Diego Rivera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rivera.
Diego Rivera
Diego Rivera 1932 b.jpg

Diego Rivera le 19 mars 1932.

Naissance
Décès
Nom de naissance
Diego María de la Concepción Juan Nepomuceno Estanislao de la Rivera y Barrientos Acosta y Rodríguez +
Nationalité
Activité
Formation
Mouvement
Distinction
Œuvres réputées

Diego Rivera, né le à Guanajuato (Mexique) et mort le à San Ángel (en) (un quartier aisé de Mexico), est un peintre mexicain. Bien qu'il ait tout au long de sa vie pratiqué la peinture de chevalet, Rivera est mondialement connu pour ses peintures murales, réalisées au Mexique, principalement à Mexico, et aux États-Unis. Ses peintures murales sont indissociables de ses convictions politiques de gauche et de sa fascination pour le passé préhispanique du Mexique. Une grande partie de son œuvre est également marquée par sa relation tumultueuse avec Frida Kahlo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

En 1886, Diego María et son frère jumeau Carlos María Rivera naissent à Guanajuato. Carlos María décède en 1888 à l'âge d'un an et demi. En 1893, la famille de Diego Rivera déménage à Mexico.

Il entre en 1896 à l'École nationale des beaux-arts de San Carlos, contre l'avis de son père qui lui aurait préféré une école militaire. En 1905 il sort diplômé de San Carlos.

Période européenne[modifier | modifier le code]

Rivera reçoit une bourse de Teodoro A. Dehesa Méndez (es), alors gouverneur de l'État de Veracruz et l'un des piliers du gouvernement de Porfirio Díaz, ce qui lui permet d'étudier en Europe, d'abord à Madrid, en 1907. En mars 1909 il achève ses études et déménage à Paris, puis quelques semaines après il fait un tour de l'Europe du Nord, visite Bruges et les Pays-Bas ainsi que Londres. Lors d'un voyage à Bruxelles en 1909 avec María Blanchard, il rencontre la peintre russe Angelina Beloff, avec laquelle il visite la Bretagne et qui sera sa compagne pendant douze ans[1]. En 1910, il commence à étudier chez le peintre impressioniste Octave Guillonnet.

Il retourne brièvement au Mexique en 1910 pour assister aux festivités du centenaire du début de la guerre d'indépendance. Le , jour du début de la Révolution mexicaine, Carmelita Díaz, épouse du président Díaz, inaugure une exposition d'œuvres de Diego Rivera dans son ancienne école de San Carlos. Elle lui achète six tableaux destinés à sa collection personnelle ; l'État mexicain en acquiert sept[2]. La révolte s'étend dans le pays, et après la prise de Ciudad Juárez par les troupes de Francisco Madero le président Diaz part en exil en mai 1911, espérant ainsi éviter une guerre civile au pays. Rivera, ayant gagné suffisamment d'argent grâce à la vente de ses tableaux, a quitté le pays pour Paris en avril 1911.

Le gouvernement madériste renouvelle sa bourse en 1911, ce qui lui permet de passer l'été et l'hiver 1912 en Espagne. Accompagné d'Angelina Beloff, il voyage en Catalogne, visite Madrid et Tolède, où il s'intéresse aux œuvres du Greco. Dans une toile de 1912, Vue de Tolède, il peint la ville sous le même angle que Le Greco dans le tableau du même nom[3].

Modigliani, Diego Rivera, 1914, huile sur toile.

En 1913, le régime de Madero est renversé par Victoriano Huerta. Dès 1914 Rivera s'installe à Montparnasse, où il se lie d'amitié avec Modigliani, qui fait son portrait. Mais le gouvernement mexicain en pleine guerre civile ne lui verse plus sa bourse : il doit partir à Majorque, puis passe l'hiver à Madrid.

Appauvri et quasiment sans ressources il regagne Paris, toujours en compagnie d'Angelina Beloff, qui lui donne en août 1916 un fils, Miguel Ángel (il mourra à quatorze mois).

Rivera entame une liaison avec l'artiste russe Marie Vorobieff (Marevna), qui durera six ans. Il a aussi plusieurs autres enfants de maîtresses avec lesquelles il entretient de brèves relations. Il n'assume toutefois jamais ses paternités. Ses œuvres sont exposées à la Modern Gallery de New York avec celles de Picasso, Van Gogh et Cézanne.

Le Mexique connaît alors une des phases les plus violentes de la guerre civile qui oppose les factions révolutionnaires. Appauvri, Rivera doit exécuter des portraits de commande.

En 1919 le gouvernement constitutionaliste de Venustiano Carranza invite Rivera à rentrer au Mexique ; il lui octroie aussi une subvention qui lui permet d'aller étudier des fresques en Italie, mais la violence continue au Mexique ; Emiliano Zapata est assassiné cette même année sur ordre de Carranza, qui le sera lui-même l'année suivante, après avoir été renversé parAlvaro Obregón.

Retour au Mexique[modifier | modifier le code]

Rivera et sa fille Guadalupe

En 1921, une fois la révolution mexicaine terminée, Rivera retourne au Mexique où, par le biais du Sindicato Revolucionario de Trabajadores Técnicos, Pintores y Escultores, dont il est un des fondateurs, il s'intéresse à l'idéologie communiste [4]. Il réalise sa première peinture murale où figurent des sujets ethniques mexicains dans un contexte politique de gauche nationaliste.

En 1922 il épouse Guadalupe Marín, dont il a deux filles, Guadalupe et Ruth. La même année, il devient membre du Partido Communista Mexicano, le parti communiste mexicain.

Rivera peint beaucoup, souvent pour attaquer l'Église et le clergé, sur commande des gouvernements post-révolutionnaires, dont il devient peu à peu un des peintres officiels. Avec des artistes comme José Clemente Orozco, David Alfaro Siqueiros et Rufino Tamayo, il commence à s'essayer aux fresques, sur de grands murs, dans un style simplifié et en employant des couleurs vives en phase avec les thèmes de la révolution de 1910 ou de la guerre civile des années 1911-1920.

Les plus emblématiques de ses fresques commandées par le gouvernement se trouvent au palais national à Mexico, où il peint notamment sa fameuse Épopée du peuple mexicain entre 1929 et 1935,et à l'école nationale d'agriculture à Chapingo. Rivera en peint plusieurs aux États-Unis, qu'il visite au début des années 1930 et aussi en 1940, privilégiant surtout les thèmes industriels. Sa plus célèbre fresque se trouve à l'institut des arts de Détroit.

Entre 1927 et 1930, financé par Dwight Morrow (en), alors ambassadeur des États-Unis au Mexique, il peint dans l'ancien palais Cortés à Cuernavaca, une fresque en plusieurs tableaux nommé Historia de Morelos, Conquista y Revolucíon. Il y dénonce notamment les mauvais traitements et l'exploitation infligés par les hacendados (entrepreneurs) aux péones (travailleurs) employés dans l'industrie sucrière moderne[5].

Diego Rivera et Frida Kahlo sur une photographie de Carl Van Vechten (1932).

Après plusieurs mariages et aventures amoureuses, il est présenté à Frida Kahlo, une militante communiste et peintre jouissant d'une certaine cote. À l'automne 1927, il se rend à Moscou pour la célébration des dix ans de la Révolution d'Octobre. Il en est expulsé l'année suivante pour activités antisoviétiques. De retour à Mexico, il est exclu du parti communiste mexicain (1929).

Il épouse en 1929, à 43 ans, Frida Kahlo, de 21 ans sa cadette. Il divorcera en 1939 pour se remarier avec elle un an plus tard[6].

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

En novembre 1930, Rivera et son épouse partent pour San Francisco. En 1930-1931, il réalise une Allégorie de la Californie pour décorer le Stock Exchange. Il s'attaque ensuite à une fresque appelée La réalisation d'une fresque, destinée à orner la California School of Fine Arts. Il s'y représente sur un échafaudage, le dos tourné aux spectateurs.

En juin 1931, il retourne brièvement au Mexique, pour y terminer la fresque du Palais National. Il rencontre Sergueï Eisenstein qu'il aide à connaître le Mexique pour la préparation du film Que Viva Mexico !.

Les dirigeants du Detroit Institute of Arts, subjugués par son style, lui confient ensuite la réalsation de fresques pour la Garden Court du bâtiment. Rivera et son épouse vont s'installer à Detroit, où il se met au travail en juillet 1932. Au lieu des deux murs initialement prévus, le peintre accepte d'en réaliser quatre pour le même prix. Cette série comportant vingt-sept panneaux, intitulée L'industrie de Detroit est inspirée des usines Ford et en particulier de la fabrication de la Ford modèle V-8. La réalisation de cet ouvrage permet à Rivera de découvrir un monde industriel qui l'impressionne et le séduit, mais également ses aspects sociaux déplaisants.

Alors qu'il travaille encore à Detroit, Nelson Rockefeller et John D. Rockefeller lui proposent de décorer la réception de la Radio Corporation of America au Rockfeller Center de New-York. Réalisée en 1933, l'œuvre, intitulée L'homme à la croisée des chemins, le regard tourné vers un avenir meilleur, suscite la polémique. Alors que l'esquisse de la fresque contenait la représentation d'un dirigeant syndical, Rivera peint un portrait de Lénine. Le 9 mai, après des tentatives de conciliation infructueuses, Rivera est licencié et l'oeuvre dissimulée aux yeux du public. En février 1934[7], la fresque est détruite[8],[9]. Après ce scandale médiatique, une commission annule une commande prévue pour la foire internationale de Chicago. Pour sa part, Rivera s'en est souvenu puisque sur ses fresques ultérieures, Rockefeller, devenu sa némésis, est représenté.

Retour définitif au Mexique[modifier | modifier le code]

Maison de Rivera et de son épouse Frida Kahlo à San angel

Après être rentré au Mexique, Rivera s'installe avec sa femme dans une maison de style Bauhaus, qu'il a fait construire dans le quartier de San Angel à Mexico. La maison-atelier est constituée de deux cubes distincts l'un de l'autre reliés par une passerelle : le plus petit, peint en bleu, est occupé par Frida Kahlo, l'autre, peint en rose, où est aménagé le vaste atelier de Rivera.

En 1934, il entame une liaison avec Cristina, la sœur de sa femme. Cette dernière en souffre épouvantablement et déménage. En 1935, elle pardonne à sa sœur et écrit une lettre de réconciliation à Rivera.

Rivera et Trotski (au centre)

Ayant rejoint la section mexicaine de la IVe Internationale[10] en 1936, Rivera sympathise avec l'exilé soviétique Léon Trotski, qui habite dans la maison natale de son épouse Frida Kahlo à partir de janvier 1937. Mais ils ont un différend car Frida a une brève liaison avec Trotski qui doit alors quitter le domicile de Rivera en 1939[11]. Le 24 mai 1940, une tentative d'assassinat contre Trotski échoue. En raison de son différend avec lui, Rivera est soupçonné et quitte le pays En Californie, il réalise une fresque de dix panneaux, intitulée Unité panaméricaine pour la Golden Gate International Exposition. Lorsque Trotski est assassiné le 21 août 1940, la maison de Rivera est fouillée et sa femme interrogée. Le peintre fait venir Frida aux États-Unis, où ils se remarient le .

L'Anahuacalli

En 1942, Rivera se lance dans la construction d'un bâtiment qu'il appelle l' «Anahuacalli», à Coyoacán dans le sud de Mexico, avec l'ambition d'y réunir sa collection de plusieurs dizaines de milliers de pièces d'objets préhispaniques. Bâti dans un style que le peintre lui-même appelle un mélange d'aztèque, de maya et de Rivera traditionnel, le bâtiment finira par devenir un musée en 1964, après la mort de son concepteur.

Rivera est l'un des membres fondateurs du Colegio Nacional (en) en 1943.

En 1953, il réalise pour un hôpital de Mexico sa dernière fresque, intitulée Le désir du peuple d'être en meilleure santé.

Le , Frida Kahlo meurt d'une pneumonie. Malgré sa promesse de garder à la cérémonie de funérailles un caractère neutre, Rivera fait couvrir le cercueil d'un drapeau rouge orné d'un marteau et d'une faucille. Le peintre, qui avait sollicité plusieurs fois sans succès sa réintégration dans le Parti communiste mexicain, l’obtient deux mois après la cérémonie[12]. La même année, il offre l'« Anahuacalli » et la Casa Azul au peuple mexicain.

En juillet 1955, il épouse une amie, l'éditrice Emma Hurtado. Atteint d'un cancer du pénis, il se rend en Union soviétique pour y suivre un traitement au cobalt[13]. En septembre 1957, il souffre d'un accès de phlébite, qui laisse son bras droit paralysé. Le 24 novembre, il décède d'une crise cardiaque. Son souhait, exprimé en 1954, que ses cendres soient déposées avec celles de Frida dans un caveau de l' « Anahuacalli »[14] n'est pas respecté. Sa dépouille est inhumée au Panteón de Dolores (en) à Mexico.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

De 1913 à 1918, ses peintures sont d'inspiration cubiste (dont Paysage zapatiste - Le Guérillero, 1915). À la suite d'un conflit avec le critique d'art Pierre Reverdy, il rompt avec le cubisme et revient à la figuration. Son voyage en Italie, en 1920 lui fait découvrir les fresques murales qui vont l'inspirer pour son œuvre ultérieure la plus connue, ses immenses peintures murales. Il utilise pour cela les pigments traditionnels utilisés à l'époque pré-hispanique[15]. Les thèmes traités sur commande du gouvernement sont sociaux et historiques, concernant l'histoire officielle récente du Mexique. L'inspiration est également politique avec la représentation du travail ouvrier(L'industrie de Detroit, 1932-1933)[16].

Critiques[modifier | modifier le code]

Rivera a fait l'objet de nombreuses critiques de son vivant, notamment de la part de David Alfaro Siqueiros, qui l'accusa entre autres d'être un opportuniste, un snob, un saboteur du travail collectif et un agent du gouvernement[17].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Frida Kahlo, Diego Rivera : l'art en fusion, Musées d'Orsay et de l'Orangerie et Éditions Hazan (Catalogue de l'exposition au musée de l'Orangerie 8 octobre 2013 - 13 janvier 2014),‎ , 181 p. (ISBN 9782754107181)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (en) Manuel Aguilera-Moreno et Erica Cabrera, Diego Rivera : A Biography, Greenwood,‎
  • Hayden Herrera (trad. Philippe Beaudoin), Frida, biographie de Frida Kahlo, Paris, Librairie générale française, coll. « Le Livre de Poche »,‎ , 730 p. (ISBN 2-2531-4573-4)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Andrea Kettenmann, Diego Rivera, 1886-1957. Un esprit révolutionnaire dans l'art moderne, Taschen,‎
  • J. M. G. Le Clézio, Diego et Frida, Folio, 1995 (ISBN 2-07-038944-8)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Patrick Marnham, Diego Rivera. Le rêveur éveillé, Seuil,‎
  • Elena Poniatowska, Cher Diego, Quiela t’embrasse, 1978
  • Diego Rivera, Écrits sur l'art, sélection et traduction des textes de Catherine Ballestero, Ides et calendes, Neuchâtel (Suisse), 1996.
  • Hans F. Secker, Diego Rivera, Verlag Der Kunst, Dresde, 1957

Divers[modifier | modifier le code]

  • En 2002, le film Frida, de Julie Taymor, avec Salma Hayek et Alfred Molina, retrace, entre autres, les amours tumultueuses du peintre avec Frida Kahlo.
  • Le billet de 500 pesos mexicains en circulation depuis le 30 août 2010 comporte sur son recto une partie d'un autoportrait de Diego Rivera (Autorretrato dedicado a Irene Rich, de 1941) et de son tableau Desnudo con alcatraces (1944), ainsi que, sur son verso, une partie d'un autoportrait de Frida Kahlo de 1940 et du tableau de celle-ci El abrazo de amor del Universo, la Tierra (México), yo, Diego y el Señor Xólotl (1949)[18],[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Diego Rivera foundation. Biography
  2. Aguilera-Moreno et Cabrera 2011, p. 20
  3. Kettenmann 2006, p. 14
  4. Kettenmann 2006, p. 24
  5. [1]
  6. Philippon C, Frida Kahlo, l'art pour autobiographie, L'objet d'art, hors série n° 71, octobre 2013, p 24-33
  7. Kettenmann 2006, p. 52
  8. (en) Bernice Kert et Abby Aldrich Rockefeller, The Woman in the Family, New York, Random House,‎ , p. 352–65.
  9. (en) Cary Reich, The Life of Nelson A. Rockefeller: Worlds to Conquer, 1908–1958, New York, Doubleday,‎ , p. 105–11.
  10. « Diego Rivera », FR, Evene.
  11. (en) « Biography », Diego Rivera
  12. Marnham 2000, p. 349
  13. Aguilera-Moreno et Cabrera 2011, p. 110
  14. Marnham 2000, p. 351
  15. Vial MP, Avnazi B, Un couple et deux peintres aux cimaises de l'orangerie, L'objet d'art, hors série n° 71, octobre 2013, p 2-9
  16. Aguilar A, Diego Rivera, l'art entre esthétique et politique, L'objet d'art, hors série n° 71, octobre 2013, p 42-48
  17. [2]
  18. AFP, « Frida Kahlo et Diego Rivera sur un billet de banque mexicain », sur La Depeche, FR,‎ (consulté le 2 février 2011)
  19. (es) Banco de México, Billete de 500 pesos (tipo F).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]