Dick Marty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dick Marty
Illustration.
Portrait de Dick Marty (2007)
Fonctions
Conseiller aux États[1]
Législature 45e (1995-1999)
46e (1999-2003)
47e (2003-2007)
48e (2007-2011)
Conseiller d'État du canton du Tessin
Biographie
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance Sorengo (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Parti libéral-radical (PLR)
Profession Procureur
Homme politique

Dick Marty, né le à Sorengo, est une personnalité politique suisse. Ancien procureur général du canton du Tessin, élu du Parti libéral-radical au Conseil des États pendant seize ans [2], il a également été membre de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe pour laquelle il a mené différentes enquêtes qui l'ont fait connaître sur la scène internationale[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Son enfance est marquée par la cécité, il retrouve partiellement la vue à l'âge de 6 ans[4]. Docteur en droit, consultant juridique et économique, il est d'abord chercheur en droit pénal comparé et criminologie à l'institut Max-Planck à Fribourg-en-Brisgau[5] avant de devenir procureur général du Tessin. Il se lance dans la politique en 1989. Il a reçu en 1987 une récompense d'honneur du département américain de la justice en remerciement de sa contribution au domaine de la législation sur les stupéfiants[6].

Membre du Parti radical-démocratique, il siège au Conseil d'État (gouvernement) du canton du Tessin de 1989 à 1995 chargé des finances et de l'économie. Il est élu au Conseil des États en 1995. Il est membre de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe.

En 2005, il fut chargé par le Conseil de l'Europe d'enquêter sur l'affaire des prisons secrètes de la CIA sur territoire européen et indique dans un rapport du 24 janvier 2006 que « de nombreux indices convergents permettent de conclure à l'existence d'un système de 'délocalisation' ou de 'sous-traitance' de la torture » [7]. Le 7 juin 2006, il publie un autre rapport accablant envers 14 pays européens[8]. Cependant, les pays incriminés nient toutes ces allégations[réf. nécessaire]. Il affirme que « Nous avons aussi un apartheid de type juridique et judiciaire : des personnes non américaines sont exclues de tout système judiciaire du simple fait d'être suspectées de terrorisme »[citation nécessaire]. Selon lui, ces agissements ne peuvent qu'alimenter le terrorisme[réf. nécessaire].

En 2007, il reçoit le Prix Europe 2007 du Nouveau mouvement européen suisse (nomes) pour son rôle dans la dénonciation des prisons secrètes de la CIA et la « défense des valeurs européennes[9] ».

En , il est le rapporteur d'une mission d'information de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe sur la situation dans le Caucase du Nord (Tchétchénie, Ingouchie et Daghestan), à l'issue de laquelle il révèle qu'après une accalmie en 2007, les violences ont repris en 2008 et que les « enlèvements de personnes, actes de torture, traitements dégradants, exécutions extrajudiciaires, « fabrication » de procès, continuent dans la région. En outre, la situation d'impunité quasiment totale pour les crimes commis par les représentants des forces de l'ordre dans le cadre des opérations contre-terroristes semble perdurer[10] ».

Dès le 1er juillet 2010, il devient président du Conseil de l'Université de Neuchâtel.

Le , il est nommé à la tête de l'Assemblée interjurassienne pour succéder à Serge Sierro, son entrée en fonction a lieu le 1er janvier 2011[11]. Il est également nommé en Août 2011 vice-président de l'Organisation mondiale contre la torture[12].

En janvier 2014, il est choisi pour être nommé à la tête d'une commission indépendante chargée d'enquêter sur le passé de l'Union cycliste internationale, soupçonnée d'avoir été impliquée dans des affaires de dopage[13].

Rapport sur le trafic d'organes au Kosovo[modifier | modifier le code]

En décembre 2010, Dick Marty dénonce, dans un rapport[14], le trafic d'organes conduit, dès 1999, par l'Armée de libération du Kosovo[15].

En mars 2021, une plainte est déposée contre Dick Marty par un avocat kosovar qui prétend que le trafic d'organes a été « inventé »[16].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chantal Savioz, « Dick Marty, « Le goût pour les combats solitaires » », La Vie protestante,‎ , p. 20-21

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site parlament.ch
  2. Site hebdo.ch
  3. [1], site letemps.ch
  4. Mise au Point, TSR, 18 juin 2006
  5. Euthanasie, Volume II, perspectives nationales et européennes,Editions du conseil de l'Europe, p.8
  6. http://www.dickmarty.ch/pages/home/biography.aspx
  7. Activités de la CIA: « La torture a été prouvée », selon Dick Marty, Le Matin
  8. Dick Marty publie son rapport sur les vols de la CIA - 14 pays européens de connivence avec la CIA, Le Devoir, 8 juin 2007
  9. Agence ATS du 10.11.2007
  10. Dick Marty (rapporteur), « Situation dans la région du Caucase du Nord : Sécurité et droits de l'homme », Conseil de l'Europe, (consulté le 31 mars 2010)
  11. Dick Marty : président de l'Assemblée interjurassienne : tsrinfo.ch, 17 décembre 2010
  12. http://www.omct.org/fr/events/switzerland/2011/08/d21388/
  13. « Dick Marty à la tête d'une commission d'enquête sur le passé de l'UCI », sur rts.ch, Radio Télévision Suisse, (consulté le 26 août 2020).
  14. Le rapport complet de Dick Marty sur le site de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe
  15. SwissInfo.ch
  16. https://www.rts.ch/info/suisse/12035846-dick-marty-accuse-davoir-invente-un-trafic-dorganes-lie-au-kosovo.html
  17. http://www.swissinfo.ch/fre/societe/Prix_des_droits_humains_pour_Dick_Marty.html?cid=6241276
  18. « Dick Marty récompensé pour son engagement », sur rtn.ch (consulté le 26 août 2020).
  19. « Prix Fischhof : Dick Marty lauréat 2011 », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :