Diplomatic Security Service

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diplomatic Security Service
Image illustrative de l'article Diplomatic Security Service

Création 1916 : Bureau of Secret Intelligence
1945 : Office of Security (SY)
1985 : Diplomatic Security Service
Type Service de sécurité
Siège Washington
Langue(s) Anglais
Budget 70 millions de $ (2010)
Effectifs 3 000 salariés, 43 000 au total
Affiliation(s) Département d'État des États-Unis, Bureau of Diplomatic Security
Site web http://www.state.gov/m/ds/index.htm

Le Diplomatic Security Service (DSS) (service de sécurité diplomatique) est le service de sécurité du département d'État des États-Unis, il dépend du Bureau of Diplomatic Security.

Histoire[modifier | modifier le code]

Visite de Fidel Castro à Washington en 1959; au premier plan à gauche, un agent du Office of Security .
Des agents de la Diplomatic Security escortant Tenzin Gyatso à l'université Rice en 2007.
Badge d'agent spécial du DSS.

Le Diplomatic Security Service a été fondé sous le nom de Bureau of Secret Intelligence en 1916 par le secrétaire d'État des États-Unis Robert Lansing qui après avoir utilisé des agents du United States Secret Service et du Military Intelligence Division a souhaité disposer d'un service en propre alors que États-Unis s'engagent dans la Première Guerre mondiale. Il comportera un petit nombre d'agents qui effectueront du contre-espionnage sur les fonds privés du secrétaire d'État.

En 1945, il prend le nom d'Office of Security (SY) puis; suite à la réorganisation consécutive à l'attaque contre l'ambassade américaine à Beyrouth en 1983; il prend son nom actuel en 1985.

Mission[modifier | modifier le code]

Un garde de sécurité du Marine Corps Embassy Security Group montrant le système de sécurité d'une ambassade à un officier de sécurité régional en 2005.

Le Diplomatic Security Service est chargé de la protection, en 2011, d’environ 400 sites du département d'État à l'étranger (ambassades, consulats, etc.) et sur le sol américain. Il s'occupe également, souvent en collaboration avec le United States Secret Service de la protection des diplomates américains à l'étranger et de celle des dignitaires étrangers en visite aux États-Unis ainsi que de la protection de certains chefs d'États alliés en situation difficile (les présidents du Libéria et d'Afghanistan…). Il participe a l'évacuation de citoyens américains en difficulté. Les valises diplomatiques américaines sont sous sa responsabilité. Ses agents peuvent participer à des arrestations à l'étranger telles celle de Ramzi Yousef et des extraditions d'individus résidents aux États-Unis et recherchés à l'étranger. Ce service entraîne également certaines unités de police étrangères.

Personnel et budget[modifier | modifier le code]

Son budget est en augmentation dans les années 2000 passant de 24 millions de dollars américains en 2006 à 70 millions en 2010.

En 2011, son personnel qui a considérablement augmenté suite à la guerre contre le terrorisme et les interventions en Afghanistan et en Irak, est le suivant[1], l'ambassade des États-Unis en Irak avec plus de 5 000 agents de sécurité privé et 200 agents spéciaux étant en 2012 de loin le plus gros poste à l'étranger :

Position Effectifs Commentaires
Salariés du DoS
Agents spécial 1 796
Investigateurs-ARSO[note 1] 75 Agents spéciaux chargés des fraudes sur les passeports et les visas
Investigateurs criminels 73
Officiers de l'ingénierie de sécurité 207 Chargés de la sécurité technique et informatique
Spécialistes techniciens de sécurité 133 Idem
Courriers 101 Chargés des valises diplomatiques
Spécialistes de la sécurité de protection 38 Supervise la sécurité en Irak, Afghanistan et Pakistan
Sous-total 3 022
Militaires du département de la Défense détaché au DoS
Gardes de sécurité de l'USMC 1 170[note 2] Rattaché au Marine Corps Embassy Security Group, anciennement Marine Security Guard Battalion
Seabee 116 Maintenance et construction
Sous-total 1 286
Contractuels privés
Agents de sécurité privés 1 377 Entreprises de sécurité privées offrant des services de protection pour les dignitaires en environnements critiques en Irak, en Afghanistan, au Pakistan et Israël.
Gardes de sécurité diplomatique 35 150 Gardes non-américains assurant la sécurité du périmètre des enclaves diplomatiques et des zones résidentielles à l'étranger.
Support contractors 1 680 Personnels de soutien administratif
Agents de protection en uniforme 848 Agents de sécurité privés des établissements du département d'État aux États-Unis
Sous-total 39 055
Total 43 363

Ces chiffres n'incluent pas le personnel administratif employé localement. On note qu'il y avait 488 enquêteurs étrangers qui aident à des enquêtes criminelles.

Les principaux fournisseurs de services de sécurité pour le département d'État sont DynCorp International (708 millions de dollars de contrats en 2010), Lockheed Martin (290 millions de $ de contrats en 2010), Triple Canopy (265 millions de $), United States Training Center -filiale de Academi- (126 millions de $), Afognac Native Corporation (111 millions de $)[2].

Un contrat d'une valeur totale de 10 milliards de dollars pour la sécurité des représentations diplomatiques américaine à l'échelle mondiale nommé Wolrdwide Protective Services (WPS) est attribué le 29 septembre 2010 à huit firmes : Aegis Defence Services, DynCorp International, EOD Technology, Global Strategies Group, SOC, Torres International Services, Triple Canopy et International Development Solutions[3].

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Assistant Regional Security Officer : Assistant de l'officier régional de sécurité
  2. 900 postes supplémentaires annoncé en février 2014 d'ici 2017

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)[PDF]Government Accountability Office, « DIPLOMATIC SECURITY Expanded Missions and Inadequate Facilities Pose Critical Challenges to Training Efforts (p. 11) », Ouest-France (consulté le 18 juillet 2011)
  2. Philippe Chapleau, « Les dix premiers contractors du Dos. Une surprise avec DynCorp », Ouest-France,‎ 26 juin 2010 (consulté le 18 juillet 2011)
  3. (en)« The Worldwide Protective Services (WPS) Sept 29 Contract Awards », sur Overseas Civilian Contractors,‎ 30 septembre 2010 (consulté le 5 janvier 2011)
  4. (en) US Department of State Mobile Security Division, Worldwide directory of special forces and government agencies

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]