Diocèse d'Ales-Terralba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diocèse d'Ales-Terralba
(la) Dioecesis Uxellensis-Terralbensis
image illustrative de l’article Diocèse d'Ales-Terralba
Localisation du diocèse
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Église catholique
Rite liturgique romain
Type de juridiction diocèse suffragant
Création XIe siècle
Affiliation Archidiocèse d'Oristano
Province ecclésiastique Région ecclésiastique de Sardaigne
Siège Cathédrale d'Ales
Conférence des évêques Conférence épiscopale italienne
Titulaire actuel Giovanni Dettori
Langue(s) liturgique(s) italien
Calendrier grégorien
Paroisses 57
Territoire Province d'Oristano et Province du Sud-Sardaigne
Population totale 99 598 (2012)
Population catholique 99 336 (2012)
Site web www.diocesialesterralba.va.itVoir et modifier les données sur Wikidata
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le diocèse d'Ales-Terralba (en latin : dioecesis Uxellensis-Terralbensis), est un diocèse de l'église catholique basé à Ales. C'est un diocèse suffragant de l'archidiocèse d'Oristano en région Sardaigne, en Italie[1].

Il a pour cathédrale la cathédrale d'Ales et pour cocathédrale la cathédrale de Terralba.

Territoire[modifier | modifier le code]

Le diocèse d'Ales-Terralba s'étend sur deux provinces en Sardaigne pour un total de 38 communes[2] :

Le diocèse a pour siège épiscopal la ville d'Ales et plus précisément la cathédrale d'Ales, mais il possède aussi une cocathédrale à Terralba, la cathédrale de Terralba[2].

Le territoire du diocèse d'Ales-Terralba s'étend sur 1 494 km2 et il est divisé en 57 paroisses[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ales[modifier | modifier le code]

Les origines du diocèse d'Usellus sont incertaines. L'historiographie traditionnelle sarde attribue sa fondation aux alentours du VIe siècle. En effet, dans une lettre envoyée par le pape Grégoire Ier au métropolite de Cagliari, Ianuarius, on retrouve une liste de tous les évêques de l'île et certains historiens identifient un de ceux-là (l'évêque Agatone ou l'évêque Vincenzo) à l'évêque d'Usellus[3]. Cependant, selon d'autres historiens, ces hypothèses sont infondées[4].

Le diocèse a été érigé (ou reconstruit selon les versions) dans la deuxième moitié du XIe siècle à l'occasion de la réorganisation de l’Église sarde pendant le pontificat du pape Alexandre II. Le diocèse faisait partie du Judicat d'Arborée et était donc suffragant de l'Archidiocèse d'Arborée. Le premier évêque attesté est Murrellu (ou Pello) dans le Condake de Santa Maria di Bonarcado en 1146[4].

Le siège de ce diocèse n'est pas bien défini. Il pourrait être Usellus, mais également Ales, car on ne sait pas actuellement dans laquelle de ces deux villes habitait l'évêque. Le nom de diocèse d'Usellus est le premier utilisé, mais en 1182, dans un document sur l'évêque Comita Pais, apparait également celui d'Ales, bien que le titre d'Usellus continue d'être utilisé. À une date imprécise et à la suite de la destruction du village d'Usellus et du massacre de ses habitants, le siège épiscopal est définitivement déplacé à Ales où est érigée la cathédrale d'Ales. Selon une autre version, c'est à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle que la feudataire des lieux, Violante Carroz, aurait fait construire la cathédrale d'Ales, dans laquelle l'évêque se serait déplacé de la ville voisine d'Usellus[4].

Le diocèse, d'après la Rationes decimarum, comptait au XIVe siècle les paroisses d'Ales, Almos, Atzeni, Baradili, Baressa, Barumele, Cilixia, Curcuris, Escovedu (ou Iscopediu), Figu, Gesturi, Gonnosnò, Las Plassas, Lunamatrona, Ollastra (ou Albagiara), Pau, Pauli Arbarei, Setzu, Siddi, Sini, Tuili, Turri, Usellus, Ussaramanna, Ussarella, Villanovaforru, Villa Verde (ou Bannari) et de Zeppara[5].

La liste des évêques d'Ales est très irrégulière jusqu'à la première moitié du XIVe siècle. Parmi les évêques les mieux documentés, on note Giovanni di Vieri qui avait été élu évêque du diocèse de Nuoro en 1329 avant d'être nommé évêque d'Ales par le pape Jean XXII en 1330, charge qu'il garde jusqu'en 1367 en s'inscrivant ainsi dans les épiscopats les plus longs de la Sardaigne. Pendant le Grand Schisme d'Occident, les curies papales de Rome et d'Avignon nommèrent leurs propres évêques du diocèse d'Ales[4].

Pendant l'épiscopat de Bernardo di Michele, le siège d'Ales a été temporairement uni à celui de Terralba jusqu'en 1475. Cette union devient définitive en 1503.

Terralba[modifier | modifier le code]

Le diocèse de Terralba a, comme celui d'Ursellus, été érigé dans la seconde moitié du XIe siècle quand a été instituée la province ecclésiastique du Judicat d'Arborée. Il s'étendait alors sur les curatorie de Bonurzoli et de Parte Montis. Le premier évêque attesté est Mariano qui a consacré la cathédrale de Terralba en 1144. Comme pour Ursellus-Ales, la liste des évêques du diocèse ne devient régulière qu'à partir du XIVe siècle.

Parmi les ordres attestés dans le diocèse, on trouve les Vallombrosains qui ont fondé au XIIe siècle le monastère de San Michele di Tamis, dont les vestiges se trouvent sur la commune de Masullas. Le diocèse s'étendait sur les paroisses d'Arbus, Arcidano Magno (ou San Nicolò Arcidano), Architano Parvo, Cansella, Cracargia (ou Cargi), Fluminimaggiore, Fontana de Urgo, Forru (ou Collinas), Genna, Genusi, Gonnosfanadiga, Gonnoscodina, Gonnostramatza, Gozula, Gulsuè, Guspini, Marrubiu, Monreale, Pabillonis, Pardu, Pompu, San Gavino Monreale, Sardara, Serdis de Monte, Serru, Serzela, Sey, Simala, Tamis, Taverna, Terralba, Uras, Uta Passaris, Villa d'Abbas, Villa Jaca et Zuradili[6].

L'unification des sièges[modifier | modifier le code]

Les diocèses d'Ales et de Terralba sont unis par le pape Jules II le 8 décembre 1503 avec la bulle apostolique Aequum reputamus en mettant ainsi en œuvre une décision qui avait été prise par son prédécesseur le pape Alexandre VI. Le siège épiscopal de ce nouveau diocèse est alors établi à Ales et le premier évêque en est Giovanni Sanna qui gouverne à partir de 1507, après la mort de Giovanni Crespo, dernier évêque d'Ales[7].

Parmi les évêques les plus connus du diocèse, on compte Andrea Sanna (1521-1534) qui a occupé la charge d'inquisiteur du Royaume de Sardaigne, Pedro del Frago Garcés (1562-1566) qui a été théologien au Concile de Trente, Miguel Beltrán (1648-1643) qui a fondé les monts de piété pour combattre l'usure, Domenico Cugia (1684-1691) qui a fait reconstruire la cathédrale et Francesco Zunnui Casula (1867-1893) qui a été l'un des théologiens du premier concile œcuménique du Vatican[7].

Par une concession spéciale des rois espagnole puis de la Maison de Savoie, entre 1644 et 1866 l'évêque ne pouvait être choisi que parmi le clergé sarde. Au XIXe siècle, à cause des rapports difficiles entre l’État et l’Église, le siège du diocèse a souvent été vacant[7].

Le 30 septembre 1986, avec le décret Instantibus votis émis par la congrégation pour les évêques, l'administration du diocèse a été pleinement unifiée en prenant ainsi le nom de diocèse d'Ales-Terralba[7].

Liste des évêques[modifier | modifier le code]

Voici la liste des évêques d'Usellus, d'Ales et de Terralba[1].

Évêques d'Usellus (Ales)[modifier | modifier le code]

Évêques de Terralba[modifier | modifier le code]

Évêques d'Ales et Terralba[modifier | modifier le code]

Évêques d'Ales-Terralba[modifier | modifier le code]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Diocèse d'Ales-Terralba[1]
Année Population Prêtres Religieux Paroisses
Baptisés Total Pourcentage Nombres Séculiers Réguliers Baptêmes par prêtre Hommes Femmes
1905 59 530 ? ? 102 102 0 ? ? ? 42
1959 100 000 100 000 100 % 85 80 5 1 176 6 78 45
1969 104 310 104 310 100 % 93 89 4 1 121 11 132 46
1980 100 005 100 190 99,8 % 75 71 4 1 333 6 102 61
1990 104 250 104 500 99,8 % 75 71 4 1 390 5 128 56
1999 102 981 102 981 100 % 76 69 7 1 355 8 115 57
2000 102 621 102 900 99,7 % 76 69 7 1 350 8 110 57
2001 102 539 102 803 99,7 % 77 71 6 1 331 7 106 57
2002 104 024 104,364 99,7 % 78 72 6 1 299 6 107 57
2003 101 546 102 016 99,5 % 79 71 8 1 285 8 109 57
2004 101 377 101 700 99,7 % 78 72 6 1 299 6 107 57
2006 100 866 101 232 99,6 % 70 70 0 1 440 0 101 57
2010 100 277 100 608 99,6 % 79 74 5 1 269 5 93 57
2012 99 336 99 598 99,7 % 70 65 5 1 419 5 91 57

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Notice », sur Catholic-hierarchy.org (consulté le 21 octobre 2015).
  2. a, b, c, d et e (it) « Diocesi di Ales-Terralba », sur Comune di Ales, (consulté le 21 octobre 2015).
  3. Mattei, Sardinia Sacra, vol. 1, Tipografia Canelles, , p. 266.
  4. a, b, c et d (it) Organisme national pour les Biens culturels ecclésiastiques, « Diocesi di Ales », sur Beni ecclesiastici in web, (consulté le 21 octobre 2015).
  5. Encyclopédie de la Sardaigne, vol. 1, p. 102.
  6. Encyclopédie de la Sardaigne, vol. 9, p. 366.
  7. a, b, c et d (it) Organisme national pour les Biens culturels ecclésiastiques, « I diocesi uniti », sur Beni ecclesiastici in web, (consulté le 21 octobre 2015).
  8. L'évêque Mauro, bien que mentionné par tous les historiens sardes depuis Mattei est exclu de la liste par Massimiliano Vidili (Encyclopédie de la Sardaigne, volume 1, p. 100) selon lequel Comita Pais aurait gouverné le diocèse de 1164 à 1195.
  9. Transféré à Sassari, il continue à gouverner en tant qu'administrateur apostolique les deux diocèses jusqu'en 1521.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Crédits de traduction[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]