Diocèse de Yamoussoukro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le catholicisme image illustrant la Côte d’Ivoire
Cet article est une ébauche concernant le catholicisme et la Côte d’Ivoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Diocèse de Yamoussoukro
Image illustrative de l'article Diocèse de Yamoussoukro
Cathédrale St Augustin
Pays Côte d'Ivoire
Église catholique
Rite liturgique Romain
Type de juridiction Diocèse
Création 6 mars 1992
Province ecclésiastique Province ecclésiastique de Bouaké
Siège Yamoussoukro
Titulaire actuel Joseph Yapo Aké
Langue(s) liturgique(s) Français
Site web http://yakrodiocese.tripod.com
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le diocèse de Yamoussoukro, érigé le 6 mars 1992 du démembrement de la partie sud du diocèse de Bouaké, fait partie de la province ecclésiastique de Bouaké. Monseigneur Bernard Agré en a été le premier évêque jusqu'au . Monseigneur Joseph Yapo Aké l'a dirigé du au .

Le diocèse de Yamoussoukro s'étend sur 19 890 km2 et est limité au nord par l'archidiocèse de Bouaké, au sud par le diocèse de Yopougon, à l'est par le diocèse d'Abengourou et à l'ouest par le diocèse de Daloa. Il regroupe une population totale d'environ 955 662 habitants dont environ 123 567 catholiques.

Son évêque est Monseigneur Marcellin Yao Kouadio et sa cathédrale, la cathédrale Saint-Augustin de Yamoussoukro à Yamoussoukro, capitale administrative du pays.

La basilique Notre-Dame-de-la-Paix de Yamoussoukro (consacrée par Jean-Paul II) est un pôle religieux majeur du diocèse.

Évêques[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Le diocèse comptait en 2010 selon l'Annuaire pontifical[1] 48 prêtres, dont 36 séculiers et 12 réguliers, 18 religieux et 72 religieuses, ainsi que 2 diacres permanents, répartis en 19 paroisses, pour 125 651 baptisés, soit 13,1% de la populations totale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Édition 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]