Didier François

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rocky.
Didier François
image illustrative de l’article Didier François

Naissance (58 ans)
Nationalité Française
Profession Journaliste
Spécialité correspondant de guerre
Récompenses Grand prix de l'Association de la presse internationale
Médias
Pays Drapeau de la France France
Presse écrite Le Matin de Paris, Libération
Radio Europe 1

Didier François (dit « Rocky ») est un journaliste français. Reporter de guerre depuis septembre 1985, il a couvert la plupart des conflits en Afrique, dans le Caucase, dans les Balkans, au Proche et Moyen-Orient pour le quotidien Libération et pour la radio Europe 1. Il a été militant politique et syndicaliste durant ses études.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Après une scolarité passée pour l'essentielle en Afrique[1], il étudie la Philosophie et l'Histoire puis la Géopolitique et les Affaires stratégiques à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est lauréat du Memorial Fellowship du German Marshall Fund of the United States et auditeur de la 62e session nationale de l'Institut des hautes études de Défense nationale[2].

Engagement[modifier | modifier le code]

Actif au sein de la Ligue communiste révolutionnaire dans les années 1970[3], puis dans le syndicalisme étudiant, au Bureau national de l'UNEF-ID, dans les années 1980. Il est membre fondateur de SOS Racisme[4], en 1984, aux côtés de Julien Dray et de Harlem Désir[5]. On lui attribue la création du slogan de l'organisation, « Touche pas à mon pote » [6].

Carrière journalistique[modifier | modifier le code]

Il commence le journalisme au Matin de Paris le 1er septembre 1985[7]. Il couvre l'actualité internationale et se spécialise dans le traitement des conflits armés[8] en Afrique, en Amérique centrale, au Proche Orient. Lorsque le titre cesse de paraître, il rejoint l'Agence centrale de presse (ACP) comme Grand reporter, suivant notamment la guerre en Afghanistan ou entre l'Iran et l'Irak[9].

En juin 1989, il s'installe comme correspondant en Afrique du Sud, où il couvre la chute de l'apartheid pour Libération[10]. En juillet 1991, il rejoint le bureau parisien du quotidien en tant que reporter de guerre. Envoyé spécial permanent en Union soviétique lors du putsch d'août 1991, puis en Bosnie en juillet 1992, il suivra au jour le jour l'effondrement de l'empire soviétique et l'éclatement des Balkans. Correspondant à Moscou à partir d’octobre 1994, il couvrira la première guerre de Tchétchénie[11]. Puis sera successivement envoyé spécial permanent au Kosovo en 1999[12], à Gaza en 2000[13], en Afghanistan à partir de septembre 2001[14] et en Irak à partir de janvier 2003[15]. Nommé correspondant à Jérusalem à l'été 2005[16], il couvre la guerre au Liban[17] avant d'être blessé par balle à Gaza le 17 décembre 2006[18].

À l'issue de sa convalescence, le 1er avril 2007, Didier François rejoint la radio Europe 1 comme Grand reporter. Il couvre pour la station l'actualité internationale, notamment le printemps arabe, ainsi que les questions de Défense et de terrorisme. Il accompagne notamment les forces françaises en opérations extérieures en Afghanistan[19], au Mali[20] ou en Irak, pour Europe 1 [21] et pour Paris Match[22].

Le 6 juin 2013, il est enlevé par l'organisation État islamique en Irak et au Levant[23] au nord d'Alep, où il enquêtait sur l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien[24]. Il est libéré le 19 avril 2014 en même temps que son camarade de détention, le photographe Édouard Élias[25], et de deux autres collègues français également pris en otage dans la région[26]. Depuis sa libération, Didier François a repris ses activités de Grand reporter à la radio Europe 1[27].

Autres activités[modifier | modifier le code]

  • Membre du jury du prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre[28].
  • Membre du jury du prix littéraire de l'armée de Terre - Erwan Bergot[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journaux de bord, Marine nationale
  2. « Didier François, auditeur de la 62e session nationale », IHEDN
  3. « Leurs années Trotski », LePoint.fr, 14 mai 2015
  4. La main droite de Dieu. Emmanuel Faux, Thomas Legrand, Gilles Perez. Page 30. Édition du Seuil 09-1994
  5. « Le PS affiche les portraits des journalistes otages en Syrie », sur LeFigaro.fr,
  6. « Histoire du badge », Vidéo Ina.fr
  7. « Didier François, un éclat de rire libéré », LeMonde.fr, 20 avril 2014
  8. « Didier François, grand journaliste de guerre français », LePoint.fr, 19 avril 2014
  9. « Pour Didier François », sur LePoint.fr,
  10. « Mandela, fondu déchaîné », Liberation.fr, 11 février 1990
  11. « Nos poitrines contre leurs chars », Liberation.fr, 25 janvier 1995
  12. « Notre envoyé spécial expulsé de Pristina », Liberation.fr, 26 mars 1999
  13. « La révolte des va-nu-pieds », Liberation.fr, 3 novembre 2000
  14. « Au nom d'Allah, et de la Répression du vice », Liberation.fr, 23 novembre 2001
  15. « Les batailles de rues reprennent à Fallouja », Liberation.fr, 23 avril 2004
  16. Tous les articles de Didier FRANÇOIS publiés dans Libération, Liberation.fr
  17. « A Bint Jbeil, Tsahal piétine face à la guérilla », sur Libération.fr,
  18. « Notre envoyé spécial blessé par balle », Liberation.fr, 18 décembre 2006
  19. « Avec les soldats français en Afghanistan », Europe1.fr, 4 janvier 2011
  20. « Avec les paras, dans les Ifoghas », Europe1.fr, 6 mars 2013
  21. « Avec les forces spéciales françaises qui forment les peshmergas », Europe1.fr, 20 octobre 2014
  22. « Avec les Français en Irak », ParisMatch.fr, 23 octobre 2014
  23. « Affaire Nemmouche: C'est irresponsable pour les otages qui restent en Syrie », sur Liberation.fr,
  24. «Aubenas : Didier François est un journaliste de plain-pied», Europe1.fr, 6 août 2013
  25. « Edouard Elias, 23 ans, photographe de guerre et ex-otage », LeMonde.fr, 19 avril 2014
  26. « Un jour de joie pour la France », LeFigaro.fr, 20 avril 2014
  27. « Didier François en Irak », L'Express.fr, 20 octobre 2014
  28. « Bayeux-Calvados - travaux du jury », sur Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre
  29. « Prix littéraire de l'armée de Terre - Erwan Bergot : le jury », sur Armée de Terre

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]