Discussion:Alsace

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]

Ce paragraphe est plus proche d'un TI que d'un article encyclopédique[modifier le code]

Qu'est-ce que c'est qu'un TI ?

Oups, pardon pour ce jargon wikipédien : travaux inédits. Cordialement, --Claude Truong-Ngoc (discuter) 29 juin 2014 à 11:56 (CEST)

Merci, surtout au strasbourgeois.

Une littérature gastronomique spécifique[modifier le code]
Une choucroute (Ein Sürkrüt, en alsacien) : l'accompagnement de charcuteries peut considérablement varier.

À part le Lyonnais, aucune région ne peut rivaliser quant à la quantité et, souvent, à la qualité d'une production livresque apparemment intarissable[non neutre]. L'exemple fut donné, vers 1840, par l’Oberrheinisches Kochbuch de Marguerite Spoerlin, traduit sous le titre La Cuisinière du Haut-Rhin. Ce cordon-bleu, qui hésita à publier ses recettes « en raison du grand nombre d'ouvrages de ce genre », mais peut être considérée comme pionnière, destinait son livre, « aux ménagères et aux jeunes personnes qui désirent acquérir les connaissances indispensables ». Une vingtaine d'années plus tard devait paraitre L'Ancienne Alsace à table, de Charles Gérard, Lorrain de naissance et avocat à Nancy.

Les innombrables ouvrages concernant la cuisine alsacienne, les vins et les arts de la table vont souvent bien au-delà des recettes. La majorité est éditée par La Nuée bleue, important éditeur régional lié aux Dernières Nouvelles d'Alsace.

C'est chez cet éditeur que le cordon-bleu Suzanne Roth publie Le Livre de cuisine des Alsaciennes[Quand ?]. Elle avait précédemment été l'auteur de divers ouvrages culinaires, dont un livre sur les petits gâteaux alsaciens, notamment les bredele traditionnels ne se consommant qu'à la période de l'Avent.

La romancière, journaliste et animatrice de télévision Simone Morgenthaler, dont l'émission Sür un Siess fut longtemps populaire (voir plus haut), a publié plusieurs ouvrages de recettes à La Nuée bleue : À la table de Simone, Les meilleures recettes d'Alsace, 500 recettes d'Alsace et d'ailleurs et Le long de l'Ill (« carnet de voyage alsacien » comportant des recettes et illustré des aquarelles de Jean-Pierre Haeberlin).

Deux auteurs non-Alsaciens d'origine se sont attachés à la cuisine alsacienne.

Jacques-Louis Delpal, auteur de Saveurs d'Alsace (1996), est coauteur (2007) de Saveurs d'Alsace, Plaisirs des Vosges, avec Gérard Goetz, cuisinier et hôtelier en Haute-Bruche (préface de Jean-Pierre Haeberlin ; portraits de personnalités de l'Alsace gourmande). Il a écrit et illustré plusieurs ouvrages consacrés aux « pays » et cités d'Alsace, au vignoble alsacien et à la Route Verte unissant la Lorraine vosgienne à la Forêt-Noire. Germain Muller avait préfacé son deuxième guide concernant la région.

Gilles Pudlowski, Pudlo, enrichit chaque année son important guide national, qui en est à sa huitième édition en 2008, et remet à jour régulièrement son guide des restaurants de tous niveaux, des bonnes boutiques et des meilleurs vignerons. Le Pudlo Alsace, publié par Michel Lafon, place en tête des grandes tables L'Auberge de l'Ill, Le Cheval blanc de Lembach (une étoile au Michelin 2007) et Le Crocodile. Lorrain d'origine, Gilles Pudlowski a choisi de se partager entre Paris et les environs de Saverne, où il réside et travaille une partie de l'année. Depuis longtemps journaliste (il débuta au Quotidien de Paris et fut l'une des meilleures plumes du GaultMillau), il collabore régulièrement aux Dernières Nouvelles d'Alsace. Il est également l'auteur de Je vous écris de Strasbourg[Quand ?], aux éditions François Bourin.

Baeckeoffe traditionnel.

Le Strasbourgeois Robert Werner, rédacteur en chef du journal de la TF1[Quand ?], publie Je suis une Winstub aux éditions de La Nuée bleue[Quand ?].

Émile Jung, le cuisinier propriétaire en 2009 du Crocodile, publie souvenirs et réflexions sous le titre Au Menu de ma vie chez le même éditeur[Quand ?], ainsi que À la table du Crocodile[Quand ?]. Il est également l'auteur d'un livre sur les pâtes, très prisées en Alsace.

Édité avec l'aide de la Région Alsace, l'une des parutions de L'Inventaire du patrimoine culinaire de la France renseigne abondamment quant aux produits du terroir et aux recettes traditionnelles. Cette importante compilation, pour l'essentiel bien documentée et fiable, riche en notices historiques et en notations pittoresques, s'avère un utile ouvrage de référence (Albin Michel, 1998).

Autre ouvrage de fond, plus érudit, abordant de nombreux sujets, Le Mangeur alsacien, de Jean-Louis Schlienger (professeur à la faculté de médecine de Strasbourg, diététicien), en collaboration avec l'historien et géographe André Braun. Fondé sur une abondante documentation, ce livre publié en 1980 à La Nuée bleue est repris en une luxueuse version illustrée[Quand ?], avec la collaboration du cuisinier Michel Orth (L'Écrevisse, à Brumath) et du photographe culinaire Marcel Ehrhard.

Jean-Louis Schlienger et André Braun ont collaboré à une Petite Histoire de l'art de boire entre Vosges et Rhin, également à La Nuée bleue : Le Buveur alsacien. Ils ont aussi participé à Petite Histoire de la cuisine alsacienne (Éditions du Rhin).

Histoire et Recettes de l'Alsace gourmande, par Jean-Pierre Drischel, Jean-Pierre Poulain et Jean-Michel Truchelut (Privat, 1988) avec une préface de Germain Muller, est un ouvrage documenté et nourri d'anecdotes, enrichi d'un grand nombre de recettes des maîtres actuels de la gastronomie régionale. Les auteurs se font tour à tour historiens, ethnologues et « promeneurs » pour restituer l'âme alsacienne à travers sa cuisine traditionnelle.

Sylvie Bucher, aidée par Michel Habsiger, conservateur du Musée du pain d'épices et de l'art populaire alsacien et fabricant de pain d'épice à Gertwiller, et de l'historien Roland Oberlé, a publié Histoires de pains d'épices (Éditions Hirlé)[Quand ?].

Le dessinateur Tomi Ungerer, à qui Strasbourg a consacré un musée (fait assez rare pour un artiste encore vivant) inauguré en 2007, a mis en images l’ouvrage que Tony et Jean-Louis Schneider avaient consacré aux recettes traditionnelles, avec l'aide de la journaliste Danielle Brison (60 recettes de l'Arsenal, Bueb & Reumaux / La Nuée Bleue, première édition en 1985).

Tony Schneider, disparu quelques années après la sortie du livre, avait fait de l'Arsenal de la Krutenau (quartier de Strasbourg) un haut lieu convivial de la cuisine « comme la faisait sa mère », Madeleine[réf. nécessaire]. Un répertoire « revisité »[évasif] par son frère cadet, Jean-Louis. Moins longtemps que Chez Yvonne, mais intensément, L'Arsenal fut presque un symbole de Strasbourg.[réf. nécessaire] Thérèse Willer, qui accueillait et servait en salle, après ses études d'histoire de l'art, est aujourd'hui[Quand ?] conservatrice du musée Ungerer-Centre international de l'illustration.

Plusieurs livres ont été plus spécialement consacrés au vignoble alsacien, aux accords des mets et des vins alsaciens, aux recettes à base de vins.

Serge Dubs, « meilleur sommelier du monde » et collaborateur des Haeberlin (il a constitué la cave de l'Auberge de l'Ill), est l'auteur d'ouvrages particulièrement documentés, dont Les grands crus d'Alsace, ouvrage de référence publié en 2002 aux éditions Serpenoise.

Fort ouvrage fourmillant de renseignements et richement illustré (en noir et blanc), L'Art du vignoble alsacien avait été publié en 1979 par Georges Klein, conservateur du Musée alsacien de Strasbourg. Cet ouvrage de grand érudit évoque les architectures, les meubles, les ustensiles de travail et les objets décorés de l'univers viticole (Publications Jacques Freal-Éditions Garnier).

Région Alsace[modifier le code]

Peut-on préciser, dans le paragraphe "Brève chronologie politique", ce que signifie la création de la région Alsace en 1982 ? Merci.
90.13.251.30 (discuter) 11 janvier 2015 à 22:49 (CET)

Réunion ?[modifier le code]

Peut-être que quelqu'un peut m'expliquer quelque chose que je n'ai jamais compris: l'annexion progressive des territoires alsaciens au XVe et XVIe siècle pourqouoi est-elle appelée "réunion" bien qu'ils n'eussent jamais apartenu à la France auparavant? -- Orthographicus (discuter) 21 mars 2015 à 17:37 (CET)

Infobox[modifier le code]

Il faudrait plutôt (pour l'infobox) prendre exemple sur la Bretagne, le pays basque et la Savoie. Qui permet d'y insérer plus de contenu (ex le blason et le drapeau). --Kaoh (discuter) 1 janvier 2016 à 12:28 (CET)

Très bonne idée. J'ai ajouté les drapeau et blason et je créerai une info spécifique sur le modèle de ces régions culturelles quand j'aurai le temps. Sauf si quelqu'un d'autre le fait avant moi...--Monsieur Fou (discuter) 1 janvier 2016 à 15:28 (CET)
Voici un premier jet. J'améliorerai sans doute la carte--Monsieur Fou (discuter) 2 janvier 2016 à 01:06 (CET)
Je me suis permis de changer le drapeau, celui qui était montré (ancien drapeau administratif) n'ayant plus eu cours après 2003, sa présence n'avait pas grand sens ; j'ai choisi de mettre le drapeau "historique" (drapeau Rot un Wiss) pour bien permettre de différencier l'article Alsace de l'article Région Alsace, mais le drapeau qui a été officiel jusqu'en 2015 et la fusion (drapeau administratif) pourrait aussi convenir. — Ἐμμανουήλ [@] -- [] 21 août 2017 à 15:07 (CEST)
Aucun de ces trois drapeaux n’étant aujourd’hui officiel, ce n’est pas sur ce critère que l’on peut décider lequel afficher. Le Rot un Wiss a pour inconvénient de n’être pas vraiment neutre, je lis : « après la libération, il a toutefois été assimilé au germanisme et au séparatisme, et s'est fait beaucoup plus rare [...] il a également retrouvé un rôle politique lors des manifestations contre la fusion des régions de 2014/2015 ». Au minimum, si ce drapeau est choisi, la légende ne peut être simplement « Drapeau de l’Alsace » mais doit donner, soit les dates de son utilisation officielle, soit le contexte d’une utilisation non officielle.
Autres critères envisageables pour choisir quel drapeau afficher dans l’infoboîte :
  • utilisation officielle la plus récente ;
  • utilisation officielle la plus longue.
Personnellement, c’est ce dernier critère que je retiendrais. (Et, toujours, en précisant les dates.)
Grasyop 21 août 2017 à 15:38 (CEST)
Merci de votre réponse. C'est compliqué de trouver un critère neutre, surtout si on prend l'histoire de l'Alsace dans sa globalité. Vous avez parfaitement raison sur un point : mettre le Rot un Wiss comme je l'ai fait sans préciser quoi que ce soit n'est pas une bonne chose.
Maintenant, la question de l'officialité me gêne un peu. Si on prend le critère de la longueur de l'utilisation officielle du drapeau, on se retrouve à utiliser le Dienstflagge de la terre d'Empire (drapeau de l'alsace allemande 1871-1918), ce qui, vous en conviendrez, ne peut pas s'imaginer. On pourrait choisir de restreindre à l'époque française, mais pourquoi le faire dans un article sur une région historique et culturelle ?
Reste alors le choix entre un drapeau un peu connoté, c'est vrai (mais il est aussi utilisé en contexte sportif totalement apolitiquement), mais en usage depuis le xixe siècle et un drapeau qui n'aura été utilisé que 11 ans, mais plus neutre. Je pense que les deux choix se valent, ce qui m'a fait trancher pour le Rot un Wiss étant, comme je l'ai dit, l'intention de séparer clairement le but de cet article et celui de l'article Région Alsace. Ce critère peut, bien sûr, être critiqué.
Ἐμμανουήλ [@] -- [] 21 août 2017 à 16:01 (CEST)

L'article Tribunal de grande instance de Saverne est proposé à la suppression[modifier le code]

Page proposée à la suppression Bonjour,

L’article « Tribunal de grande instance de Saverne » est proposé à la suppression (cf. Wikipédia:Pages à supprimer). Après avoir pris connaissance des critères généraux d’admissibilité des articles et des critères spécifiques, vous pourrez donner votre avis sur la page de discussion Discussion:Tribunal de grande instance de Saverne/Suppression.

Le meilleur moyen d’obtenir un consensus pour la conservation de l’article est de fournir des sources secondaires fiables et indépendantes. Si vous ne pouvez trouver de telles sources, c’est que l’article n’est probablement pas admissible. N’oubliez pas que les principes fondateurs de Wikipédia ne garantissent aucun droit à avoir un article sur Wikipédia.

Éric Messel (Déposer un message) 4 septembre 2016 à 21:30 (CEST)

Transports[modifier le code]

Bonjour, Transports en Alsace et Alsace#Les transports, cela fait beaucoup, ce d'autant plus qu'il existe maintenant le paragraphe Grand Est#Transports. Ne faudrait-il pas transférer Alsace#Les transports vers Transports en Alsace, et pour que seul le minimum sur les transports reste dans Alsace? Le problème se posera avec acuité si un article Transports dans le Grand Est venait à être créer.

Merci, --JeffMik1 (discuter) 25 avril 2018 à 07:23 (CEST)

Elle est constituée des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin.[modifier le code]

J'entends bien que nous parlons de la région culturelle et historique, pas de l'ancienne région administrative. Il me semble que nous devrions écrire : « Elle est constituée des départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et du Territoire de Belfort. » --Kuchti (discuter) 15 septembre 2018 à 10:43 (CEST)

Déjà, dire qu'elle est constituée de départements revêt une connotation administrative, politique ; or administrativement l'Alsace n'a jamais compté plus de deux départements (créés après la Révolution faut-il le rappeler).
Certes son territoire couvrait jadis celui du Territoire de Belfort, ce dernier n'apparaissant administrativement qu'après le traité de Francfort ; ça fait partie de son histoire mais pas de sa géographie et surtout pas écrit comme ça.
Si en outre et du point de vue géographique on considère la frontière naturelle qu'est la trouée de Belfort, alors la limite départementale sud-ouest (inchangée depuis le traité de Francfort) est cohérente pour délimiter l'Alsace.
Sans vouloir froisser personne, Papatt (discuter) 15 septembre 2018 à 16:58 (CEST)
Ne faudrait-il donc pas plutôt écrire : « Elle est constituée du territoire des départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin (et du Territoire de Belfort). » Pour ce qui est du territoire de Belfort, il est cité comme faisant partie de la Haute-Alsace, il a fait partie de la province d'ancien régime et du département du Bas-Rhin donc c'est assez étonnant qu'il soit exclu d'une telle définition qui devrait justement l'englober.Clodomir (discuter) 13 janvier 2020 à 11:56 (CET)
Belfort ne fait plus partie de l'Alsace depuis maintenant 150 ans. Et si l'on suit ce raisonnement il faudrait également mentionner Landau in der Pfalz, Kehl ou encore Montbéliard qui ont été rattachées à l'Alsace à un moment où à un autre et préciser que l'Alsace bossue ne fait en fait partie de l'Alsace que depuis 1793 etc... Donc le plus simple est de parler de l'Alsace dans sa forme actuelle depuis 1870 à savoir les deux départements du Rhin. Niko67000 (discuter) 13 janvier 2020 à 19:06 (CET)
Très bien mais dans ce cas l'article devrait commencer par «l'Alsace est une ancienne région administrative constituée des départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin» et non pas sur «L’Alsace est une région culturelle et historique» parce que sur le plan historique, être aussi précis sur les limites de l'Alsace et exclure un territoire qui en a fait partie pendant quelques siècles n'a aucun sens. Ce serait comme vouloir donner des frontières absolues aux Flandres ou à l'Île de France. Écrire "Belfort ne fait plus partie de l'Alsace depuis 150 ans" n'est pas tout à fait juste : il est vrai que Belfort ne fait plus partie du Haut-Rhin depuis 150 ans, mais le regroupement d'une entité «Alsacienne» sans le territoire de Belfort est une décision de la Ve République, bien plus récente. D'ailleurs dans l'article sur le territoire de Belfort, il est écrit «Le point culminant du département se situe au ballon d'Alsace à 1 247 m d'altitude».Clodomir (discuter) 13 janvier 2020 à 21:42 (CET)
D'ailleurs, après avoir consulté l'historique de l'article, il s'agissait de l'article sur la région administrative. Qui précisait bien «L'Alsace est une région culturelle, historique, et administrative à l'est de la France métropolitaine» ce qui en justifiait la définition d'un périmètre «administratif» et départemental. Qui est déjà rappelé dans l'article au 3e paragraphe qui précise bien que l'Alsace a également été une ancienne région administrative. Le rattachement au contour départemental est déjà écrit à cet endroit là. Y a pas de sujet en fait...Clodomir (discuter) 13 janvier 2020 à 21:57 (CET)
De toutes façons avec la nouvelle Collectivité européenne d'Alsace (qui sera constituée du Bas-Rhin et du Haut-Rhin) il va être nécessaire de procéder à une réorganisation des articles voire une fusion. Niko67000 (discuter) 14 janvier 2020 à 09:08 (CET)
Notification Kuchti, Papatt, Clodomir et Niklos67000 : Puisqu'on en est à discuter de ça, j'aimerais en profiter pour remonter une discussion que j'ai lancée deux fois, mais sans obtenir de réponse. La palette « Villes d'Alsace » mélange à mon sens pas mal de concepts, et il faudrait la repenser. Puisqu'on discute de la définition de l'Alsace, cela me semble le bon moment pour ce faire. --Laurent Jerry (discuter) 14 janvier 2020 à 09:13 (CET)

Énergie[modifier le code]

Bonjour si vous pouvez m'aider. Comment faire apparaître les statistiques énergétiques des EPCI d"Alsace dans le paragraphe "énergie":

etc.

Je compte afficher les statistiques de toutes les EPCI d'Alsace. merci, --JeffMik1 (discuter) 2 septembre 2019 à 21:32 (CEST)


Je pense avoir trouvé la solution avec la liste des EPCI du Bas-Rhin et du Haut-Rhin. Pour le Haut-Rhin, je n'ai pas encore tout-à-fait fini. Merci de votre patience. Si quelqu'un a une meilleure idée, je suis preneur, merci --JeffMik1 (discuter) 15 septembre 2019 à 08:04 (CEST)