Dieu est né en exil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dieu est né en exil
Auteur Vintila Horia
Genre roman
Pays d'origine Drapeau de la France France
Éditeur éditions Fayard
Date de parution 1960
Nombre de pages 317

Dieu est né en exil, qui a pour sous-titre Journal d'Ovide à Tomes, est un roman de Vintila Horia paru en 1960 aux éditions Fayard. L'ouvrage s'est vu attribuer le Prix Goncourt la même année, mais le prix n'est pas décerné en raison du passé de militant fasciste de l'auteur. Ce livre suscita notamment des critiques de la part de Jean-Paul Sartre.

Prix Goncourt[modifier | modifier le code]

L'ouvrage s'est vu attribuer le Prix Goncourt 1960, mais, à la suite de la révélation par L'Humanité et Les Lettres françaises du passé de militant fasciste de l'auteur, l'Académie Goncourt décida de ne pas le lui décerner[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Le narrateur est un personnage historique, Ovide, dont l'auteur écrit les pseudo-mémoires. Il couvre les huit dernières années de sa vie, vécues à Tomis, ancienne colonie romaine au pays des Gètes. Le roman adopte la forme d’un journal intime, divisé en huit chapitres (chacun d'eux correspondant à un an d’exil) qui révèlent les étapes d’une « maturation » progressive, à savoir, une conversion. L’univers du roman s’articule autour d’un axe primordial dont les deux pôles sont la société de Rome d'une part, le monde des Daces d'autre part. Cette dichotomie est génératrice d’une riche gamme de métaphores, mais peut-être son attribut le plus important est la manière dont les deux mondes se construisent, et leur importance en tant que « chronotopes » dans l’économie du récit. Le périple spirituel d’Ovide se dénoue entre les deux univers-symboles, dont les caractères antagonistes s’entretissent au cours d’un chiasme pour resurgir à la fin de la narration radicalement métamorphosés.

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 1960 prix attribué à Vintila Horia et non décerné à cause du passé politique de l'auteur, inopinément révélé  », in Le Palmarès, site de l'académie Goncourt