Dim. D

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dim. D
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activité

Dim. D, né le 26 décembre 1977 à Paris, est un illustrateur et un dessinateur de bande dessinée français. Ses thèmes de prédilection sont la science-fiction et la fantasy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dim. D a grandi dans les Hauts-de-Seine[1]. Il est titulaire d'un bac commercial. À l'âge de 18 ans, il participe à un fanzine, Avenir, lui permettant de rencontrer Guy Michel puis Jean-Luc Istin, qui lui propose une collaboration pour lancer la série de science-fiction Aleph[2]. En parallèle, Dim. D exerce comme coloriste sur d'autres ouvrages.

Les travaux graphiques de Dim. D s'inspirent des « peintres hyper réalistes russes du début du XIXe siècle : Kramskoi, Repin... »[3]. Ses domaines de prédilection sont la science-fiction et la fantasy. L'auteur a participé à des séries sur les légendes celtiques, ainsi que sur l'adaptation d'Allan Quatermain et les mines du Roi Salomon.

Dim. D participe, pendant plusieurs années, à des animations scolaires sur le dessin en région parisienne[4]. En 2010, après la catastrophe survenue en Haïti, Dim. D (alors enseignant à l'école de BD Arc-en-ciel à Antony) et Guy Michel (haïtien) organisent l'opération « Des bulles pour Haïti », vente d'originaux à la Galerie du 9e art au profit des sinistrés[1].

Série Le Seigneur d’Ombre[modifier | modifier le code]

En 2008 paraît le dernier tome du Seigneur d'ombre, sur un scénario de Jean-Luc Istin, chez l'éditeur Soleil. D'après Actua BD, le travail graphique de Dim. D, entièrement informatisé, est « impressionnant » : « Ses paysages et ses scènes gigantesques de batailles entre Orcs et Humains, souvent sur deux pages, sont assez exceptionnels, tant elles fourmillent de détails. Ses personnages sont parfois un peu froids dans leur expression, mais ils sont justes de manière générale ». L'œuvre inspire néanmoins des critiques mitigées[5]. D'après BD Encre, « le trait de Dim.D, dès le départ superbe, a encore acquis de la finesse pour en arriver à ce qu’il est aujourd’hui »[6].

La naissance des dieux[modifier | modifier le code]

Publié en 2017 chez Glénat, l'album La Naissance des Dieux, sur un scénario de Clotilde Bruneau, voit la collaboration entre Dim D. et Federico Santagati. Le dessin de Dim D. attire des critiques positives sur Planète BD[7].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Albums de bande dessinée[modifier | modifier le code]

  1. L'Énigme du Luna, 2000 (ISBN 2-914235-22-4).
  2. Le neuvième Dragon, 2001 (ISBN 2-914235-27-5).
  3. L'Ange de lumière, 2001 (ISBN 2-914235-34-8).
  1. Le Grimoire d'Haleth, 2003 (ISBN 2-84565-413-8).
  2. Renaissance, 2004 (ISBN 2-84565-896-6).
  3. Les Gardes pourpres, 2005 (ISBN 2-84946-293-4).
  4. Une nouvelle ère, 2008 (ISBN 978-2-302-00125-1).
  1. L'Équipée sauvage, 2010 (ISBN 978-2-302-01269-1).
  2. En territoire hostile, 2012 (ISBN 978-2-302-01820-4).
  1. La Malédiction de la tour Saint Jacques, 2013 (ISBN 978-2-7560-3579-6).
  2. L'Or du millième matin, 2014 (ISBN 978-2-7560-4211-4).
  3. Le Petit Homme rouge des Tuileries, 2016 (ISBN 978-2-7560-6582-3).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Olivier Bureau, « La BD au secours d'Haïti », Le Parisien,‎
  2. « Dim. D, Mehdi », sur Lambiek,
  3. Dim. D, Jean-Luc Istin et Rédaction, « Interview - Dim. D - Jean-Luc Istin », sur sceneario,
  4. O.Bu., « « La BD peut amener les enfants à la lecture » », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  5. Olivier Wurlod, « Le Seigneur d’Ombre – T4 : Une Nouvelle Ère – Par Istin & Dim D. – Soleil », sur Actua BD,
  6. Arnaud Gueury, « Le Seigneur d’Ombre T4 (Istin, Dim.D) – Soleil – 12,90€ », sur BD Encre,
  7. Guillaume Clavières, « La Naissance des Dieux », sur Planète BD,
  8. Cécile Jandau, « Paris Maléfices: une BD pour découvrir les mystérieuses légendes parisiennes », L'Express,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]