Ding Liren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom, le nom de famille précède le nom personnel.

Ding Liren

Description de cette image, également commentée ci-après

Ding Liren en 2012

Naissance (22 ans)
Wenzhou, Chine
Nationalité Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Profession
Joueur d'échecs
Distinctions
Grand maître international (2009)
Champion de Chine (2009, 2011 et 2012)
Vainqueur de l'Olympiade d'échecs de 2014 avec l'équipe de Chine

Ding Liren (en chinois : 丁立人 ) est un joueur d'échecs chinois né le à Wenzhou. Ding a le titre de Grand maître international de la FIDE depuis octobre 2009. Au 1er septembre 2013, il est le trentième joueur mondial et le n°2 chinois avec un classement Elo est de 2 722, qui constitue son record personnel, obtenu après sa performance au festival de Bienne 2013 (1er-4e du tournoi fermé et quatrième après départage).

Carrière[modifier | modifier le code]

En novembre 2002, Ding est premier ex-æquo du champion du monde des moins de 10 ans avec l'Azéri Eltaj Safarli mais au départage c'est Safarli qui est couronné champion du monde. En novembre 2004, il est encore premier ex-æquo du champion du monde des moins de 12 ans mais, au départage, c'est son compatriote Zhao Nan qui l'emporte.

En avril 2009, il remporte le championnat de Chine avec 8,5 points sur 11. Il y réalise aussi sa deuxième norme de grand-maître et devient le plus jeune champion de Chine à l'âge de 16 ans. En avril 2011, il remporte à nouveau le titre de champion national avec 9 points sur 11 et conserve le titre en avril 2012 (8 points sur 11).

Ding participe à la Coupe du monde d'échecs en août 2011 mais se fait battre au premier tour par Wesley So (2½-1½).

En 2012, à Athènes, Ding Liren reçoit la médaille de bronze au championnat du monde d'échecs junior (médaille d'or remportée par Aleksandr Ipatov).

Le 21 avril 2013, il bat le numéro 2 mondial Levon Aronian en ouverture du Memorial Alekhine à Paris[1]. Il s'agit néanmoins de sa seule partie gagnée durant ce tournoi dont le vainqueur est justement Aronian, et où Ding Liren finit avant-dernier des dix participants (devant Peter Svidler) avec la marque de 3,5/9 (+1, =5, -3) et une performance à 2 669[2].

En 2014 il participe à l'Olympiade d'échecs de 2014 à Tromsø dans l'équipe représentant la Chine qui remporte la médaille d'or. Il y gagne la médaille de bronze du deuxième échiquier[3].

Partie remarquable[modifier | modifier le code]

Ding Liren au mémorial Alekhine 2013

Partie jouée par Ding Liren (avec les blancs) contre Levon Aronian le 21 avril 2013 lors de la première ronde du Mémorial Alekhine. Il s'agit d'une défense semi-slave[4].

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Reine noire sur case noire d8
Tour noire sur case noire f8
Roi noir sur case blanche g8
Cavalier noir sur case blanche d7
Fou noir sur case noire e7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Pion noir sur case noire b6
Pion noir sur case blanche c6
Pion noir sur case blanche e6
Cavalier noir sur case noire f6
Pion noir sur case noire a5
Pion blanc sur case noire c5
Pion blanc sur case noire b4
Pion noir sur case blanche c4
Pion blanc sur case noire d4
Pion blanc sur case noire a3
Cavalier blanc sur case noire c3
Pion blanc sur case noire e3
Fou blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1
Reine blanche sur case blanche d1
Cavalier blanc sur case noire e1
Tour blanche sur case blanche f1
Roi blanc sur case noire g1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Position après 13…dxc4. Les blancs ont un avantage d'espace au centre.

1.d4 d5 2.c4 c6 3.Cf3 Cf6 4.Cc3 a6 5.e3 e6 6.c5 Cbd7 7.b4 b6 8.Fb2 a5 9.a3 Fe7 10.Fd3 O-O 11.O-O Fa6 12.Ce1 Fc4 ?!

Ce coup des noirs est inattendu : il permet aux blancs, en échangeant le fou sur c4, de gagner un avantage d'espace au centre grâce à leurs pions centraux[4].

13.Fxc4 dxc4 14.De2 Tb8 15.Ta2 b5 16.e4 Tb7 17.Cc2 Cb8 18.Taa1 Dc8 19.Tad1 Td8 20.Fc1 Ca6 21.Ff4

Par les coups 18.Taa1, 19.Td1, 20.Fc1, 21.Ff4, Ding active ses pièces sur l'aile dame tandis qu'Aronian voit ses pièces entravées par les chaînes de pions[4].

21... Tbd7 22.h3 Ce8 23.Ce3 Ff6 24.e5 Fe7 25.Ce4 Cac7 26.Cd6

Le cavalier blanc se place « au coeur de la position noire[4]. »

26... Da8 27.Dg3 Cd5 28.Ce3 Cc3

Ce cavalier dans le camp blanc permet aux noirs de trouver du contre-jeu[4].

29.Tde1 Fxd6

Il semble qu'Anatoly Karpov et Vladimir Toukmakov, présents en salle de presse lors de cette ronde aient sursauté en voyant ce coup des noirs. Karpov aurait murmuré « Stra’né », ce qu'on peut traduire par « Je n'aurais jamais fait ça[5]. » En effet, en échangeant le fou de cases noires, Aronian permet à son adversaire de contrôler à jamais ces cases[5].

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Reine noire sur case blanche a8
Tour noire sur case noire d8
Cavalier noir sur case blanche e8
Roi noir sur case blanche g8
Tour noire sur case blanche d7
Fou noir sur case noire e7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Pion noir sur case blanche c6
Cavalier blanc sur case noire d6
Pion noir sur case blanche e6
Pion noir sur case noire a5
Pion noir sur case blanche b5
Pion blanc sur case noire c5
Pion blanc sur case noire e5
Pion blanc sur case noire b4
Pion noir sur case blanche c4
Pion blanc sur case noire d4
Fou blanc sur case noire f4
Pion blanc sur case noire a3
Cavalier noir sur case noire c3
Cavalier blanc sur case noire e3
Reine blanche sur case noire g3
Pion blanc sur case blanche h3
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Tour blanche sur case noire e1
Tour blanche sur case blanche f1
Roi blanc sur case noire g1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Position avant 29…Fxd6.

30.exd6 Ce4 31.Dh4 Cd2 32.Cd5

Ding Liren sacrifie la qualité afin de pouvoir placer son cavalier en b6[4].

32... Cxf1 33.Cb6 Da7 34.Txf1 Cf6 35.Fe5 Cd5 36.Cxd5 exd5 37.Fxg7

Lorsqu'il joue ce coup, Ding Liren, en zeitnot, pense simplement qu'il lui assure la nulle par répétition de coups, comme il le dira en conférence de presse[4]. Il dispose en fait d'une attaque de mat[5] et ce n'est qu'après le contrôle de temps qu'il voit qu'il peut créer un réseau de mat en ramenant sa tour[4]. Aronian sera contraint d'abandonner.

37... Rxg7 38.Dg5+ Rf8 39.Df6 Rg8 40.Dg5+ Rf8 41.Df6 Rg8 42.Te1 axb4 43.Te5 h6 44.Th5 Dxa3 45.Dxh6 f6 46.Dxf6 1-0

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le premier tour du memorial alekhine s’acheve sur trois victoires (et deux parties nulles) », sur Site officiel de mémorial Alekhine,‎
  2. « Mémorial Alekhine, ronde 9 », sur Europe Échecs,‎
  3. « 41e Olympiade d'échecs : Ronde 11 », Europe Échecs,‎ (lire en ligne)
  4. a, b, c, d, e, f, g et h « Mémorial Alekhine : Ronde 1 », Europe Échecs,‎ (lire en ligne)
  5. a, b et c C. Bouton, « Mémorial Alekhine : du sang et des larmes en première ronde », sur échecs64,‎

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • (en) Fiche de Ding Liren sur le site de la FIDE

Sur les autres projets Wikimedia :