Discussion:Aristide Bergès

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Nécrologie[modifier le code]

Informations intéressantes ici Nécrologie en Revue de la papeterie française et étrangère 1904 (A31,N1), pages 109-110 : << C'était un républicain de la première heure>> << En 1889, cinq propriétaires riverains du ruisseau de Vorz, que M. Berges avait dérivé en partie, lui intentèrent un procès, et, le 5 avril 1900, le tribunal civil de Grenoble, leur donnant gain de cause, condamna le père de la « Houille blanche à supprimer tous les ouvrages d'art qu'il avait édifiés sur le torrent et à rendre les eaux à leur cours naturel. Mais, quelque temps après, la cour d'appel de Grenoble, après plaidoire de Me Cruppi, infirma ce premier jugement. >> << Il laisse quatre enfants une fille qui l'a soigné avec dévouement jusqu'à son dernier jour, et trois garçons Aristide, directeur de la Compagnie des eaux à Lyon, et qui est actuellement candidat au siège législatif laissé vacant par M. Rivet; Georges, un des principaux intéressés dans la Compagnie de l'Arvre, et Maurice, directeur des papeteries de Lancey. >> --Pạtạfisik 6 septembre 2018 à 16:51 (CEST)

Fait--Pạtạfisik 6 septembre 2018 à 17:03 (CEST)