Dharmapâla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dharmapala.

Dharmapāla (530-561) est un important philosophe, théoricien et commentateur bouddhiste indien[1] de l'école du Cittamatra ou Vijñānavāda du bouddhisme mahāyāna. Il était originaire du sud de l'Inde et voyagea au Sri Lanka pour rechercher d'anciens textes bouddhistes[2]. Étant entré dans l'ordre bouddhique, il apprit le bouddhisme avec le grand maître logicien Dignāga auquel il succéda comme patriarche de l'Université Nālandā. Il finit sa vie proche de l'arbre où Siddhartha Gautama a atteint l'illumination (le Mahâbhodi à Bodhgayâ). Parmi ses élèves, on peut citer Shîlabhadra, Jnanacandra et surtout Dharmakīrti. Il accentua l'idéalisme du Cittamatra dans le sens d'un illusionnisme et fut le premier à préconiser que la conscience (Vijñāna) se compose de quatre parties: partie de la vision, partie de l'aspect, partie de la self-justification, et partie de la justification de la self-justification.

Le célèbre pèlerin chinois Xuanzang était venu à Nālandā pour recevoir ses enseignements Cittamatrins. Mais comme Dharmapala était mort à son arrivée, c'est l'un de ses disciples, Shîlabhadra, qui transmit à Xuanzang tous les enseignements[2].

Parmi ses œuvres principales, l’Explication des cent traités vastes, le Traité de la naissance du joyau de la Vijñāptimātratāsiddhi et l’Explication du traité de la vision des conditions enchaînées ont survécu dans leur traduction chinoise.

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Princeton dictionary of buddhism par Robart E. Buswell Jr et Donald S; Lopez Jr aux éditions Princeton University Press, ISBN 0691157863, page 250.
  2. a et b Philippe Cornu, Dictionnaire encyclopédique du bouddhisme. Nouvelle édition augmentée, Éditions du Seuil, Paris, 2006. 952 p. (ISBN 2-02-082273-3)