Didó Sotiríou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Didó Sotiríou
DidoSotiriou.jpg

Didó Sotiríou

Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
AthènesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
A travaillé pour
La critique de l'art (d), I Avgi (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sœur
Elli Pappa (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Palmarès
Distinction
Ordre de l'Honneur (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Didó Sotiríou (grec: Διδώ Σωτηρίου, turc: Dido Sotiroğlu), née le 18 février 1909 et décédée le 23 septembre 2004, est une femme de lettres et une journaliste grecque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Didó Sotiríou est née le 18 février 1909 à Aydın, ville d'Asie Mineure de l'Empire ottoman [1]. À partir de 1936, elle devient journaliste; elle travaillera pour plusieurs organes de presse, dont le journal Ριζοσπάστης à partir de 1944, la revue artistique Επιθεώρηση Τέχνης et le quotidien de gauche I Avgi

Durant l'occupation de la Grèce pendant la Seconde Guerre mondiale, elle adhère au Parti communiste et entre dans la résistance[1].

Elle publie son premier roman, Les morts attendent, en 1959[1]. Il sera suivi d’Électre en 1961, et de son chef-d'œuvre D'un jardin d'Anatolie, également connu sous le titre Terres de sang, paru en 1962, réédité soixante-cinq fois en Grèce et traduit en six langues[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Les morts attendent (1959)
  • Électre (1961)
  • D'un jardin d'Anatolie , ou Terres de sang (1962)

Pièces de théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Christophe Chiclet, « Hommage à Didó Sotiríou (1909-2004) », Confluences Méditerranée, Hiver 2004-2005, n⁰52.