Dipterocarpus alatus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Graine ailée du Dipterocarpus alatus - Muséum de Toulouse

Le Dipterocarpus alatus est un arbre sempervirent originaire des forêts tropicales humides des plaines d'Asie du sud-est, de la famille des Diptérocarpacées.

C'est un très grand arbre dit émergent car, quand il mesure 45 mètres de haut, il domine et émerge incontestablement au-dessus de la forêt et de la canopée[2].

Synonymes[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Dipteracarpus alatus en Birmanie

Le dipterocarpus alatus peut mesurer jusqu'à 45 mètres de haut (parfois plus), son tronc a un diamètre qui peut dépasser les deux mètres.

Dans les très grands arbres, les branches les plus basses sont à plus du 20 m du sol.

Il a des graines ailées qui "volent" pour atteindre une autre partie de la forêt.

L'arbre Yang Na Yai de l'île de Ko Pha Ngan[modifier | modifier le code]

Un arbre parfois vénéré en Thaïlande[modifier | modifier le code]

Le dipterocarpus altus est imposant. Il est parfois vénéré quand on croit qu'il abrite un "esprit" bienveillant ou malveillants : une Dame de l'arbre (Nang Mai / นางไม้) ou un Monsieur de l'arbre, entité de la nature (ผีต้นไม้). Dans ce cas, on l'orne de pièces de tissus, de soie et d'étoffes.

Dans la forêt, les Dames de l'arbre les plus célèbres sont : Dame Ta-khian (นางตะเคียน / Nang Takian) qui habite un arbre Hopea odorata (en thai : ตะเคียน), réalise de nombreux miracles comme avoir de la chance aux jeux et apparaît parfois sous la forme d'une belle femme portant des vêtements traditionnels thaïlandais de couleur rouge ou brun ; et Dame Tani ( นางตานี / Nang Tani), vêtue de vert dans sa forme humaine, qui habite un bananier et qui punit les hommes infidèles (c'est pourquoi elle est crainte et que les thaïlandais refusent de planter des bananiers dans l’enceinte d’une maison)[3].

Pen-ek Ratanaruang dans son film Nang Mai (La Nymphe) raconte l'histoire d'un de ces arbres.

Répartition[modifier | modifier le code]

Forêts de dipterocarpacées (dipterocarpaceae) et de bords de rivière, îles Andaman, Assam (Nord-Est de l'Inde), Myanmar (Birmanie), Cambodge, Philippines, Thaïlande et Vietnam.

Préservation[modifier | modifier le code]

Cette espèce est en danger de disparition du fait de la déforestation.

Source d'inspiration biomimétique[modifier | modifier le code]

Les propriétés particulières de rotation et sustentation de la graine ailée de cet arbre a inspiré (biomimétisme) des chercheurs pour la création d'essaims de petits engins aéroportés susceptibles de transporter des capteurs utiles pour le monitoring de l'environnement, mesurant par exemple la teneur de l'air en particules[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. IPNI. International Plant Names Index. Published on the Internet http://www.ipni.org, The Royal Botanic Gardens, Kew, Harvard University Herbaria & Libraries and Australian National Botanic Gardens., consulté le 30 juillet 2020
  2. Richard C. Vogt (trad. Valérie Garnaud-d'Ersu), La forêt vierge à la loupe [« Rain Forest »], Larousse, , 64 p. (ISBN 978-2-03-589818-0), p. Les plus grands arbres pages 10 et 11
  3. Marie Laureillard et Vincent Durand-Dastès, Fantômes dans l'extrême-orient d'hier et d'aujourd'hui - Tome 2, Presse de l'INALCO, , 453 p. (ISBN 978-1-78831-141-0, lire en ligne), Amour, vengeance, mort : les fantômes dans la littérature et le cinéma contemporains thaïlandais (par Theeraphong Inthano) / Love, revenge, death: ghosts in Thai contemporary literature and cinema / ความรัก ความแค้น ความตาย : ผีในวรรณกรรมและภาพยนตร์ไทยร่วมสมัย note 4 et paragraphe 1
  4. (en) E. Farrell Helbling, « Seed-inspired vehicles take flight », Nature, vol. 597, no 7877,‎ , p. 480–481 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/d41586-021-02490-x, lire en ligne, consulté le )

Références[modifier | modifier le code]