Diode Transil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Diode transil)
Aller à : navigation, rechercher
Diodes Transil

Une diode Transil ou diode de suppression de tensions transitoires est un composant de protection de type parasurtenseur[1]. Il s'agit d'une diode qui utilise le même effet d'avalanche que la diode Zener, mais dans un but exclusif de protection des circuits[1].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le fonctionnement de la diode Transil est comparable à celui de la varistance mais sa caractéristique courant/tension est plus abrupte, ce qui permet d'obtenir de meilleurs niveaux de protection. Elle a une durée de vie quasi illimitée. Son temps de réponse est très faible (quelques centaines de picosecondes). Elle est capable de laisser passer des courants pouvant aller jusqu'à quelques centaines d'ampères crête, selon la taille de la puce et la forme d'onde appliquée. Si la surtension appliquée dépasse les caractéristiques maximales du composant, son mode de défaillance préférentiel est le court-circuit (attention, ce n'est pas toujours le cas si la protection n'est pas adaptée[2]), ce qui assure une protection maximale des circuits au prix d'une défaillance fonctionnelle.

Description[modifier | modifier le code]

Il existe des versions :

  • « unidirectionnelles » (passante dans un sens, écrêteuse dans l'autre), qui ont rigoureusement le comportement d'une Zener surdimensionnée, offrant une protection maximale aux signaux unipolaires ;
  • « bidirectionnelles » (écrêteuse dans les deux sens) équivalentes à deux Zener en opposition montées en série, mieux adaptées à la protection de signaux alternatifs, et à la capacité parasite moindre (pouvant toutefois dépasser le nF pour les composants de grande taille).

Avantages et inconvénients[modifier | modifier le code]

Si on les compare aux classiques varistances à oxyde de zinc, les diodes Transil présentent les avantages et inconvénients suivants :

  • plus faible résistance dynamique, assurant un plus faible écart entre tension non perturbée (utilisable pour les signaux fonctionnels) et tension à l'écrêtage, ce qui améliore la protection ;
  • meilleure précision et plus grande dynamique dans le choix de la tension d'avalanche, ce qui va dans le même sens ;
  • compatibilité (pour des petites géométries) avec les techniques de réalisation de circuits intégrés, ce qui permet de réaliser des circuits d'interface immuns aux décharges électrostatiques d'origine humaine sans composants de protection externes ;
  • meilleure fiabilité (bien que celle des varistances soit suffisante dans la plupart de leurs applications) ;
  • par contre, la zone stockant l'énergie à dissiper (phénomène adiabatique durant l'impulsion) est beaucoup plus localisée (une varistance est un composant volumique, alors qu'une Transil est un composant planaire) : à volume constant, une Transil supporte moins d'énergie qu'une varistance, et sa taille maximale est beaucoup plus limitée.

Applications[modifier | modifier le code]

Ces composants sont principalement utilisés pour la protection des équipements de télécommunications, car des montages faible capacité sont possibles, et également sur le réseau basse tension car certaines diodes Transil permettent d'écouler plusieurs centaines d'ampères en impulsionnel sans détérioration et permettent de maintenir la protection en fin de vie.

Remarques[modifier | modifier le code]

Transil est une marque commerciale de STMicroelectronics. D'autres fabricants produisent des composants similaires, éventuellement sous d'autres noms notamment TransZorb et d'une manière plus générale diodes TVS (pour Transient Voltage Suppressor).

Transil vs Trisil[modifier | modifier le code]

Il ne faut pas confondre Transil et Trisil (en), écrêteurs à base de diode 4 couches, au comportement totalement différent :

Une trisil 
lors d'une surtension, se met en court-circuit (chute de tension quasi nulle). La puissance qu'elle dissipe est quasi-nulle : c'est l'alimentation qui sature et limite le courant (ou qui est détruite). Le trisil se reset une fois que la tension chute suffisamment (par activation de la protection thermique de la source d'alimentation par exemple).
une transil 
lors d'une surtension elle va chercher à absorber le courant excédentaire pour écrêter la tension. Elle sera éventuellement détruite si la surtension dure trop longtemps.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La diode spéciale écrêteuse : la diode transil bidrectionnelle, sur le site materielelectronique.wordpress.com du 27 mars 2013
  2. (en) Failure Modes and Fusing of TVS Devices, sur le site vishay.com [PDF].

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]