Disaster Monitoring Constellation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Disaster Monitoring Constellation (DMC) est une famille de micro-satellites d'observation de la Terre développée par la société anglaise Surrey Satellite Technology Ltd (SSTL) pour le compte de plusieurs pays : Algérie, Nigéria, la Turquie, Royaume-Uni , Espagne et la Chine.

Le programme DMC[modifier | modifier le code]

Le programme DMC imaginé par le constructeur de satellites SSTL consiste à développer une constellation de 5 micro-satellites d'observation de la Terre à cout réduit conçus pour la surveillance et la détection des catastrophes naturelles ou d'origine humaine. Un agrément signé entre les acheteurs de chaque satellite permet à tous les souscripteurs du programme de disposer des images prises par les autres satellites en cas de catastrophe. Le système permet à chaque pays de disposer d'un système permettant un taux de survol fréquent (1 survol par jour). SSTL est parvenu à un accord avec l'Algérie, le Nigéria, la Turquie, Royaume-Uni et la Chine. Le premier satellite a été lancé pour l'Algérie en novembre 2002[1].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Sept satellites DMC ont été fabriqués :

Première génération (DMC 1)[modifier | modifier le code]

Le satellite, d'une masse comprise entre 98 et 110 kg utilise une plateforme MicroSat-100 a la forme d'un cube de 60 cm × 60 cm × 60 cm. Les panneaux solaires sont placés sur le corps du satellite. Le contrôle d'attitude est réalisé à l'aide de deux senseurs solaires, deux magnétomètres fluxgate pour déterminer la position ainsi que trois magnéto-coupleurs, des roues de réaction, un mat pour le contrôle par gradient de gravité et un système de propulseur à gaz froid pour effectuer les corrections. Le satellite dispose par ailleurs d'une propulsion électrique de type résistojet. La durée de vie est de 5 ans. La caméra embarquée permet une fauchée de 600 km de large avec un pouvoir de résolution de 32 mètres (sauf Beiljing-1 4 mètres) sur 3 bandes spectrales. Le satellite est placé sur une orbite héliosynchrone à une altitude de 686 km avec un passage au nœud descendant à 10h30[1].

  • Alsat-1 (Algerie) lancé en novembre 2002 a achevé sa mission en aout 2010[2].
  • BilSAT (Turquie) lancé en septembre 2003a achevé sa mission en aout 2006 à la suite de la défaillance de ses batteries[3]
  • NigeriaSAT-1 (Nigéria) lancé en septembre 2003.
  • UK-DMC (Royaume-Uni), lancé en septembre 2003.
  • Beijing-1 (Chine), launched October 2005.

Seconde Génération (DMC 2)[modifier | modifier le code]

La deuxième génération DMC-2 dont le premier exemplaire a été lancé en 2009 a une résolution portée à 22 mètres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)« DMC-1G (Disaster Monitoring Constellation- First Generation) Missions », sur EO Portal (consulté en 8/2/2012)
  2. Algeria’s first satellite mission completed, Robin Wolstenholme, SSTL space blog, 26 August 2010.
  3. BilSAT News, retrieved 23 July 2007.
  4. DMCii to launch new higher-resolution satellite imaging service, SSTL press release, 20 March 2007.
  5. Deimos and Surrey Satellite Technology

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]