Diennes-Aubigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diennes-Aubigny
Image illustrative de l'article Diennes-Aubigny
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Nevers
Canton Guérigny
Intercommunalité Communauté de communes Amognes Cœur du Nivernais
Maire
Mandat
Jean-Pierre Carré
2014-2020
Code postal 58340
Code commune 58097
Démographie
Population
municipale
96 hab. (2014)
Densité 2,6 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 55′ 16″ nord, 3° 34′ 58″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 287 m
Superficie 36,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Diennes-Aubigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Diennes-Aubigny

Diennes-Aubigny est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Ville-Langy Fertrève Montigny-sur-Canne Rose des vents
N Saint-Gratien-Savigny
O    Diennes-Aubigny    E
S
Thianges Champvert, Verneuil Cercy-la-Tour

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du dérivé *devinna, du gaulois dēuo-, devo-, un mot de la famille indo-européenne désignant le « dieu » (*deiwo ) à rapprocher des deivos ou deus latin, du sanskrit deváh, du breton doue, du gallois duw, du vieil-irlandais dia, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1694 : Un habitant de Diennes est condamné à être pendu à Nevers pour vols avec effraction aux dépens du curé de Saint-Cy-Fertrève[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Pierre Carré DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 96 habitants, en diminution de -13,51 % par rapport à 2009 (Nièvre : -3,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
531 293 343 269 321 344 340 321 264
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
300 304 470 433 471 440 453 464 449
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
455 430 393 342 325 323 287 268 239
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
229 210 164 136 128 106 108 111 96
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Religieux 

Elle présente l'une des plus belles charpentes de la région et a la particularité d'avoir un chevet plat et non arrondi. À la suite de sondages récents, des chantiers de bénévoles sont mis en œuvre par les associations « Pérennité de l'église » et « Rempart ». Ils permettent la remise en état des chapelles latérales dédiées à la Vierge Marie et à saint Pierre, ainsi que la restauration d'un immense saint Christophe et la mise en évidence de la bichromie en ocres rouge et jaune autour des baies hautes, qui date du XIXe siècle. Un tailleur de pierre est également intervenu pour reconstituer les chapiteaux, à l'entrée du chœur. Ouverte tous les jours[6].

Civils 

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Henri de Flamare, département de la Nièvre, 1891.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Dépliant touristique du diocèse de Nevers, Visitez les églises de la Nièvre, Pastorale Tourisme & Loisirs

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :