Didier Bilé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Didier Bilé est un chanteur ivoirien, auto-proclamé « le roi du Zouglou »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1969, Didier Bilé obtient le baccalauréat en 1990, en sciences au Lycée de Grand-Bassam, ville historique et une ancienne capitale de la Côte d'Ivoire située à 43 kilomètres à l'est d'Abidjan. Il fait ses études universitaires à l’Université d’Abidjan en 1990 et s’installe sur le campus de Yopougon où les racines d’un nouveau genre musical voit le jour : le Zouglou.

Carrière[modifier | modifier le code]

Très connu pour ses animations lors des diverses manifestations culturelles et sportives, il ne tarde pas à se joindre à l'équipe de choc de Christian Gogoua dit « Go-Christie », un des parrains (entendez par là un fêtard des plus chevronnés) au sein de la cité universitaire. Il se met alors à composer des titres qui dénoncent toujours autant les conditions déplorables dans lesquelles lui et ses congénères (qu'il qualifie avec beaucoup d`humour de « cambodgiens », tant ils sont à l'étroit dans leurs chambres) poursuivent leurs cursus respectifs. Le succès est immédiat et le premier album, autofinancé, s`arrachera à plus de 90 000 exemplaires dans tout le pays. Des tournées se mettent en place et Didier et son groupe, Les Parents du Campus Ambiance, se lancent dans une véritable marée médiatique qui n'a rien à envier aux autres artistes ivoiriens, tels que Alpha Blondy ou encore Meiway, qui voient le phénomène Zouglou s`installer à leurs côtés aux premiers rangs des nombreux hits-parades du pays. Malgré les multiples tentatives des autorités pour bloquer ce phénomène (très dérangeant pour les instances universitaires) Didier Bilé, et d`autres petites formations qui ont vu le jour entre-temps, font recette et sont reconnus par la presse locale et celle des pays voisins comme les représentants d'un style musical qualifié de « plus novateur de la décennie ». Le reste, c'est déjà de l`histoire... Des tournées africaines à guichets fermés (jusqu'à 15 000 personnes) où la police doit parfois intervenir, des concerts dans plusieurs pays d`Europe (France, Italie, Belgique, Allemagne...). Des succès discographiques comme « Gboglo Koffi » et « Anango Plan », élevés par les responsables culturels du pays au rang de classiques de la musique ivoirienne. Et tout cela par le biais d'un artiste au charisme et au talent inimitables, Didier Bilé. Tout en clôturant ses études, il aura quand même continué de promouvoir son ART et de le transmettre via de nombreuses productions musicales et autres participations à des événements culturels mondiaux de renom comme l`édition 1996 d`Expolangues à la Halle de la Villette où le musicien Jean Philippe Rykiel le rejoint sur scène, littéralement subjugué par le talent de Bilé. Le festival des Suites Africaines au printemps 1997 à Paris, dans lequel on trouve aussi les camerounais Henri DIKONQUE et la belle Sally NYOLO, est une autre illustration de ses talents scéniques.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Didier Bilé
  • 2002 : La Zouglouthèque
  • 2000 : Africa
  • 1998 : Collectif Zouglou
  • 1997 : Ivoir'compil Vol. 2
  • 1995 : Reve et réalité
  • 1992 : Anango Plan
  • 1991 : Gboglo Koffi

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Didier Bile (Chanteur) - Abidjan.net Qui est Qui », sur Abidjan.net (consulté le 27 avril 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]