Didon se sacrifiant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Didon se sacrifiant est une tragédie en cinq actes d'Étienne Jodelle, écrite vers 1555, peut-être représentée, et éditée dans Les Œuvres et meslanges poetiques d’Estienne Jodelle Sieur du Lymodin (1574).

Résumé[modifier | modifier le code]

  • Acte I. Les compagnons d'Énée évoquent leur départ imminent de Carthage. Didon en sera désespérée.
  • Acte II. Didon et sa sœur Anne mettent en avant l'injustice des dieux et la fourberie d'Énée. Énée ne se laisse pas fléchir.
  • Acte III. Didon adresse une prière à Vénus. Anne ne parvient pas à retenir Énée.
  • Acte IV. Anne raconte ses songes et Didon déclare qu'elle va user de magie.
  • Acte V. Didon maudit Enée et va rejoindre son défunt époux, Sichée. Sa mort est racontée par la nourrice, Barcé.

Jugements[modifier | modifier le code]

  • « La pièce se ressent de l'influence de Ronsard par l'abus de la mythologie, elle comporte de belles scènes »[source insuffisante] (René Jasinski, Histoire de la littérature française, Boivin et compagnie, 1947, tome I, page ??)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions[modifier | modifier le code]

  • D. Stone jr, Four Renaissance tragedies, Harvard, U.P., 1966.
  • E. Balmas(éd.), Didon se sacrifiant, Paris, Gallimard, 1968.
  • M. Miotti (éd.), « Didon se sacrifiant », La tragédie à l'époque d'Henri II et Charles IX (1573-1575), Florence-Paris, Olschki-PUF, 1993, p. 341-430.
  • J.-C. Ternaux (éd.), Didon se sacrifiant, Paris, Champion, Textes de la Renaissance, 2002.

Critiques[modifier | modifier le code]

  • René Godenne, Étienne Jodelle, traducteur de Virgile, Bibliothèque d'Humanisme et de Renaissance, t. XXXI, 1969, p. 195-204.
  • Gillian Jondorf, « Doctrine and Image in Jodelle’s Didon se sacrifiant », French Studies 32/3, 1978, p. 257-274.
  • Heather Ingman, Machiavelli in sixteenth-century French fiction, New-York, Bern, Paris, P. Lang 1988. X, 257 p. (American university studies, III, 10), p. 211-227 : « A French Machiavel, Jodelle ».
  • Ruggero Campagnoli, « Il sentimento del tragico nella Didon se sacrifiant di Estienne Jodelle », Studi di letteratura francese, XVIII, 1990, Firenze, Olschki, p. 17-31.
  • Stephen Michael Martin, The development of the female dramatic character in Jodelle and Garnier, Boston College, 1981(Ph. D).*
  • Madeleine Lazard, « Didon et Enée au XVIe siècle : La Didon se sacrifiant d'E. Jodelle », Didon et Enée, R. Martin, Paris, CNRS, 1990, p. 89-96.
  • Michèle Ducos, « Passion et politique dans les tragédies de Didon », dans Énée et Didon. Naissance, fonctionnement et survie d’un couple mythique, R. Martin, Paris, C. N. R. S., 1990, p. 97-106.
  • Christian Delmas, Didon à la scène, Littératures classiques, Toulouse, 1992
  • Jean-Claude Ternaux, « De Virgile à Jodelle », L'épopée et ses modèles, dir. F. Greiner et J.-C. Ternaux, Paris, Champion, 2002.
  • John Nassichuk, « Ascagne, Palinure et les signes du merveilleux dans Didon se sacrifiant », Une étrange constance. Les motifs merveilleux dans les littératures d'expression française du Moyen Âge à nos jours, dir. F. Gingras, Laval, Presses universitaires, 2006.
  • Bruno Méniel, « Virgile, Jodelle, Ronsard. Colères de femmes abandonnées », La poésie de la Pléiade, Paris, Classiques Garnier, 2009.
  • Nina Hugot, « Le jeu des genres: note sur le genre des rimes dans les tragédies d'Etienne Jodelle », Bibliothèque d'Humanisme et de Renaissance, tome 74, 2012, p. 135-144.