Dirck Barendsz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dirck Barendsz
Cornelis Ketel - Portret van de schilder Dirck Barendsz.jpg

Portrait de Dirck Barendsz par Cornelis Ketel (1590), Amsterdams Historisch Museum

Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Père
Barend Dircksz (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées
Portrait de William I, prince d'Orange, appelé William le Silencieux (d), Repas de la milice d'Amsterdam (d), Repas des 14 gardes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Dirck Barendsz ou Theodor Barendszoon, né en 1534 et mort le 26 mai 1592 à Amsterdam, est un peintre hollandais de l'école d'Anvers de la Renaissance qui a introduit le style vénitien aux Pays-Bas.

Grand représentant d'un maniérisme prébaroque qui anticipe et devance Goltzius, Cornelis van Haarlem et tous les expressionnistes maniérisants d'Utrecht, de Haarlem et même de Prague au début du XVIIème siècle[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé par son père, le peintre Barend Dircksz. surnommé Barend le sourd, il poursuit sa formation en Italie où il se rend en 1555. Il y reste sept ans, à Rome et à Venise, et y apprend la manière du Titien[2], probablement dans l'atelier du maître[3]. De retour à Amsterdam en 1562, il se marie avec Agnies Florisdr. dont il aura au moins huit enfants.

Vers 1580, il réalisa un vaste ensemble de quarante compositions sur le thème de la vie du Christ, destinées à la gravure. Neuf seulement furent exécutées par le graveur Jan Sadeler. Sept grisailles ont été découvertes à Paris au milieu des années 1970. l'un d'elles est conservée au musée des beaux-arts de Lille[1].

Musicien, mathématicien et linguiste accompli, c'est un grand ami de Philippe de Marnix de Sainte-Aldegonde, qu'il a rencontré à Rome, et de Dominique Lampson, avec lequel il correspond en latin.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Marie-Hélène Lavallée, Guides Collections : Palais des Beaux Arts de Lille, Réunion des Musées Nationaux,‎ (ISBN 2-7118-3516-2), p. 74
  2. "Dirck Barentsen, die Schilder geboren wesende, noch daerenboven des grooten Titiaens boesem heeft ghenoten"
  3. Marcel Roethlisberger, Review of Dirck Barendsz. 1534-1592 by J. Richard Judson and Jan Asselijn by Anne Charlotte Steland-Stief, The Art Bulletin, vol. 54 (Dec., 1972), pp. 553-555.

Lien externe[modifier | modifier le code]