Dharmakīrti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le bouddhisme image illustrant un philosophe
Cet article est une ébauche concernant le bouddhisme et un philosophe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

 Ne doit pas être confondu avec Dharmarakshita.
Dharmakirti

Dharmakīrti (milieu du VIIe siècle), est un important philosophe et logicien indien[1] de l'école bouddhiste du Yogacara. Né en Inde dans une famille de brahmanes du sud, il étudie d'abord la philosophie non bouddhiste[2]. Élève de Dharmapala, il devient lui aussi patriarche à l'université de Nalanda où il enseigne. Il se réclame d'un Mahayana d'obédience Yogacara (Cittamātra). Il est l'un des théoriciens de l'atomisme bouddhiste selon lequel les seuls éléments dotés d'une existence momentanée sont les atomes et les états de conscience. Il réinterprète les travaux logiques de Dignaga et est très influent parmi les logiciens hindous et bouddhistes. Dharmakirti présente la plupart de ses idées sous la forme de commentaires des œuvres de Dignaga, même si ses théories sont plus traditionnelles que son inspirateur. Contrairement à ce dernier qui pose l'inférence comme unique preuve possible, il retourne à la preuve par l'autorité des paroles du Bouddha. Ses théories sont très étudiées au Tibet depuis la traduction de ses œuvres aux VIIIe et XIe siècles. Elles font partie du programme de base des études monastiques surtout dans l'école Gelugpa.

La logique de Dharmakirti découle des vues Sautrantika mais lui-même se réclamait de l'école Yogacara (Cittamātra)[2].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

  • Saṃbandhaparikṣāvrtti (Analyse des relations)
  • Pramāṇaviniścaya (Affirmation sur la connaissance valide)
  • Pramāṇavarttikakārika (Commentaire sur le Compendium sur la connaissance valide de Dignāga)
  • Nyāyabinduprakaraṇa (Goutte de raisonnement)
  • Hetubindunāmaprakaraṇa (Goutte de raisons)
  • Saṃtānātarasiddhināmaprakaraṇa (Preuve du continuum des autres)
  • Vādanyāyanāmaprakaraṇa (Raisonnements pour les débats)
  • Rupavatara

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Buddhist Logic (1932), Fyodor Shcherbatskoy
  • Foundations of Dharmakirti's Philosophy, John D. Dunne, Wisdom Publications, 2004, texte partiellement en ligne [1]
  • Recognizing Reality: Dharmakirti's Philosophy and Its Tibetan Interpretations, (S U N Y Series in Buddhist Studies), Georges Dreyfus, State University of New York Press, 1996, texte partiellement en ligne [2]
  • Les deux vérités selon les quatre écoles, Georges Dreyfus, éd. VajraYogini, Marzens, 2000.
  • Scripture, Logic, Language - Essays on Dharmakirti and His Tibetan Successors par Tom J F Tillemans, Wisdom Publications, 1999, texte partiellement en ligne [3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Princeton dictionary of buddhism par Robart E. Buswell Jr et Donald S; Lopez Jr aux éditions Princeton University Press, (ISBN 0691157863), page 246.
  2. a et b Dictionnaire encyclopédique du Bouddhisme, Philippe Cornu, 2001, Éditions du Seuil.

Liens externes[modifier | modifier le code]