Diego Cavaniglia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Don Diego Cavaniglia, né à Naples en 1453 et mort à Copertino en 1481, comte de Montella et de Troia, est un membre de la noblesse italienne qui fut un valeureux condottiere.

Il meurt à à l'âge de vingt-huit ans à la bataille d'Otrante et il est enterré à l'église conventuelle du couvent San Francesco a Folloni de Montella. On a retrouvé son squelette le 1er mars 2004 qui conservait des fragments de sa tenue funèbre, et surtout sa chasuble complète, dite giornea (de jour), qui représente aujourd'hui l'unique exemplaire original jamais retrouvé de ce type de vêtement en usage en Italie pendant le XIVe siècle et le XVe siècle[1].

Notice biographique[modifier | modifier le code]

Diego Cavaniglia est le fils de Garzia Cavaniglia (vers 1395 - 1453[2]), noble lié à la Maison d'Espagne à la suite d'Alphonse V d'Aragon et descendant des Cabanillas de Valence, comte de Troia et baron de Montecorvino. Sa mère était la comtesse Giulia Caracciolo de la branche des Melfi (1420 - 1487), et nièce de Sergianni Caracciolo, grand sénéchal du royaume de Naples.

Diego Cavaniglia est élevé à la cour de la Maison d'Aragon et devient très proche du roi Ferdinand Ier (dit le roi Ferrante). Ce dernier lui donne en 1477 le comté de Montella[3], autrefois en possession de son père Garzia.

Il était proche également de la fille du roi, la princesse Éléonore d'Aragon[4], devenue en 1473 duchesse de Ferrare. Diego Cavaniglia épouse Marguerite Orsini des ducs de Gravina (1460 - 1521). Ils s'installent au palais de Montella, aujourd'hui disparu.

De ce mariage sont issus deux fils. l'aîné Troiano (1479 - 1528) hérite des titres de comte de Montella et comte de Troia[5] et devient conseiller du roi et mécène. Il accueillait dans son palais de Montella les académiciens pontaniens parmi lesquels Giovanni Cotta et Jacopo Sannazzaro, qui lui dédièrent deux églogues. Le cadet, Nicolina (1480 -1546), demeura célibataire et vécut entre la cour de Montella et celle de Naples.

Au début de l'été 1481, le comte Diego partit de Montella avec ses hommes à la suite du roi Ferrante en direction d'Otrante assiégée par les Turcs. Vers le début du mois de septembre, il est frappé d'une flèche au genou. il meurt quelques jours plus tard au château des princes Castriota de Copertino chez qui il se faisait soigner.

Sa dépouille fut ramenée à Montella et inhumée en l'église du couvent San Francesco a Folloni. Elle fut ensuite transférée dans un sarcophage réalisé par Jacopo della Pila, selon la volonté de sa veuve[6]. La jeune comtesse fut cependant contrainte par sa famille de se remarier; mais à sa mort elle demanda à être enterrée auprès de son premier mari, au pied du sarcophage (la pierre tombale de la comtesse Marguerite fut ensuite déplacée pendant des travaux menés au XVIIIe siècle et installée dans l'aile droite du transept où elle se trouve toujours). C'est pourquoi le sarcophage avec ses éléments sculptés d'une grande délicatesse est appelé le monument des amoureux[7].

Redécouverte de la dépouille[modifier | modifier le code]

Grâce aux recherches menées en 2004 du Père Agnello Stoia o.f.m., gardien du couvent, l'on prend connaissance du fait qu'en 1980, au cours des travaux de consolidation survenus après le tremblement de terre de l'Irpinia, certains ouvriers avait découvert un squelette sous le sarcophage. Ils l'avaient enveloppé de plastique, puis placé dans une cavité du mur opposé au monument et l'avait murée. Les restes du condottiere encore revêtu de fragments vestimentaires et de sa chasuble au complet sont donc redécouverts plus tard au même endroit où les ouvriers les avaient placés. La nouvelle rencontre une grande résonance localement et suscite l'intérêt des historiens de plusieurs pays. La restauration et la description des vêtements est confiée à Lucia Portoghesi qui s'occupe de la giornea et du pourpoint du XVe siècle[8].

L'étude du squelette, quant à elle, est confiée à la division de paléopathologie de l'université de Pise. L'analyse des os, sous la direction Gino Fornaciari, meilleur expert de paléopathologie en Italie et connu pour avoir examiné les dépouilles de saint Antoine de Padoue et de Pétrarque, confirme (avec également l'aide d'analyse ADN d'autres membres de la cour d'Aragon) qu'il s'agit bien d'un jeune homme de 25-30 ans mesurant 1m75 et appartenant à cette famille, ce qui permet d'affirmer qu'il s'agit bien, en croisant d'autres données, du comte Cavaniglia[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Convento e Museo di San Francesco a Folloni - Architettura - Montella - Avellino - InCampania
  2. (it) Garzia Ier, in Dizionario biografico Treccani.
  3. Acte officiel de nomination, le 13 septembre 1477, selon (it) Salvatore Moscariello, Diego Cavaniglia - Tra storia e leggenda.
  4. (it) Eleonora d'Aragona Duchessa di Ferrara in Dizionario Biografico – Treccani
  5. (it) Troiano I sul Dizionario biografico Treccani.
  6. (it) Salvatore Moscariello, Diego I Cavaniglia - Tra storia e legenda, Montella, 1995
  7. (it) Il monumento degli innammorati
  8. (it)::::: Diego Cavaniglia - l'uomo, il tempo, il territorio :::::
  9. (it) Università di Pisa - Anagrafe della Ricerca

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Salvatore Moscariello, Diego I Cavaniglia - Tra storia e legenda, Montella, 1995

Source de la traduction[modifier | modifier le code]