivez:

Le spectre de E est découpé en tranches juxtaposées de largeur ∆λ, correspondant à une couleur quasi-monochromatique, centrées sur la longueur d'onde λ.
Je dis:

La formulation que j'ai donnée avec le spectre de raie (∆λ=>0) est très claire,évidente et immédiate,et aboutit à la bonne formulation qui est celle de BROADBENT et WRIGHT.

~bercier 24 mars 2013 à 11:16 (CET)

Vous écrivez:


La valeur de la constante K = 683 lm.W-1 permet d'obtenir les coordonnées R = G = B = 1 pour un blanc d'égale énergie W de luminance L = 5,6508 cd.m-2.


QUELLES SONT LES ENERGIES DES 3 PRIMAIRES 700nm,546.1nm et 435.8nm pour donner ce blanc?

~bercier 24 mars 2013 à 11:43 (CET)

Luminance[modifier le code]

Can someone explain from where the relation Y = 0.2125R + 0.7154G + 0.0721B came from? The matrix equation says Y = (1/0.17697)(0.17697R + 0.81240G + 0.01063B). Am I missing something?-- 19:00, 26 July 2006 MM

Je vois que la luminance de sRGB est donnée par Y = 0.2125R + 0.7154G + 0.0721B dont la somme des coefs est 1. Donc à priori la luminance relative serait Y = 0.17697r + 0.81240g + 0.01063b
dont la somme des coefs=1.

~bercier 24 mars 2013 à 11:52 (CET)

Couleurs primaires et blanc de référence[modifier le code]

Ce paragraphe est indispensable car il est au centre de la raison d'être de l'espace CIE-RGB. Le tableau récapitulatif est un plus.

Les primaires CIE-RGB ne donnant pas nativement le point blanc mentionné, mais un blanc proche de 4800 K, il serait bon d'expliquer comment les primaires ont été déviées vers le blanc E. Le texte du paragraphe devrait l'expliquer de façon plus abordable.

D'autre part, il y a une confusion dans le concept même de l'influence du poids des primaires La phrase suivante :

" Ces valeurs donneraient pour le blanc de référence les coordonnées r = 0,1770, g = 0,8124 et b = 0,0135."

doit être remplacée par :

" Ces valeurs donneraient pour le blanc de référence les coordonnées r = 0,33 g = 0,33 et b = 0,33."

Il y a confusion avec la chromaticité résultante du changement des poids et la répartition de la luminance résultante du changement des poids Le fait de modifier le poids des primaires désolidarise simplement l'axe achromatique de l'axe de luminance de l'espace colorimétrique. Daniel-metz (d) 26 avril 2013 à 12:11 (CEST)

Bonjour, voici quelques éléments de réponse.
Les primaires CIE-RGB ne donnant pas nativement le point blanc mentionné, mais un blanc proche de 4800 K, il serait bon d'expliquer comment les primaires ont été déviées vers le blanc E. Le texte du paragraphe devrait l'expliquer de façon plus abordable.
Je n'ai rien lu à ce sujet, as-tu des sources ? C'est vrai que ce n'est pas très clair en l'état.
Ces valeurs donneraient pour le blanc de référence les coordonnées r = 0,1770, g = 0,8124 et b = 0,0135.
C'est bien ce qui est expliqué et bien noté dans le texte cité en référence.
Ces valeurs donneraient pour le blanc de référence les coordonnées r = 0,33 g = 0,33 et b = 0,33.
C'est ce qui vient ensuite de façon arbitraire. C'est ce choix qui impose les luminances liées à chaque primaire. Il faut effectivement le préciser dans le texte.
Il y a confusion avec la chromaticité résultante du changement des poids et la répartition de la luminance résultante du changement des poids.
Si confusion il y a, il faut tenter de l'éclaircir. As-tu une proposition ?. Sinon, la luminance choisie comme référence pour chacune des primaires devrait apparaître dans le tableau récapitulatif (dès le début ?).
Alasjourn (Discuter) 26 avril 2013 à 14:40 (CEST)

J'ai apporté quelques modifications.— Alasjourn (Discuter) 26 avril 2013 à 14:57 (CEST)

Bonjour, Le tableau modifié par vos soins est une très bonne synthèse de l'espace CIE-RGB.

Si vous ne pensez pas qu'il n'y a pas de confusion dans l'approche du blanc, peut-être est-ce un problème de formulation.

Je préfère ne pas intervenir sur les articles. Je vous laisse le soin de trouver une tournure plus claire.

Si je peux me permettre une suggestion, Je rajouterais l'équation apportée par Judd inspirée d'Erwin Schrödinger, formule qui structure le CIE-RGB autour de la fonction V(lambda)

V(lambda) = 1 r-bar + 4,5907 g-bar + 0,0601 b-bar

équation qui signifie :

Les fonctions colorimétriques , un fois pondérées par le poids des primaires égalisent la fonction d'efficacité relative .. Daniel-metz (d) 26 avril 2013 à 23:37 (CEST)

Compte tenu des remarques diffamatoires de Bercier, dont il a fallu encore nettoyer les interventions, je ne répondrai plus sur cette page. Il a sûrement des compétences à exploiter, mais je n'arrive pas à saisir son propos. Je répondrai donc directement sur ta page de discussion si nécessaire. — Alasjourn (Discuter) 27 avril 2013 à 01:06 (CEST)
Je vais quand même expliquer en détail ce qui était écrit avant la modification de Bercier :
  • si on prenait R = 357, G = 6,83 et B = 4,95 proportionnelles aux grandeurs radiométriques, on obtiendrait r = 0,968, g = 0,0185 et b = 0,0135 comme ça a été correctement ajouté ;
  • si on prenait R = 1,0000, G = 4,5907 et B = 0,0601 proportionnelles aux grandeurs photométriques, on obtiendrait r = 0,1770, g = 0,8124 et b = 0,0106 (il y avait une erreur ici) ;
  • mais on a décidé de prendre R = 1, G = 1 et B = 1 pour le blanc d'égale énergie et on obtient : r = 1/3, g = 1/3 et b = 1/3.
L'approche n'est peut-être pas la bonne mais les valeurs sont ci-dessus en cohérence.
Je laisse cependant la modification telle qu'elle a été faite, un peu las des interventions de l'utilisateur susnommé.
Alasjourn (Discuter) 27 avril 2013 à 23:23 (CEST)

V1924=ybar=k(0.17697rbar+0.81240gbar+0.01063bbar)[modifier le code]


Je m'inscris en faux sur les remarques diffamatoires d'alasjourn:où sont mes écritures dites ....difformes et diffamatoires....?

Comme l'écrit Daniel METZ:

V1924=ybar=k(0.17697rbar+0.81240gbar+0.01063bbar)

Equation que l'on retrouve dans le texte de BROADBENT(voir utilisateur:bercier)

avec k =1/0.17697
équation qui signifie :
Les fonctions colorimétriques (rbar,gbar,bbar), un fois pondérées par le poids(luminances relatives Y) des primaires (0.17697-0.81240-0.01063)égalisent la fonction de sensibilité V1924*0.17697.

Ces 3 coefficients sont déterminés de façon à égaliser les sommes de rbar,gbar et bbar en utilisant l'identité (rbar,gbar,bbar)=(r,g,b)*V1924/(dr+eg+fb)


~bercier 27 avril 2013 à 13:07 (CEST)

COMPRENDRE LES FONCTIONS COLORIMETRIQUES[modifier le code]

Cher Monsieur Daniel METZ,


Je vous remercie de votre intérêt pour la colorimétrie.

Pourriez-vous dans vos commentaires citer le texte que vous voulez corriger?
En l'espèce où avez-vous lu?
" Ces valeurs donneraient pour le blanc de référence les coordonnées r = 0,1770, g = 0,8124 et b = 0,0135."
Je suppose que c'est dans le texte d'ALASJOURN!!!Ce qui m'avait apparu comme une ineptie,mais ALASJOURN ne veut rien entendre.
D'ailleurs ces nombres ne correspondent à rien car le total est différent de 1.
Les nombres qui se correspondent sont 0.17697 0.81240 et 0.01063 obtenus pour égaliser les 3 intégrales de (rbar,gbar,bbar)=(r,g,b)*V1924/(dr+eg+fb).
Donc ces nombres qui sont les luminances des primaires 700nm 546.1nm et 435.8nm donnent les poids correspondant aux luminances relatives Y/y=X/x=Z/z=X+Y+Z soient 0.67 1.13 et 1.20 dont il faut affecter les points représentant les primaires 700nm 546.1nm et 435.8nm pour obtenir les coordonnées du blanc équi-énergétique soit 1/3 1/3 1/3 de luminance Y=1 et de luminance relative Y/y=3(Y/y=3 Y=3y=3*(1/3)=1).

Vous écrivez:
Ce paragraphe est indispensable car il est au centre de la raison d'être de l'espace CIE-RGB. Le tableau récapitulatif est un plus.

Espace CIE RGB!
Qu'est-ce que cela veut dire Espace CIE RGB ?

Je n'ai jamais compris ces distinctions entre RGB et XYZ et r,g,b et x,y,z!!

On a la colorimétrie dont le pas important après NEWTON,YOUNG,MAXWELL est celui effectué par la bonne concordance des 10 résultats de WRIGHT (+36 trés dispersés pour le blanc NPL) et les 7 résultats de GUILD ce qui a conduit aux valeurs de (r,g,b) avec comme références de calculs 700nm 546.1nm et 435.8nm.C'est ce qui me semble définir CIE r,g,b.

Le passage à CIE 1931 xyY 2° est immédiat en utilisant V1924 comme écrit ci dessus:
0.17697 0.81240 et 0.01063 sont obtenus
pour égaliser les 3 intégrales de (rbar,gbar,bbar)=(r,g,b)*V1924/(dr+eg+fb)
et 0.49 0.31 0.2 ainsi que 0 0.01 et 0.99 sont obtenus pour que xbar et zbar(donc x et y )soient toujours positifs et que le spectrum locus soit à peu près tangent aux axes des coordonnées x,y,z.

Pour moi il y a la colorimétrie,

il y a le triangle (équilatéral ou non)de MAXWELL pour des primaires proches de 460,520,et 640nm [Etalonnage de WRIGHT:(460+530)/2=495nm~494nm=cyan (530+650)/2=590nm~582.5nm=jaune]et dont les valeurs de r,g,b comportent de très faibles valeurs négatives ce qui justifie la représentation du cercle chromatique et de l'espace de couleurs MJCN(magenta,jaune,cyan,noir de nos imprimantes et sRGB de nos écrans).

il y a WRIGHT et GUILD,

Et il y a CIE xyY 2°

TOUT le reste CIE 10°,V1964,V1978(JUDD) sont des compléments mineurs,comme STILES et BURCH.

C'est quoi le tableau récapitulatif,dont vous parlez?


EXCUSEZ moi mais j'ai du mal à comprendre votre texte ci dessous:


Il y a confusion avec la chromaticité résultante du changement des poids et la répartition de la luminance résultante du changement des poids Le fait de modifier le poids des primaires désolidarise simplement l'axe achromatique de l'axe de luminance de l'espace colorimétrique.

CELA ME SEMBLE DU CHARABIA,sauf votre respect.

Il est question du BARYCENTRE???

en plus simple:les coordonnées x,y,z du blanc (équi-énergétique)sont obtenues en affectant les coordonnées des points représentant les primaires 700nm,546.1nm et 435.8nm des poids 0.67-1.13-et 1.20 ce qui donne 1/3 1/3 1/3.


En espérant ne heurter personne et ne cherchant que la clarification de la contribution.


Actuellement je relie les résultats de WRIGHT,GUILD,STILES et BURCH à r,g,b.Ce qui se fait assez exactement en prenant un mélange (que je calcule) des primaires de chaque auteur pour obtenir le blanc NPL par exemple pour GUILD il faut prendre 0.345 0.315 et 0.340.Que ce soit à 4800°K ou 5000°K,cela n'a pas beaucoup d'importance,il me semble!!!

Les résultats des 10 puis 53 expérimentateurs de STILES et BURCH ont l'intérêt de montrer l'énorme dispersion des essais,ce qui incite à revenir aux résultats de WRIGHT(10) et GUILD(7) comme le prévoyait GUILD qui a vite compris que ça ne servirait à rien de multiplier les essais comme il le désirait initialement....Et qu'il valait mieux se contenter d'un tableau des valeurs r,g,b arbitraire mais fixé une fois pour toute...ce qui est une réussite...sauf en ce qui concerne la précision illusoire de ces tableaux de valeurs.


Pour moi les fonctions colorimètriques(xyY)ne sont que la transformation mathématique des fonctions colorimétriques obtenues par les 17 expérimentateurs(rgb) de WRIGHT(r3g3b3) et GUILD(r5g5b5).La compréhension de ces fonctions xyY ne demande que la compréhension des 17 essais de WRIGHT et GUILD et de V1924(flicker photometry et photométrie par égalisation directe dont la compréhension est immédiate pour la vision scotopique-Voir les essais de Pierre BOUGUER du Croisic(mon compatriote...dont je vois la statue tous les jours),initiateur de la photométrie.


~~ REVOIR COMPLETEMENT VOTRE ARTICLE EN FONCTION DU LIVRE DE ROBERT SEVE QUI CONFIRME TOUTES LES REMARQUES QUE JE VOUS AI FAITES:en premier pages 72-76.


Et vous arriverez à comprendre tout ce que j'ai écrit jusqu'à ce jour,de façon très correcte et de plus en plus facile à lire .Et qui s'avère JUSTE.
Ce dont je n'ai jamais douté.
VOIR utilisateur:bercier merci

~bercier 27 avril 2013 à 19:22 (CEST)

Couleurs primaires et blanc de référence[modifier le code]

JE PROPOSE DE SUPPRIMER TOUT CE TEXTE:

Les couleurs primaires choisies sont les couleurs pures correspondant aux rayonnements monochromatiques dont les longueurs d'ondes sont indiquées ci-après. Le blanc de référence est un blanc neutre, équi-énergétique.

Couleur Rouge R Vert G Bleu B Blanc W
Longueur d'onde 700,0 nm 546,1 nm 435,8 nm Equi-énergétique
Luminance 1 4,5907 0,0601 5,6508

CE TABLEAU EST INUTILE.

L'égalisation visuelle du neutre ayant un spectre d'égale énergie est observée pour les primaires rouge, verte et bleue, ayant des flux énergétiques (en watts) proportionnels aux nombres 357 / 6,83 / 4.95.
COMMENT LES FLUX ENERGETIQUES DU ROUGE ET DU VERT PEUVENT-ILS ETRE PROPORTIONNELS A 6.83 et 4.95 cad pratiquement égaux alors que pour le vert V1924~1 et que pour le rouge V1924~0???. Et les flux énergétiques étant inversement proportionnels à V1924......?


Ces valeurs, directement affectées aux composantes, donneraient pour le blanc de référence les coordonnées r = 0,968, g = 0,0185 et b = 0,0135. Elles sont trop inégales et confinent une bonne partie des couleurs autour du rouge . Les valeurs sont plus homogènes si on utilise les flux photométriques (en lumens), les mesures fixent alors les quantités de primaires rouge, verte et bleue, proportionnelles aux nombres 1,0000 / 4,5907 / 0,0601. Ces valeurs, directement affectées aux composantes, donnent pour le blanc de référence les coordonnées r = 1/3,g = 1/3 et b = 1/3.

Pour cela, on fixe à un blanc d'égale énergie W les composantes , lui associant ainsi les coordonnées , pour une luminance , en affectant à chaque primaire les luminances précédemment trouvées à un coefficient près:

.


JE PROPOSE DE REMPLACER TOUT CE TEXTE par:


Pour un blanc d'égale énergie et pour obtenir ses coordonnées égales à 1/3

Il faut déterminer les coefficients d,e,f qui rendent égales les sommes de rbar,gbar,bbar:

On calcule (rbar,gbar,bbar)=(r,g,b)*V1924/(dr+eg+fb)

qui est une identité en faisant varier d,e,f.

A un facteur près on trouve 0.17697 0.81240 0.01063.

POUR PLUS DE DETAILS VOIR utilisateur:Bercier

~bercier 27 avril 2013 à 19:42 (CEST)


VOIR EGALEMENT ROBERT SEVE PAGE 103:
les aires algébriques!sous chacune des 3 fonctions(rbar,gbar,bbar) sont égales pour que le neutre! d'égale énergie ait des composantes trichromatiques égales.

~bercier 27 avril 2013 à 21:17 (CEST)

V1924=0.17697rbar+0.8124gbar+0.01063bbar[modifier le code]

fonctions colorimétriques
Fonctions colorimétriques

Si on considère les diagrammes présentés de rbar,gbar,bbar on voit que:


pour 435nm bbar=1.639365 V~1.64*0.01063=0.017 ok

pour 545nm gbar=1.215192 V~1.22*0.8124=0.99 ok

pour 700nm rbar=0.023182 V=0.023182*0.17697=0.0041025 ce qui est exactement la valeur de V1924 pour le ROUGE de référence de 700nm

Donc il faut bien prendre la formule V1924=0.17697.rbar+0.81240.gbar+0.01063.bbar.

et non V1924=1rbar+4.5907gbar+0.0601bbar.

conforme à ce qu'écrit Robert Sève page 74:les nombres LR LG LB représentent les luminances à un facteur numérique près.

Il apparait le plus souvent et souvent chez Robert Sève Y=0.17697r+0.81240g+0.01063b car la somme des coefs =1.

Il me semble qu'il faut une ou deux centaines de candelas pour les expérimentations,donc vos valeurs de 1cd/m2 4.59cd/m2 et 0.0601cd/m2 de votre tableau de début d'article sont invraisemblables.... à un facteur numérique près et cd/m2!!!.


Toutes mes corrections d'hier montrent que votre texte n'était même pas une copie correcte du texte de Robert Sève pages 72 à 74 mais une mauvaise et fausse interprétation de ce texte. On peut aussi remarquer que le texte de Robert Sève conclut à des échecs de représentation donc l'utilité de ce texte est nulle,et autant arriver à la bonne formulation qui est la mienne et celle de tous les auteurs:Wright,Guild,Broadbent,etc...


Je reviendrai sur ces flux énergétiques de 357 6.83 et 4.95 qui semblent complétement aberrants vue la courbe de V1924 et son mode d'établissement par l'inverse de l'intensité énergétique mesurée en flicker photometry et que je vous ai déja exposé.

Composantes[modifier le code]

Les fonctions colorimétriques permettent de reconstituer toute couleur C à partir de la densité spectrale S(λ) de la luminance énergétique (en W..sr-1.m-2.m-1) émise par C.
R, G et B sont les composantes trichromatiques de ce stimulus :

Je propose intensité énergétique du spectre au lieu de densité spectrale de la luminance énergétique que je n'ai vue nulle part ailleurs dans la littérature sur la colorimétrie(à part SEVE).

~~ ce lundi matin

le texte d"alasjourn:

Je vais quand même expliquer en détail ce qui était écrit avant la modification de Bercier :
  • si on prenait R = 357, G = 6,83 et B = 4,95 proportionnelles aux grandeurs radiométriques, on obtiendrait r = 0,968, g = 0,0185 et b = 0,0135 comme ça a été correctement ajouté par bercier;
  • si on prenait R = 1,0000, G = 4,5907 et B = 0,0601 proportionnelles aux grandeurs photométriques, on obtiendrait r = 0,1770, g = 0,8124 et b = 0,0106 (il y avait une erreur ici) corrigée par bercier;
  • mais on a décidé de prendre R = 1, G = 1 et B = 1 pour le blanc d'égale énergie et on obtient : r = 1/3, g = 1/3 et b = 1/3.
L'approche n'est peut-être pas la bonne mais les valeurs sont ci-dessus en cohérence.
Je laisse cependant la modification (les modifications faites par bercier:de plus le texte de SEVE a été complètement et faussement transformé par alasjourn) telle qu'elle a été faite, un peu las des interventions de l'utilisateur susnommé(bercier).
Alasjourn (Discuter) 27 avril 2013 à 23:23 (CEST)

Formidable pour R=357 G=6.83 B=4.95. Ce qui est équivalent à R=0.968 G=0.0185 et B=0.0135. Votre explication est meilleure que celle de SEVE. Mais au diable pourquoi prendre ces valeurs bizarres pour les primaires virtuelles.?

De même pour R=1 G=4.5607 et B=0.0601 Ce qui est équivalent à R=0.17697 G=0.81240 et B=0.01063 Là aussi votre explication est meilleure que celle de SEVE. Mais au diable pourquoi prendre encore ces valeurs bizarres pour les primaires virtuelles.?

Mais en fait votre explication revient à dire prenons ces coord.(pratiquement d'une primaire virtuelle) pour le blanc et ensuite on dit que c'est un échec car ces coord. sont pratiquement celles d'une primaire virtuelle.c'est le serpent qui se mord la queue. SEVE justifie tout ce texte par le titre 'unités des primaires instrumentales"

Et pourquoi reproduire même faussement ce texte de SEVE alors qu'il conclut à 2 échecs de formulation alors que tout un chacun entrevoit qu'il y a 3 lumières principales rouge,verte et bleue à considérer avec la même importance comme MAXWELL dans son triangle.

Un point intéressant des expériences de MAXWELL (SEVE p 66)c'est qu'il égalisait une lumière mono.(chromatique) solaire en rajoutant 2 lumières primaires opposées pour obtenir du blanc. Ainsi il pouvait explorer les pourpres...que CIE ignore presque complètement. en mélangeant un violet et un rouge extrêmes (que l'on peut aussi obtenir par un projecteur avec filtres) on peut égaliser en rajoutant des primaires rouge ,verte et bleue pour obtenir du blanc avec référence à la longueur d'onde complémentaire. ~bercier 29 avril 2013 à 12:05 (CEST)

Nouvelle tentative de discussion[modifier le code]

Comme d'habitude, tu as beaucoup de questions. Les deux textes que j'ai synthétisé ici sont ceux de Sève et Pelat : pas de bol, selon toi et toi seul, ils sont mauvais tous les deux... c'est ton opinion. Personnellement, c'est exactement ce que j'aurais aimé trouver sur WP avant de me lancer dans la biblio (fort rare concernant la colorimétrie : tu n'as d'ailleurs comme source que le pdf de broadbent) : c'est mon opinion. Entre les deux il y ton brouillon, dénué de plan, dont l'objectif n'est pas clairement défini, dont la présentation est catastrophique, et qui aurait davantage sa place sur wikiversité (déjà dit au moins 5 fois).
A moi de poser des questions et nous verrons une nouvelle fois si tu y réponds.
1.Pourquoi parles-tu de primaires virtuelles :ce sont R G B de coordonnéesc deux 0 et un 1? Ces trois couleurs pures sont bien réelles:les mono. ce sont 700nm 546.1nm et 435.8nm (N'importe quoi !)
2. Une lumière solaire mono.chromatique,bien sûr.... ? Je comprends pas ce que c'est... (N'importe quoi !)
3.Explorer les pourpres, ça veut dire quoi ? Pourquoi dire que la CIE les ignore ? (N'importe quoi !)
4.Que proposes-tu qui soit aussi synthétique pour remplacer les "inepties" (selon tes propos) d'un membre de la CIE.
5.Pourquoi parler d'inepties un jour, dire le lendemain à qui veut l'entendre que je suis incompétent et aujourd'hui signaler que j’explique mieux que Sève. Serais-tu fou, pervers, schizophrène ? As-tu un certificat médical attestant d'un état mental stable ?
5.Qui es-tu pour juger le travail de Sève, membre de la CIE ?
6.Pourquoi aboyer sur les nouveaux(c'est moi qui suis allé chercher daniel METZ) qui auraient pu aider à améliorer cette contribution ?
7.Concernant l'idée de remplacer la luminance par l'intensité :TU SAIS PAS LIRE mon texte?NI COPIER SEVE: n'importe quoi ! L’homogénéité des relations, ça te dis quelque chose ? Sûrement pas : tu t'affranchis de toutes les règles. Alors, mets-y le flux, ou l'éclairement tant que tu y es ! Flute, c'est pas une question.:

voila ce que j'ai écrit: Je propose intensité énergétique du spectre au lieu de densité spectrale de la luminance énergétique que je n'ai vue nulle part ailleurs dans la littérature sur la colorimétrie(à part SEVE).
jE N'AI PAS ECRIT LUMINANCE.... VOUS ETES DE MAUVAISE FOI.

Je compte finalement éliminer toutes tes modifications non sourcées et revenir aux versions précédentes qui (bien que fausses selon toi) étaient sourcées.mais mal recopiées,comme tu le sais très bien.
Alasjourn (Discuter) 29 avril 2013 à 14:08 (CEST)
Là ça devient vraiment intolérable : tu as apporté des modifications directement à l'intérieur de mes questions. On ne peut ainsi plus rien suivre à la discussion. Encore une règle dont tu te fous complètement alors que je te l'ai rappelé sur TA PAGE DE DISCUSSION hier !
Tu ne peux pas répondre en dessous en reprenant point par point, c'est trop difficile ? De plus, tu ne réponds qu'à la dernière question, et, je confirme, tu veux remplacer une luminance spectrale par une intensité. C'est ce que tu as écrit (et recopié juste au dessus), sans l'esquisse d'une explication et en m'accusant de mauvaise foi. Peu importe qu'elle soit lumineuse ou énergétique, la relation ne sera plus homogène. Je ne vais pas te relancer sur la photométrie...
J'ai compris, tu ne réponds pas aux questions, car tu n'as pas de réponse. Chapeau pour la lumière solaire monochromatique (sic), corrigé donc assumé : c'est beau ! Idem pour les couleurs R G B qui sont virtuelles (peut-être pour les aveugles, mais pas pour les autres) ! C'est très très clair.
Concernant les sources, il ne te reste plus qu'à t'en servir plutôt que de les énumérer : un long chemin que je te crois incapable de suivre.
Je suis vraiment excédé par tes interventions et je crois que tu es définitivement indécrottable.
Alasjourn (Discuter) 29 avril 2013 à 19:05 (CEST)

réponse

discussion sur unités des primaires instrumentales de Robert SEVE

ma source pour les dernières remarques c'est le livre de SEVE et le votre SUR INTERNET avec Sève sur la colorimétrie.

les autres sources sont indiquées sur utilisateur:bercier ce sont les 2 livrets de WRIGHT et celui de GUILD.de 1928-31... et bien d'autres CORDIALEMENT

Un document de référence très important est celui de BROADBENT qui explique en partie comment à partir des expérimentations de WRIGHT et GUILD on arrive à CIE1931 xyY 2°.
Calculation from the original experimental data of the
CIE 1931 RGB standard observer spectral chromaticity
Co-ordinates and color matching functions

By A.D. Broadbent,Département de génie chimique,
Université de Sherbrooke,Québec,Canada J1K 2R1
Description of the data obtened by Wright

POUR VOIR LES DOCUMENTS DE BROADBENT

[1] 1.http://www.cis.rit.edu/mcsl/research/1931.php

[2] 2.texte:cliquer sur:CIE1931_RGB.pdf

[3] 3.tableur:cliquer sur:Cie1931_RGB_v2.xls

[4] 4.texte seulement:http://www.cis.rit.edu/mcsl/research/broadbent/CIE1931_RGB.pdf
c'est le même que ci-dessus en 2 mais on l'obtient directement.

AUTRES DOCUMENTS/

[5] 5.CVRL Color & Vision database CIE (1931) 2 et 10 degré color matching functions λ xbar ybar zbar:
http://www.cvrl.org.
[6] 6.↑ http://sellig.zed.myriapyle.net/
Restitution formelle de la théorie sous-jacente à la norme colorimétrique XYZ CIE 1931 Calcul de la matrice de passage de RGB à XYZ par la résolution d'un systeme de 6 équations à 6 inconnues.

[7] 7.↑http://www.photo-lovers.org/color.shtml.fr


  • bibliographie


1. ↑ 1928-1929:A.RE-DETERMINATION OF THE TRICHROMATIC COEFFICIENTS OF THE SPECTRAL COLOURS BY W.D.WRIGHT ,MS,received,7th February,1929 Read and discussed,14th March ,1929. pages 141-164 dans Transactions of the Optical Society, vol. 30, no 4, 1er mars 1929

2.↑ A.RE-DETERMINATION OF THE MIXTURE CURVES OF THE SPECTRUM BY W.D.WRIGHT, MS,received,31st January,1930. Read and discussed,10th April,1930. pages 201-218

3.↑ THE COLORIMETRIC PROPERTIES OF THE SPECTRUM BY J.GUILD ,NATIONAL PHYSICAL LABORATORY (NPL) received february 19,1931-read april 30,1931.pages 149-187
4.↑ CIE COLOR SPACE BY GERNOT HOFFMANN
http://www.fho-emden.de/~hoffmann/ciexyz29082000.pdf
5.↑ COLORIMETRIE
http://www.DEDE75007.COM/ALACOULEUR/14/14ALACOULEUR.HTM
6.↑COULEUR VISION
http://www.handprint.com/HP/WCL/color6.html


~bercier 29 avril 2013 à 14:43 (CEST)

  1. 1.:http://www.cis.rit.edu/mcsl/research/1931.php
  2. 2.texte:cliquer sur:CIE1931_RGB.pdf
  3. 3.tableur:cliquer sur:Cie1931_RGB_v2.xls
  4. 4. texte seulement:http://www.cis.rit.edu/mcsl/research/
  5. 5.: http://www.cvrl.org
  6. 6.Restitution formelle de la théorie sous-jacente à la norme colorimétrique XYZ CIE 1931 Calcul de la matrice de passage de RGB à XYZ par la résolution d'un systeme de 6 équations à 6 inconnues.:
    http://sellig.zed.myriapyle.net/
  7. 7.↑http://www.photo-lovers.org/color.shtml.fr

Déplacement vers wikiversité[modifier le code]

Bonjour, Je pense déplacer, à moyen terme, l’essentiel de cet article qui ressemble trop à un cours vers wikiversité. J'ai commencé à ajouter des précisions sur un brouillon (v:Utilisateur:Alasjourn/Brouillon) en essayant de tenir compte de certaines remarques lues ici. Les remarques constructives et correctement formulées sont les bienvenues. — Alasjourn (Discuter) 29 avril 2013 à 19:55 (CEST)


Bonjour, je viens de publier sur wikiversité un début de leçon sur la colorimétrie. En principe, cela devrait satisfaire Bercier puisque j'ai essayé de réexpliquer (la fin reste à faire) les méthodes d'obtentions des valeurs tabulées actuelles des fonctions colorimétriques. Cela devrait aussi satisfaire les contributeurs comme Jct qui n'apprécie pas de voir trop de calculs dans wikipédia. J'attends encore un peu, au cas où il y ait des avis négatifs, avant de supprimer toute la partie approche mathématique de cet article. — Alasjourn (Discussion) 25 mai 2013 à 01:45 (CEST) (→‎réponse : Nettoyage cochonnerie de Bercier)

Je n'ai pas l'intention de me mêler de cette discussion qui ne finira qu'avec le décès de l'un des deux adversaires mais je récuse l'affirmation selon laquelle je n'apprécierais pas de voir trop de calculs dans wikipédia. En fait, il ne s'agit pas de calculs mais d'alignements de définitions de triplets voisins qui apporteraient plus d'information si les significations physiques de R, r, L{R}, ΔR, r(λ), r(λ), R et r étaient précisées dans une définition non circulaire. Pour un lecteur moyen, deux ou trois triplets bien choisis suffiraient. Quand au spécialiste, a-t-il besoin de wikipédia pour s'informer ?--Jct (d) 25 mai 2013 à 10:41 (CEST)