Discussion:Économie hydrogène

    Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
    Autres discussions [liste]
    • Admissibilité
    • Neutralité
    • Droit d'auteur
    • Article de qualité
    • Bon article
    • Lumière sur
    • À faire
    • Archives
    • Commons

    Article en chantier[modifier le code]

    Pour l'instant l'article est de moi, Elbrik 27 juillet 2006 à 08:55 (CEST) , y a plein de liens a rajouter, de fautes à corriger et surtout des sources à mettre. A priori je reprendrai ca en septembre en retour de vacances, vu que j'ai fait des choses a ce sujet et que je n'ai pas la. Je viens aussi de constater que le sujet était (tres bien) abordé dans Véhicule propre. Donc j'ai mis des liens, mais faudrait aussi uniformiser les contenus. Notemment le paragraphe de véhicules propres disant que cette perspective lointaine peut nous faire perdre de vue que la depolution est une urgence -> a rajouter ici.Reply[répondre]

    Modifs bienvenues bien sur !!! Elbrik 27 juillet 2006 à 08:55 (CEST)Reply[répondre]

    Il y a confusion dans le paragraphe "Première perspective : la production localisée", en effet, un amalgame est fait entre hydrogène et pile à combustible. Les moteurs à combustion peuvent fonctionner avec de l'hydrogène, donc il est un peu spécieux d'opposer les deux et de comparer moteur à combustion avec pile à combustible. De même que les piles à combustible peuvent fonctionner autre chose que de l'hydrogène (les DMFC par exemple). De plus, question: Peut-on également considérer que le reformage de gaz naturel ou d'un autre combustible directement en amont du stack d'une PAC constitue de la production localisée ? Il me semble que oui.RitexSport

    Modification de la conclusion[modifier le code]

    Je me permets de modifier la conclusion. Il n'apparaît pas clairement dans celle-ci que l'hydrogène n'est pas une source d'énergie, bien que ce soit dit plus haut, et que de nombreuses difficultés subsistent encore dans le développement économique de ce vecteur : prix du platine dans les piles à combustible, difficultés de fonctionnement par des températures inférieures à 0°C, conditions de pression de l'hydrogène et poids consécutif des contenants, domaine d'explosivité étendu de l'hydrogène, qui risque de le faire interdire dans les milieux confinés : tout cela cantonne l'hydrogène à des missions précises, dont l'essentiel n'est même pas cité.

    mais qui est responsable de ces calembredaines ?[modifier le code]

    Ce qui m'intrigue le plus, et ce qui m'intéresserait le plus dans un article encyclopédique, c'est de savoir qui, pourquoi, et comment a mis sur le marché cette idée "d'économie hydrogène", selon laquelle un produit instockable, explosif et corrosif pourrait devenir (mieux : serait sans qu'il soit permis le moindre doute) la prochaine panacée énergétique, au seul motif que sa combustion ne produit que de l'eau (ce qui est faux : toute combustion dans l'air produit aussi des NOx).

    éclairez moi, SVP.

    gem (d) 14 septembre 2008 à 22:39 (CEST)Reply[répondre]

    des calembredaines ? pas si sûr...[modifier le code]

    Salut,

    • Premier point: le terme "économie hydrogène" a été crée ou du moins popularisé par le livre de J. Rifkin. Il faut reconnaître que c'est un terme un peu fourre-tout qui permet de connecter différentes technologies très différentes. C'est un terme journalistique donc avec les avantages et les inconvénients qui en découle. Personnellement, je pense qu'il a l'intérêt de pointer une nouvelle réalité qui est l'utilisation de l'hydrogène comme vecteur énergétique, un peu de la même façon qu'au début du siècle on aurait pu parler d'"économie électricité".
    • Deuxième point: il y a souvent confusion entre source d'énergie et vecteur d'énergie, en étant très rigoureux sur la définition il n'y a que trois sources primaires d'énergie disponible sur terre: le soleil, la terre (gravitation, geothermie) et le noyeau des atomes (nucleaire). Après on peut parler de sources secondaires ou énergies primaires (énergies fossiles, biomasse, éolien, marémotrice...) qui ont "besoin" des sources primaires pour exister pourrait on dire en simplifiant. Ensuite il y les formes sous laquelle l'énergie s'exprime (rappelons que l'énergie est qqchose d'intangible voire purement un concept), ces formes sont : énergies électrique, chimique, mécanique, thermique et rayonnante. Ensuite il y a des convertisseurs d'énergie, par exemple un moteur électrique transforme l'énergie électrique en énergie mécanique. Ensuite il y a des vecteurs qui serve à transporter l'énergie (puisque les sources sont rarement au même endroit que le besoin. Un exemple pour essayer d'illustrer: une lampe à incandescence est un convertisseur d'énergie thermique en énergie rayonnante, l'energie thermique a été générée par effet joule sous l'effet de l'électricité qui a servi aussi de vecteur. Après tout dépend de comment a été générée l'électricité (en france 80% de chances que la source soit le nucléaire). Ces concepts sont interreliés et facilement confondus.
    • troisième point: l'hydrogène est donc un vecteur énergétique et donc il faut le produire à partir d'une source disponible, donc le concept de pollution ne s'applique pas à lui même, mais au processus de fabrication, c'est exactement la même chose pour l'électricité, l'électricité n'est ni bonne ni mauvaise pour l'environnement par elle-même, ce qui est polluant ou non c'est la production.
    • quatrième point: l'hydrogène est-il un bon vecteur énergétique ? oui, en tout cas meilleur que les hydrocarbures pour le déplacement urbain. Cela dit il y a deux moyens d'utiliser l'hydrogène pour ce type d'application:
      • en utilisant des moteurs à combustion interne, l'hydrogène liquéfié a exactement le même rôle que l'essence, son énergie chimique est transformé en énergie thermique qui est elle même transformée en énergie mécanique ; même dans cette fonction à masse égale l'énergie est supérieure pour l'hydrogène, ce n'est pas un hasard si les fusées l'utilise et pas des hydrocarbures.
      • mais le réél intérêt de l'hydrogène est d'être utilisé dans un moteur "électrochimique", c'est à dire avec une pile à combustible, en effet selon la thermodynamique et la loi de Carnot il n'y a jamais conversion à 100% d'une forme d'énergie en une autre, pour un moteur à combustion (qu'il soit alimenté par de l'essence, de l'hydrogène ou n'importe quoi d'autre) la limite infranchissable est de ~25% tandis que pour pile à combustible cette limite est de ~50%.
    • dernier point:
      • l'instockabilité: faux l'hydrogène n'est pas instockable même si ce n'est pas simple, il est vrai que le stockage sous forme liquide est complexe mais ce n'est pas l'avenir.
      • la dangerosité: pas plus que l'essence, en fait ce n'est pas les mêmes risques et les mêmes conséquences. Si on a pu s'adapter à l'essence, on peut s'adapter à l'hydrogène sans pb, sans augmentation de coût faramineuse. La catastrophe du dirigeable Hindenbourg est souvent prise comme exemple pour illustrer la dangerosité de l'hydrogène mais il faut savoir que depuis on a prouvé que ce que l'on voit brûler de façon spectaculaire sur les images c'est la toile du dirigeable et non pas l'hydrogène.
      • les NOx: tout à fait d'accord d'autant plus que les NOx sont souvent toxiques et à masse égale ont un effet de serre bien plus supérieur que le CO2, mais comme déjà dit au point 4) la combustion de l'hydrogène n'est pas le processus le plus intéressant in fine et dans les piles à combustibles, pas combustion, donc pas de NOx

    en guise de conclusion: Si l'on utilise les hydrocarbures dans l'automobile de nos jours ça n'a jamais été pour des raisons scientifiquement et technologiquement objective mais surtout pour des raisons historiques (intéret croisé des grands industriels américains, Ford et Rockfeller par exemple). Si les USA n'avait pas eu de pétrole sur leurs sols dans les années 20, l'histoire aurait été toute différente...Il faut savoir que la technologie des piles à combustibles existe depuis le début du siècle, inutile de préciser que les investissements qui ont été consacrés à son développement sont incommensurablement ridicule comparé à ceux liés à l'industrie pétrolifère...

    Voilà qqs explications qui j'espère aideront à s'y retrouver... StralsundByzantion (d) 21 septembre 2008 à 18:09 (CEST)Reply[répondre]

    Pas très convainquant tout ça : la pile à combustible de consommation de masse est encore dans les limbes, et toutes les chances d'y rester tant qu'on n'aura pas un substitut commode au platine, trop cher (en plus, on peut faire des piles à combustible avec autre chose que de l'hydrogène, l'éventuel essor de celle-ci n'implique pas celui de ce dernier). Comprimer ou liquéfier l'hydrogène implique automatiquement une perte d'entre 30 et 50 % de son énergie, une horreur en terme de rendement. Et pour l'instant, probablement pour longtemps, la fabrication de l'hydrogène se fait en cramant du pétrole ou du gaz, là encore avec une perte effrayante : à ce compte, autant le faire directement dans les moteurs... Le jour où il n'y aura plus de pétrole, on n'aura d'hydrogène que si on a aussi une autre source d'énergie, qu'il serait de toute façon plus malin d'utiliser directement que de lui imposer une triple conversion -> hydrogène -> stockage -> électricité via pile à combustible. D'autant qu'actuellement les candidats sérieux pour le poste de principal fournisseur d'énergie à moyen terme (après le pétrole) ne sont que deux : le charbon et l'électricité (solaire ou nucléaire). Dans les deux cas, leur usage direct est possible, donc souhaitable, plutôt qu'une conversion en hydrogène. Si vraiment on a besoin de faire une conversion, d'ailleurs, pourquoi ne pas la faire en hydrocarbures plutôt qu'en hydrogène ?
    etc.
    Mais ce n'est pas ma question. Il existe de fait tout un courant qui prône l'économie hydrogène, il est normal qu'on en rende compte.
    Ma question reste : qui a mis ça sur le marché des idées ? Rifkin n'est qu'un média, pas une source, et son talent de bonimenteur est nécessaire mais pas suffisant pour expliquer l'engouement. J'aimerai bien connaitre la ou les source(s) primaire. Je suppose que les compagnies pétrolières, qui produisent l'hydrogène, sont une source possible, mais je préfèrerai avoir une confirmation.
    Pour le dire autrement : de qui et de quand sont les premiers articles proposant cette notion d'économie hydrogène ? Qui Rifkin cite-t-il, par exemple ?
    gem (d) 25 septembre 2008 à 17:47 (CEST)Reply[répondre]

    La (les) piles de consommation de masse ne sont pas dans les limbes, et il faut d'abord commencer par identifier les différentes technologies de piles à combustible. Pour ce qui concerne les PEM, elles utilisent en effet du platine comme catalyseur, mais il en faut aujourd'hui la même quantité que dans un pot catalytique. Remplacer une voiture diesel par une voitures PAC H2, c'est utiliser la même quantité de platine, par ailleurs intégralement recyclable. Pour l'avenir, les chercheurs du CEA ont démontré la possibilité d'utiliser le Cobalt en remplacement du platine. Quant à la production d'hydrogène vert, la réponse est imbriquée dans l'énergie renouvelable. H2 étant un vecteur d'énergie, on peut l'utiliser comme moyen de stockage des énergies propres intermittentes (électrolyse de l'eau à partir des ENRs, en heure creuse quand le réseau électrique n'en a pas besoin, c'est à dire 70% du potentiel des ENRs), seul moyen de rendre ces énergies renouvelables rentables par ailleurs. Pour l'avenir, les bio process 3G nous permettent de produire de l'hydrogène sur les eaux usées avec des bactéries spécialisées, sans autre apport énergétique que le soleil. Quant à nos centrales nucléaires, qui n'ont que 33% de rendement énergétique, le reste étant de la vapeur d'eau : elles sont la preuve que l'efficacité du rendement n'est pas le problème. La seule question qui compte c'est comment avoir de l'énergie propre et pas chère, le rendement, on s'en moque (les moteurs diesel, c'est seulement 22%). Maintenant, si on utilise la vapeur d'eau des centrales nucléaires pour faire de l'électrolyse haute température (EVHT), on produit de l'hydrogène à moins de 2€ / kg (données établies par le CEA). Soit, à rendement énergétique équivalent pour une voiture, un plein 3,5 fois moins cher que le diesel.

    Quant à la question concernant l'origine de "économie de l'hydrogène", ce n'est évidemment pas Rifkin qui en est l'auteur. Le concept est difficilement attribuable à quelqu'un en particulier, mais celui qui a le plus écrit sur la question, depuis près de 20 ans, est l'Allemand Arno A. Evers. Ce n'est en aucun cas les pétroliers qui sont promoteurs de cette idée d'économie hydrogène, ils la détestent. Ils consomment 30% de l'hydrogène produit dans le monde pour désulfurer le pétrole, mais leur intérêt est de préserver l'infrastructure existante (Power to liquid), pas de permettre, par exemple, à GDF Suez et ses 36000 km (600 TW) de tuyaux de gaz de venir marcher sur leurs plate bandes. Qui plus est, la production d'hydrogène vert repose sur une logique extrêmement décentralisée, ce qui est la hantise des pétroliers. --Bdam (d) 29 décembre 2012 à 10:09 (CET) bdam - 2012-12-29Reply[répondre]

    refutation[modifier le code]

    "La première hypothèse est également discutable : l'épuisement des ressources fossiles se traduira par la réduction de leur usage en commençant par les secteurs où leur intérêt est le plus faible, et en terminant par les secteurs où leur emploi se justifie le plus. Le secteur des transports sera certainement l'un des derniers à renoncer aux carburants pétroliers (d'origine fossile ou synthétisés ad hoc)." Selon ce paragraphe, les transports seraient le secteur ou l'utilisation de pétrole serait la plus justifiée. Or, il existe des alternatives à l'utilisation du pétrole dans les transports ( moteur électrique, hydrogène, gaz naturel pour véhicules - ce dernier est identique au gaz fournit par GDF mais peut être remplacé progressivement par du méthane produit par méthanation ou méthanisation, cf les propositions du manifeste Negawatt), tandis que les solutions de remplacement sont beaucoup plus lointaines dans la pétrochimie où le pétrole reste, pour l'instant, indispensable.

    Manque de sources[modifier le code]

    Bonjour,

    J'ai ajouté un avertissement en début d'article évoquant un problème de sources. En général j'ai plutôt tendance a lutter contre ce genre d'encart qui tend à discréditer le travail préalable, mais là je n'ai pas hésité.

    Il y a une ensemble d'affirmation gratuites, peut être pertinente et appuyé sur les seules 3 références utilisés dans l'article, mais rien n'est vérifiable, or la vérifiabilité est indispensable dans l'encyclopédie.

    En l'état je pourrais supprimer toute la première partie (la thèse) sans qu'on puisse me faire d'objection sérieuse puisque rigoureusement rien ne renvoie a une source.

    Dis autrement l'avis de celui qui à écrit l'article n'a rien a faire ici car il n'est pas pas encyclopédique, seule les faits avéré sont a rapporter ici (par exemple tel scientifique pense que, tel industrie prévois que, tel prospectiviste planifie que, etc). Si on a pas la personne qui affirme on a pas un article encyclopédique mais un blog perso a plusieurs auteurs qui n'a rien a faire ici.

    Je supprimerais cette partie " La thèse " si jamais il n'est pas fait mention qui fait cette thèse, c'est la moindre des choses.

    Merci de votre compréhension.--:-) 11 janvier 2016 à 16:02 (CET)Reply[répondre]

    fait! Je laisse ici la partie supprimé pour une éventuelle réécriture sérieuse.
    Mais la forme général "thèse, antithèse", arque-bouté sur la subjectivité, est de tout façon inadmissible car aussi anti-encyclopédique que c'est possible de l'être. C'est donc la forme général de l'article qui est a revoir en profondeur pour ne pas en faire une sorte d'article de presse à thèse d'auteur. Ce n'est donc un premier coup de pied dans la fourmilière. Notez que l'article anglophone est fondamentalement différent dans son approche.--:-) 16 janvier 2016 à 11:39 (CET)Reply[répondre]

    « Le dihydrogène présente les caractéristiques suivantes :

    Le dihydrogène est alors un intermédiaire entre la structure de production et la pile à combustible, produisant l'électricité, elle-même utilisée par un moteur électrique. En effet les énergies renouvelables intermittentes seraient ainsi stockées sous forme d'hydrogène lors des basses consommations, et réinjecté dans une pile à combustible lors des périodes de "non vent" ou de "non soleil". On pourrait ainsi "lisser" et adapter la production d'énergie à la demande.

    Cette structure peut sembler totalement inutile par rapport au moteur à explosion, produisant directement l'énergie cinétique à partir du carburant ; en comparant les efficacités énergétiques de ces deux solutions, 25 à 30 % pour les moteurs à combustion de produits pétroliers (rendement limite de Carnot) et efficacité énergétique de la pile à combustible (60 %), on s'aperçoit que la solution hydrogène est une alternative réaliste. L'efficacité énergétique de la paire production d'hydrogène-pile à combustible est comparable à celle du moteur à explosion, et les pertes au niveau du moteur électrique sont quasi nulles.

    En outre, l'utilisation de l'intermédiaire électrique implique des pertes liées au transport de l'électricité par le réseau. L'utilisation d'un réseau gazier hydrogène permettrait de réduire ces pertes[réf. souhaitée].

    En revanche, l'utilisation directe de l'électricité par des véhicules électriques élimine une étape, mais le problème levé par les batteries polluantes et onéreuses n'est pas encore résolu. L'utilisation de la pile à combustible et d'un petit[réf. souhaitée] réservoir d'hydrogène à 700 bars permet un gain d'autonomie des véhicules électriques d'un facteur 2 à 4 !

    La politique européenne est en faveur de l'économie de l'hydrogène. La règlementation concernant ces véhicules a été publiée le 10 février 2009 par la commission européenne et préfigure l'entrée de l'Europe dans cette nouvelle révolution industrielle.

    Actuellement[Quand ?] 50 bus à hydrogène sont répartis en Europe, la seule ville de Hambourg en possède 30 et un bateau électrique à hydrogène de 110 passagers (le ZEMSHIP). »

    Suppression de la partie réfutation qui pose exactement le même problème. Je rajoute les sources supprimé ici pour une éventuelle réutilisation : Why a hydrogen economy doesn't make sense ; On the Way to a Sustainable Energy Future, par Ulf Bossel (président de l'European Fuel Cell Forum) ; ou encore l'opinion de Jean-Marc Jancovici [1] et [2] --:-) 22 janvier 2016 à 18:39 (CET)Reply[répondre]

    Création d'une page dédiée sur la France[modifier le code]

    Bonjour,

    je vois que la partie sur la mise en oeuvre d'une économie hydrogène s'alonge sur la partie France, et probablement va continuer à s'alonger. Je propose de créer un nouvel article sur ce sujet (qu'on peut aussi relier à la page sur la relance économique 2020-2022 afin qu'il ne soit pas orphelin), et de laisser juste un résumé dans la page sur l'économie hydrogène.

    Qu'en pensez-vous?

    Bonne journée, Siberian Ant (discuter) 23 juillet 2022 à 11:21 (CEST)Reply[répondre]

    Bonjour Siberian Ant, c'est une très bonne idée. Je vous propose mon aide pour les corrections habituelles.--Jpjanuel (discuter) 23 juillet 2022 à 11:31 (CEST)Reply[répondre]
    Merci @Jpjanuel pour la proposition d'aide, je vais m'y mettre alors. Je pense faire un brouillon d'abord, ça va être l'occasion pour moi de le faire pour la première fois.
    Bonne journée, Siberian Ant (discuter) 24 juillet 2022 à 15:33 (CEST)Reply[répondre]
    Bonjour @Jpjanuel, est-ce que vous savez s'il y a moyen de copier la section directement avec les sources? J'ai cherché dans l'aide mais je trouve que seuls les admininistrateurs peuvent le faire. Sinon, il faut que je remette les sources une à une. Ça peut être bien pour les réviser, mais cela prend du temps.
    Bonne journée, Siberian Ant (discuter) 24 juillet 2022 à 17:55 (CEST)Reply[répondre]
    Bonjour Siberian Ant, aucun problème : vous pouvez faire un copier-coller, du moins si vous travaillez en mode « modifier le code ». Je ne sais pas si cela marche avec le mode « modifier », je ne l'ai jamais utilisé car je travaille sur mon ordinateur, c'est plus confortable. Bien entendu, il faut récupérer les références multiples qui ont été définies dans d'autres sections.--Jpjanuel (discuter) 24 juillet 2022 à 18:56 (CEST)Reply[répondre]
    Conflit de modification :
    Bonjour Siberian Ant, il faut utiliser l'éditeur de texte (onglet : "modifier le code" en haut de la page), pas l'éditeur visuel. Puis faire un coupé/collé dans votre brouillon (via le même onglet "modifier le code"). Cordialement. Abaca (discuter) 24 juillet 2022 à 19:07 (CEST)Reply[répondre]

    Couleurs[modifier le code]

    Bonjour. Il manque après le RI ou l'historique un paragraphe d'explication sur les couleurs (gris, bleu, vert, turquoise) et leurs implications. J'ignore si ce point a été développé dans d'autres articles liés à l'hydrogène, auquel cas un simple renvoi suffirait, ou si la section est à créer intégralement ? Pa2chant.bis (discuter) 3 août 2022 à 07:16 (CEST)Reply[répondre]

    bonjour Pa2chant.bis, ce point a effectivement déjà été développé dans Production d'hydrogène#Classement par couleurs, et des articles détaillés ont été créés pour chaque couleur--Jpjanuel (discuter) 3 août 2022 à 11:43 (CEST)Reply[répondre]
    Merci Jpjanuel . Cela vaudrait peut-être le coup de présenter cela sous forme de matrice pour identifier plus rapidement ce qui engendre (indirectement) du CO2 et ce qui économise des ressources non renouvelables/de l'électricité ? --Pa2chant.bis (discuter) 4 août 2022 à 07:13 (CEST)Reply[répondre]
    bonjour Pa2chant.bis, je ne suis pas certain que ce soit une bonne idée, car la mesure des effets indirects (émissions de CO2 lors de la production de l'électricité en particulier) est complexe (analyse du cycle de vie) et surtout donne des résultats très différents selon le mix énergétique du pays : l'hydrogène produit par électrolyse est beaucoup plus « vert » en Norvège, en Suède ou en France qu'en Allemagne ou en Chine ; de même, l'électricité produite par des panneaux photovoltaïques fabriqués en France (si cela existait) serait beaucoup plus « verte » que si les panneaux sont produits en Chine (cas général). De plus, les sources seraient difficiles à trouver. Quant au caractère renouvelable ou non des ressources, cela a de l'importance à très long terme, mais à court terme il y a une telle urgence à décarboner l'économie pour atténuer l'effet de serre que les considérations sur le caractère plus ou moins renouvelable des ressources paraissent bien secondaires.--Jpjanuel (discuter) 4 août 2022 à 09:49 (CEST)Reply[répondre]
    Mais décarboner, n'est-ce pas justement produire moins de CO2 ou le capter ? Il est évident que l'idée est de s'appuyer sur des sources, de ce type : Géo revolution-energetique.com
    Vous avez raison sur le dégradé de couleurs, mais cela peut être nuancé en commentaire, et il parait préférable d'avoir une explication simple à comprendre, même si elle est un peu schématique, que pas d'explications du tout, ou des explications disséminées de part et d'autre de l'article, voire dans des articles tiers. Il est dit partout que produire de l'hydrogène à partir d'ENR n'a pas du tout le même impact que d'en produire à partir de gaz ou de nucléaire. On pourrait ainsi avoir un tableau avec un maximum de 4 colonnes sous la forme
    Les « couleurs » de l'hydrogène
    Hydrogène Source et technique Emissions de CO2 Commentaires
    Gris Méthane, Eau
    Reformarge à la vapeur
    - - -
    (10 kg de CO2 par kg de H2 produit)
    Actuellement le plus produit.
    Bleu Idem, avec captage ou stockage
    pérenne du CO2 émis
    moyen bla
    Jaune Eau, électricité nucléaire aucune bla
    Vert Electrolyse de l'eau à partir d'ENR Aucune bla
    Turquoise Exemple Exemple Exemple
    Etc. Exemple Exemple Exemple
    Exemple
    Exemple Exemple Exemple Exemple

    Qu'en pensez-vous ? --Pa2chant.bis (discuter) 4 août 2022 à 20:23 (CEST)Reply[répondre]

    bonjour Pa2chant.bis, je reste sceptique : la colonne « Émissions de CO2 » est beaucoup trop floue, il faut impérativement des chiffres, mais on va avoir des fourchettes tellement larges que le tableau n'éclairera guère la lanterne du lecteur, d'autant plus qu'il faudra distinguer entre l'état actuel et l'évolution prévisible ; en fait, il faudra inévitablement ajouter de longues explications pour éviter toute ambigüité. De plus, il faudrait une colonne « coût », car c'est un facteur essentiel pour comprendre les difficultés de l'économie hydrogène. Enfin, est-il bien raisonnable de se lancer dans un tel travail alors que, comme le mentionne votre source « Révolution Énergétique », la Commission européenne vient d'abandonner cette classification par couleurs pour adopter une classification plus simple avec seulement 3 catégories : hydrogène « propre » (produit à partir de renouvelables), hydrogène « bas carbone » (ex-jaune et ex-bleu) et hydrogène produit à partir de combustibles fossiles ?
    Je n'avais pas fait attention à ce dernier point, et n'ai rien contre un tableau avec seulement 3 catégories et une mention du coût. Mais ces mentions de coût et de d'émissions de CO2 sont nécessairement vagues (élevées, moyennes, faible, aucune) si l'on ne veut pas se lancer dans de complexes travaux inédits. --Pa2chant.bis (discuter) 5 août 2022 à 10:40 (CEST)Reply[répondre]
    re-bonjour Pa2chant.bis, je doute que mettre des mentions vagues puisse vous permettre d'échapper à l'accusation de travaux inédits. Votre tableau risque d'être affublé de refnec dans chaque case... Pour ma part, je préfère une explication bien rédigée (et sourcée, bien entendu) de toutes la complexité du sujet et des nombreuses difficultés qui se présentent, plutôt que l'illusion de simplicité que pourrait apporter un tableau schématique.--Jpjanuel (discuter) 5 août 2022 à 10:55 (CEST)Reply[répondre]
    Si les sources disent "élevée/faibles/nulles" ou "oui/non', je vois mal où seraient les travaux inédits. Le schéma proposé dans la première source par exemple peut très bien être repris tel quel sous forme d'un tableau. L'intérêt est de donner une vision globale en ne mettant pas toutes les formes sur le même plan. L'article n'est pas très informatif quand il présuppose que ces distinctions sont connues de tous et qu'il parle d'"hydrogène" sans précision. Ou quand il précise de ci de là des couleurs sans renvoyer à ce que cela signifie. On peut bien sûr noyer les idées principales dans des tonnes d'explications très détaillées, en introduisant plein de nuances d'importance plus ou moins grandes pour être complètement exact. Mais ce ne sera pas nécessairement plus neutre et informatif qu'une présentation schématique. L'idée en vous proposant ce tableau était une participation collective pour l'enrichir d'autres couleurs et le présenter, pas d'obtenir un refus difficilement tenable au vu des sources. Je m'en tiendrais donc aux représentations existantes. Bien cordialement. --Pa2chant.bis (discuter) 6 août 2022 à 06:25 (CEST)Reply[répondre]