Discussion:Balance des blancs

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Retouche de la balance des blancs[modifier le code]

Le 3 août 2015 à 09:38‎ ComputerHotline supprime « La retouche de la balance des blancs est également possible sur un fichier JPEG ou TIFF 8 bits mais comme pour tout traitement de l'image, les calculs et leurs arrondis vont causer une augmentation du niveau de bruit. » avec comme résumé « totalement faux : les couleurs en jpg sont fixes une fois pour toutes, contrairement au Raw, où à partir d'un même fichier, on peut créer une infinité de jpg différents ». PolBr renverse:

On peut recalculer comme on veut n'importe quelle image. La correction de la balance des blancs revient à décoder (s'il y a lieu), à convertir dans un espace couleurs linéaire, et à appliquer aux triplets (R,V,B) de l'image matricielle une matrice de correction, avant de reconvertir dans l'espace de couleurs non-linéaire de l'informatique (sRGB) et de recoder (s'il y a lieu). La matrice de correction pour un changement de blanc peut être une simple matrice de translation, ou comporter des calculs, linéaires ou non, pour obtenir une correction différente selon en hautes et basses lumières. Ces calculs et leur arrondi créent des artefacts, que l'on peut assimiler à du bruit.

Le format JPEG diffère des TIFF et PNG en ce que l'image y est analysée par blocs de 8x8, et que par conséquent, même un recadrage occasionne des calculs avec arrondis. Les autres formats comportent des modes de compression de données sans pertes.

Le format RAW diffère par le fait qu'il présente directement les valeurs obtenues sur la mosaïque de capteurs, avec en général une quantification linéaire sur 12 ou 16 bits au lieu de 8 par couleur. Pour arriver à l'image matricielle, il faut seulement appliquer une interpolation, puisque les capteurs sont disposés en lignes V-R-V-B-V-R &c. Comme la correction des blancs porte sur les coefficients des valeurs R et B, on l'effectue en même temps. Il est hors de doute que travailler à partir du fichier des données brutes (RAW) donne des résultats supérieurs, du point de vue des critères techniques. Ces critères sont tout-à-fait secondaires par rapport à la valeur artistique (sujet, composition, éclairage, etc.) d'une photo ; mais les photographes qui ont de l'ambition devraient préférer le format RAW, malgré ses inconvénients, pour ses capacités à effectuer un travail créatif en post-production.

Le reste du résumé de ComputerHotline (d · c · b) m'est totalement inscrutable.

PolBr (discuter) 3 août 2015 à 20:59 (CEST) relu et augmenté PolBr (discuter) 4 août 2015 à 10:41 (CEST)

Lisez cette vidéo avant d'être grossier. "inscrutable" !!! Quoi cela veut-il dire ? --ComputerHotline (discuter) 4 août 2015 à 12:32 (CEST)
Je ne savais pas que le mot inscrutable était grossier. Ça veut dire que je ne comprends absolument pas ce que vs voulez dire, et que plus je cherche, moins je comprends. On peut faire une quantité de jpegs différents en éditant n'importe quelle image dans n'importe quel format. Vs me renvoyez vers une vidéo autopublicitaire qui ne dit rien de plus où tout tient dans les mots aussi bien. On ne peut rien faire exactement aussi bien en jpeg qu'en RAW, même pas un recadrage. Plus on fait des grosses corrections, plus la différence se voit. Parfaitement d'accord avec ça. PolBr (discuter) 4 août 2015 à 13:12 (CEST)
Tenant compte de cette discussion, j'ai corrigé la phrase que vs aviez préféré supprimer. J'attire votre attention sur le fait que la balance des blancs se corrige aussi en post-production vidéo et que dans ce cas, il n'y a pas de fichier RAW. Effectivement, la dégradation de l'image éditée à partir d'un JPEG n'est pas assimilable à du bruit, à cause du pavage 8x8. C'est moi qui avais introduit ce terme, le texte antérieur disait « risque de dégrader la photographie ». Je vous remercie de votre intervention qui m'a amené à corriger cette erreur. PolBr (discuter) 4 août 2015 à 13:41 (CEST)
"Vs me renvoyez vers une vidéo autopublicitaire qui ne dit rien de plus où tout tient dans les mots aussi bien" : Cette vidéo n'a rien d'autopublicitaire. Elle explique clairement les choses avec un mode opératoire très précis. C'est fou cette façon de faire qui consiste à nier l'évidence quand elle se présente à vous. --ComputerHotline (discuter) 5 août 2015 à 08:30 (CEST)
La seule évidence qui se présente à moi, c'est que le format jpeg comprime les données en tenant compte des couleurs et des formes présentes dans l'image. On ne peut pas attendre d'aussi bons résultats quand on traite l'image jpeg décompressée, qu'en partant de l'ensemble des données, présentes dans le fichier RAW. Tout le monde est d'accord là dessus. Ça ne veut pas dire, comme votre coupure l'implique, qu'on ne peut rien faire d'un fichier jpeg. Pour moi, la vidéo d'un professionnel qui propose des cours me semble en effet promotionnelle, tant de la personne en question, que des logiciels qu'il exploite ; c'est une question d'appréciation. PolBr (discuter) 5 août 2015 à 10:45 (CEST)

Balance des couleurs[modifier le code]

On ne saurait reprocher à Jean-Louis Swiners (d · c · b) d'ajouter Balance des couleurs sans source, l'article n'en donne aucune. Ce serait peut-être l'occasion d'en ajouter une. L'expression n'est pas en cause, elle est tout-à-fait appropriée, et plus descriptive que balance des blancs, puisque ce qu'on fait, c'est en effet équilibrer le signal des trois canaux de couleur, ou des deux canaux de différence de couleur. Mais elle me semble moins courante, et personne ne s'est avisé de la changer depuis la création de l'article en 2006. Qui parle de balance des couleurs ? PolBr (discuter) 9 janvier 2017 à 17:05 (CET)