Dimitris Lyacos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dimitris Lyacos
Description de l'image Dimitris Lyacos.jpg.
Naissance , Athènes
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Grec
Mouvement postmodernisme

Œuvres principales

Z213 : Exit

Dimitris Lyacos (Δημήτρης Λυάκος) est un poète et un dramaturge grec contemporain[1]. Il est l'auteur de la trilogie Poena Damni. Reconnue pour sa forme de croisement entre genres et la combinaison avant-gardiste de thèmes de la tradition littéraire avec des éléments du rituel, de la religion, de la philosophie et de l'anthropologie, l'œuvre de Lyacos réexamine de grands récits dans le contexte de certains des motifs durables du Canon occidental. Poena Damni a été écrit dans une période de trente ans[2],[3], avec les livres individuels révisés et republiés dans différentes éditions et arrangés autour d'un ensemble de concepts comprenant le bouc émissaire, la quête, le retour des morts, le salut religieux, la souffrance physique, la maladie mentale. Les personnages de Lyacos sont toujours à distance de la société en tant que telle[3], fugitifs, comme le narrateur de Z213 : Exit, parias dans un arrière-pays dystopique (comme les personnages dans Avec les gens du pont), ou coincés, comme le protagoniste de La premiere mort dont la lutte pour survivre se déroule sur une île déserte. Dans l'ensemble, la trilogie a été interprétée comme une «allégorie du malheur» et comparé aux œuvres d'auteurs comme Gabriel Garcia Marquez et Thomas Pynchon[4].

Vie[modifier | modifier le code]

Lyacos est né et a grandi à Athènes où il a étudié le droit. De 1988 à 1991, il a vécu à Venise. En 1992, il s'installe à Londres. Il a étudié la philosophie au University College de Londres[5] avec des philosophes analytiques Ted Honderich et Tim Crane en se concentrant sur l'épistémologie et la métaphysique, la philosophie grecque antique aussi que Wittgenstein. En 2005, il s'installe à Berlin. Il est actuellement basé à Berlin et à Athènes.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1992, Lyacos s'est mis à écrire une trilogie sous le nom collectif Poena Damni, un terme médiéval qui se réfère au procès que les âmes condamnées en enfer ont à endurer, c'est-à-dire la perte de la vision de Dieu. La trilogie s'est développée progressivement en tant que “travail en cours” pendant trente ans[2]. La troisième partie (La Première Mort) est apparue d’ abord en grec (Ο πρώτος θάνατος) et fut traduite ensuite en anglais, en espagnol et en allemand. La deuxième partie titré «Nyctivoe» a été initialement publiée en 2001 en grec et en allemand et est sortie en anglais en 2005. Cette œuvre a été remplacé en 2014 par une nouvelle version titré Avec les gens du pont[6].

Divers artistes ont amené l’œuvre de Lyacos dans différents médias artistiques. L'artiste autrichienne Sylvie Proidl, a présenté une série de peintures en 2002 à Vienne. En 2004, une installation artistique du sculpteur Fritz Unegg et du producteur de la BBC Piers Burton-Page a effectué une tournée européenne. En 2005, l'artiste autrichien Gudrun Bielz a présenté une œuvre d'art vidéo inspirée de Nyctivoe. La compagnie Myia a interprété une version de danse contemporaine de Nyctivoe en Grèce de 2006 à 2009. Une version théâtrale / musicale de Z213: Sortie des compositeurs grecs Maria Aloupi et Andreas Diktyopoulos, interprétée par Das Neue Ensemble et l'acteur grec Dimitris Lignadis a été présentée en 2013[7].

Dimitris Lyacos était l’ Invité Poète International au Festival International de Poésie, en 1998, Aberystwyth, Pays de Galles avec Les Murray. Désormais, il a effectué des lectures et a donné des conférences sur son œuvre dans diverses universités du monde entier, notamment Oxford, Trieste, Hong Kong et Nottingham. Il est membre honoraire du International Writing Program de l'Université de l'Iowa[8]. Il est l'un des plus récents auteurs grecs à avoir obtenu une reconnaissance internationale[9],[10], Poena Damni étant l'œuvre littéraire grecque la plus largement révisée des dernières décennies[11] et Z213: Sortie, le best-seller de la poésie grecque contemporaine en traduction anglaise[2],[12].

Poena Damni[modifier | modifier le code]

Résumé / Contexte[modifier | modifier le code]

La trilogie semble appartenir à un contexte de poésie tragique, dramatique et épique, bien que nettement postmoderne[13] en même temps. Homère, Eschyle[14] et Dante[15], ainsi que les aspects plus sombres de la poésie romantique, symboliste, expressionniste accompagnés d’ un intense intérêt religieux et philosophique  sont caractéristiques de l'œuvre. Poena Damni a ainsi été liée, en dépit de ses traits postmodernes, plus à la grande tradition moderniste de James Joyce[16] et Virginia Woolf[17] . Le premier des trois parties, Z213: Exit (Z213: ΕΞΟΔΟΣ), décrit l'évasion d'un homme d'une ville gardée et son voyage à travers des terres oniriques et parfois cauchemardesques[18]. Dans le deuxième livre, Avec le peuple du pont, le protagoniste de Z213: Exit apparait comme un spectateur dans un jeu improvise, joué sous les arcs d'une gare désaffectée. Le troisième livre, Ο Πρώτος Θάνατος) commence avec un homme abandonné sur une île rocheuse et détaille sa lutte pour la survie ainsi que la désintégration de son corps et le déroulement de sa mémoire[19].

Vue d' ensemble[modifier | modifier le code]

Le travail est difficile à classer puisqu'il franchit les frontières habituelles du genre[20]. Il prend souvent la forme narrative, mélange la poésie et la prose, et, au même temps, avance dans la représentation dramatique de caractère et situation dans Avec le peuple du pont. La troisième partie (La Première Mort) est un poème lyrique que représente la rupture et apothéose éventuelle du corps du protagoniste. Les possibilités de divergence entre le monde extérieur perçu et le monde objectif sont exploitées; Le lecteur suit le flux irrégulier de monologues internes provenant des événements du monde extérieur mais finalement considérés comme réfléchis sur les surfaces pensantes et émotionneles de l'esprit du protagoniste. Néanmoins, les corps des personnages dans la trilogie et le contexte physique de leur vie sont présentés avec une solidité impressionnante dont la portée est de créer une réalité alternative ou de dévoiler une dimension cachée du monde. De ce point de vue, l’œuvre a été interprété comme une sorte de surfiction[21] selon laquelle le monde représenté permet un espace ouvert au lecteur afin qu’ il contribue sa version propre[22].

Z213 : Exit[modifier | modifier le code]

Z213 : Exit, écrit dans une forme de journal fictive est le récit d'un protagoniste anonyme qui enregistre ses expériences pendant un voyage en train dans une terre inconnue[23]. L'homme a été libéré - ou s'est échappé - d'un certain temps de confinement décrit elliptiquement dans son journal et rappelle d'un hôpital, d'une prison, d'un ghetto ou d'une enclave d'une certaine sorte[24]. Ses déambulations successives au milieu de paysages désolés, au bord de la réalité, sont placées dans une atmosphère étroitement détaillée et quelque peu kafkaïenne[25]. En chemin, le protagoniste plonge plus profondément dans ce qui semble être une quête religieuse tandis que, en même temps, son impression croissante d'être traqué introduit un élément de suspense. Ainsi, le texte repose sur la métaphysique, mais rappelle également un detective privé dans un roman policier des années 1940 qui se referme sur une découverte extraordinaire. Z213: Exit se termine avec une description d'un sacrifice où le protagoniste et une "foule affamée qui fête " rôtissent un agneau sur une broche, coupent et dépouillent son corps encore bêlant et enlevent ses entrailles comme pour observer un rite sacré[1],[25].

Avec les gens du pont[modifier | modifier le code]

Avec les gens du pont s'articule autour de l'histoire d'un personnage ressemblant au démoniaque gerasien de l'évangile de Saint Marc, vivant dans un cimetière, tourmenté par des démons, et se coupant de pierres. Il entre dans le tombeau de son amant mort et essaie d'ouvrir le cercueil dans lequel elle semble se trouver dans un état non affecté par la decomposition. L'urgence de son désir ranime son corps dont le passage à la vie est décrit[26]. La tombe devient un «bel endroit et un lieu privé» pour les amants encore capables d'embrasser[27].

La pièce raconte dans un récit varié de perspectives différentes une histoire basée sur le thème du revenant à travers des monologues de quatre personnages en première personne: un homme possédé par des démons tente de ressusciter le corps de son amant mais finit par la rejoindre dans la tombe[28]. L'action est enveloppée dans un contexte qui rappelle une fête des morts ainsi qu'une épidémie de vampires. Il y a des références claires à la tradition chrétienne et l'eschatologie et la pièce aboutit à une contemplation commune du salut collectif qui est finalement laissée non résolue après un tournant narratif final[11].

La Première mort[modifier | modifier le code]

Dans La Première Mort un corps mutilé est décrit. Dans le contexte d'une île déserte le protagoniste grince contre les roches et subit une dégradation continue - physique et mentale - puisque même les mécanismes de la mémoire sont disloqués[29]. Pourtant, le lien entre la personne et le corps qui assure la vie persiste encore et, «à ce moment-là, sans substance / où le monde se heurte et décroche»[30], les instincts mécaniques du cosmos bourdonnent en action et remontent cette substance irréductible dans l'espace – suscitant peut-être une future régénération.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « A feature on Dimitris Lyacos. Excerpts/Interview »
  2. a, b et c (en) « Paul B. Roth, Preface to Dimitris Lyacos, Special Feature. The Bitter Oleander Journal. », The Bitter Oleander Journal,‎ volume 22, no 1, spring 2016, fayetteville, ny.
  3. a et b (en) « Bethany W. Pope, With the people from the bridge: Poena Damni, The Ofi Press Magazine, Issue 44, October 2015, Mexico City, Mexico. »
  4. (en) « Williams, Mukesh. Representations of Self-Actualizing Women in Haruki Murakami and Leo Tolstoy. Studies in the English Language & Literature No. 77 2015 [p. 34]. »
  5. « UCL »
  6. « Shoestring Press »
  7. « A contemporary piece composed for Z213: Exit »
  8. « Dimitris Lyacos »
  9. John Taylor, « John Taylor interviews Dimitris Lyacos. », New Walk Magazine, Issue 12,‎ spring/summer 2016, leicester uk.
  10. Eleni Sakellis, « Some works of world-renowned poet Dimitris Lyacos. », The National Herald, New York.,‎ feb 20-26 2016, page 9.
  11. a et b « Robert Zaller, Eucharist: Dimitris Lyacos's "With the People from the Bridge"The Critical Flame, »,‎
  12. « Excerpts from Lyacos's trilogy »
  13. « Poena Damni trilogy. Review by Justin Goodman. Cleaver Magazine, 2015. »
  14. Verlagshaus J. Frank: Quartheft 08 | Der erste Tod | Dimitris Lyacos"., Belletristik-berlin.de. Archived from the original on 2013-07-14. Retrieved 2013-07-27.
  15. (en) « "Z213: Exit by Dimitris Lyacos". »
  16. « A review of Dimtiris Lyacos's With the People from the Bridge Katie Bodendorfer Garner. The Packingtown Review, May 2016, Chicago. »
  17. « Joseph Labernik. From the Ruins of Europe: Lyacos's Debt-Riddled Greece. »
  18. « A Review of "Poena Damni, Z213: EXIT" by Dimitris Lyacos, Translated by Shorsha Sullivan «". »
  19. Robert Zaller, « "Project MUSE. Recent Translations from Shoestring Press". », Journal of Modern Greek Studies,‎ muse.jhu.edu. doi:10.1353/mgs.2001.0026. retrieved 2013-07-27.
  20. « mediterranean poetry » Dimitris Lyacos »
  21. « Surfiction »
  22. (en) Fran Mason, Historical Dictionary of postmodern Literature and Theater,, Rowman and Littlefield 2016., second edition, 2016, Dimitris Lyacos pp. 276-77.
  23. « Decomp Magazine. Spencer Dew, Dimitris Lyacos' Z213: Exit. »,‎
  24. (en) « Decomp Magazine. Spencer Dew, Dimitris Lyacos' Z213: Exit. »,‎ july 2011.
  25. a et b « "Cha: An Asian Literary Journal - A Philosophy of Exits and Entrances: Dimitris Lyacos's Poena Damni, Z213: Exit". Michael O'Sullivan », sur Asiancha.com.,‎ retrieved 2013-07-27.
  26. « Shoestring Press/Dimitris Lyacos »
  27. « Book Review: With the People from the Bridge »
  28. « "Lyacos, Nyctivoe Libretto 5". » (consulté en retrieved 2013-07-27)
  29. « Shorsha Sullivan: The art of translating », sur http://www.thewritingdisorder.com
  30. (en) Dimitris Lyacos, The First Death, Nottingham, Shoestring Press, (ISBN 1-899549-42-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Dimitris Lyacos|Revue d'arabesques (extrait 16 de Z213)