Diphile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Diphile (Δίφιλος), poète comique grec, né à Sinope, élève d'Ariston de Chios, contemporain de Ménandre, florissait vers 300 av. J.-C.. Il est l'un des représentants les plus éminents de la Nouvelle Comédie. Bien qu'il ait composé et fait jouer la plupart de ses pièces à Athènes, il mena une vie errante et mourut à Smyrne.

Il avait composé une centaine de comédies, dont il ne nous reste que de courts fragments, publiés dans les Comicorum fragmenta d'August Meineke (1839-1857), dans les Comicorum Atticorum fragmenta de Theodor Kock (1884) et dans le volume 5 des PCG (1986). Plusieurs ont été imitées par Plaute, notamment dans la Casina (inspirée des Klèroumenoi) et le Rudens ainsi que dans l’Asinaria (inspirée de l’Onagros), les Commorientes (perdus ; adaptation des Synapothnèskontes) et probablement la Vidularia (qui paraît reposer sur la Schedia / Le Radeau), et par Térence dans les Adelphes (qui réutilisent une scène des Synapothnèskontes).

Il fut couronné au moins trois fois aux Lénéennes[1].

Œuvres connues[modifier | modifier le code]

  • Ἄγνοια Agnoia (« L'Ignorance », peut-être de Calliadès)
  • Ἀδελφοί Adelphoi (« Les Frères »)
  • Αἱρησιτείχης Airèsiteichès (« Le Preneur de Remparts »)[2]
  • Ἀλείπτρια Aleiptria (« La Masseuse »)
  • Ἄμαστρις ἢ Ἀθηναῖος Amastris ou Athènaios (« Amastris ou L'Athénien »
  • Ἀνάγυρος Anagyros
  • Ἀνασωιζόμενοι Anasôzomenoi (« Les Rescapés »)
  • Ἄπληστος Aplèstos (« L'Insatiable »)
  • Ἀποβάτης Apobatès (« Le Voltigeur »)
  • Ἀπολιποῦσα Apolipousa (« La Volage »)
  • Βαλανεῖον Balaneion (« Le Bain public »)
  • Βοιώτιος Boiôtios (« Le Béotien »)
  • Χρυσοχόος Chrysochoos (« L'Orfèvre »)
  • Γάμος Gamos (« Le Mariage »)
  • Δαναίδες Danaides (« Les Danaïdes »)
  • Διαμαρτάνουσα Diamartanousa (« Complètement fourvoyée »)
  • Ἐγκαλοῦντες Enkalountes (« Les Accusateurs »)
  • Ἑκάτη Hekatè (« Hécate »)
  • Ἐλαιὼν ἢ Φρουροῦντες Elaiôn ou Phrourountes (« L'Oliveraie ou Les Gardiens »)
  • Ἔμπορος Emporos (« Le Marchand »)
  • Ἐναγίζοντες Enagizontes (« Ceux qui sacrifient à un demi-dieu »).
  • Ἐπιδικαζόμενος Epidikazomenos (« Le Plaignant »)
  • Ἐπίκληρος Epiklèros (« L'Héritière »)
  • Ἐπιτροπή Epitropè (« La Tutelle »), ou Ἐπίτροπος Epitropos (« Le Tuteur »)
  • Ἑλενηφοροῦντες Helenèphorountes (« Les Porteurs d'objets rituels à la fête d'Artémis de Braurion »)
  • Ἑλλεβοριζόμενοι Helleborizomenoi (« Les Consommateurs d'ellébore »)
  • Ζωγράφος Zôgraphos (« Le Peintre »)
  • Ἡρακλῆς Hèraklès (« Hercule »)
  • Ἥρως Hèrôs (« Le Héros »)
  • Θησαυρός Thèsauros (« Le Trésor »)
  • Θησεύς Thèseus (« Thésée »)
  • Κιθαρωιδός Kitharôdos (« Le Joueur de cithare »)
  • Κληρούμενοι Klèroumenoi (« Les Tireurs au sort »)
  • Λημνίαι Lèmniai (« Les Lemniennes »)
  • Μαινόμενος Mainomenos (« Le Fou »)
  • Μνημάτιον Mnèmation (« Le Petit Tombeau »)
  • Ὄναγρος Onagros (« L'Âne sauvage »)
  • Παιδερασταί Paiderastai (« Les Pédérastes »)
  • Παλλακή Pallakè (« La Concubine »)
  • Παράσιτος Parasitos (« Le Parasite »)
  • Πελίαδες Peliades (« Les Péliades »)
  • Πιθραύστης Pithraustès (peut-être Tithraustès)
  • Πλινθοφόρος Plinthophoros (« Le Porteur de briques »)
  • Πολυπράγμων Polypragmôn (« L'Homme qui se mêle de tout »)
  • Πύρρα Pyrrha (« Pyrrha », ou peut-être « La Rousse »)
  • Σαπφώ Sapphô (« Sapho »)
  • Σικελικός Sikelikos (« Le Sicilien », peut-être de Philémon)
  • Συναποθνήισκοντες Synapothnèskontes (« Ceux qui meurent ensemble »)
  • Σύντροφοι Syntrophoi (« Ceux qui ont été nourris ensemble », « Les Frères de lait »)
  • Συνωρίς Synôris (« Le Bige »)
  • Σχεδία Schedia (« Le Radeau »)
  • Τελεσίας Telesias (« Télésias »)
  • Φιλάδελφος Philadelphos (« L'Homme qui aime son frère »)
  • Φρέαρ Phrear (« Le Puits »)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. IG 22, 2325, 163 = 5 C col. 4, 12 Mette.
  2. Selon Athénée (Deipn., XI, 497a), Diphile aurait retravaillé cette pièce et l'aurait fait jouer à nouveau sous le titre « L'Eunuque ou Le Soldat ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édition des fragments :
  • Theodor Kock, Comicorum Atticorum fragmenta. Volumen II. Leipzig, Teubner, 1884, p. 541-580.
  • Rudolf Kassel & Colin Austin, Poetae comici Graeci (= PCG), volume 5. Berlin & New York, 1986, p. 47-123.