Dinheirosaurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dinheirosaurus
Description de cette image, également commentée ci-après
Silhouette de Dinheirosaurus comparée à celle de l'homme.
Classification
Règne Animalia
Classe Sauropsida
Super-ordre Dinosauria
Ordre Saurischia
Sous-ordre  Sauropodomorpha
Infra-ordre  Sauropoda
Clade  Eusauropoda
Clade  Neosauropoda
Super-famille  Diplodocoidea
Clade  Diplodocimorpha
Clade  Flagellicaudata
Famille  Diplodocidae
Sous-famille  Diplodocinae

Genre

 Dinheirosaurus
Bonaparte & Mateus[1], 1999

Nom binominal

 Dinheirosaurus lourinhanensis
Bonaparte & Mateus[1], 1999

Synonymes

Dinheirosaurus est un genre éteint de très grands dinosaures herbivores sauropodes de la famille des diplodocidés ayant vécu au Jurassique supérieur (probablement à la limite entre le Kimméridgien et le Tithonien), il y a environ 152 Ma (millions d'années), au Portugal, où il a été découvert dans la formation géologique de Camadas de Alcobaça en 1987[1],[2].

La validité du genre est remise en cause depuis 2015 suite à une analyse phylogénétique poussée des Diplodocidae, au niveau des spécimens, par Emanuel Tschopp, Octavio Mateus et Roger B.J. Benson qui en font un synonyme junior du genre nord-américain Supersaurus et renomme Dinheirosaurus lourinhanensis, la seule espèce rattachée au genre, en Supersaurus lourinhanensis[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom de genre Dinheirosaurus indique est composé du nom du village proche de la découverte, Porto Dinheiro, associé au grec ancien « saûros » qui signifie « lézard » pour donner « lézard de Porto Dinheiro ». Le nom d'espèce lourinhanensis rappelle le nom de la collectivité territoriale de Lourinhã à laquelle appartient Porto Dinheiro.

Découverte[modifier | modifier le code]

Les fossiles de « Dinheirosaurus » ont été découverts dans la formation de Camadas de Alcobaça près de Porto Dinheiro, freguesia (collectivité territoriale) de Lourinhã dans le centre-ouest du Portugal. Ils ont été décrits en 1999 par Bonaparte et Octavio Mateus, après les fouilles qui ont duré de 1987, l'année de sa découverte, à 1992.

Les restes fossiles se composent d'un squelette post-crânien partiel (holotype référencé ML 414), essentiellement des vertèbres dorsales dont seule une partie est bien conservée. Le matériel comprend également 12 côtes dorsales et des fragments d'os des membres. Ces vertèbres paraissent similaires à celles de Diplodocus avec des processus épineux bifides mais avec des proportions différentes. Également présente, la cavité articulaire intervertébrale appelée hyposphène.

Le matériel trouvé a été d'abord rapporté au genre Lourinhasaurus trouvé là précédemment et contemporain en raison des similitudes retrouvées. Une analyse ultérieure a révélé que ce fossile était d'un genre différent de sauropodes et a été décrit comme Dinheirosaurus. Les deux genres ont été pendant un certain temps encore considérés comme des synonymes possibles, mais une interprétation plus poussée des deux n'a laissé aucun doute sur leur statut indépendant[3].

Description[modifier | modifier le code]

Size comparison

Les restes fossiles de Dinheirosaurus sont très parcellaires et souvent mal conservés. Ils appartiennent à un diplodocidé de taille moyenne à long cou et longue queue[4]. La description du genre est donc essentiellement basée sur quelques vertèbtres[1]. La longueur totale de Dinheirosaurusest estimée en 2010 à 25 mètres[5]. Quelques côtes ont été trouvées également, elles ne sont pas pneumatisées, ce qui est interprété comme un caractère plésiomorphique (ancestral)[3]. Comme pour la plupart des sauropodes, des gastrolithes ont été récupérés à proximité des restes de l'animal.

La hauteur des vertèbres dorsales retrouvées est croissante en allant vers la queue de l'animal, elle varie de 51 à 76 centimètres[1]. Leur épine neurale est projetée vers l'arrière.

Article détaillé : Supersaurus.

Classification[modifier | modifier le code]

Emanuel Tschopp et ses collègues en 2015 placent les deux espèces de Supersaurus, l'holotype nord-américain S. vivianae et l'epèce potugaise S. lourinhanensis (ex-Dinheirosaurus lourinhanensis), parmi les membres les plus basaux de la sous-famille des Diplodocinae[2]. C'est ce que montre leur cladogramme ci-dessous :

 Diplodocidae 

Amphicoelias altus




 Apatosaurinae 

espèces non nommées





Apatosaurus ajax



Apatosaurus louisae





Brontosaurus excelsus




Brontosaurus yahnahpin



Brontosaurus parvus







 Diplodocinae 

espèces non nommées




Tornieria africana





Supersaurus (= Dinheirosaurus) lourinhanensis



Supersaurus vivianae





Leinkupal laticauda




Galeamopus hayi





Diplodocus carnegii



Diplodocus hallorum





Kaatedocus siberi



Barosaurus lentus











Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) J.F. Bonaparte & O. Mateus, (1999). « A new diplodocid, Dinheirosaurus lourinhanensis gen. et sp. nov., from the Late Jurassic beds of Portugal » dans Revista del Museo Argentino de Ciencias Naturales. 5(2): p 13-29
  2. a b et c (en) Emanuel Tschopp, Octavio Mateus & Roger B.J. Benson (2015), « A specimen-level phylogenetic analysis and taxonomic revision of Diplodocidae (Dinosauria, Sauropoda) », PeerJ 3:e857; DOI:10.7717/peerj.857 https://peerj.com/articles/857/
  3. a et b (en) P.D. Mannion, Paul Upchurch, O. Mateus, R.N. Barnes et M.E.H. Jones, « New information on the anatomy and systematic position of Dinheirosaurus lourinhanensis (Sauropoda: Diplodocoidea) from the Late Jurassic of Portugal, with a review of European diplodocoids », Journal of Systematic Palaeontology, vol. 10, no 3,‎ , p. 521–551 (ISSN 1478-0941, DOI 10.1080/14772019.2011.595432, lire en ligne)
  4. (en) D.B. Weishampel, P. Dodson et H. Osmólska, The Dinosauria, Berkeley, Second, , 259–549 p. (ISBN 978-0-520-94143-4, OCLC 801843269)
  5. (pt) O. Mateus, Colecções e museus de Geologia: missão e gestão, Universidade de Coimbra e Centro de Estudos e Filosofia da História da Ciência Coimbra, , 121–126 p. (lire en ligne), « Paleontological Collections of the Museum of Lourinhã (Portugal) »