Dino Alfieri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Edoardo Alfieri
Fonctions
député
Législature XXVII, XXVIII et XXIX ème du royaume d'Italie
président de l'agence nationale des coopératives
Successeur Bruno Biagi
sous-secrétaire d'Etat aux ministère des Corporations
Prédécesseur Guglielmo Josa
Successeur Ferruccio Lantini
Bruno Biagi
sous-secrétaire d'Etat au ministère de la Presse et de la propagande
ministre de la culture populaire
Successeur Alessandro Pavolini
conseiller national - membre de la Chambre des Faisceaux et des Corporations
Législature XXX ème du royaume d'Italie
ambassadeur d'Italie au Vatican
ambassadeur d'Italie en Allemagne
Prédécesseur Bernardo Attolico
Successeur Filippo Anfuso
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Bologne
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès Milan
Nationalité italien
Profession avocat, publiciste, journaliste

Edoardo Alfieri surnommé Dino (né à Bologne le 8 décembre 1886, mort à Milan en 1966) est un homme politique italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1911, Edoardo Alfieri obtient un diplôme en droit et peu après adhère au nationalisme de Enrico Corradini. Interventioniste, il est volontaire pendant la Première Guerre mondiale et en 1923 il critique la convergence de l'association nationaliste italienne dans le parti national fasciste, dont il est cependant élu député en 1924.

Pendant la période des gouvernements mussoliniens, il reçoit plusieurs charges et de 1929 à 1932, il est sous-secrétaire aux corporations. En 1932, il est nommé directeur de l'exposition de la révolution fasciste dont il est l'instigateur comme directeur de l'institut de la culture fasciste de Milan. En 1935, il est sous-secrétaire à la presse et à la propagande, assumant les fonctions du ministre Galeazzo Ciano qui participe à la guerre d'Éthiopie. Lorsque celui-ci, en 1937, occupe le ministère des affaires étrangères, Alfieri est nommé ministre de la culture populaire et un an après il se déclare fravorable aux lois raciales approuvées depuis peu par le régime.

Il est ambassadeur de l'Italie auprès du Vatican en 1939 et ambassadeur en Allemagne en 1940 où il a fait la connaissance d'Adolf Hitler. Membre du Grand Conseil du fascisme, en juillet 1943, il soutient la motion de Dino Grandi et pour éviter la répression de Mussolini, il s'enfuit en Suisse grâce à la complicité d'un prêtre, don Isidoro Marcionetti. Il est condamné à mort par contumace lors du procès mussolinien de Vérone (1944).

En 1947, il rentre en Italie et publie Due dittatori di fronte (deux dictateurs face à face).

Notes[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

  • (it) Due dittatori di fronte / Dino Alfieri. - Milano : rizzoli, 1948. - 397 p. - (Collezione Cheval ailé)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]