Dimitri Payet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Payet.
Dimitri Payet
Payet April 2016.jpeg
Payet sous le maillot de West Ham United en 2016.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Olympique de Marseille
Numéro 10
Biographie
Nom Dimitri Payet
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (30 ans)
Lieu Saint-Pierre (La Réunion, France)
Taille 1,75 m (5 9)[1]
Période pro. Depuis 2005
Poste Milieu offensif, ailier
Pied fort Droit
Parcours junior
Saisons Club
1998-1999 Drapeau : France JS Saint-Pierroise
1999-2003 Drapeau : France Le Havre AC
Parcours senior 1
Saisons Club 0M.0(B.)
2003-2004 Drapeau : France AS Excelsior 036 0(12)
2004-2007 Drapeau : France FC Nantes 039 00(5)
2007-2011 Drapeau : France AS Saint-Étienne 148 0(25)
2011-2013 Drapeau : France Lille OSC 095 0(19)
2013-2015 Drapeau : France Olympique de Marseille 083 0(15)
2015-2017 Drapeau : Angleterre West Ham United 060 0(15)
2017- Drapeau : France Olympique de Marseille 017 00(5)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
2007-2008 Drapeau : France France espoirs 012 00(4)
2010- Drapeau : France France 035 00(8)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 9 juin 2017

Dimitri Payet, né le à Saint-Pierre sur l'île de La Réunion, est un footballeur international français qui évolue au poste de milieu offensif à l'Olympique de Marseille.

Il se distingue au sein de l'équipe de France qui atteint la finale de l'Euro 2016.

Il termine 17e au ballon d'or 2016 à égalité avec Toni Kroos et Luka Modric

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Dimitri Payet est né le à Saint-Pierre, sur la côte sud de l'île de La Réunion. Son patronyme Payet est le nom de famille le plus porté sur l'île de la Réunion avec Hoarau, Lépinay et Grondin[2]. Dimitri descend en ligne directe d'Antoine Payet, baptisé le à Saint-Priest-la-Roche, un soldat français établi vers 1674 sur l'île appelée alors Île Bourbon[3]. Le nom de famille Payet est prononcé Payette à la Réunion[4].

Débuts professionnels[modifier | modifier le code]

Très tôt, Dimitri Payet développe une passion pour le football, ayant pour modèle Thierry Henry[5]. Dès l'âge de quatre ans, Payet rejoint son premier club de foot, dans sa ville natale à Saint-Philippe. Mais trop petit, sa mère doit prendre une assurance afin qu'il puisse jouer[5].

Il rejoint le centre de formation du Havre AC alors qu'il n'a que 12 ans, mais est contraint de retourner sur son île natale quatre années plus tard en 2003 à la suite de cet essai infructueux[6]. Il effectue ses débuts en première division réunionnaise avec l'AS Excelsior en mars 2004 contre l'AS Marsouins. Il sera l'une des révélations en championnat et aura disputé en tout près de 25 matchs sur 26 possibles et inscrit 11 buts.

Formation et débuts en Ligue 1 au FC Nantes (2005-2007)[modifier | modifier le code]

Repéré par le FC Nantes, Payet revient en métropole lors de la saison 2004-2005. Il fait d'abord ses armes avec l'équipe réserve du FC Nantes. Ses efforts sont récompensés la saison suivante, lorsque Serge Le Dizet le convoque pour un match avec l'équipe première. Le , Dimitri Payet fait ses débuts dans l'effectif professionnel contre les Girondins de Bordeaux lors d'un match nul et vierge. Il est de nouveau appelé par Serge Le Dizet contre le FC Metz et marque alors son premier but chez les professionnels. À ses débuts, il est l'un des quatre joueurs suivis par L'Académie du Foot, une émission quotidienne diffusée pendant une semaine sur Arte en 2006[7].

Au cours de la saison 2006-2007, il devient une pièce maîtresse du FCN en disputant 33 rencontres et marquant 5 buts. Il signe un contrat professionnel lors de cette même saison.La descente du FC Nantes en Ligue 2 le pousse à rejoindre l'AS Saint-Étienne au cours de l'été 2007. Le transfert est assorti d'un contrat de 4 ans et avoisine les 4 millions d'euros[8].

Éclosion chez les Verts (2007-2011)[modifier | modifier le code]

Il joue son premier match sous le maillot vert le 4 août 2007 contre l'AS Monaco. Pour sa première saison verte, Saint-Étienne, malgré de hautes ambitions en début de saison et un mercato intéressant, connaît une entame de championnat de France catastrophique, qui l'amène au bord de la relégation en février. Mais les verts finissent la saison en trombe accrochant ainsi la 5e place du championnat significative de qualification en Coupe UEFA[9]. Lors de la tournée des Verts à la Réunion, fin mai 2008, Payet est capitaine et marque un but lors d'un match amical contre la sélection locale de la Réunion[10].

Il inscrit son premier but pour les verts en match officiel en Coupe de l'UEFA contre l'Hapoel Tel Aviv en septembre 2008, ainsi que son premier but en championnat contre Bordeaux, le même mois. Par la suite, il prolonge son contrat avec l'AS Saint-Étienne jusqu'en 2013. Il marque un doublé contre Lorient en 32e de finale de Coupe de France le 24 janvier 2010.

Lors de la 37e journée de Ligue 1 face à Toulouse, le , une altercation avec son coéquipier et capitaine Blaise Matuidi se produit sur le terrain. Payet, n'acceptant pas les reproches de son capitaine et de Yohan Benalouane, assène un coup de tête à Matuidi et tente de le frapper avant d'être séparé par ses coéquipiers et l'arbitre Bruno Coué[11]. Il sera par la suite mis à pied par son président Roland Romeyer[12]. Depuis entre les deux coéquipiers verts et bleus tout va bien, Payet déclarant que cela « n'avait pas lieu d'être » et qu'ils sont « repartis sur de nouvelles bases », Matuidi, lui, met ça sur le compte d'un « manque de maturité »[13].

Le samedi , lors du match comptant pour la 4e journée du championnat de Ligue 1, il inscrit un triplé face au RC Lens au stade Geoffroy-Guichard[14]. Le , lors du match face au Montpellier Hérault Sport Club comptant pour la 6e journée, il inscrit un doublé permettant à l'AS Saint-Étienne de se hisser à la première place du championnat, une première depuis 1982[15]. Il conforte aussi à cette occasion sa position de leader au classement des buteurs. Le samedi , lors du 100e derby Olympique lyonnais - AS Saint-Étienne au Stade de Gerland, il s'illustre en inscrivant le but victorieux d'un coup franc en pleine lucarne (0-1) à la 75e minute. Il permet ainsi à l'ASSE de battre l'OL pour la première fois depuis 1994 et de rester en tête du championnat[16]. Ce but est le septième en autant de matchs en 2010-2011[17]. Ce début de saison tonitruant lui permet de faire ses premiers pas en équipe de France[18]. Mais après, le joueur rentre dans une passe difficile, commencé par un pénalty loupé contre le SM Caen à quelques minutes du coup de sifflet final. Il ne marque plus de la mi-saison. Le , lors de la rencontre de Ligue 1 face au Toulouse FC dans le Chaudron, Dimitri Payet, pourtant disponible, n'est pas sur la feuille de match; il a en effet révélé, trois jours plus tôt, ne plus vouloir jouer pour l'ASSE et déclare de son propre chef vouloir partir pour le PSG. Le , l'affaire se termine : les dirigeants des Verts ont refusé une offre de 10 M€ de Chelsea FC[19] et de 8 M€ du Paris Saint-Germain dirigé par Robin Leproux, et conservent le joueur pour la suite de la saison[20].

Après ce transfert avorté, Payet connaît un grand passage à vide, où il perd d'ailleurs sa place de titulaire au profit d'Alejandro Alonso la recrue hivernale. Ce n'est que cinq mois après son dernier but, contre l'OGC Nice, que Payet inscrit son neuvième but de la saison d'une frappe de 25 m face au Stade brestois. Il retrouve enfin son meilleur niveau face à l'AS Nancy en inscrivant un doublé alors que les stéphanois étaient menés (1-0)[21]. Il finit ainsi la saison sur un total de 13 buts pour sa dernière année à Saint-Étienne.

Les années lilloises (2011-2013)[modifier | modifier le code]

Payet s'engage avec les champions de France en titre, le Lille OSC, le durant le mercato estival à la suite d'un transfert de 8 millions d'euros, accompagné de bonus de 2 millions d'euros, pour les quatre prochaines saisons[22]. Cette somme fait de lui la troisième recrue estivale la plus chère de Ligue 1, derrière les parisiens Javier Pastore et Kevin Gameiro[23]. Il est engagé afin de remplacer Gervinho partant pour Arsenal. Il effectue son premier match officiel sous les couleurs du LOSC le lors du Trophée des champions face à l'Olympique de Marseille, dauphin du LOSC la saison précédente, match perdu 5-4 au terme d'une fin de match palpitante. Il est à créditer d'un assez bon match[24].

Alors qu'il est convoqué par Laurent Blanc en équipe de France afin d'affronter le Chili, il se blesse face à l'AS Nancy-Lorraine lors de la 1re journée et ne peut donc honorer cette sélection[25], il est toutefois opérationnel pour la réception de Montpellier lors de la 2e journée de Ligue 1[26]. Par la suite, il se blesse à nouveau et doit être opéré au genou le  ; il manquera les quatre semaines suivantes[27]. Le , il inscrit son premier but sous les couleurs lilloises face à l'AJ Auxerre (victoire 1-3) pour le compte de la 10e journée de championnat[28]. Il inscrit son deuxième but chez les dogues face au Stade brestois 29, le [29]. Ses débuts difficiles dans le Nord lui font toutefois subir la concurrence de l'ancien ailier de Chelsea FC Joe Cole ; il ne dispute ainsi que 53 minutes lors des cinq premiers matchs de Ligue des champions[30].

Malgré un début de saison 2012-2013 difficile pour le LOSC, Payet se révèle une pièce maîtresse du groupe. À la mi-saison, il est impliqué dans plus de la moitié des buts lillois. Au terme de la 26e journée de Ligue 1, il inscrit 12 buts, dont le premier de sa carrière de la tête contre le stade rennais le 15 février et un doublé face à l'AC Ajaccio la semaine suivante, et délivre 10 passes décisives.

Concrétisation à l'Olympique de Marseille (2013-2015)[modifier | modifier le code]

Payet signe officiellement le avec l'Olympique de Marseille[31] pour une durée de 4 ans. Le montant du transfert avoisinerait les 10 millions d'euros, dont 1,2 de bonus. Le 11 août 2013, il joue son premier match sous le maillot olympien à l'EA Guingamp (3-1) et s'offre un doublé lors de la première journée de Ligue 1. Il marque de nouveau lors de la seconde journée contre l'Evian TG (2-0). Le 8 février 2014, il s'offre un doublé contre le SC Bastia (3-0).

Le 29 août 2014, face a l'OGC Nice, il marque son troisième doublé avec le club phocéen. Le 16 mai 2015, lors de la large victoire de l'OM contre son ancien club du LOSC (0-4), il délivre sa seizième passe décisive de la saison et devient le second meilleur passeur décisif sur une saison en Ligue 1, dépassant le nombre de passes décisives d'Eden Hazard (15 passes lors de la saison 2011-2012) et derrière Marvin Martin, recordman avec 17 passes lors de la saison 2010-2011[32]. Dimitri Payet termine meilleur passeur de la saison 2014-2015[33],[34].

Passage à West Ham United (2015-2017)[modifier | modifier le code]

Le , Dimitri Payet s'engage avec West Ham pour cinq saisons. Le transfert s'élève à 15 millions d'euros[35]. Il joue son premier match officiel avec le club anglais lors d'un match d'Europa League contre l'Astra Giurgiu. Lors de la première journée de championnat contre Arsenal, il offre une passe décisive à Cheikhou Kouyaté pour une victoire 2-0 et inscrit son premier but avec les Hammers la semaine suivante, mais ne peut empêcher la défaite 2 à 1 des siens, face au Leicester FC. Le 14 septembre, Payet réalise un doublé contre Newcastle qui donne la victoire aux siens (2-0), atteignant ainsi le top 5 du classement du championnat[36]. Sa performance lui vaut les éloges de son entraîneur croate, Slaven Bilic : « Il est fantastique mais cela ne me surprend pas. Je connais Dimitri et je voulais le prendre l’an dernier au Besiktas, mais ce n’était pas possible. C’est un joueur brillant et ce n’est pas seulement un joueur qui fait la différence durant les matches avec ses buts, il est aussi très bon dans la conservation du ballon et pour rendre les autres meilleurs »[37]. Le 10 mai 2016, lors de la 37e journée en Premier League, il offre deux passes décisives et arrache la victoire à domicile contre Manchester United (3-2) après que son équipe ait été menée 2-1 à un quart d'heure de la fin. Selon une statistique publiée par le Daily Mail, il est le second meilleur tireur de coup-francs d'Angleterre lors de la saison 2015-2016 avec cinq buts sur les trente coups-francs qu'il a tiré en compétition anglaise (17 % de réussite), seulement devancé par Willian avec six buts sur 29 tentatives (21 % de réussite).

Il fait partie des 30 nommés pour le Ballon d'or 2016 par le magazine France Football.

Retour à l'Olympique de Marseille (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

Le 30 janvier 2017, l'Olympique de Marseille annonce la signature de l'international français pour une durée de quatre ans et demi[38]. Il fait son retour sous le maillot olympien en entrant en jeu lors de la prolongation contre l'Olympique lyonnais en seizième de finale de Coupe de France. Il marque son premier but depuis son retour lors de sa première titularisation en championnat, le 8 février, en inscrivant un coup-franc détourné lors d'une victoire deux buts à zéro face à l'En Avant de Guingamp.

En équipe nationale (depuis 2007)[modifier | modifier le code]

Équipe de France espoirs (2007-2008)[modifier | modifier le code]

Dimitri Payet participe à sa première rencontre espoirs officielle le 1er juin 2007 contre la Roumanie (1-1) dans le cadre des éliminatoires de l'Euro Espoirs 2009 ; il est titulaire [39]. Il participe également aux matchs contre le Pays de Galles (1-0)[40], Malte (2-0)[41], la Bosnie (4-0)[42], et le match retour contre le Pays de Galles (2-4) [43]. Il totalise donc 5 matchs en éliminatoires pour un but marqué contre le Pays de Galles le 20 novembre 2007. À noter que Dimitri Payet participe au match amical contre l'Italie (1-2) le 21 août 2007 en étant titulaire[44].

Il compte 12 sélections et 4 buts avec les « Bleuets ».

Équipe de France (depuis 2010)[modifier | modifier le code]

Dimitri Payet est appelé pour la première fois en équipe de France le par Laurent Blanc pour les matchs contre la Roumanie le et le Luxembourg le [18]. Il entre à cinq minutes de la fin à la place de Karim Benzema face à la Roumanie et délivre une passe décisive pour Yoann Gourcuff qui marque le deuxième but de l'équipe de France à la dernière minute du match (2 - 0)[45] puis offre de nouveau une passe décisive à Yoann Gourcuff à l'issue d'un coup franc joué rapidement contre le Luxembourg (2 - 0)[46]. Après cette première expérience internationale, il retourne en club avec le « sentiment du travail bien fait » et déclare que ça va lui « servir pour la suite de la saison »[47] et qu'il va « continuer à travailler pour revenir le plus vite possible »[48]. Dimitri Payet est de nouveau séléctionné avec l'équipe de France le contre l'Angleterre à Wembley lors d'une victoire deux buts à un[49] puis n'est plus sectionné avant le mais il déclare forfait pour cause d'une blessure au tibia.

Puis une année se passe avant son retour dans le groupe de l'équipe de France le [50] pour le match opposant les Bleus à l'Uruguay. Il n'entre pas en jeu, pas plus que lors de France-Italie où il est appelé le ni pour les deux rencontres en mars 2013. C'est l'occasion de la tournée Sud-Américaine des bleus début juin, qu"il joue ses quatrième et cinquième matchs sous le maillot de l’Équipe de France lors de deux match amicaux[51] en Uruguay puis face au Brésil.

Non sélectionné depuis octobre 2013, Dimitri Payet ne fait pas partie de la liste du sélectionneur Didier Deschamps pour disputer la coupe du monde 2014 au Brésil.

Le 2 octobre 2014, Didier Deschamps le rappelle ainsi que son coéquipier André-Pierre Gignac en vue des matchs amicaux contre le Portugal et l'Arménie puis est appelé par Didier Deschamps à chaque rassemblement lors de cette saison. Pilier de l'OM, il commence à s'imposer petit à petit au sein de l'équipe de France lors de la victoire deux buts à zéros contre le Danemark en réalisant une prestation de qualité. Sacré meilleur passeur de ligue 1 avec 16 passes décisives, il est logiquement rappelé au rassemblement suivant pour deux matchs contre la Belgique puis l'Albanie. Le 7 juin 2015, il marque son premier but en sélection contre la Belgique. À la suite de son départ pour l'Angleterre, il n'est pas rappelé lors du rassemblement pour les deux premiers matchs de rentrée de la saison 2015-2016, Didier Deschamps ayant déclaré qu'il attendait plus de lui[52].

Pour les rassemblements d'octobre et de novembre non plus. Il est rappelé le pour les matchs face aux Pays-Bas et la Russie grâce à une bonne entame de saison sous les couleurs de West Ham United. Il est titulaire face aux Pays-Bas puis entre en jeu face à la Russie, il remplace Antoine Griezmann à la 63e minute et marque deux minutes après son entrée en jeu d'un magnifique coup franc des 30 mètres avant d'adresser une passe décisive à Kingsley Coman, le jour de son 29e anniversaire.

Il fait ensuite partie de la liste des 23 joueurs français sélectionnés pour disputer l'Euro 2016[53]. Lors du premier match de préparation contre le Cameroun, il retrouve la pelouse de ses débuts professionnels et marque son second coup franc direct sous le maillot bleu, offrant ainsi la victoire à l'Équipe de France trois buts à deux. Le 10 juin 2016, lors du match d'ouverture de l'euro 2016 contre la Roumanie, il est l'auteur d'une passe décisive pour Giroud puis inscrit le but de la victoire grâce à une puissante frappe enroulée de 20 mètres du pied gauche qui finit en pleine lucarne (2-1)[54]. Un « but d'anthologie » selon la plupart des observateurs. Remplacé en fin de match, il sort du terrain ému aux larmes[54]. Il récidivera lors de la rencontre suivante face à l'Albanie le 15 juin 2016 en inscrivant le deuxième but français à la fin des arrêts de jeu (2-0). Lors des quarts de finale de l'Euro 2016 contre l'Islande, Payet inscrit le 3e but du match puis offre une passe décisive de Griezmann lors de la qualification cinq buts à deux pour les demis-finale. Après une victoire de la France sur l'Allemagne deux buts à zéro, la sélection s'incline en finale lors de la prolongation contre le Portugal. Il fait partie de l'équipe type de la compétition.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Dimitri Payet au 9 juin 2017[55]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : France France Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd
2005-2006 Drapeau de la France FC Nantes Ligue 1 3 1 0 1 0 0 - - - - - - - - - - - - - 4 1 0
2006-2007 Drapeau de la France FC Nantes Ligue 1 30 4 1 4 0 0 1 0 0 - - - - - - - - - - 35 4 1
Sous-total 33 5 1 5 0 0 1 0 0 - - - - - - - - - - 39 5 1
2007-2008 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Ligue 1 31 0 2 - - - - - - - - - - - - - - - - 31 0 2
2008-2009 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Ligue 1 30 4 6 1 0 0 1 0 0 - - - C3 10 3 1 - - - 42 7 7
2009-2010 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Ligue 1 35 2 6 4 3 1 2 0 2 - - - - - - - - - - 41 5 9
2010-2011 Drapeau de la France AS Saint-Étienne Ligue 1 33 13 4 1 0 0 - - - - - - - - - - 3 0 2 37 13 6
Sous-total 129 19 18 6 3 1 3 0 2 - - - - 10 3 1 3 0 2 151 25 24
2011-2012 Drapeau de la France LOSC Lille Ligue 1 33 6 6 3 0 0 2 0 0 1 0 0 C1 4 0 0 - - - 43 6 6
2012-2013 Drapeau de la France LOSC Lille Ligue 1 38 12 12 3 1 2 3 0 0 - - - C1 8 0 1 2 0 0 54 13 15
Sous-total 71 18 18 6 1 2 5 0 0 1 0 0 - 12 0 1 2 0 0 97 19 21
2013-2014 Drapeau de la France Olympique de Marseille Ligue 1 36 8 4 2 0 1 2 0 0 - - - C1 5 0 1 2 0 0 47 8 6
2014-2015 Drapeau de la France Olympique de Marseille Ligue 1 36 7 16 1 0 0 1 0 0 - - - - - - - 8 1 0 46 8 16
Sous-total 72 15 20 3 0 1 3 0 0 - - - - 5 0 1 10 1 0 93 16 22
2015-2016 Drapeau de l'Angleterre West Ham United Premier League 30 9 12 6 3 2 1 0 0 - - - C3 1 0 1 11 5 3 49 17 18
2016-2017 Drapeau de l'Angleterre West Ham United Premier League 18 2 6 - - - 4 1 1 - - - - - - - 6 2 2 28 5 9
Sous-total 48 11 18 6 3 2 5 1 1 - - - - 1 0 1 17 7 5 77 22 27
2016-2017 Drapeau de la France Olympique de Marseille Ligue 1 15 4 2 2 1 0 - - - - - - - - - - 3 0 1 20 5 3
Sous-total 15 4 2 2 1 0 - - - - - - - - - - 3 0 1 20 5 3
Total sur la carrière 368 72 77 28 8 6 17 1 3 1 0 0 - 28 3 4 35 8 8 477 92 98

Liste des matchs internationaux[modifier | modifier le code]

Buts internationaux[modifier | modifier le code]

Buts internationaux de Dimitri Payet
Date Lieu Adversaire Score Résultat Compétition
1. Stade de France, Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), France Drapeau : Belgique Belgique 3-4 3-4 Match amical
2. Stade de France, Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), France Drapeau : Russie Russie 3-1 4-2
3. Stade de la Beaujoire, Nantes, France Drapeau : Cameroun Cameroun 3-2 3-2
4. Stade de France, Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), France Drapeau : Roumanie Roumanie 2-1 2-1 Euro 2016
5. Stade Vélodrome, Marseille, France Drapeau : Albanie Albanie 2-0 2-0
6. Stade de France, Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), France Drapeau : Islande Islande 3-0 5-2
7. Stade de France, Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), France Drapeau : Bulgarie Bulgarie 2-1 4-1 Éliminatoires mondial 2018
8. Stade de France, Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), France Drapeau : Suède Suède 2-1 2-1

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

Dimitri Payet remporte la Coupe de la Réunion en 2004 avec l'AS Excelsior. Depuis ses débuts en professionnel, il ne remporte aucun titre, étant seulement finaliste du Trophée des champions 2011 avec le Lille OSC face à l'Olympique de Marseille.

En sélection[modifier | modifier le code]

Avec l'équipe de France, il est finaliste de l'Euro 2016 face au Portugal.

Distinctions personnelles[modifier | modifier le code]

Malgré un palmarès vierge en club et en sélection, il a remporté plusieurs titres personnels. Alors au FC Nantes, il est nommé pour le trophée UNFP du meilleur espoir de Ligue 1 en 2007[71], mais c'est Samir Nasri qui sera finalement élu. Il remporte le Trophée du joueur du mois UNFP en septembre 2010, alors qu'il joue à l'AS Saint-Étienne.

Il est membre de l'équipe type de Ligue 1 à deux reprises, en 2013 avec le Lille OSC, puis de nouveau en 2015[72] sous les couleurs de l'Olympique de Marseille. Il termine meilleur passeur de ligue 1 en 2015 avec l'Olympique de Marseille et second en 2013 avec le Lille OSC.

Parti ensuite en Angleterre, il est membre de l'équipe type de Premier League 2015-2016, dès sa première saison en Angleterre, alors qu'il évolue à West Ham. Il est également nommé meilleur joueur londonien de Premier League pour la même saison[73]. Il remporte le trophée du meilleur joueur de West Ham pour la saison 2015-2016[74].

Il est nommé dans l'équipe type de l'Euro 2016.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le père de 3 garçons, Noa né le [75], Milan né le 14 juillet 2013 et Pharrell, né en septembre 2015[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de Dimitri Payet », LFP (consulté le 17 février 2017)
  2. http://www.geopatronyme.com/cgi-bin/carte/hitdept.cgi?periode=5&dept=974
  3. « Aux origines de Payet, Giroud et Griezmann », La Revue française de généalogie,
  4. http://www.reunionile.com/article-les-noms-de-famille-a-la-reunion-47130661.html
  5. a et b « Equipe de France : la face cachée de Dimitri Payet (West Ham), l'un des 23 Bleus de Didier Deschamps à l'Euro 2016 (10/23) », sur francefootball.fr, France Football,
  6. « Dimitri Payet, qui c'est celui-là ? », L'Express,
  7. « L'académie du foot », Arte,
  8. « Saint-Étienne : Un point sur le mercato », Brèves de foot,
  9. « Les Verts, un destin européen », Le Figaro,
  10. « Payet-Feindouno : "On en profite au maximum" », Le Quotidien de La Réunion,
  11. « ASSE : "Il ne manquait plus que ça" », Le Progrès,
  12. « Payet va être sanctionné », Football365.fr,
  13. « Payet et Matuidi ont fait la paix », RMC,
  14. « Payet triple la mise », L'Équipe,
  15. « Saint-Étienne : Strass et Payet », Eurosport,
  16. « Saint-Étienne remporte le derby face à Lyon », L'Alsace,
  17. « Payet, le géant vert », Le Figaro,
  18. a et b « Laurent Blanc appelle Payet, Gourcuff et Nasri », Le Monde,
  19. « Chelsea offre 10 M€ pour Dimitri Payet ! », Foot Mercato,
  20. « PSG : 8 millions d'euros pour Payet ! », Le 10 Sport,
  21. « Revoilà Payet », Football.fr,
  22. « Payet-Rivière : le vrai prix des transferts », Le 10 Sport,
  23. « Le top 10 des transferts les plus chers de l’été en L1 », Foot Mercato,
  24. « Lille-OM : Les notes du match », Foot Mercato,
  25. « Payet forfait pour France-Chili », France Football,
  26. « Lille - Montpellier », LFP.fr,
  27. « Une blessure qui peut coûter cher », Le Figaro,
  28. « Auxerre - Lille », LFP.fr,
  29. « Lille - Brest », LFP.fr,
  30. « LOSC : Payet-Enyeama, deux recrues estivales abonnées aux seconds rôles… », Foot Mercato,
  31. « OM - Payet a signé ce mercredi », L'Équipe
  32. « Payet, à une passe du record de Martin », sur om.net,
  33. « Dimitri Payet, une saison de régale », sur lfp.fr,
  34. « Payet : meilleur passeur de Ligue 1 », sur om.net,
  35. « TRANSFERT : Dimitri Payet à West Ham, c'est signé. », sur lequipe.fr,
  36. Hugo Guillemet, « Premier League (5e journée) : D'un doublé, Payet envoie West Ham dans le Top 5 », sur eurosport.fr,
  37. « Slaven Bilic (West Ham) fan de Dimitri Payet », sur lequipe.fr,
  38. « L'Olympique de Marseille annonce l'arrivée de Dimitri Payet. », sur om.net,
  39. France-Roumanie en espoirs sur uefa.com
  40. France-Pays de galles en espoirs sur uefa.com
  41. France-malte en espoirs sur uefa.com
  42. France-Bosnie en espoirs sur uefa.com
  43. France-Pays de Galles en espoirs sur uefa.com
  44. (en) France-Italie en espoirs sur transfermarkt.de
  45. « Payet, déroulez jeunesse », Orange.fr,
  46. « Les Bleus battent le Luxembourg : Hoarau sifflé, Payet ovationné », Zinfos974,
  47. « Payet : "Le sentiment du travail bien fait" », Goal.com (en),
  48. « Payet : "Une bonne semaine" », Topmercato.com,
  49. « Angleterre-France : les notes du match », Foot Mercato,
  50. « Payet : «Ne pas être de passage» » », L'Équipe,
  51. « Payet : «Je me suis fait plaisir» » », L'Équipe,
  52. « Bleus - Liste des 23 : Deschamps ne ménage ni Payet ni Sakho mais l'un perd plus gros que l'autre» » », Eurosport,
  53. « Liste des 23 : les Bleus sans Hatem Ben Arfa, avec Lucas Digne à l'Euro », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  54. a et b « Euro : Les Bleus débutent par une victoire contre la Roumanie », L'Équipe (consulté le 11 juin 2016)
  55. « Statistiques de Dimitri Payet », sur footballdatabase.eu
  56. Le premier chiffre correspond au score de l'équipe jouant à domicile.
    Le score est écrit en vert si l'équipe de France a gagné le match, en noir si elle a fait match nul et en rouge si elle a perdu le match.
  57. « France 2 - 0 Roumanie », fff.fr, 9 octobre 2010.
  58. « France 2 - 0 Luxembourg », fff.fr, 12 octobre 2010.
  59. « Angleterre 1 - 2 France », fff.fr, 17 novembre 2010.
  60. « Uruguay 1-0 France », fff.fr, 5 juin 2013.
  61. « Brésil 3 - 0 France », fff.fr, 9 juin 2013.
  62. « Belgique 0 - 0 », fff.fr, 14 août 2013.
  63. « France 2 - 1 Portugal », fff.fr, 11 octobre 2014.
  64. « Arménie 0 - 3 France », fff.fr, 14 octobre 2014.
  65. « France 1 - 1 Albanie », fff.fr, 14 novembre 2014.
  66. « France 1 - 0 Suède », fff.fr, 18 novembre 2014.
  67. « France 1 - 3 Brésil », fff.fr, 26 mars 2015.
  68. « France 2 - 0 Danemark », fff.fr, 29 mars 2015.
  69. « France 3 - 4 Belgique », fff.fr, 7 juin 2015.
  70. « France 0 - 1 Albanie », fff.fr, 13 juin 2015.
  71. « Trophées UNFP : Les nommés », LFP.fr,
  72. « Lacazette élu par ses pairs », sur www.lfp.fr,
  73. « Premier League. Dimitri Payet meilleur joueur londonien », Ouest-France.fr, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  74. « Dimitri Payet élu joueur de l'année de West Ham », sur L'Equipe.fr (consulté le 5 mai 2016)
  75. « Dimitri Payet est papa !», Reunitoo, 30 septembre 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :