Dionysiaque (philosophie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dionysiaque.
image illustrant la philosophie
Cet article est une ébauche concernant la philosophie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le terme dionysiaque qualifie une attitude esthétique, une vision et une pratique du monde opposée à apollinien. C'est en particulier Friedrich Nietzsche, dans Naissance de la Tragédie, qui éprouve les polarités de ces deux attirances contraires. Le dionysiaque désigne la cohésion de l'individuel dans le tout de la nature — ou le « Un originel » — qui comporte tout ce qui est vaste, erratique, insaisissable, sensitif, inspiré, fougueux, immuable — lié non seulement, selon Nietzsche, à l'origine des civilisations, à l'Asie Centrale et au Moyen Orient, mais formant également le soubassement de son opposé, l'apollinien, c'est-à-dire cadré, stable, ordonné, classissique, rationnel, régulé, mesuré, modal, supposé être le propre du "génie" dit occidental. Cette opposition entre Apollon et Dionysos a d'abord été posée par Plutarque (46-126 apr. J.-C.) puis reprise par Michelet dans la Bible de l'humanité (1864)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]