Diffuseur de presse en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Diffuseur de presse)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diffuseur.

Le métier de diffuseur de presse est soumis en France à une réglementation spécifique. Pour une création d'activité, un agrément est requis ; il s'obtient en soumettant sa demande à une commission spécifique. Pour la reprise d'un magasin, l'agrément doit être donné par le dépositaire grossiste répartiteur local.

Ces magasins doivent être multiproduits (Presse, jeux, tabac, confiserie, papeterie, souvenirs, boissons fraîches et chaudes, ...) pour attirer une clientèle nombreuse et augmenter la marge commerciale.

A Paris en particulier, un segment de réseau appelé kiosque et placé en général sur le trottoir, répond à des conditions d'exploitation très particulières ; leur activité est en général principalement consacrée à la vente de la Presse.

Cette profession est en proie, malgré cette réglementation spécifique contrôlant les entrées, à des difficultés. Une formation professionnelle existe depuis 1987 et permet aux nouveaux professionnels de découvrir les particularités de cette activité.

La réglementation[modifier | modifier le code]

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les élus et les pouvoirs publics français ont eu la volonté de mettre en place un dispositif réglementaire sur la presse, pour défendre la liberté de la presse et garantir une diffusion équitable. Cette volonté a donné lieu à des débats, notamment entre le parti communiste français partisan d'un contrôle par l’État et le MRP, partisan d'un fonctionnement coopératif. Le 2 avril 1947, Robert Bichet (député MRP) déclare à l'Assemblée nationale: «Une des conditions nécessaires de la véritable liberté de la presse est donc la garantie donnée à tous les journaux, à tous les périodiques, d’équitables et justes conditions de transport et de diffusion.»[1]. La loi dite Bichet apporte donc aux Editeurs de Presse une grande liberté de décision quant à l'organisation et au fonctionnement du système de distribution de la Presse.

Concernant la distribution, un rôle central a été donné à l'époque aux Nouvelles Messageries de la Presse Parisienne (société détenue par une coopérative d'éditeurs de magazines et une coopérative d'éditeurs de quotidiens, dénommée aujourd'hui Presstalis).

Concernant les diffuseurs de presse, ces dispositifs réglementaires ont porté en particulier sur les points suivants :

  • Un agrément obligatoire : la personne qui désire créer ou reprendre un point de vente de Presse doit obtenir un mandat d'agent de la vente de la presse ; ce mandat doit être demandé au grossiste répartiteur local avant que n'intervienne la création ou la reprise. Pour une création d'activité, toute demande passe devant une commission qui se réunit tous les mois. Il s'agit de la C.D.R. (Commission du Réseau du Conseil supérieur des Messageries de Presse, organisme chargé de veiller à la bonne application de la loi Bichet). Après étude, cette commission décide si la création peut être acceptée. Pour une mutation cette fonction est assurée par la dépositaire grossiste répartiteur local.
  • Un devoir de neutralité : le diffuseur de Presse est tenu de mettre en vente tous les titres qu'il reçoit et de ne favoriser ou de ne pénaliser aucun titres.
  • Des obligations de diffusion et de suivi des ventes : le diffuseur ne passe aucune commande de marchandise ; il doit accepter le nombre d'exemplaires décidé par les éditeurs ; Les dépositaires locaux proposent aux Editeurs des modifications de quantités sur la base des statistiques de vente ; ces derniers sont libres de les accepter ou de les refuser. Les Diffuseurs informatisés remontent chaque soir les ventes du jour afin que les Editeurs connaissent notamment la vitesse de vente de leur parutions jour par jour.
  • La Presse présente dans un magasin n'appartient jamais au Diffuseur mais aux Editeurs concernés ; ainsi la Presse n’apparaît pas au bilan dans les comptes de "stock marchandises" mais dans un "compte de tiers" souvent appelé "consigne Presse". De même, les ventes de Presse constituent des recettes du magasin alors que le chiffre d'affaires Presse n'est constitué que des seules commissions perçues sur ventes de Presse.
  • Le taux de tva sur la Presse est fixé à 2,1% ; chaque client peut donc dans un but comptable demander au Diffuseur de Presse une facture faisant apparaître cette tva dans le but principalement de la récupérer. Le Diffuseur quant à lui est commissionné sur le prix de vente ttc. Son inscription au Conseil Supérieur des Messageries de Presse lui permet de ne pas reverser de tva sur son activité Presse.

Base de rémunération du diffuseur de Presse[modifier | modifier le code]

  • Depuis le 01/01/2015 le système de rémunération des Diffuseurs de Presse a été modifié.
  • 13 % sur le montant des ventes pour les publications périodiques (magazines), 14 % pour les quotidiens pour les Diffuseurs de base.
  • Pour les Diffuseurs dits spécialistes Presse (selon critères spécifiques), 15% sur l'ensemble des titres Presse au minimum ; des majorations conditionnelles permettent d’accroître ces taux de commission.
  • 23% pour les kiosquiers sur les Quotidiens et les magazines.

Autres taux de rémunération sur des produits hors-Presse : . Assimilés Librairie : 23 % . Para-Papeterie : 28 %

La baisse des volumes vendus doit conduire chaque Diffuseur de Presse à perfectionner le merchandising de son linéaire afin que le classement et la présentation favorisent la vente de l'ensemble des produits Presse.

Le réseau de Diffuseurs connait une baisse régulière depuis plusieurs années. Fin 2012 le réseau comptait 27 497 Diffuseurs (dont 586 kiosques) ; Il est dénombré fin 2016 24 134 Diffuseurs (dont 555 kiosques).

Ventes complémentaires diverses[modifier | modifier le code]

Les diffuseurs de presse, pour la plupart, commercialisent plusieurs familles de produits complémentaires. Parmi les les plus courants on peut citer traditionnellement: la librairie, la papeterie, la carterie, la confiserie, les jeux (Française des Jeux et du P.M.U.), les titres de transport, le fax, la photocopie, le développement des photos, la délivrance des colis des Sociétés de vente par correspondance (exemple Relais colis). Le diffuseur apporte à sa clientèle un service de proximité (proximité de son domicile, de son lieu de travail, du son lieu de loisirs, de son lieu de consommation). Les choix de complémentarités sont notamment fonction des potentialités de la zone de chalandise, de la place disponible dans la surface de vente et des moyens en personnel.

La diffusion de la presse se fait aussi par des commerces autres, non spécialisés en presse, qui s'adjoignent cette activité complémentaire (grandes surfaces, boulangeries, ...).

Modernisation des poins de vente[modifier | modifier le code]

En juillet 2004, une aide des pouvoirs publics de 3,5 millions d'Euros sur 2005 a été annoncée par le premier ministre[2]. Cette aide concerne la modernisation et l'informatisation des points de vente. Le montant de cette subvention s'est élevé jusque 10 millions en 2011, puis est revenu à 4 millions en 2014[3]. Un dispositif spécifique a également été mis en place pour l'informatisation des kiosques[4].

Difficultés de la profession et aménagements[modifier | modifier le code]

Le nombre de points de vente spécialisés sur la diffusion de la presse est en régression, ainsi que leur chiffre d'affaires. Ils sont en concurrence avec d'autres diffuseurs pour lesquels la presse n'est qu'un complément de revenus. Cette diminution des diffuseurs spécialisés sur la presse est à mettre en regard de la baisse de la vente de journaux au numéro : une baisse de 25 % prévue entre 2011 et 2015, selon le Conseil Supérieur des Messageries de Presse. Ils sont également en concurrence avec le rayon presse des grandes surfaces, et, de plus en plus, avec les kiosques numériques permettant de recevoir son journal sur sa tablette[3].

À ceci s'ajoutent d'autres difficultés. Les conditions de travail sont pénibles en terme d’horaires : ouverture matinale, et fermeture souvent tardive pour un revenu limité. Le nombre de titres varie entre 300 et 3000 selon le potentiel commercial du point de vente.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Salles, « Le quatrième " Observatoire de l'écrit " La diffusion de la presse a diminué de 0,9 % en 1993 », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Gilles Feyel (dir.), La Distribution et la diffusion de la presse, du XVIIIe siècle au IIIe Millénaire, colloque organisé par l'Institut français de presse, Université Panthéon-Assas, .
  • Rédaction Le Monde, « Des aides de l'Etat pour la modernisation », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Frédérique Roussel, « La presse va un peu moins Bichet », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Isabelle Hanne, « Les kiosquiers chaos debout », Libération,‎ (lire en ligne).
  • F. SC., « Une profession en proie à de multiples difficultés », Les Échos,‎ (lire en ligne).

Sources sur le web[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

http://www.unionpresse.fr : le site internet des diffuseurs de presse.