Dimitri Ermakov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dimitri Ermakov
Дмитрий Иванович Ермаков.jpg
Dimitri Ermakov
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Dimitri Ivanovitch Ermakov[1] (en russe : Дмитрий Иванович Ермаков), né en 1845[2] à Tiflis (aujourd'hui Tbilissi) dans l'Empire russe et mort dans la même ville en 1916, possiblement le 10 novembre, est un photographe russe, notamment connu pour ses photographies des paysages, monuments et populations du Caucase.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille de Dimitri Ermakov, 1896.

Dimitri Ermakov était le fils d'un architecte italien, Luigi Caravaggio[3], et d'une mère d'origine autrichienne qui se remaria avec un Russe nommé Ermakov[4].

Dimitri Ermakov apprit la photographie à l'armée, en tant que topographe et dans des expéditions géographiques[5]. Il ouvrit ensuite un studio à Tiflis, où il faisait des portraits et vendait les photos qu'il rapportait de ses voyages[6].

En 1874, Dimitri Ermakov exposa à la 10e exposition de la Société française de photographie[4], dont il fut membre de 1871 à 1885[7].

Dimitri Ermakov participa à la guerre russo-turque de 1877-1878 où, membre des services secrets, il prit des photos des lignes de front dans le Caucase du sud.

La comtesse Praskovia Ouvarova, présidente de la Société archéologique de Moscou, lui demanda de documenter des découvertes archéologiques, des églises, des monastères et des icônes, et publia ses photos dans les catalogues qu'elle fit paraître[4].

Dimitri Ermakov fut le photographe officiel de Nasseredin Shah, le Chah d'Iran[5].

En 1905, Alexandre Roinashvili lui légua son studio et ses négatifs[8].

En 1910, Dimitri Ermakov accompagna Ekvtimé Takhaïchvili dans une expédition en Svanétie[4].

Dimitri Yermakov fut le mentor d'Antoine Sevruguin[9].

Galerie[modifier | modifier le code]

Portraits[modifier | modifier le code]

Paysages[modifier | modifier le code]

Collections[modifier | modifier le code]

Devenue accessible après la fin de l'ère soviétique, la collection Ermakov est détenue par le musée national géorgien et est restaurée avec l'aide du musée de la photographie des Pays-Bas[5]. Elle comprend 130 albums, 23 000 tirages, 15 000 plaques photographiques et 12 500 vues stéréoscopiques.

Expositions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parfois orthographié Jermakov ou Yermakov
  2. La majorité des sources indiquent une naissance 1845, mais certaines semblent indiquer 1846.
  3. Ludvig Kambiajio pour le Musée géorgien de la photographie.
  4. a b c et d « Présentation sur la site de la Nailya Alexander Gallery »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  5. a b et c « Présentation sur la site de Horizon Foundation »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  6. « Présentation sur le site du Musée de la photographie des Pays-Bas »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  7. (en) « Dmitri Jermakov », sur Musée géorgien de la photographie
  8. (en) « Alexander Roinashvili », sur Musée géorgien de la photographie
  9. « Sevruguin, Smithsonian Institution »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  10. « Op zoek naar Pirosmani, Musée de Dordrecht »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Liens externes[modifier | modifier le code]