Didier Le Bret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Didier Le Bret
Image dans Infobox.
Didier Le Bret en 2015.
Fonctions
Coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme
-
Ambassadeur de France en Haïti
-
Christian Connan (d)
Patrick Nicoloso (d)
Biographie
Naissance
(58 ans)
Paris, 18e
Nationalité
Activité
Conjoint
Autres informations
Site web
Distinctions

Didier Le Bret, né le dans le 18e arrondissement de Paris[3], est un diplomate français. Coordonnateur national du renseignement français entre [4] et août 2016[5], il était précédemment directeur du Centre de crise et de soutien du ministère des Affaires étrangères[6] et ambassadeur de France en république d’Haïti[7].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né d'un père architecte et d'une mère employée de banque[3], Didier Le Bret est titulaire d’une maîtrise de lettres classiques, du diplôme de l’Institut d'études politiques de Lyon et d’un diplôme d’études approfondies (langue, littérature et civilisations françaises)[8] de l'université Lumière-Lyon-II.

Au cours de sa carrière, il a exercé successivement les fonctions de premier secrétaire à Moscou, puis à Vilnius, de premier conseiller à la Mission permanente de la France auprès des Nations Unies à New York et de chef de mission de coopération à Dakar. Il a également occupé les fonctions de directeur adjoint au cabinet du secrétaire d’État chargé de la Coopération et de la Francophonie.

En 2013, il occupe les fonctions de directeur du Centre de crise et de soutien du ministère français des Affaires étrangères[9], institution qui coordonne l’action du gouvernement en réponse aux crises internationales impliquant des ressortissants français ou appelant une réponse humanitaire[10],[11],[12],[13],[14],[15].

Didier Le Bret est ministre plénipotentiaire depuis le mois de [16]. Le , il est nommé ambassadeur à la gestion des crises à l'étranger[6].

Lors du Conseil des ministres du , il est nommé coordonnateur national du renseignement (intérieur, extérieur, militaire, douane et anti-fraude financière)[8].

Didier Le Bret a été auditeur de la 61e session de l'Institut des hautes études de Défense nationale (IHEDN).

Le , L'Opinion révèle son lancement en politique, Didier le Bret doit quitter l'Élysée en pour se présenter aux législatives dans la 9e circonscription des Français de l’étranger[17] sous l'étiquette du PS[1].

Il est chargé du projet Affaires étrangères dans la campagne de Vincent Peillon pour la primaire citoyenne de 2017[18].

Il est ensuite candidat aux élections législatives dans la neuvième circonscription des Français établis hors de France où il termine en quatrième position avec 11,79%.

Après sa carrière diplomatique, Didier Le Bret se reconvertit dans l'« intelligence économique », au service d'ESL & Network, une entreprise qui compte parmi ses clients des dictatures militaires comme le Cameroun : le fait qu'un ancien diplomate, qui « a eu accès à des informations "confidentiel-défense" » monnaye à présent son expérience et son carnet d'adresse pour des entreprises et États étrangers a suscité des réactions indignées dans les médias[19].

À côté de sa carrière professionnelle, Didier Le Bret s’engage dans la vie associative et l'action citoyenne. Il est à l’initiative de la création de l’association Rendez les doléances qui demande au gouvernement de rendre public et en ligne les cahiers citoyens du Grand débat national, aux côtés de personnalités du monde associatif et politique dont Thomas Ribémont, ancien président d’Action contre la faim et Dorian Dreuil[20],[21],[22][réf. nécessaire].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est père de trois enfants[3]. Le , Didier Le Bret et Mazarine Pingeot, fille de François Mitterrand apparaissent ensemble publiquement lors du salon « La Forêt des livres » à Chanceaux-près-Loches (Indre-et-Loire)[8]. Ils se marient à Paris en juillet 2017, en présence de François Hollande et Julie Gayet[23].

Didier Le Bret se serait vu proposer, à une date non précisée après sa nomination au poste de coordonnateur national du renseignement, de loger dans les bâtiments de l'Alma, au 11, quai Branly, avec sa compagne Mazarine Pingeot et sa famille, dans l'appartement même où Anne Pingeot et sa fille avaient elles-mêmes logé, pendant la présidence de François Mitterrand. Il aurait décliné cette proposition, à la suite d'un refus catégorique de sa compagne de revenir habiter dans l'immeuble[24].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b «  Didier Le Bret, coordonnateur national du renseignement, candidat aux législatives de 2017 », sur L'Express, .
  2. Caroline Michel, «  Le compagnon de Mazarine, nouvel homme clé du renseignement », sur L'Obs, .
  3. a b et c Pierre Alonso, « Didier Le Bret, sortir des ombres » sur Libération, 21 décembre 2016
  4. « Conseil des ministres le 3 juin 2015 », sur elysee.fr, .
  5. « Le préfet Yann Jounot nommé monsieur renseignement », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a et b « Décret du 29 avril 2015 portant nomination d'un ambassadeur à la gestion des crises à l'étranger », sur legifrance.gouv.fr, .
  7. a b c d e f g h et i « M. Didier Le Bret, nouvel ambassadeur de France en Haïti », sur ambafrance-ht.org, .
  8. a b et c Caroline Michel, « Le compagnon de Mazarine, nouvel homme clé du renseignement », tempsreel.nouvelobs.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Fonctionnement du Centre de crise et de soutien, ministère des Affaires étrangères et du Développement international.
  10. « Didier Le Bret, l'homme des crises », L'Express, .
  11. Didier Le Bret, l'homme des zones rouges, Jeune Afrique, .
  12. Rencontre avec Didier Le Bret, directeur du Centre de crise, Le Petit Journal, .
  13. Le fil d'Ariane, nouvel outil pour pister les touristes en zone de crise, AFP, .
  14. Depuis les attentats, le Quai d'Orsay au chevet des victimes, Le Figaro, .
  15. « Ambassadeur "tuteur" », Carnet diplomatique, ministère des Affaires étrangères et du Développement international, .
  16. Voir sur legifrance.gouv.fr.
  17. Voir sur lopinion.fr.
  18. « Primaire à gauche. Peillon détaille son organigramme de campagne », ouest-france.fr, 23 décembre 2016.
  19. Odile Benyahia-Kouider, « D'anciennes gloires des Affaires étrangères ne sont pas étrangères aux affaires », Le Canard Enchaîné, no 5179,‎ .
  20. « « Le gouvernement doit rendre disponibles, en ligne, l’ensemble des “cahiers citoyens” en open source » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. « Grand débat : à la recherche des doléances perdues », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. « Les «cahiers de doléances», ces grands oubliés du Grand débat », sur L'Opinion, (consulté le )
  23. « François Hollande s'affiche avec Julie Gayet au mariage de Mazarine Pingeot », L'Express,‎ (lire en ligne).
  24. Guyonne de Montjou, « Le 11 quai Branly », Le Figaro Magazine, nos 23004-23005,‎ , p. 32. Article publié en annexe d'un dossier signé Charles Jaigu et Vincent Nouzille, titré « Les hommes de main des présidents ».
  25. « Décret du 31 décembre 2010 ».
  26. Décret du 29 septembre 2009 portant nomination d'un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès de la République d'Haïti - M. Le Bret (Didier).
  27. Didier Le Bret, un diplomate à la coordination du renseignement
  28. Didier Le Bret, du centre de crise du Quai d'Orsay au renseignement à l'Élysée
  29. « Didier Le Bret nommé coordinateur du renseignement »
  30. « Didier Le Bret nommé à la tête de la coordination des services de renseignement »

Liens externes[modifier | modifier le code]