Discussion:Albert Antébi

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Autres discussions [liste]
  • Suppression
  • Neutralité
  • Droit d'auteur
  • Article de qualité
  • Bon article
  • Lumière sur
  • À faire
  • Archives

Traduction automatique de l'article hébreu[modifier le code]

Table des matières

   1 Biographie
       1.1 Sa vie et son rôle dans l'Alliance
       1.2 Un représentant de l'ICA et le représentant du moshavot
       1.3 Soutien aux Yordim
       1.4 Ses liens et son influence
       1.5 Ses partisans et adversaires
       1.6 Ses dernières années
       1.7 Après sa mort
   2 sources
   Lire la suite
   4 Liens externes
   5 notes de bas de page

Abraham (Abraham Antébi, 1869, Damas, 2 Adar 2, 1919, Istanbul) était un ingénieur et un enseignant, l'un des plus importants leaders et militants dans le Yishuv juif en Terre d'Israël au début du 20ème siècle, avec une grande influence sur les autorités ottomanes. Il a contribué grandement au développement de l'éducation et de l'implantation juives en Terre d'Israël.

Sa vie et son rôle dans les institutions de l'Alliance[modifier le code]

Né en 1869 à Damas fils de Rabbi Yossef Antebi (1847-1919). Son père était professeur d'hébreu qui était actif à Damas et en Egypte, et auteur du livre « et accumuler Joseph » [1], une famille de rabbins de rite espagnol originaire de la ville Antb (Gaziantep). Le grand-père de son père était Rabbi Yaakov Antebi, le principal accusé dans la diffamation de Damas.

En 1880, il fut envoyé à Paris, en France, pour étudier à l'Ecole du Travail. Il a étudié l'ingénierie à l'Ecole d'arts et métiers de Chalons-en-Champagne et à Angers.

MLL (discuter) 15 avril 2018 à 11:55 (CEST)

En 1896, il s'installe à Jérusalem et sert d'assistant à Nissim Bekhar, qui dirige les institutions de l'Alliance à Jérusalem. Un an plus tard, il est nommé directeur de l'école professionnelle, en remplacement de Nissim Bekhar. Sous son administration (jusqu'en 1913), l'école grandit et le nombre d'étudiants y augmente, malgré les problèmes budgétaires et la difficulté de recruter des enseignants qualifiés et des instructeurs efficaces pour les différents départements des ateliers. Pendant son temps, les réserves des cercles religieux extrêmistes de l'école (principalement ashkénazes) s'affaiblissent. La réalisation a été très impressionnante, étant donné que des écoles similaires gérées par l'Alliance dans la région étaient un échec total.

Bien que l'institution se soit développée à l'époque d'Antebi en tant que gestionnaire, il n'était apparemment pas sûr de la contribution de ses diplômés au développement de la communauté juive. Dans certains de ses rapports au KKL-JNF et à l'ICA, il soutient que l'institution sert la communauté juive en Israël et au-delà, et souligne que l'institut représente un défi et un symbole pour les entrepreneurs qui aspirent à établir des institutions de niveau professionnel. Dans ses autres rapports, il décrit une situation très sombre et affirme que les réalisations du Mochav ne sont pas impressionnantes, Israël ayant des opportunités économiques très limitées. Dans certains rapports, il a laissé entendre qu'il démissionnerait en raison de son manque de soutien, et qu'il était déçu par la vie difficile à Jérusalem.

Accusé d'activité politique excessive, il a été forcé de quitter l'école à Jérusalem.

Représentant de l'ICA et Représentant du moshavot[modifier le code]

Antebi a servi comme représentant de la Jewish Colonization Association (ICA) à Jérusalem de 1901 à 1913. Dans sa position, il

  • recommande à l'ICA des allocations et des prêts de son fonds de prêt aux artisans de Jérusalem, afin de poursuivre le développement des quartiers dans lesquels vivaient des Juifs pauvres originaires des pays du Moyen-Orient qui aspiraient à gagner décemment leur vie;
  • recommande aux dirigeants de l'ICA d'allouer des prêts pour la construction de maisons dans les colonies de la région de Jérusalem;
  • recommande aux dirigeants de l'ICA de financer le départ des Juifs qui sont incapables ou manquent d'initiative du pays;
  • rend compte au Centre de l'ICA de la situation politique, économique et sociale dans le Yishouv, y compris l'activité sioniste, le problème arabe et les changements dans la politique du gouvernement ottoman à l'égard du Yishouv.

Antebi a gagné une réputation pour ses positions, grâce à ses bonnes relations avec Narcisse Leven, président de l'ICA. Il a cultivé de bonnes relations avec les effendis arabes et avec de nombreux gouverneurs et fonctionnaires ottomans à Jérusalem, en utilisant sa connaissance du français, de l'arabe et du turc. Entebbe avait des liens avec Yusuf Pacha al-Khalidi, Saïd al-Husseini et Hussein al-Husseini, avec qui il fonda le Croissant-Rouge à Jérusalem. Hajj Amin al-Husseini était un étudiant pendant un moment. Antebi avait aussi de bonnes relations avec les éléments chrétiens en Terre Sainte, par exemple avec le prêtre dominicain Marie-Joseph Lagrange, le fondateur de l'école pratique des études bibliques à Jérusalem.

En plus de ses fonctions officielles, Antebi était impliqué dans l'activité publique juive à Jérusalem. Il a résolu divers conflits dans la population, et a personnellement essayé d'alléger les décrets imposés au Yishouv.

De 1913 à 1916, il était le représentant du moshavot en Judée, l'intermédiaire, et impliqué dans l'achat de terres pour la colonisation juive, et la liaison entre le bureau de la Palestine à Jaffa et le vieux Yishouv.

Avec les musulmans arabes et les chrétiens, il créa la Chambre de commerce de Jérusalem et en fut le vice-président. Sous le patronage du rabbin français Maurice Liber et du ministre Aristide Briand, il fonda le Comité Palestine en 1913. En outre, Antebi était actif dans la franc-maçonnerie, et politiquement le Parti radical.

Son soutien aux Yordim[modifier le code]

En sa qualité de représentant du JCA, Antebi a aidé les Juifs qui voulaient repartir en finançant la moitié du tarif [du voyage ?], compte tenu de la situation économique difficile. Antebi était particulièrement utile aux jeunes professionnels avec un corps sain. Dans les années où le mouvement a été rendu possible, Antebi a aidé environ 27 émigrants juifs moyens et a rapporté sur la bonne acclimatation des immigrants. ICA a décidé d'aider le bus, d'Angleterre ou des États-Unis, mais Antebi a pu convaincre le président de l'Alliance pour permettre aux travailleurs jeunes et forts de valeur de l'aide qui ont des familles aux États-Unis, parce qu'ils ont nulle part où aller. Les sionistes l'ont accusé d'encourager le déclin accusé d'hypocrisie parce qu'il avait reçu des demandes de diminution d'assistance chiffres clés sionistes comme Eliezer Ben-Yehuda, Boris Schatz, Meir Dizengoff, David Zalman Levontin, Zaav Gluskin et Mordechai Kritchevski.

Antebi inscrivit ses fils au lycée évangélique allemand de Jérusalem, puis au lycée Lakanal de Paris. Ses filles ont étudié avec les religieuses catholiques à l'école du monastère Saint-Joseph à Jérusalem. Tout en continuant à vivre et à travailler en Terre d'Israël, Antebi préféra loger sa famille en Égypte. [2]

Connexions et influences[modifier le code]

La grande influence d'Antebi a diminué pendant le règne du gouverneur tyran Jamal Pacha (il a servi de consultant entre 1915 et octobre 1916) mais est revenu au pouvoir après ses jours. En 1912, le gouverneur de Jérusalem, Muhadi Bey, en dépit de sa sympathie pour les réalisations du Yishouv dans l'éducation et l'agriculture, interdit la vente de terres aux Juifs, y compris les sujets ottomans. Albert Antebi s'est enrôlé pour aider les Juifs qui étaient des sujets ottomans et a écrit au gouverneur que cette mesure discriminait les sujets juifs ottomans et contredisait complètement la constitution turque. Antebi réussit à persuader le gouverneur d'alléger quelque peu la loi - toute la terre déjà en train d'être achetée fut transférée aux juifs ottomans alors qu'en réalité, leur but réel était pour les immigrants juifs qui n'étaient pas des sujets ottomans. En outre, Antebi a entrepris de faire rapport à l'avance sur les plans des Juifs ottomans d'acheter des terres. En vertu d'un accord entre Antebi et le gouverneur, il était possible de transférer 4 800 dounams près de Latrun à des Juifs. Bien qu'Antebi ait été payé pour sa médiation et son acquisition de terres, il a fait beaucoup plus que cela. Il suivait avec attention les changements dans la loi, essayant de trouver des moyens de le contourner.

Supporters et adversaires[modifier le code]

Une ouverture très sarcastique sur un article critiquant Antebi, par Itamar Ben Avi, "HaTsvi" 1909 (intraduisible, c'est une image")

Albert Antebi était un homme controversé. L'un de ses partisans, Avraham Almaliah, journaliste, activiste sioniste et premier rédacteur en chef du journal Herut, l'a décrit comme suit: << Avant son départ de Constantinople, chaque gouverneur de la Terre d'Israël savait qu'il y avait un juif important nommé Antebi à Jérusalem, qui rêgnait sur toute la machine publique et que haque gouverneur qui voulait être sûr de sa position et aspirer à réussir dans son travail devait lui passer ses volontés .>>

Mordechai Ben Hillel Hacohen a également écrit à propos de lui - "cet homme d'affaires diligent, inégalé dans l'agilité et la diligence, bien que superficiel ... parfois son influence sur les fonctionnaires du gouvernement autour de lui ... il connaît les moyens de les attraper dans leurs coeurs ...".

Même Haim Ben-Atar, le rédacteur en chef de Herut, écrivait dans un entretien avec Antebi en 1912: «Antebi, malgré tous les défauts et les relations étranges qu'on lui attribue, est le seul parmi nos activistes ici qui dit peu et fait beaucoup. Et la grandeur est sur tous les différents cercles ici et il était capable d'exécuter et de réaliser ce qu'il prévoit et pense. "

Mais à côté de la louange, Antebi a aussi supporté de dures critiques, et certains journaux hébreux l'ont attaqué et l'ont accusé de corruption, la profanation de la langue hébraïque et plus. Compte tenu des souhaits de Itamar Ben-Avi (en) de renforcer le tirage du journal HaTsvi, et pour élargir le public de son temps qui lisait journal, il a choisi de s'en prendre à Antebi dans une série de 19 articles publiés contre lui. La plupart des articles ont été publiés sur la première page de HaTsvi, tous signés Ben Avi.

Dans le cadre de la campagne de diffamation a appelé « l'affaire Antebi » a commencé au printemps de 1909, Ben-Avi et son père Eliezer Ben-Yehuda a publié de nombreux articles l'attaquant. Le 25 mai 1909 Hatzvi publie un bref article où il demande à Antebi de retourner à Paris pour consultation. Quelques jours plus tard, le journal publie un article indiquant qu'Antebi serait bientôt licencié à cause des nombreuses plaintes contre lui en Israël.

Lors de cette campagne de diffamation, le journal Herut, qui commençait à paraître à cette époque, se tenait aux côtés d'Antebi et le présentait comme l'un des promoteurs et constructeurs du nouveau Yishuv, tandis que Hatzvi essayait de le présenter comme un danger pour le Yishuv. Dans le cadre des réactions publiées par "Herut" à la série d'articles de Ben-Avi, le premier a réfuté la nouvelle démission d'Antebi, expliquant que Ben Yehuda et Antebi avaient un différend commercial dans lequel Ben Yehuda a décidé d'utiliser l'opinion publique contre Antebi sur la base de Yediot Ils sont sans fondement.

Ben-Avi a annoncé qu'il révélerait la corruption d'Antebi dans quelques semaines et que son intention était d'utiliser la campagne de diffamation comme une série de tensions, dont certaines seraient progressivement publiées, mais malgré ses promesses, Ben-Avi n'a pu fournir aucune preuve de ses accusations. Dans les mains de la première, même un document contre Antebi, a exigé qu'il présente les documents, si elles l'ont fait. Cependant, l'absence de preuves n'a pas empêché Ben-Avi de mettre fin à sa campagne de diffamation contre Antebi, et il a continué à utiliser une variété de tactiques rhétoriques pour discréditer son nom.

Les rumeurs affirment qu'Antebi était sur le point de poursuivre le "Hatzvi" pour diffamation, mais ces rumeurs n'ont pas empêché Ben-Avi d'arrêter de le calomnier, et il a lancé un rassemblement de protestation contre Antebi à Beit Ha'am à Jérusalem. Accompagné d'une vaste campagne dans son journal qui comprenait environ 200 participants, Ben-Avi a prononcé le discours d'ouverture, suivi par Yitzhak Ben-Zvi, qui a prononcé un discours socio-économique. A la fin de l'assemblée, les participants ont formulé une lettre commune appelant la direction de l'Alliance à licencier Antebi.

Dans le cadre de la campagne de diffamation, Eliezer Ben Yehuda a écrit à propos d'Antebi entre autres: "... M. Antebi, par nature et par esprit, a fait que la froideur de la société atteigne un niveau froid du pôle Nord ..." Quand Antebi a soutenu le rabbin Yaakov Meir en tant que sage Bashi en 1906, les opposants d'Antebi se sont opposés au rabbin Yaakov Meir, seulement à cause du soutien d'Antebi.

La campagne de diffamation contre Antebi a commencé à s'estomper en juillet de 1909, et a été complètement arrêtée en début août de cette année. Bien que cette campagne de diffamation a soulevé la circulation du «cerf», mais a causé des dommages économiques, lorsque le baron Rothschild, qui a soutenu le journal financier, en colère contre la campagne de diffamation et de couper son soutien pour le journal à moitié. Malgré les calomnies contre Antebi, les deux hommes sont redevenus amis, et ce dernier a aidé Ben Avi à échapper à un procès en septembre 1909, puis l'a aidé à régler le différend avec la famille Abu-Zaid, la famille de sa future épouse.

Ben-Avi a écrit dans ses mémoires que la raison de l'ouverture de la campagne de diffamation venait à la suite d'une rumeur qui lui était parvenue concernant l'humiliation de l'un des enseignants de l'Alliance et son renvoi par Antebi. Mais ailleurs dans ses mémoires il a admis qu'il avait décidé de tourner le premier article contre Antebi dans une série d'articles afin d'augmenter la circulation du journal. Un autre argument en faveur de la campagne de diffamation était un différend commercial entre la famille Ben Yehuda et Antebi.

D'autres demandes ont expliqué que le conflit entre Itamar Ben Avi et Albert Antébi est principalement due à des vues politiques de Antebi était critique du sionisme politique, mais qui coopèrent avec les sionistes. Il a soutenu que le sionisme était préjudiciable aux intérêts du peuple et les notes d'opinion ont été obligés de s'abstenir de tout acte qui pourrait remuer le monde, parce qu'il peut être utilisé pour l'incitation dans la presse arabe. Itamar Ben Avi soutenu bien sûr la renaissance de la langue hébraïque, par rapport Antebi, beaucoup pensaient qu'il a négligé l'enseignement des instituts de langue hébraïque retraite Alliance Nissim Bachar. la position de Antebi se référant à la langue hébraïque applique après la guerre (environ 1912), quand Entebbe était furieux contre l'organisation allemande "Aid", qui refusait Kaddish a une plus grande place dans l'enseignement de l'hébreu dans ses institutions.

Le journal HaPoel Hatza'ir était méprisant de la campagne de diffamation contre Antebi, et les articles de Ben-Avi étaient pleins de vantardises vides, mais le journal était également très critique d'Antebi dans un article: "arrogant, inconstant, , Un tyran asiatique, un profanateur de la langue hébraïque dans les institutions de l'Alliance, intimide tout le monde autour de lui, est trop autoritaire et exploite son influence parmi les autorités contre ses adversaires. " La direction de l'Alliance et de l'ICA à Paris pensait également qu'Antebi en faisait trop - certainement au-delà de son propre travail - et le voyait avec de mauvais yeux.

Parmi les partisans d'Antebi figuraient Avraham Elmaliach, Meir Dizengoff, Mordechai Ben Hillel Hacohen, Menashe Meirovich et d'autres. Avraham Almaliah, fondateur du journal "Freedom", a déclaré que l'une des raisons de la publication du journal était de contrebalancer le journal "The Hatzvi" d'Itamar Ben Avi, qui tente de donner l'impression que la communauté hébraïque souffre de la tyrannie du tyran Albert Antebi. Une carte politique importante en Israël, qui s'opposait à de nombreuses actions d'Antebi, écrivit une lettre à Hatzvi en 1909 dans le journal Herut, dans laquelle il exprimait son soutien à Antebi : ... M. Antebi est un homme d'affaires diligent et cultivé qui a consacré tout son cœur et toute son âme aux affaires juives et a mené un certain nombre de choses très importantes au profit de la communauté juive, et tous ceux qui s'occupent du Yishuv connaissent ces choses ... " Elmaleh, le rédacteur en chef du journal Herut, qui s'est moqué de Ben Avi, dont la guerre avec Hanafi n'a aucun fondement, et s'il y a une base - est apparemment personnel et ne travaille pas pour le bien public.

Ses dernières années

MLL (discuter) 26 avril 2018 à 14:55