Dimitri Amilakvari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dimitri Amilakvari
Dimitriamilakhvari.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Chermen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 35 ans)
El-AlameinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Famille
Amilakhvari (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Ivane Amilakhvari (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Lieutenant-colonel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Distinctions
COA Ivan Amilakhvari.jpg

blason

Dimitri Amilakvari (ou Amilakhvari, დიმიტრი ამილახვარი en géorgien) ( à Bazorkino, Russie - (à 35 ans) à El-Alamein, Égypte) est un militaire français d'origine géorgienne, ayant combattu dans les Forces françaises libres durant la Seconde Guerre mondiale. Lieutenant-colonel dans la Légion étrangère, il était souvent appelé Bazorka en référence à son village natal[1]. Il s'illustra particulièrement en Norvège, en Syrie, à Bir-Hakeim et à El-Alamein, et est devenu une figure mythique[1] de la Légion étrangère.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Dimitri Amilakvari nait le dans le village de Bazorkino (aujourd'hui Chermen dans le Caucase du Nord, en Russie[2]), au sein d'une famille princière géorgienne, les Sédguinidzé, titrés Amilakvari, qui avait la charge héréditaire de commander la cavalerie royale de Géorgie [3]. Après l'invasion de la Géorgie par l'Armée rouge le , sa famille émigre à Istanbul, puis finalement en France en 1922[1]. Il a alors 16 ans.

Avant-Guerre[modifier | modifier le code]

En 1924, il entre à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (Promotion du Rif)[4]. Il en sort en 1926 et rejoint le 1er Régiment étranger (1er RE) à Sidi Bel-Abbès (Algérie) avec le grade de sous-lieutenant à titre étranger[4]. En 1929, il est affecté au 4e Régiment étranger d'infanterie (4e REI), près de Marrakech[4]. En 1932, il participe à la campagne du Haut-Atlas durant laquelle il dirige une section[4]. Le , il obtient une citation pour sa participation aux combats d'Aït-Atto[4]. Il en obtient une seconde en août 1933 durant les combats dans le Djebel Baddou[4].

En janvier 1937, il est nommé capitaine et deux mois plus tard retourne au 1er régiment étranger (1er RE)[4]. Il est commandant de la compagnie d'instruction de mitrailleuses jusqu'en [4].

Corps expéditionnaire en Norvège[modifier | modifier le code]

Le un bataillon de marche est constitué à Sidi Bel-Abbès qui, à partir du 27, est réuni avec d'autres unités au sein de la 13e demi-brigade de Légion étrangère (13e DBLE). Amilakvari y est affecté en tant que commandant de la compagnie d'accompagnement du 2e bataillon (CAB 2)[4]. Quelques semaines plus tard, il reçoit la nationalité française[4]. Après plusieurs semaines d'entraînement dans le Larzac, il est envoyé rejoindre le Corps expéditionnaire en Norvège où il débarque le 6 mai. Il y obtient trois nouvelles citations[4] qui lui valent la Légion d'honneur[1].

Réponse à l'appel du 18 juin

Le corps expéditionnaire revient en France le . En raison de la progression allemande, celui-ci est envoyé en Bretagne. Refusant l'armistice, comme son chef de corps, le Colonel Raoul Magrin-Vernerey (futur général Monclar) le capitaine Amilkvari s'embarque avec lui et 5 autres officiers de la 13e demi-brigade le 19 juin de Saint-Jacut pour Jersey, puis le 20 juin, quitte Jersey dans un cargo avec eux, parmi lesquels le capitaine Koenig et arrive en Angleterre le 21 juin[1],[4]. Il choisit alors de s'engager dans les Forces françaises libres[4].

Forces françaises libres[modifier | modifier le code]

Érythrée, 1941. Quatrième à partir de la gauche : le lieutenant Gustavo Camerini, cinquième : le capitaine Amilakvari de la Légion étrangère française.

Dimitri Amilakvari quitte Londres le pour Dakar afin de participer à l'Opération Menace[4]. L'AOF refuse de se rallier à la France libre. Il prend part à la prise du Gabon puis est envoyé en Érythrée en passant par le Cameroun[4]. Il combat au sein de la Brigade d'Orient où il commande la compagnie d'accompagnement (CAB 1) du 1er Bataillon de la Légion étrangère[4]. Il participe notamment à la victoire de Keren en , ainsi qu'à la prise de Massaoua le 8 avril suivant[4].

En , il s'illustre lors de la campagne de Syrie[1] et est nommé chef de bataillon le 25 juin[4]. Le , il prend le commandement de la 13e DBLE et est promu lieutenant-colonel le 25 septembre[4]. Sa conduite, l'entraînement qu'il donne à ses troupes et la réorganisation qu'il effectue conduisent le général Catroux à lui remettre lui-même le drapeau de la 13e le 19 octobre 1941[1].

À partir de , il est engagé dans la campagne de Libye, commande[1] une Jock column (groupement tactique motorisé[5]) et combat dans le désert de Libye[4].

Entre le 26 mai et le , il est l'adjoint du général Koenig qui commande la 1re Brigade Française Libre lors de la bataille de Bir-Hakeim[4]. Il s'y illustre en étant systématiquement volontaire pour les missions les plus dangereuses (combat et renseignement)[4]. Le 31 mai, il dirige l'attaque lors de laquelle une Jock column détruit 5 chars allemands[4]. Dans la nuit du 10 au 11 juin, il quitte Bir-Hakeim dans la propre voiture du général Koenig[4]. Le Général de Gaulle appellera les troupes qui y combattirent "l’orgueil de la France". Le , au camp de El Tahag (Égypte), il reçoit de ses mains la Croix de la Libération[4]. C'est durant les combats de Bir-Hakeim qu'il écrit : "Nous étrangers, n'avons qu'une seule façon de prouver à la France notre gratitude pour l'accueil qu'elle nous a réservé : nous faire tuer pour elle."

En , il commande sa demi-brigade, alors composée de deux bataillons, lors de la bataille d'El-Alamein[4]. Ses troupes sont chargées de mener l'attaque principale contre le piton de l'Himeimat (80 mètres)[4]. Le , son unité occupe une partie du plateau[4]. Une attaque de chars allemands force cependant ses troupes à se retirer de cette position[4]. Durant cette retraite à travers des champs de mines, le lieutenant-colonel Amilakvari est tué, mitrailleuse en mains, par un éclat d'obus qui l'atteint à la tête[4],[1].

En son honneur, la 141e promotion de Saint-Cyr (1954-1956) est nommée "Lieutenant-colonel Amilakvari"

Il est enterré sur les pentes du Quart el Himeimat puis son corps est transféré au cimetière militaire d'El Alamein .Son képi taché de sang et l’éclat d’obus qui le blessa mortellement sont gardés au musée de la Légion à Aubagne.

Il avait épousé la princesse Irène Dadiani, membre de la famille régnante de Mingrélie, et en eut trois enfants[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Legion Honneur Chevalier ribbon.svg Ordre de la Liberation 2nd ribbon.svg Croix de Guerre 1939-1945 ribbon.svg
Croix de Guerre des Theatres d'Operations Exterieurs ribbon.svg Medaille des Evades ribbon.svg Medaille d'Outre-Mer (Coloniale) ribbon.svg
Krigskorset med sverd stripe.svg MAR Order of the Ouissam Alaouite - Officer (1913-1956) BAR.png

Hommages[modifier | modifier le code]

  • La 141e promotion de Saint-Cyr (1954-1956) prend le nom « Lieutenant-Colonel Amilakvari ».
  • Célébration franco-géorgienne le 19 novembre 2006 du centenaire de sa naissance[1] :
    • Inauguration de la rue Amilakvari à Gori et à Béziers (34500).
    • Inauguration d'une salle du musée ethnographique de Gori.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Voir sa biographie sur le site Chemins de mémoire des ministères de la Défense, du Tourisme, et de la Culture.
  2. Situation de Chermen en Russie (ancien nom : Bazorkino)
  3. a et b Voir les souvenirs du général Bernard Saint Hillier sur Amilakvari
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac et ad Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées ordredelaliberation
  5. Constitué d'éléments d'infanterie motorisée, d'une batterie d'artillerie tractée, d'un peloton d'automitrailleuses, d'une section de canons antichars de 75 mm et d'éléments légers de DCA, du génie et de transmissions radio.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]