Diocèse de Lugano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diocèse de Lugano
(la) dioecesis Luganensis
Image illustrative de l'article Diocèse de Lugano
La cathédrale Saint-Laurent de Lugano
Pays Suisse
Église catholique
Rite liturgique romain et ambrosien
Type de juridiction diocèse
Création 1971
Affiliation Église catholique en Suisse
Siège Lugano
Diocèses suffragants aucun
Titulaire actuel Mgr Valerio Lazzeri
Langue(s) liturgique(s) italien
Calendrier grégorien
Paroisses 256
Prêtres 279
Religieux 79
Religieuses 500
Territoire Tessin
Superficie 2 811 km2
Population totale 306 846
Population catholique 233 017
Pourcentage de catholique 75,9 %
Site web http://www.diocesilugano.ch/
Image illustrative de l'article Diocèse de Lugano
Localisation du diocèse
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le diocèse de Lugano (en latin : dioecesis Luganensis ; en italien : diocesi di Lugano) est un des six diocèses de l'Église catholique en Suisse. Érigé en 1971, il couvre le canton du Tessin. Son évêque est Mgr Valerio Lazzeri, nommé en 2013 par le pape François. Il siège à la cathédrale de Lugano. Les évêques émérites de Lugano sont Ernesto Togni et Pier Giacomo Grampa.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant le XIXe siècle le canton du Tessin n'existe pas et ses territoires sont administrés par d'autres cantons suisses ou par le duché de Milan. Durant la période Napoléonienne, en 1803, le canton du Tessin est créé. Dans un premier temps, ce changement n'a aucune influence au niveau des différentes paroisses qui font toujours partie, soit du diocèse de Côme pour le nord est l'est du canton ou de l'archidiocèse de Milan pour le reste du canton. Les changements vont intervenir au milieu du XIXe siècle. Au niveau national, en 1859, le Conseil fédéral promulgue la suppression des juridictions épiscopales étrangères sur tout le territoire helvétique. Le Tessin étant rattaché à deux diocèses italiens doit régulariser sa situation et le Conseil fédéral décide unilatéralement son rattachement au diocèse de Bâle, sans demander l'avis du Saint-Siège. L'archevêque de Milan Luigi Nazari di Calabiana avec l'évêque de Bâle Eugène Lachat vont apporter une solution en permettant l'érection d'une province ecclésiastique autonome rattachée au diocèse de Bâle par une union aeque principaliter. Ainsi, le 7 septembre 1888 le pape Léon XIII érige cette dernière par la bulle Ad universum[1]. Dans les faits, le diocèse de Lugano est créé, bien qu'il ne soit jamais nommé ainsi car le droit fédéral helvétique empêche la création d'un nouveau diocèse. La situation demeure telle quelle jusqu'au milieu de la seconde partie du XXe siècle. Dans la bulle Paroecialis et collegialis du pape Paul VI, le diocèse de Lugano est érigé canoniquement le 8 mars 1971. Comme les autres diocèses de Suisse, il est directement dépendant du Saint-Siège[2].

Territoire et composition[modifier | modifier le code]

Le diocèse de Lugano a une superficie de 2 811 km2. Il est limitrophe au diocèse de Coire au nord, au diocèse de Côme au sud, et aux diocèses de Novara et Sion à l'ouest.

Le diocèse compte 233 017 fidèles catholiques, soit 76 % de la population totale. 279 prêtres portent leur ministère dans 256 paroisses. Il y a 580 religieux dans ce diocèse. Concernant son clergé, le diocèse de Lugano présente la particularité, en Suisse, d'avoir la plus petite moyenne d'âge. En effet, en 2012 43 % du clergé a moins de 55 ans. À titre de comparaison, ce taux est de 24 % dans les diocèses de Bâle et de Saint-Gall. Le diocèse compte deux séminaires : un séminaire diocésain classique et un deuxième séminaire diocésain et missionnaire appartenant au Chemin néocatéchuménal[3].

Vicariats[modifier | modifier le code]

Depuis 1969, le diocèse de Lugano est divisé en six vicariats : celui de Bellinzone et ceux du Locarnais, du Luganais, du Malcantone, du Mendrisiotto et des Tre Valli.

Rites[modifier | modifier le code]

Le diocèse de Lugano est le seul diocèse en Suisse à célébrer selon un autre rite que le rite romain, qu'il soit dans sa forme ordinaire ou extraordinaire. En effet, avant sa création, le territoire du diocèse était pour la plupart dans le diocèse de Côme qui célèbre aussi selon le rite romain ou pour une plus petite part, formée de 53 paroisses, dans l'archidiocèse de Milan dont le rite liturgique est le rite ambrosien. Celui-ci est donc toujours pratiqué dans cette partie du diocèse de Lugano[4].

Administrateurs apostoliques et évêques[modifier | modifier le code]

Nomination du nouvel évêque[modifier | modifier le code]

Lors de la vacance du siège épiscopal, il faut nommer un nouvel évêque à la tête du diocèse. Dans le diocèse de Lugano, ce dernier est librement nommé par le Saint-Siège parmi les prêtres du diocèse[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fabrizio Panzera, « Milan (archidiocèse) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 10 mars 2010.
  2. Antonietta Moretti, « Lugano (diocèse) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 21 novembre 2009.
  3. Patricia Briel, « Une étude prédit un déclin brutal du nombre de prêtres en Suisse », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  4. Henri Schwery, L'Église dans le monde : institution, conclave, mystère, Saint-Maurice, Éditions Saint-Augustin, coll. « Cardinal Henri Schwery » (no 3),‎ , 21 × 14 cm, 299 p. (ISBN 978-2-88011-449-7), p. 128
  5. (it) Vatican, « Renoncement et nominations du 4 novembre 2013 », sur press.vatican.va,‎ (consulté le 20 novembre 2013)
  6. (it) « Storia della Diocesi di Lugano » [html], sur diocesilugano.ch (consulté le 14 août 2015)
  7. « Comment un évêque est-il élu ? », sur eveques.ch,‎ (consulté le 6 septembre 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]