Dextromoramide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dextromoramide
Image illustrative de l’article Dextromoramide
Identification
Nom UICPA 2,2 diphényl-3 méthyl-4 morpholino-butiryl-pyrrolidine base dextrogyre
Synonymes

Pyrrolamidol

No CAS 357-56-2
No ECHA 100.006.013
No CE 206-613-1
DrugBank DB01529
SMILES
InChI
Apparence poudre blanche
Propriétés chimiques
Formule brute C25H32N2O2  [Isomères]
Masse molaire[1] 392,5338 ± 0,0232 g/mol
C 76,49 %, H 8,22 %, N 7,14 %, O 8,15 %,
Propriétés physiques
fusion 182 °C [2]
Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique AnalgésiqueStupéfiant
Caractère psychotrope
Catégorie Stupéfiant
Mode de consommation

Absorption, inhalation,
injection

Risque de dépendance Très élevé si usage
non-thérapeutique

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le dextromoramide (ou Pyrrolamidol) est un analgésique qui a été synthétisé pour la première fois dans les années 1950 par le professeur belge Paul Janssen sous le code R875.

Mode d'action[modifier | modifier le code]

Commercialisé notamment sous le nom de Palfium, le dextromoramide est environ 5 fois plus puissant que la morphine.

La seule prescription d'un médecin est insuffisante pour la délivrance du Palfium.

En France, le protocole de délivrance en officine n'est possible que sur présentation d'une seconde ordonnance de pondération temporelle, cette contre-ordonnance uniquement valable 7 jours pour la délivrance des stupéfiants notés sur la liste B des substances classées comme stupéfiants par l'ANSM apporte le caractère licite à sa délivrance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) « Dextromoramide », sur ChemIDplus, consulté le 26 juillet 2009