Dinner for One

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dinner for One

Titre original Der 90. Geburtstag
Réalisation Heinz Dunkhase (de)
Scénario Peter Frankenfeld (en)
adapté par
Freddie Frinton (en)
d'après le source de
Lauri Wylie (en)
Acteurs principaux
Sociétés de production Norddeutscher Rundfunk
ARD
Pays de production Allemagne de l'Ouest
Genre Court métrage
Comédie
Durée 18 minutes
Première diffusion 1963

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Dinner for One (Der 90. Geburtstag oder Dinner for One) est un court métrage télévisé allemand en noir et blanc réalisé et produit par Heinz Dunkhase (de) sur un scénario de Peter Frankenfeld (en) adaptant un sketch du britannique Lauri Wylie (en). Produit par la chaîne télévisée allemande Norddeutscher Rundfunk en 1961, il est diffusé en direct dans l'émission Guten Abend Peter Frankenfeld, le . Depuis le 31 décembre 1972, Il est diffusé chaque réveillon de la Saint-Sylvestre en Allemagne et est devenu une sorte de rite télévisuel allemand comme expliqué dans l'émission[1] Karambolage d'Arte.

Résumé[modifier | modifier le code]

Au début, un narrateur introduit l'histoire : Une vieille dame anglaise, miss Sophie, veut fêter son quatre-vingt-dixième anniversaire avec ses amis de toujours, Sir Toby, l'amiral von Schneider, Mr Pommeroy et Mr Winterbottom. Mais ceux-ci sont tous décédés depuis longtemps - le dernier il y a 25 ans - et miss Sophie se retrouve donc seule à table, tandis que son majordome James remplace les invités à tour de rôle.

James doit non seulement servir le menu, mais aussi servir les boissons choisies par miss Sophie à chacun des quatre convives imaginaires, endosser leur rôle et porter un toast à l'hôtesse, en imitant chacun des invités et en buvant leur verre.

Au total, il fait 23 fois le tour de la table, devient de plus en plus ivre et son attitude va s'en ressentir au fil de la soirée, jusqu'à l'ivresse complète.

Il y a plusieurs comique de répétition dans la pièce :

  • James trébuche onze fois sur le tapis d'une peau de tigre ; pour pimenter le tout, il passe une fois devant à son grand étonnement, puis trébuche en revenant, une autre fois il passe gracieusement par-dessus et pour finir, il saute par-dessus en étant très éméché.
  • Sir Toby veut qu'on lui verse un peu plus de chaque boisson, ce à quoi James acquiesce d'abord poliment, puis de plus en plus sarcastiquement.
  • Miss Sophie s'attend à ce que James, en tant qu'amiral von Schneider, s'exclame « Skål ! » (en français: « Santé ! ») en frappant les talons l'un contre l'autre. Comme il se fait toujours mal à la cheville, il demande au préalable s'il est vraiment obligé de le faire et se laisse convaincre par sa maîtresse. Ce gag est interrompu par une chute supplémentaire lorsque les pieds de James, déjà ivre, se manquent, ce qui le fait trébucher.
  • Avant chaque plat et en balbutiant de plus en plus, James demande : « The same procedure as last year, Miss Sophie? » ; celle-ci répond toujours : « The same procedure as every year, James! »[2]. Ce dialogue apparaît cinq fois.

Finalement, miss Sophie met fin à la soirée en levant les yeux au ciel et en lançant un invitant « I think I'll retire » (en français : « Je pense que je vais me retirer »), ce que James, déjà bien éméché à ce moment-là, accepte après l'obligatoire et à peine compréhensible « The same procedure as last year, Miss Sophie? » « The same procedure as every year, James! » avec un clin d'œil et un nonchalant « Well, I'll do my very best » (en français : « Bien, je ferai de mon mieux »), pour la suivre dans les locaux supérieurs.

Distribution[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le huis-clos a entièrement été tourné au studio B de Norddeutscher Rundfunk à Hambourg en Allemagne.

Clin d'œil[modifier | modifier le code]

Ce court métrage peut être vu comme l'équivalent pour un germanophone du film Le père Noël est une ordure de Jean-Marie Poiré.

Diffusion[modifier | modifier le code]

En 1963, un producteur de télévision allemand cherche, presque sans espoir, un sketch à diffuser sur sa chaîne pour combler les trous de son programme et améliorer son score à l'audimat. À cet effet, il parcourt l'Europe. C'est alors qu'il rencontre, dans un théâtre de variétés de Blackpool, en Angleterre, les deux comédiens en train de jouer Dinner for One. Il achète aussitôt les droits de cette pièce.

Deux versions sont initialement tournées dont l'une, enregistrée par une chaîne germano-suisse qui diffuse dans le Sud de l'Allemagne, ne dure que onze minutes et l'autre, plus connue, enregistrée par une chaîne qui diffuse dans les deux-tiers nord du pays, dure près de dix-huit minutes.

Popularité[modifier | modifier le code]

Alors que cette saynète est inconnue dans la plupart des pays anglophones, il est très connu dans les pays nordiques (à tel point que, après six ans d'interdiction en Suède du fait de la mise en scène d'abus d'alcool, la pression populaire a conduit à sa diffusion régulière) et surtout dans les pays germanophones (Allemagne, Autriche et Suisse alémanique). La phrase « The same procedure as every year, James! » y est devenue culte. Chaque année, au réveillon du jour de l'an, il est diffusé en version originale à la télévision sur quasiment toutes les chaînes du pays et, sur certaines, même plusieurs fois, ainsi qu'en plusieurs dialectes régionaux.

Satire Merkel-Sarkozy de 2012[modifier | modifier le code]

Début , transporté dans le contexte des troubles économiques européens et plus particulièrement des relations franco-allemandes, Dinner for One est transformé en satire avec Merkel en vieille dame et Sarkozy en majordome. « Réalisée par le comique de l'émission matinale Morgenmagazin de la chaîne publique ARD, Udo Eling, [elle] remporte un franc succès sur YouTube » dit[3] le Figaro.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « le rite : "Dinner for one" », sur Arte, (consulté le ).
  2. Traduction française : « La même procédure que l'année dernière, Miss Sophie ? » « La même procédure que chaque année, James ! »
  3. Patrick Saint-Paul, « Sarkozy, majordome de Merkel dans un pastiche allemand », sur lefigaro, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]